Anecdotes pendant la période où le Maître a donné des conférences à Jinan

 

[Site Clartés et Sagesse]

 

Écrit par un pratiquant dans la ville de Jinan, Chine

 

 

Le 21 juin 1994, j’ai eu l’occasion d’assister à la conférence du Maître dans le stade Huangting à Jinan. J’aimerais partager certaines des expériences mémorables que j’ai vécues, ainsi que des événements narrés par les compagnons de pratique.

 

1.         Surmonter des épreuves, faire preuve de compassion à l’égard des pratiquants

 

Dans l’après-midi de la journée de la conférence, notre Maître a pris des photos avec des pratiquants dans les escaliers de l’auditorium. À ce moment-là, nous faisions face à deux situations uniques. C’était le milieu de l'été et il faisait très chaud. Jinan est toujours connu comme « la fournaise brûlante ». Ce jour-là, la température était de 37oC (99oF). Nous avons pris des photos au milieu de l’après-midi, le moment le plus chaud de la journée, sur les escaliers en ciment chauds du terrain. L’autre situation concernait le fait que nous étions quelques milliers de personnes. Le lieu n’était pas très spacieux, alors nous avons dû nous diviser en plusieurs groupes. Pour cinq groupes, cela aurait pris cinq heures environ. Notre Maître devait donner une conférence ce soir-là et nous avions moins de quatre heures. Comment est-ce que les pratiquants responsables de cet événement allaient gérer ce problème ?

 

À ce moment-là, le Maître a commencé à diriger les gens qui entraient dans le stade. Au sein de cette grande assistance bruyante, le Maître n’avait pas besoin d’un micro et il n’avait pas besoin de crier. Il a seulement fait des signes avec les mains, disant aux gens de se déplacer vers la gauche ou la droite. À ce moment-là, j'ai pensé que le Maître était venu ici pour donner une conférence, il a subi des tests, obtenu un certificat et a eu de nombreuses fois l’approbation des agences gouvernementales, c'est un grand Maître et il était supposé être dans une salle avec air conditionné avec des boissons et des services. Je pensais qu’il allait être comme d’autres conférenciers et allait entrer quand tout le monde serait prêt. Mais parmi la « fournaise » et la chaleur étouffante émise par la foule, notre Maître, tout en transpirant, dirigeait les gens pour qu'ils se mettent debout de façon ordonnée, et ensuite il s’est joint à la foule pour la photo. Puis il a dit : « Prochain groupe, dépêchez-vous, s’il vous plaît. »

 

Le Maître a été occupé pendant tout l’après-midi, jusqu’à ce que toutes les photos aient été prises. Non seulement notre conférence a commencé à l'heure, mais il nous a même laissé du temps pour dîner. Les pratiquants vétérans de Pékin, de Shandong et du nord-est ont mangé rapidement leur dîner et ont pris les endroits les moins confortables comme les corridors des halls et les coins, et ils ont laissé les meilleurs sièges aux nouveaux pratiquants. Un jeune garçon de sept ans environ était debout au fin fond du corridor. Je lui ai demandé : « Tu n’as pas de place ici ? Pourquoi ne t’assieds-tu pas ? » Il a répondu : « Je suis un pratiquant vétéran. » Je lui ai donné une petite tape sur le dos pour m’empêcher de pleurer.

 

Le Maître a commencé la conférence. Mais il faisait si chaud à l’intérieur que beaucoup de personnes ont commencé à s’éventer. Le Maître a dit alors : « Pourquoi ne baissez-vous pas les éventails … » Puis une brise a soufflé dans le stade. Tous les pratiquants ont applaudi l’acte bienveillant du Maître.

 

2.         Des frais symboliques

 

