Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

En Chine, où peut-on trouver un vrai sentiment de sécurité ?

Mercredi 18 août 2021 |   Écrit par De Feng, correspondant pour Minghui

(Minghui.org) Il y a quelques jours, j'ai rencontré un ancien collègue qui est maintenant professeur à l'université. Au cours de notre bavardage, nous avons parlé de l'élection américaine de 2020. Il a exprimé des opinions différentes des miennes et m'a dit que je devais avoir confiance qu'il soit capable d'une pensée indépendante, libre de l'influence du Parti communiste chinois (PCC).

Je lui ai alors demandé s'il avait lu les Neuf commentaires sur le Parti communiste, un livre publié en 2004 qui détaille l'idéologie fondamentale du PCC, à savoir la violence, le mensonge et la tromperie. « Non, j'ai entendu dire qu'il était interdit [en Chine] », a-t-il répondu, « alors je ne le lirai pas. »

Je lui ai dit que sa pensée indépendante était toujours limitée aux confins de l'idéologie du PCC. Les conclusions qu'il tirait des élections américaines et de nombreuses autres affaires mondiales étaient toujours conformes à la ligne du Parti.

En fait, en Chine, il existe de nombreuses élites autoproclamées qui se vantent de leur indépendance d'esprit, mais elles perdent toutes le courage de dire la vérité lorsqu'il s'agit de questions sensibles. Pourquoi mon ancien collègue a-t-il essayé d'éviter les informations interdites par le PCC ? Parce qu'il ne se sent pas en sécurité lorsqu'il sort de la « zone de sécurité » désignée par le PCC. Malheureusement, de nombreux Chinois se trouvent dans une situation semblable.

Cela arrive parce que le PCC détient le pouvoir en Chine et contrôle toutes les ressources, y compris la liberté d'expression. Le régime fait souvent fi de la loi et abuse de son pouvoir pour réprimer violemment ou même tuer les gens à volonté. Par le biais de nombreuses campagnes politiques ciblant différents groupes, le PCC a également renforcé la crainte de la population à l'égard du régime et a fait un lavage de cerveau pour faire croire que seuls ceux qui suivent le PCC survivront et que ceux qui ne le font pas seront anéantis. Ainsi, les gens n'osent pas remettre en question – et encore moins s'opposer – au Parti.

Mais céder à la terreur du PCC conduira-t-il à une véritable sécurité ? De nombreuses leçons de l'histoire montrent que plaire au PCC au détriment de sa conscience a conduit à d'innombrables tragédies, même au sein des familles. Zhang Hongbing, avocat à Pékin, a subi très jeune un lavage de cerveau qui l'a amené à s'aligner avec le PCC. En conséquence, il a dénoncé sa mère Fang Zhongmou aux autorités simplement parce qu'elle avait fait quelques remarques à la maison pour défendre Liu Shaoqi, ancien président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale de Chine, qui a été abattu pendant la Révolution culturelle. Fang a été arrêtée le jour même et exécutée deux mois plus tard. Ce n'est que des décennies plus tard que Zhang a regretté ce qu'il avait fait à l'âge de 16 ans.

Quand les complices deviennent des boucs émissaires

Depuis son arrivée au pouvoir en 1949, le PCC a toujours dressé un groupe de personnes contre un autre, les différents groupes étant ciblés par différents mouvements politiques. Toute personne visée par une campagne politique particulière était réprimée sans pitié. Pour assurer leur propre « sécurité », de nombreuses personnes ont même trahi leur famille, leurs collègues et leurs amis afin de montrer leur loyauté envers le Parti.

Mais le PCC ne cesse de modifier sa définition des « groupes ciblés » dans ses campagnes politiques sans fin. Ce qui était considéré comme un groupe « sûr » peut devenir le « groupe ciblé » dans le mouvement politique suivant. Lao She, l'un des écrivains les plus connus en Chine, a été une telle victime. Bien qu'il ait essayé méticuleusement de suivre le Parti de près, il a fini par devenir lui-même une « cible », le menant à se suicider en 1966.

Des complices qui suivaient activement le PCC pour attaquer les « groupes cibles » ont également connu le même sort. Nie Yuanzi, Tan Houlan et quelques autres ont été les gardes rouges les plus en vue à s'attaquer aux intellectuels et à démolir les sites du patrimoine de Confucius, notamment les temples, les statues et les tombes. Après la Révolution culturelle, ils ont cependant été condamnés à des peines de prison allant de 9 à 17 ans.

