Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Après des années de persécution, trois pratiquantes de Falun Gong ont été arrêtées à nouveau

Mardi 15 septembre 2020 |   Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Jiangxi, Chine

(Minghui.org) Le 17 juillet 2020, trois femmes de la ville de Nanchang, province du Jiangxi, ont été arrêtées alors qu'elles étudiaient ensemble les enseignements du Falun Gong dans un appartement.

Le Falun Gong, aussi connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle et méditative que le régime communiste chinois persécute depuis juillet 1999.

Mme Liang Meihua, Mme Xiong Quanmai et Mme Chunmei sont en ce moment enfermées au premier centre de détention de la ville de Nanchang.

Mme Liang Meihua

Mme Xiong Quanmei

Mme Xie Chunmei

Avant ces récentes arrestations en 2020, les trois pratiquantes ont été maintes fois détenues, maltraitées et torturées au cours des vingt et une dernières années de persécution. Voici leurs histoires :

Mme Liang Meihua enfermée et torturée pendant douze ans et demi en tout

Mme Liang, âgée de 71 ans, était directrice d'un grand magasin de la ville avant de prendre sa retraite. Elle avait souffert autrefois de maux d'estomac, de bronchites, de vertiges et de maladies cardiaques. Lorsqu'elle avait une crise d'arthrite rhumatismale, toutes ses articulations enflaient et se déformaient. Aucun médecin consulté n'avait pu l'aider jusqu'à ce qu'elle découvre le Falun Gong en 1996.

Après une semaine de pratique du Falun Gong, ses douleurs se sont atténuées et sa santé s'est rétablie un mois plus tard. Elle a arrêté tous les médicaments et les traitements et n'est pas allée une seule fois dans un hôpital depuis. Son caractère s'est amélioré ainsi que ses relations familiales et de voisinage.

Quand la persécution a commencé, sa vie a été bouleversée parce qu'elle a refusé d'abandonner le Falun Gong. En juin 2001, elle a été mise dans un camp de travaux forcés. L'année suivante, elle a été arrêtée et en juillet 2002, elle a été condamnée à cinq ans de prison.

Quelques années après sa sortie de prison, elle a de nouveau été arrêtée en juin 2010 et condamnée à trois années de prison. Elle a été remise en prison en novembre 2013, quelques mois seulement après l'expiration de son terme, mais a été libérée sous caution peu après en raison de son état de santé.

Elle a été arrêtée une nouvelle fois et condamnée à trois ans et demi en avril 2016. Après sa libération en octobre 2019, son ancien employeur a arbitrairement suspendu sa pension.

L'une des tactiques du PCC pour punir économiquement les pratiquants est, en dehors du montant énorme des amendes, de les faire licencier ou de leur retirer leur pension.

Pendant son incarcération, Mme Liang a été torturée sans relâche. Elle a été nourrie de force, soumise à des travaux forcés intensifs, obligée de rester debout pendant de longues périodes, privée de sommeil, placée en isolement cellulaire, soumise à des séances de lavage de cerveau, battue et insultée. Sa vue s'est détériorée à la suite des sévices physiques. Elle a souffert de graves œdèmes dans le bas du corps, d'hypertension et d'hémorragies internes.

Les souffrances et la persécution infligées à Mme Liang ont accablé sa famille. La perte de sa pension, les amendes et les extorsions ont presque mis Mme Liang en faillite.

Mme Xiong Quanmei : Cinq arrestations conduisent à trois ans de travail forcé et trois ans de prison

Mme Xiong, 70 ans, travaillait dans le domaine vinicole de Laotongxing, dans la province du Jiangxi. Elle avait souffert d'allergies, de polyarthrite rhumatoïde, de vertiges et d'une perte de l'audition plus tôt dans sa vie. Ayant grandi dans une famille brisée et ayant un mariage malheureux, elle avait une perception négative de la vie. Les enseignements du Falun Gong l'ont transformée lorsqu'elle est devenue pratiquante en 1998. Elle est devenue en bonne santé et optimiste. Elle s'est efforcée d'être une meilleure personne et ses relations familiales se sont améliorées.

Quand la persécution a commencé, Mme Xiong a décidé de défendre le Falun Gong et de parler aux autres de la raison pour laquelle la persécution est injuste. Elle a été arrêtée à cinq reprises et a été incarcérée pendant six ans en tout.

Mme Xiong est allée à Pékin en septembre 1999 afin de protester contre la persécution. Suite à cela, elle a été détenue au centre de détention de Gu'an pendant deux semaines.

En l'an 2000, elle a été arrêtée et détenue au centre de détention de la route du Nord et en 2001, après son autre arrestation, au deuxième centre de détention de Raohuazhou.

La police l'a arrêtée et placée dans le camp de travaux forcés pour femmes de la province du Jiangxi en juin 2002 pendant trois années.

La police de la ville de Shangrao l'a arrêtée et enfermée au centre de détention du canton de Guangfeng en juin 2014.

En février 2015, la police de la ville de Zhangshu l'a arrêtée et par la suite, elle a été condamnée à trois ans de prison. Elle a été libérée en février 2018 après avoir été torturée pendant trois ans, et elle a alors constaté que son ancien employeur avait révoqué sa pension.

Lors de son incarcération, Mme Xiong a été fréquemment battue, affamée, humiliée, suspendue pendant longtemps, menottée et enchaînée dans une position extrêmement douloureuse pendant de longues périodes, elle n'a pas eu l'autorisation de se laver, on l'a contrainte à faire un travail intensif et on lui a refusé les visites de sa famille.

La persécution a mis énormément de pression sur sa famille. En plus des soucis constants de sécurité pour elle, les autorités les ont fréquemment harcelés.

Mme Xie Chunmei : Trois fois placée dans des camps de travaux forcés

Mme Xie, 56 ans, travaillait au 20e collège de la ville de Nanchang. Depuis toute petite, elle souffrait d'anémie, de vertiges et de douleurs à l'estomac. Après l'accouchement, on lui a diagnostiqué de l'arthrite rhumatoïde et de l'insomnie. Son fils attrapait souvent des rhumes et la grippe. Ils ont vu presque tous les médecins de la ville et rien n'a changé. Mme Xie était amère et épuisée.

L'été 1997 a été un tournant pour Mme Xie qui a commencé la pratique du Falun Gong à ce moment-là. Ses maux de tête chroniques, son insomnie et ses douleurs lombaires ont rapidement disparu. Pleine d'énergie et en bonne santé, elle semblait beaucoup plus jeune que son âge.

Refusant de renoncer à sa croyance, Mme Xie est allée à Pékin en octobre 1999, afin de dire aux fonctionnaires du gouvernement central que la persécution était erronée. Elle a été arrêtée et interrogée au centre de détention du canton de Huaihua pendant plusieurs jours.

La police l'a arrêtée et l'a placée dans un camp de travail pour une année entière en octobre 2005. Un an après sa remise en liberté, les autorités l'ont mise à nouveau dans un camp de travaux forcés pour une durée d'un an et demi en octobre 2007.

Huit jours après sa libération en avril 2009, les autorités l'ont à nouveau arrêtée et lui ont fait passer deux années supplémentaires dans un camp de travaux forcés. Pour éviter des arrestations et des persécutions sans fin, elle a quitté son domicile en octobre 2012. Les autorités l'ont retrouvée et l'ont placée dans un centre de lavage de cerveau pendant deux semaines en novembre 2014. La persécution s'est poursuivie et les autorités ont mis sa maison sens dessus dessous en septembre 2015 et elle a été licenciée.

Les trois fois où elle a été envoyée dans le camp de travaux forcés, Mme Xie a été enchaînée à des objets immobiles dans une position douloureuse, battue, mise à l'isolement, forcée à rester debout pendant longtemps, laissée dans le froid pendant l'hiver, soumise à un lavage de cerveau et soumise aux travaux forcés.

Son mari a divorcé d'elle au sein des tensions de la persécution. La perte de son emploi de fonctionnaire et le fait d'être constamment critiquée et humiliée par des personnes qui ne connaissaient pas la vérité sur la persécution ont eu de graves conséquences sur la santé de Mme Xie.

Traduit de l'anglais