Les frais pour la conférence étaient extrêmement bas. J’ai assisté à de nombreux séminaires sur le qi-gong. Selon mon expérience, habituellement une conférence d’une semaine coûte entre 120 et 200 Yuan et certains font même payer plus une somme plus élevée. La conférence du Maître coûtait 50 Yuan pour 10 jours et certains pratiquants étaient exemptés des frais. Pourquoi les frais étaient-ils si bas ? Ce n’est pas en raison du contenu, pas parce que je peux voir à travers tout le contenu. C’est parce que le Maître est en train de « conduire réellement les gens vers le niveau élevé » et d’offrir « … le salut des êtres humains ? Le salut des êtres humains, c’est de vous engager vraiment dans la cultivation et la pratique, il ne s’agit pas seulement de guérir votre maladie et de fortifier votre santé. » (« Zhuan Falun ») Cela a résolu l’état de stagnation de la guérison des maladies dans les pratiques de qi-gong. Rien qu’en quelques mots, le Maître a expliqué les secrets célestes. De la Passe mystérieuse, des circuits célestes, à l’œil céleste, etc. Il a stupéfié ceux qui étaient à la recherche de la cultivation dans le monde. Les pratiquants ont répondu avec animation : « Dans le passé, nous avons voyagé partout. Maintenant le Maître a apporté le Falun Dafa au seuil de notre porte, et nous n’avons fait aucun effort pour l’obtenir. » Ceux qui ont continuellement étudié les principes du Falun Dafa et cultivé leur xinxing (nature innée de l’esprit et du cœur) savent que le livre « Zhuan Falun » est inestimable. Comment une autre chose de la société ordinaire pourrait-elle se comparer à lui ? Parce que le Maître est bienveillant et a voulu soulager le fardeau financier des pratiquants, il a baissé les frais d’entrée à son minimum. Tout le monde a dit que c’était tout simplement des frais symboliques.

 

3.         Purification du corps de ma mère

 

Au début, je n’avais pas l’intention d’amener ma mère âgée de 80 ans avec moi, mais j’ai eu un autre billet par chance. Je me suis dit : ce serait bien si ma mère pouvait m’accompagner, mais elle est trop malade. Elle avait de graves problèmes cardiaques et était extrêmement faible. Son rein ne fonctionnait pas bien et l’hôpital nous avait déjà avertis qu’elle devait rester au lit.

 

Mais ma mère m’a raconté un rêve qu’elle avait fait la nuit précédente : « Un professeur en “Jiasha” (habit des moines) est venu m’enseigner. » Soudain je me suis rappelé que ma mère croyait et respectait toujours le Bouddha. Elle était toujours bonne et pouvait endurer des tribulations. Peut-être était-ce un indice. Nous avons décidé qu’elle viendrait avec moi. Quand nous sommes entrés dans le stade et que ma mère a vu le Maître, elle a pris mes mains et a dit : « C’est lui le professeur dans mon rêve. » Je voyais qu’elle pleurait déjà. Lors de la conférence, mon cœur battait rapidement. J’avais peur qu’elle ne puisse aller jusqu'au bout et que quelque chose se passe. Mais elle se concentrait sur la conférence et ne ressemblait pas du tout à une personne malade. Je pensais que cela pouvait être une affinité prédestinée.

 

Mais mon niveau de compréhension était bas et j’avais peur d’avoir un fardeau sur les bras. Je ne l’ai pas amenée le deuxième jour pour les photos et je lui ai fait manquer une bonne expérience. Le troisième jour, quand nous sommes arrivés au stade, j’ai vu qu’elle avait mal, alors un ami et moi l’avons transportée à tour de rôle sur notre dos pendant un certain temps. Mais nous n’avons pu continuer et alors nous l’avons soutenue pendant que nous marchions. A part ses graves problèmes cardiaques, elle avait de graves rhumatismes et elle n'arrivait pas à marcher à cause de la douleur aux articulations, de plus, son corps était enflé. Nul besoin de dire qu’elle avait bandé ses pieds depuis l'âge de six ans (bander les pieds est une vieille tradition chinoise où les femmes de la tradition Han se bandaient les pieds très jeunes afin qu’ils ne grandissent pas), alors il lui était extrêmement difficile de marcher. Nous l’avons soutenue et avons avancé, mais nous étions fatigués. J’étais très inquiet à propos de la santé de ma mère. Il lui était déjà difficile simplement de se mettre debout. J’étais inquiet pour son cœur.

 

Alors que je regrettais d’avoir saisi cette chance, j’ai levé la tête et j’ai vu le Maître marcher vers nous. Nous avons crié : « Maître ! » Mais il n’a pas répondu. Il a dirigé ses yeux vers ma mère et il semblait qu’il faisait quelque chose. Quand il a passé à côté de nous, nous nous sommes retournés pour regarder. Il regardait toujours le dos de ma mère pendant que nous étions en train d’entrer dans le stade. À ce moment-là, tous les pratiquants dans la cour étaient entrés dans la salle de conférence, mais le Maître était ici. Il devait sûrement s’occuper de certaines choses. Nous n’avons pas beaucoup songé à cela et nous sommes tout de suite entrés dans la salle.

 

Le lendemain, le corps de ma mère a subi une énorme transformation. Elle a beaucoup uriné et il y avait du sang dans son urine. Elle s’est sentie mieux après et tous ses symptômes ont disparu. Le gonflement a disparu. Alors nous avons compris que le Maître avait purifié son corps le jour précédent. Le Maître était en train de purifier le corps de chacun au cours de la conférence. Pourquoi est-il sorti pour purifier le corps de ma mère ? Peut-être parce qu’il a vu combien c’était dangereux pour ma mère.

 

Le Maître arrivait toujours tôt au stade. Si nous étions allés plus tôt ce jour-là, il aurait pu purifier le corps de ma mère, mais je devais attendre qu'un compagnon de pratique quitte son travail et m’aide à transporter ma mère. Donc nous ne pouvions pas aller au stade plus tôt. Mais le Maître nous a attendus dans la cour (juste quelques minutes avant la conférence). Dès que nous sommes entrés, le Maître est arrivé. Il était très silencieux et nous voyions que rien ne se passait. Ce n’est que quand ma mère a subi de grands changements que j’ai compris ce qui s’est passé. Le Maître a pris quelques minutes avant la conférence pour purifier son corps, peut-être aurait-il été trop tard si nous avions attendu la fin de la conférence.

 

Grâce à l’aide du Maître, la vie de ma mère a été sauvée et le Maître a purifié son corps. À chaque fois que j'y pense, je sens une très grande reconnaissance envers le Maître. C’est notre bienveillant Maître qui a vu tout cela et qui a éliminé cette malchance catastrophique avant qu’elle ne se produise. Le Maître a dit : « …en fait je vous chéris plus que vous ne vous chérissez vous-mêmes ! » (« Eliminer le dernier attachement ») Et cela a été prouvé. Le Maître nous a aussi dit dans différentes conférences qu’il serait responsable de nous si nous voulions cultiver.

 

4.         Faire face à la calomnie perverse

 

Une fois, le Maître a mangé des nouilles avec un pratiquant. Quand le propriétaire du restaurant a servi les nouilles, le Maître a dit d’un ton léger : « Il y a trop de sel dans ce bol ! » Le propriétaire s'est mis en colère et a répondu : « Vous me cherchez noise ! Comment le savez-vous avant même de l’avoir goûté ? »

 

Le Maître n’a rien dit et a commencé à manger. Le propriétaire a arrêté quand il a senti qu’il avait déchargé suffisamment sa colère. Le Maître a fini les nouilles sans rien dire. Quand le pratiquant a nettoyé la table et apporté les bols au propriétaire, il a mis son doigt dans le bol du Maître et l’a goûté, il a dit au propriétaire : « C’est trop salé. Vous avez mis trop de sel dedans. »

 

Le Maître nous a dit de « ne pas rendre la pareille quand quelqu’un vous bat, vous ne devez pas injurier celui qui vous a insulté. » Et il a agi ainsi avec calme.

 

5.         L’histoire du portier du temple Shifo (Bouddha en pierre)

 

Un jour, le Maître devait visiter le temple Shifo. La personne de contact de la localité et certains pratiquants sont venus voir le Maître, mais ils ont attendu vainement pendant très longtemps. Après midi, ils ont cru que le Maître n’allait pas venir, alors ils sont partis. Le Maître est arrivé quelque temps après leur départ.

 

Les premiers à voir le Maître furent le portier et son petit-fils. Ils ont commencé à parler et le Maître leur a parlé du Falun Gong, en l’introduisant au portier. Ce dernier a répondu : « Je suis trop vieux. Je ne suis pas très éduqué. Je ne pense pas pouvoir le pratiquer. »

 

Le vieux portier a raconté au Maître du problème dans sa famille, que le cerveau du petit-fils ne fonctionnait pas très bien. Il ne voulait pas aller à l’école et son éducation était à la traîne.

 

Le Maître a chaleureusement frotté la tête du garçon et lui a donné un bonbon. Le garçon l’a mangé avec joie.

 

Peu de temps après, il y a eu de bonnes nouvelles chez le portier. Son petit-fils avait complètement changé. Il était devenu intelligent et arrivait à comprendre les choses, il avait envie d'aller à l’école. Il écoutait les autres et avait de bonnes notes.

 

Le portier s’est dit : « Ce Maître de Falun Gong est extraordinaire et bon. Un bonbon a changé mon petit-fils. Son Falun Gong ne doit pas être mauvais. » Alors, il a emmené un groupe de villageois pratiquer le Falun Gong.

 

Traduit le 6 novembre 2004 au Canada de la version anglaise : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2004/10/20/53632.html

 

Version chinoise disponible sur : http://www.minghui.ca/mh/articles/2004/9/27/85154.html