L'intégrité et les valeurs morales étaient très respectées dans la culture traditionnelle chinoise. Lorsque les gens choisissent de suivre inconditionnellement le PCC, le prix à payer est l'abandon de leur conscience et de leurs principes. Tôt ou tard, cela entraîne de graves conséquences. C'est ce qui est arrivé aux personnes mentionnées ci-dessus, ainsi que dans d'autres domaines. Par exemple, lorsque le PCC a pris le contrôle de Hong Kong en 1997, il a promis de préserver le système politique de la région spéciale pendant 50 ans. Moins de 25 ans plus tard, le régime a adopté la loi sur la sécurité nationale et arrêté les Hongkongais qui ont des opinions différentes de celles du Parti.

De telles tragédies ne sont pas fortuites. De nombreux chercheurs ont découvert que le Parti communiste était enraciné dans le satanisme et les Illuminati. Fondés par Adam Weishaupt, les Illuminati étaient une société secrète antireligieuse qui visait à détruire l'ordre social et les valeurs morales. Cela a finalement conduit au communisme, une théorie et un régime qui ont apporté une horreur sans fin à l'humanité. Alors, comment peut-on trouver la sécurité en se pliant au communisme ?

Dans divers mouvements politiques comme la Révolution culturelle, le PCC a réussi à réduire les intellectuels au silence et à détruire les valeurs traditionnelles. En outre, au cours des vingt-deux dernières années, il a persécuté le Falun Gong, un système de méditation fondé sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, qui a profité à des millions de personnes sur le plan physique et spirituel. De nombreux pratiquants de Falun Gong ont été détenus, torturés, voire tués pour leurs organes, simplement parce qu'ils refusaient de renoncer à leur croyance. Si l'on se range du côté d'un tel régime, quel genre d'avenir aura-t-on lorsque viendra le temps de traduire le PCC en justice pour ses crimes contre les pratiquants de Falun Gong ?

Suivre sa conscience

Une histoire circule sur Internet à propos d'un jeune homme. Un jour, en rentrant chez lui, il a vu du sang sur les roues de sa voiture. Il est retourné sur la même route et a trouvé une fille gisant dans le sang. Il s'est rendu compte que sa voiture n'avait pas heurté la jeune fille, mais qu'elle avait roulé sur la flaque de sang. Il a immédiatement envoyé la jeune fille aux urgences. Elle a survécu, mais est restée dans le coma.

Pensant que le jeune homme avait dû causer l'accident, les parents de la jeune fille l'ont tabassé. Il ne s'est pas défendu et n'a pas porté plainte, mais a payé la facture médicale et une grosse somme en guise de dédommagement. Plusieurs semaines plus tard, la jeune fille a repris connaissance, et la police a trouvé le véritable auteur de l'accident grâce aux images de surveillance. Interrogé par un journaliste qui lui demandait pourquoi il avait fait ce qu'il avait fait, le jeune homme a simplement répondu qu'il avait suivi sa conscience et que cela lui apportait la tranquillité d'esprit.

La réponse du jeune homme nous dit que suivre sa conscience procure une véritable tranquillité d'esprit.

Le philosophe allemand Emmanuel Kant a dit un jour : « Deux choses remplissent l'esprit d'un émerveillement et d'une crainte toujours plus grands, plus souvent et plus intensément l'esprit de la pensée est attiré vers elles : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi. »

Mais ce que fait le PCC, c'est tout le contraire : en attirant les gens avec des gains à court terme et en les menaçant de brutalité, il les force à s'écarter progressivement des principes moraux et de leur conscience. Depuis sa fondation, le PCC cible particulièrement les jeunes en profitant de leur immaturité et de leur propension à être trompés par des influences extérieures. Les gardes rouges de la Révolution culturelle en sont un exemple. Les enfants d'âge scolaire d'aujourd'hui ne sont pas à l'abri de l'endoctrinement du PCC, leurs manuels scolaires étant remplis de la propagande du PCC qui attaque la tradition et glorifie la recherche du gain matériel. Le lavage de cerveau constant du PCC a conduit les gens à s'écarter de la moralité et à commettre des péchés à leur insu.

Zhang Hongbing s'est peut-être réveillé de la tragédie qu'il a vécue en dénonçant sa mère pendant la Révolution culturelle. Mais de nombreuses personnes sont encore induites en erreur par la brutalité et les mensonges du PCC. Alors que le régime fait progresser le programme communiste dans le monde entier, il est essentiel que nous suivions les valeurs traditionnelles Authenticité-Bienveillance-Tolérance et que nous rejetions le PCC pour assurer la sécurité, la paix et le bonheur à long terme.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais