Souvenirs du Maître lors de l’enseignement de la Loi à Chengdu

 

[Site Clartés et Sagesse]

J’ai eu la chance d’assister aux conférences de la Loi du Maître à Chengdu, province de Sichuan au mois de mai 1994. Lorsque j’y pense maintenant, cela a été le moment le plus précieux et le plus heureux de ma vie. J’aimerais partager mon expérience avec vous par écrit.

Maître était soigneusement et simplement habillé. Il avait l’air très bienveillant et compatissant. Auparavant j’avais assisté à plusieurs conférences de maîtres de qigong mais je ne les avais jamais entendu enseigner la Loi (Fa). Ils envoyaient seulement du « gong », vous envoyaient quelques-uns de leurs messages et certains enseignaient quelques mouvements de qigong. D’autres dessinaient quelque chose sur un morceau de papier et vous disaient de le garder. Maître était complètement différent de tous ces maîtres de qigong. Il enseignait la classe sans aucun livre ni aucune note. A chaque conférence, je l’ai simplement vu prendre un petit morceau de papier de la poche de son manteau et commencer la leçon. Il y avait 800 personnes dans la classe mais personne ne parlait. C’était très silencieux dans la salle de conférence. Maître était aussi plein d’humour en enseignant la Loi. Parfois ses paroles faisaient rire tout le monde. Je ne sais pas pourquoi mais je me sentais très à l’aise en écoutant le Maître. C’était une expérience très belle et très agréable. Même en m’en souvenant, je peux encore ressentir cette sensation.

J’ai assisté à la classe dans l’intention d’être guérit. Cependant, après quelques leçons, ma façon de voir la vie et mon opinion au sujet de la vertu ont changé. J’ai compris plusieurs vérités et j’ai su comment me comporter, comment devenir une bonne personne, même comment devenir une meilleure personne. Plus tard, j'ai naturellement voulu devenir un cultivateur authentique et toutes mes maladies ont alors été guéries.

J’avais eu toutes sortes de maladies depuis 1970. J’étais allé dans tous les grands hôpitaux de Chengdu et j’avais dépensé beaucoup d’argent, sans aucun résultat. Quelquefois, je me sentais si mal que je ne voulais pas vraiment vivre. En 1994, lorsque Maître a donné un cours à Chengdu, mon ami m’a demandé de venir à la classe. J’ai tout de suite refusé parce que j’avais décidé de ne plus pratiquer le qigong. Mon ami m’a encouragé à venir. Finalement, je suis allé au cours parce que je n’avais plus d’excuses. Cependant, dès que j’ai vu la photo du Maître sur la page de couverture du livre, Falun Gong de Chine, je n’ai pu m’empêcher de me dire, « Oui, je veux apprendre ça. Il est un vrai Bouddha. »

J’ai sentit que le Maître était si merveilleux parce qu’il savait tout ce qui se trouvait dans nos esprits. Un jour après la classe, quelqu’un a demandé au Maître de guérir ses maladies. Maître a dit, « Je ne soigne pas les maladies. Vous pouvez aller à l’hôpital pour vous faire soigner. » Cet homme a dit, « Ma famille m’a téléphoné de Beijing et m’a demandé de venir vous trouver ici. Ils ont dit que vous pouvez soigner toutes les maladies et que les patients sont tout de suite guérit. » Je l’ai interrompu et je lui ai dit, « Ne parlez pas de soigner les maladies. » Puis Maître a dit, « Certains n’en parlent pas [de vouloir être guérit], mais ils y pensent encore. » J’étais stupéfait. Comment Maître Li pouvait-il savoir ce que je pensais?

Une autre fois, après une classe, j’ai dit à quelques personnes, « Ceci est une école de qigong Bouddhiste. Je vous amènerai dans un temple pour vous convertir au Bouddhisme un jour. » Et ils ont accepté d’aller au temple. Le jour suivant, Maître a dit dans sa leçon :

« Certains laïques ayant entendu que c'est une pratique de la méthode de l'école bouddhiste, emmènent tout de suite nos élèves au temple pour se convertir. » (Zhuan Falun)

Puis Maître nous a parlé du principe de “ pas deux écoles de la Loi ». J’ai alors réalisé que ce que j’avais dit étais faux. Nous avons tous sentis que le Maître était incroyable. Il savait tout ce que nous pensions!

Une femme qui était venue avec moi en classe voulait écrire quelques notes dans le livre, Falun Gong. Avant qu’elle écrive quelque chose, Maître a dit :

« Certains font arbitrairement des traits et des marques dans mon livre." (Zhuan Falun)

La femme était tellement stupéfaite qu’elle ne pouvait plus tenir son stylo. Elle a dit, « Ce Maître est incroyable. »

Maître savait même ce que nous disions à la maison. Lorsque mon ami m’a convaincu d’aller en classe et que j’y suis finalement allé, j’ai entendu Maître dire qu’on avait traîné certaines personnes en classe. J’ai eu l’impression qu’il parlait probablement de moi. Malgré tout, Maître s’est toujours occupé de moi.

En classe, Maître nous a dit de nous étirer les mains, la main gauche pour les hommes et la main droite pour les femmes. Il nous a dit d'aplatir nos mains et de sentir la paume. J’ai immédiatement senti quelque chose qui tournait sur ma paume. Lorsque Maître a parlé d’installer les roues de la Loi, j’ai senti quelque chose tourner dans mon abdomen. A partir de ce moment-là, j’ai abandonné toutes mes notions. Nous ne pouvons pas juger Maître Li avec nos propres notions. Maître Li n’est pas une personne ordinaire. Il est si profond, si droit et tellement bienveillant.

Je voudrais présenter mes plus grands respects à notre grand Maître. Je veux bien parcourir le chemin tracé par le Maître, compenser toutes les pertes que je pourrais avoir apportées à Dafa, et utiliser mon temps de mon mieux pour accomplir nos missions. Maître, faites-nous confiance!

Le 6 février 2005

Traduit de l’Anglais au Canada le 21 février 2005

Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2005/2/7/95001.html

Version anglaise disponible à : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2005/2/20/57727p.html