Laisser un héritage droit - - Souvenirs d’un pratiquant sur les premières années de Falun Dafa en Chine (3ème partie)

 

[Site Clartés et Sagesse]

 

Par Yuanlu, un pratiquant de Falun Gong du Nord Est de la Chine, édité par un compagnon de pratique

 

1ère Partie : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2004/8/16/51428.html
2ème partie : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2004/8/29/51850.html

 

 

En 1994, j’ai eu la chance de rencontrer la pratique de Falun Dafa. J’ai participé à la septième série des conférences du Maître à Changchun, province de Jilin, Chine. Plus de trois mille personnes ont assisté aux conférences. En raison de ce grand nombre, les conférences étaient divisées en cours de jour et de nuit, soit 10 jours au total.

 

Le premier jour, nous y sommes allés en trolley. Le bus s’arrêta au milieu du trajet et alors nous avons tous du descendre et marcher. La conférence se déroulait dans le hall de conférence de l’Université de Jilin, à environ trois kilomètres de là. Le temps était le facteur prioritaire. On pensait tous que nous allions être en retard et nous pressions le pas. Un des marcheurs était un malade qui avait un pincement de nerf à la colonne vertébrale. Il était à Changchun depuis plus d’un mois et avait déjà dépensé plus de mille yuans. Il n’avait plus d’argent et n’avait toujours pas été guéri à l’hôpital. Il avait entendu parler des conférences du Maître et était venu avec nous. Parler de miracles ! Avec la souffrance due à sa maladie qui l’accablait toujours, ce malade marchait pourtant à la même vitesse que les autres. Ses maux de tête s’étaient arrêtés et tous les autres symptômes avaient disparu. Quand il arriva au cours, tous ses symptômes avaient entièrement disparu. Durant tout le trajet, Maître l’avait aidé et soigné son corps. Après les dix conférences, il était devenu complètement une personne en bonne santé.

 

Durant ces quelques jours, après chaque cours, avec les autres disciples, nous nous rassemblions autour de Maître avec admiration. Maître avait une énergie extraordinaire. Il portait un complet gris, une chemise blanche et semblait très jeune. Maître souriait toujours si gentiment lorsqu’il bavardait avec les élèves. A la fin de chaque conférence, nous hésitions toujours à partir. Nous voulions toujours rester aux côtés du Maître un peu plus longtemps, de le voir un peu plus longtemps. Chaque fois, nous attendions jusqu’à ce que Maître monte dans sa voiture pour quitter le hall.

 

Avant midi, le 1er Mai, les animateurs, à la demande des élèves, ont demandé s’ils pouvaient prendre une photo de groupe avec Maître. Maître était d’accord. Alors chaque étudiant de chaque région s’est mis en ordre. Maître voulait alors que des photos de groupe soient prises avec nous groupe par groupe. Lorsqu’on en est arrivé à la photo du groupe de la Rivière Bin, il y avait un élève d’une soixantaine d’années assis sur un tabouret en bois au premier rang. Il avait les cheveux tout blancs. Maître est venu vers lui et lui a demandé pourquoi il était assis. Cet élève répondit qu’il ne pouvait pas bien rester debout. Maître lui a dit de se mettre au dernier rang. Lorsque la photo a été prise, Maître est venu vers cet élève, lui a serré la main et lui a dit de jeter sa canne. Bien qu’il ne s’en rende pas compte, sa femme jeta sa canne. Maître lui a demandé alors de commencer à marcher. Alors, comme un petit enfant, il s’est mis à marcher pas à pas. Il a marché en rond dans le hall avec un sourire sur le visage. Depuis ce jour là, il n’a plus eu besoin de sa canne. Il a marché vers le hall de conférence et il a pu s’occuper de lui après cela.

 

Ces cas se sont produits fréquemment.

 

Maître a dit : « Ceux qui peuvent recevoir directement la transmission de la méthode et entendre les explications sur la Loi, sont vraiment... Enfin vous le comprendrez à l'avenir en vous souvenant de ce moment très réjouissant » (Zhuan Falun) En effet, en raison de ces expériences extraordinaires, on nous laisse voir la grande compassion du Maître, sa profonde personnalité et le cœur indulgent d’une déité. Et ces expériences inoubliables, me redonnent la force de cultiver encore plus diligemment, de bien faire chaque pas de mon propre chemin et d’honorer mes vœux préhistoriques.

 

(A suivre)

 

Traduit en Europe le 5 Septembre 2004

 

http://www.minghui.ca/mh/articles/2004/8/5/80913.html

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2004/8/30/51727.html