Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Le sort des fonctionnaires du PCC ayant orchestré l’incident qui a déclenché la persécution du Falun Gong

Dimanche 26 décembre 2021 |   Écrit par Ouyang Fei

(Minghui.org) Si beaucoup de gens croient à la rétribution karmique, certains peuvent douter de sa réalité, étant-donné qu’un tel principe opère au-delà du monde humain.

Les choses peuvent être plus confuses lorsque la conséquence survient beaucoup plus tard ou d’une manière qui n’est pas directement liée à l’action initiale.

Cependant, pour de nombreuses personnes, après avoir ouvert leur cœur et leur esprit, elles peuvent voir le lien entre une conséquence et l’action antérieure de quelqu’un.

Nous allons partager ici l’histoire et la fin de trois hauts responsables du Parti communiste chinois (PCC) qui ont orchestré l’arrestation de pratiquants de Falun Gong à Tianjin en avril 1999, ce qui a déclenché la persécution du Falun Gong trois mois plus tard.

L’incident de Tianjin

Le Falun Gong, une méthode pour raffiner le corps et l’esprit, s’est largement répandue en Chine à la fin des années 1990. Il guide les élèves à élever leur moralité en suivant le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance.

Le régime communiste avait une attitude positive à l’égard du Falun Gong aux tout débuts de sa présentation publique. Mais le régime a progressivement changé de position, après que le Falun Gong a gagné en popularité, notamment parmi les membres du Parti et les officiers militaires.

He Zuoxiu, un « scientifique » fidèle au PCC, a commencé à attaquer le Falun Gong en 1999. C’est un physicien nucléaire, membre de l’Académie chinoise des sciences, ainsi qu’un théoricien du marxisme.

Il a écrit un article intitulé « Je ne suis pas favorable à ce que les jeunes pratiquent le Falun Gong », qui a été publié dans le Youth Magazine le 11 avril 1999. L’article contenait des déclarations mensongères diffamant le Falun Gong.

Les pratiquants de Tianjin ont écrit des lettres, expliquant les faits concernant le Falun Gong au rédacteur en chef de l’Institut d’éducation de Tianjin, qui possède le magazine. Beaucoup se sont rendus à l’institut le 22 avril 1999, dans l’intention de clarifier davantage les malentendus.

Song Pingshun, secrétaire du Parti de la Commission des affaires politiques et juridiques de Tianjin et directeur du Bureau de la sécurité publique de Tianjin, s’est rendu à l’Institut d’éducation de Tianjin pour examiner la situation.

Après le départ de Song, la police locale, sur ordre de Song et de Wu Changshun, directeur adjoint du Bureau de la sécurité publique de Tianjin, a fait irruption sur le campus, brandissant ses matraques pour chasser les pratiquants de l’institut. Quarante-cinq pratiquants ont été arrêtés pour « trouble de l’ordre public ».

Les pratiquants se sont rendus auprès du gouvernement de Tianjin pour signaler les arrestations. Les fonctionnaires du gouvernement, sous la direction de Zhang Lichang, secrétaire du parti municipal de Tianjin, ont déclaré qu’ils ne pouvaient rien faire et ont demandé aux pratiquants de se rendre à Pékin pour faire appel au gouvernement central.

En conséquence, des dizaines de milliers de pratiquants de Falun Gong de tout le pays se sont rendus à Pékin le 25 avril 1999. Le Premier ministre de l’époque a reçu trois de leurs représentants, leur promettant de leur donner un environnement libre pour pratiquer leur croyance et donnant l’ordre aux autorités de Tianjin de libérer les pratiquants arrêtés.

Cependant, cela a donné à Jiang Zemin, alors dirigeant du PCC, une excuse pour persécuter le Falun Gong. Il a affirmé que les pratiquants avaient assiégé l’enceinte du gouvernement central pendant leur appel et qu’ils tentaient de renverser le gouvernement. Jiang a lancé une campagne nationale pour éradiquer le Falun Gong le 20 juillet 1999.

La fin des trois fonctionnaires

Song Pingshun, Wu Changshun et Zhang Lichang, les trois principaux responsables de l’incident de Tianjin, ont également participé activement à la persécution qui a suivi. À l’instar de nombreux autres fonctionnaires activement impliqués dans la persécution qui ont été démis de leurs fonctions ou ont connu diverses mésaventures, les trois fonctionnaires de Tianjin ont tous connu une fin tragique similaire, bien que leur rôle dans la persécution du Falun Gong ne soit jamais apparu sur leurs condamnations, ce qui reste le plus grand tabou sous le régime communiste.

Song Pingshun s’est suicidé

Song Pingshun a dirigé la police et le système judiciaire de Tianjin pendant près de vingt ans. Il était la personne clé qui a orchestré l’incident de Tianjin. Après le début de la persécution quelques mois plus tard, il a également chargé la police locale d’arrêter et de torturer les pratiquants de Falun Gong au cours des années suivantes. Il a également participé à des conférences et à des activités locales visant à dénigrer le Falun Gong.

Song a été retrouvé mort dans son bureau dans le bâtiment du Comité municipal du Parti de Tianjin le 3 juin 2007. Le communiqué officiel du PCC a déclaré que Song « s’est suicidé par peur d’avoir à faire face à ses crimes » qu’il a énumérés comme étant la corruption morale, le fait d’entretenir une maîtresse, l’abus de pouvoir et la recherche d’énormes gains financiers inappropriés pour sa maîtresse.

Zhang Lichang est mort de maladie peu après sa retraite

Lors de l’incident de Tianjin en 1999, le Comité municipal du parti de Tianjin, présidé par Zhang Lichang, a insisté sur le fait qu’il ne présenterait pas d’excuses aux pratiquants de Falun Gong concernant l’article diffamatoire sur leur croyance. Au lieu de cela, Zhang a pris une « mesure décisive » pour arrêter des dizaines de pratiquants de Falun Gong, ce qui a conduit à l’appel des pratiquants à Pékin.

Après plus de deux décennies au sein du gouvernement de Tianjin, Zhang s’est forgé une mauvaise réputation auprès de la population locale et a été surnommé « Zhang le menteur ».

Après la mort de Song Pingshun en 2007, Zhang s’est retiré de ses fonctions. Il est mort de maladie peu après, le 10 janvier 2008. Lorsque la nouvelle a été annoncée, les gens ont allumé des feux d’artifice dans les rues pour fêter l’événement.

Wu Changshun a été emprisonné

Wu Changshun était le principal exécutant de la police lors de l’incident de Tianjin. Il a dirigé la persécution du Falun Gong pendant de nombreuses années.

Après la mort de Song Pingshun, une rumeur selon laquelle Wu aurait été arrêté a largement circulé à Tianjin. Mais il a réussi à s’en sortir et a même repris le poste de Song, les fidèles de Jiang Zemin ayant continué à le soutenir.

Le châtiment de Wu est arrivé après sept autres années. Il a été mis en examen le 20 juillet 2014 – le jour anniversaire du début de la persécution. Ses crimes comprenaient la corruption morale, le fait d’avoir des liaisons, la corruption, les pots-de-vin, le détournement de fonds publics et l’abus de pouvoir.

Wu a été condamné à mort pour détournement de fonds, avec deux ans de suspension, le 27 mai 2017. Après avoir purgé deux ans de prison, il a été condamné à la prison à vie sans commutation ni libération conditionnelle.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais