La persécution du pratiquant de Falun Dafa M. Pan Benyu

[Site Clartés et Sagesse]

 

Le pratiquant de Falun Dafa M. Pan Benyu de la ville de Qiqihar a été illégalement arrêté pendant le mois d’octobre 1999 en raison de sa persistance à pratiquer le Dafa. Il a été condamné à des travaux forcés et a été brutalement battu et torturé. Après avoir été relâché il a exposé les crimes commis par les gardiens, persécutant et tuant les pratiquants de Dafa et suite à cela, il a même été plus violemment persécuté. Pendant le festival de la mi-automne 2005, Le fils de M. Pan, qui s’appelle Pan Yonglie et qui a 15 ans a été arrêté et emmené au département de la police pour avoir clarifié les faits quand au Falun Dafa. M. Pan Benyu vit actuellement éloigné de son domicile pour éviter d’avantage de persécution. L’article qui suit est sa narration personnelle de la persécution.

 

« Ils m’ont versé dessus de l’eau bouillante et de l’eau froide, ils m’ont frappé avec un banc jusqu’à ce qu’il se brise. »

Je m’appelle Pan Benyu, je vis dans la ville de Qiqihar, située dans la province de Heilongjiang. Je travaillais auparavant au centre sanitaire des chemins de fer de Qiqihar. Je veux exposer aux Nations Unies, aux organisations des droits de l’homme et aux tribunaux internationaux la persécution telle que je l’ai subie.

Le 26 octobre 1999, j’ai été envoyé à la division 1 du camp de travaux forcés de Nianzishan se trouvant dans le bureau ferroviaire de Qiqihar. Le chef de la division, Jiang Baili, a ordonné aux détenus de cogner violemment sur ma poitrine jusqu’à ce que je m’évanouisse. Puis ils m’ont versé de l’eau froide dessus. Je tremblais et je ne pouvais pas me tenir droit. Ils m’ont brûlé avec des cigarettes et frappé à la tête avec un tube en plastic dur et cela chaque jour jusqu’à ce que ma tête enfle et que je ne puisse même plus parler pendant l’appel. Jiang Baili a crié « Si tu suis les principes d’Authenticité Bienveillance Tolérance, je te battrais jusqu’à ce que tu sois invalide, tu n’auras pas de nourriture, je te menotterais à un arbre en été et je te donnerais en pâture aux moustique. »

En septembre 2000 j’ai fait appel auprès du camp de travaux et du tribunal concernant les atrocités de Jiang mais n’ai pas reçu de réponse. Au mois de novembre 2000, j’ai rempli un acte d’accusation contre Jiang Zemin pour ses crimes contre les pratiquants de Dafa. Le 20 novembre 2000 j’ai été transféré au camp de travaux forcés de Fuyu. Juste après que je sois sorti du véhicule, Jia Wejiung, le chef de la division 4 m’a électrocuté avec des matraques électriques. Il a souvent ordonné aux détenus de me battre.

Au mois de février 2001, les gardiens m’ont battu pendant presque une heure puis m’ont frappé à la tête avec un banc, provoquant quatre blessures profondes sur ma tête. Le banc s’est brisé et j’ai perdu conscience. Ils ont continué en me versant de l’eau bouillante dessus.

Le 16 mars 2001, les pratiquants de Dafa Ma Yong, Li Qi, Guo Dianhui et Li Weiling ont refusé de regarder des vidéos diffamant le Dafa. Le gardien Jia Weijun a électrocuté les pratiquants avec des matraques électriques. J’ai couru hors de ma cellule qui était située à l’extrémité est du bâtiment des cellule et je l’ai stoppé. Les détenus m’ont projeté à terre. Le pratiquant Wang Baoxian est alors sorti de sa cellule situé à l’extrémité ouest et à crié « Je ne tolérerai absolument pas la persécution des pratiquants de Dafa. » Jia Weijun a traîné Wang Baoxian vers une pièce sombre et l’a électrocuté avec des matraques électriques pendant presque une heure. Plus tard il a étendu la peine de Wang Baoxian de presque six mois.

 

Ma peine de détention, illégalement prolongée

Le 18 juillet 2001, trente-deux pratiquants de Dafa ont exigé leurs libérations inconditionnelles. Jia Weijing a encouragé six détenus, parmi lesquels figuraient, Zhang Baoshan, LIu Jianjun et Li Yan à persécuter les pratiquants de Falun Gong. Jia Weijun a dit « Frappez-les ! S’ils meurent, j’assumerais la responsabilité ! » Les détenus ont battu tous les pratiquants, y compris Yang Licheng qui avait plus de 60 ans. D’autres pratiquants ont crié « Falun Dafa est magnifique » et ils ont arrêté de donner des coups.

J’ai parlé à Li, le secrétaire politique du camp, du rôle de Jia Weijin dans les atrocités commises contre les pratiquants de Falun Gong. En réponse, Li a incité Jia Weijun à interdire aux pratiquants de Falun Gong d’utiliser les toilettes pendant toute une matinée. Les pratiquants ont entamé une grève de la faim en signe de protestation.

Lorsque des fonctionnaires du comité politique et judiciaire de la ville et du bureau 610 sont venus dans le camp de travaux, je leur ai parlé des coups donnés par les gardiens contre les pratiquants de Falun Gong et de la manière dont ils avaient transféré six pratiquants Ma Yong, Wang Baoxian, Zhang Xiaochun, Guan Changan, Lan Hongjun et Sun Jianjun dans le centre de détention de Fuyu et n’avaient pas autorisé l’utilisation des toilettes. Les autorités du camp de travaux ont répondu par des représailles contre moi. Le 5 juillet 2001, ils ont annoncé que j’étais sous arrestation criminelle et m’ont envoyé au centre de détention de Fuyu. J’y ai pratiqué les exercices du Falun Gong et le gardien Chen m’a traîné hors de la cellule. Il a coincé mes mains et mes pieds ensemble avec un instrument de torture appelé « mains en bâton » [ces bâtons peuvent provoquer des douleurs et des enflures, et leurs applications à long terme peuvent rendre invalide]. Il a frappé mon visage avec une ceinture jusqu’à ce que le sang coule de mon visage. J’ai crié « Falun Dafa est grandiose. » Presque tous les détenus dans la cellule ont aussi crié « Falun Dafa est grandiose ! Les coups ne sont pas autorisés ! » Le gardien a été bouleversé.

Le chef adjoint des procureurs de la province de Heilongjiang est venu au centre de détention pour une inspection. J’ai dit « rapportez ! » Les officiels qui l’accompagnaient ont dit « Dis le une fois de plus et tu es mort ! » Le pratiquant Wang Baoxian a aussi dit « rapportez. » Après que les fonctionnaires soient partis, les gardiens l’ont forcé à porter un bâton dans son dos, lui ont inséré des bambous dans les mains l’ont bâillonné et l’ont violemment battu.

Pendant ma détention j’ai soumis une déclaration d’appel à Zheng, l’ancien chef de la justice du tribunal de Fuyu et à Peng, le chef adjoint des députés des procureurs publics. Plus tard j’ai été informé que mon cas était monté jusqu’à la cour suprême. La cour suprême a émis une opinion judiciaire comme quoi je ne remplissais pas les critères de détention et devait par conséquent être relâché. Toutefois le bureau 610 a refusé de me relâcher et m’a au contraire détenu au centre de détention de Fuyu une année de plus que le prévoyait ma peine, sans prolonger officiellement ma sentence.

 

Les pratiquants Zhang Xiaochun et Wang Baoxian sont morts sous les coups de la persécution

Le pratiquant Zhang Xiaochun a été le premier à réciter Lunyu le jour du Falun Dafa. Les persécuteurs ont conspiré et ont émis un mandat d’arrêt. Zhang a entamé une grève de la faim pour protester contre l’extension de sa peine de détention. Pendant les cinq premiers jours de la grève de la faim il a été emmené à un hôpital ou il a été gavé de force. Le dixième jour, Liu, le député adjoint du centre de détention, a dit « Ce centre de détention n’a pas d’argent pour payer le gavage de force. Si vous ne mangez pas nous vous tuerons. » Il a demandé à Zhang Xiaochun s’il allait manger ou non et Zhang Xiaochun a dit « Non. » Liu a transféré Zhang Xiaochun de la cellule 7 à la cellule 5 (ils transfèrent souvent les pratiquants d’une cellule à une autre après qu’ils aient fait des arrangements pour appliquer des tortures cruelles). Ils ont gavé de force Zhang Xiaochun avec une concentration saline. A 9 heures du soir, le 29 juin 2002, Zhang Xiaochun est mort suite au gavage de force.

Le 12 juillet 2002, nous avons été escortés jusqu’au tribunal de Fuyu où un jugement illégal a eu lieu. Les persécuteurs m’ont ordonné de signer le certificat de mort de Zhang Xiaochun et j’ai refusé. Deux officiers de la sécurité du tribunal m’on poussé contre le sol et m’ont menotté les mains derrière le dos. Ils m’ont traîné vers le tribunal et m’ont illégalement jugé. Le procureur public a dit « Vous avez commis un crime en criant ‘Falun Dafa est grandiose’. » Je lui ai répondu « J’ai crié ‘Falun Dafa est grandiose’ pour empêcher le gardien Jia Weijun de battre les pratiquants à mort. Ils ont battu un vieil homme de soixante ans comme si c’était une poupée de chiffon et le détenu Zhang Baoshan m’a fait tombé une dent en me cognant. Les vrais criminels sont Jia Weijun et Zhang Baoshan. Zhang Baoshan est coupable de m’avoir attaqué et d’avoir fait tomber ma dent, ainsi il devrait être condamné à une peine entre une année et trois années de prison. Je suis la victime ! Je suis innocent ! Tous les citoyens chinois ont le droit de faire appel à Pékin, ainsi que la constitution le stipule et tous les citoyens chinois ont le droit de critiquer les dirigeants du parti et de l’état. Les fonctionnaires du gouvernement ne devraient pas manigancer contre ceux qui les critiquent. C’est un fait que j’ai été illégalement condamné aux travaux forcés. En tant que procureur public, vous violez la constitution et la loi criminelle en me persécutant. Où est votre conscience ? »

Li Guangping, le chef de la justice a fait des signes à l’officier de sécurité pour m’empêcher de me défendre. Wang Baoxian a écrit « la plus grave injustice depuis 10 000 ans » et Li Guanping a frappé Wang Baoxian.

Le 1er août 2002, j’ai reçu le verdict qui déclarait que j’étais condamné à quatre années de prison. J’ai fait appel auprès du tribunal intermédiaire de Qiqihar. Le 15 août 2002, mon appel a été rejeté et la sentence d’origine confirmée. Le chef de la justice Guo Yinghua a demandé si j’allais continuer à faire appel et je lui ai dit que oui. Le procureur public Guan Yimin m’a menacé « si tu fais encore une fois appel, nous te battrons à mort à la prison de Beian. »

Wang Baoxian a décrit dans sa déclaration d’appel la manière dont il avait été battu au centre de détention. Liu, le vice chef du centre de détention était exaspéré. Il a transféré Wang Baoxian de la cellule 7 à la cellule 6 et l’a brutalement frappé jusqu’à ce que le foie de Wang Baoxian, la rate et les reins soient blessés. Le 18 août 2002, Wang Baoxian a été battu à mort.

Wang, le procureur du centre de détention, a apporté un faux témoignage en faveur de Lin Guotao, un des détenus qui a battu Wang Baoxin à mort. Il a prétendu que Lin Guato n’avait pas battu Wang Baoxian, bien qu’il ait été un des principaux acteurs du passage à tabac qui avait entraîné la mort de Wang Baoxian. Wang Baoxian avait une fois rapporté à sa femme que les blessures qu’il avait aux yeux étaient le résultat des coups donnés par les mains de Lin Guotao.

Six pratiquants que je connaissais personnellement sont morts de la torture et des coups reçus. Zhang Xiaochun et Wang Baoxian sont morts au centre de détention de Fuyu et Liu Xiaodong est mort dans la division de rééducation de Fuyu.

 

Continuer à faire appel – être détenu dans une cellule solitaire

Le 25 décembre 2002, j’étais en train d’écrire une déclaration d’appel à la prison de Beian lorsqu’un détenu m’a frappé, provoquant des saignements. Le chef adjoint de la division Zhang Tongxin s’est saisi du brouillon. Après mes requêtes insistantes ils m’ont donné une copie du document d’origine.

En mars 2003, j’ai donné ma déclaration d’appel aux autorités de la prison et je leur ai demandé de la transmettre au tribunal. Le 25 avril 2003, j’ai demandé aux gardes si le tribunal avait répondu à ma demande et ils ont dit « Non ! Pourquoi être si pressé ? » J’ai dit « le Parti Communiste a tué deux pratiquants de Falun Gong. Certaines personnes dans le parti sont effrayées à l’idée que j’attaque en justice les criminels, ainsi ils ont bloqué l’information et m’ont enfermé au loin dans la prison de Beian afin que je ne puisse pas déposer plainte. Quel gouvernement au monde est capable d’actions si infâmes ? Seulement le Parti Communiste Chinois ! » Zhang Tongxin a entendu mes paroles et m’a mis en détention solitaire, ce qui est pire qu’être emprisonné dans les autres cellules.

Après mon retour dans ma cellule, j’ai dit au chef de division et à Wang Guoliang, le chef du groupe politique « Je vous ai donné ma déclaration d’appel il y a quatre mois, comment se fait-il que vous n’ayez aucune nouvelle du tribunal ? » Ils ont dit qu’ils ne l’avaient pas soumise pour moi. J’ai dit « Quel droit avez vous de retenir ma déclaration d’appel ? La constitution, la loi criminelle et la loi de la prison garantissent toutes que les citoyens chinois ont le droit de faire appel. Les fonctionnaires judiciaires du parti qui ont persécuté les pratiquants de Dafa à morts sont effrayés à l’idée que la vérité soit exposée et ont ainsi bloqué l’information et m’ont condamné à quatre années de prison. On m’a fait du tord ! Au lieu de transmettre mon appel, vous le retenez. Selon les anciennes lois chinoises, vous avez commis un crime majeur et vous devriez être exécutés. Vous avez trompé les dirigeants du pays en retenant une information qui leur est destinée et vous me persécutez, moi une personne innocente. Selon les lois actuelles, vous êtes en train de protéger des meurtriers et devriez être condamné à une peine de prison. »

J’ai continué à faire appel et j’ai rempli une accusation criminelle contre Jiang Zeming quand à la persécution du Falun Gong. Zhang Tongxin m’a une fois de plus détenu dans une cellule solitaire. Pendant que j’étais détenu en solitaire, j’ai demandé à rencontrer les fonctionnaires du haut tribunal de la province de Heilongjiang mais les autorités de la prison ont refusé.

Ils m’ont détenu solitairement parce que j’avais fait appel et rempli des accusations contre Jiang Zemin. Le pratiquant Zhou Yanjun de la 3e division a aussi rempli des accusassions contre Jiang Zemin. Il a été isolé. Les pratiquants Zhao Changhai et Feng Zhisheng de la division 7 ont été mis en détention solitaire parce qu’ils avaient rempli des plaintes légales contre Jiang Zemin. Comme nous avions exposé les crimes de Jiang Zemin en prison, les autorités ont encouragé les détenus à persécuter les pratiquants. Ils ont ordonné aux détenus de faire des rondes pour surveiller les pratiquants de Dafa et les empêcher de dormir pendant huit jours et huit nuits. Les détenus frappaient les pratiquants à chaque fois qu’ils inclinaient la tête. Le détenu Bai Fulin a crié « arrêtez de battre les pratiquants de Falun Gong, ne les tuez pas ! » Les gardiens ont enfermé Bai Fulin en détention solitaire et ont annulé son opportunité d’obtenir une réduction de peine de 11 mois. Bai Fulin a dit « Alors c’est cela le gouvernement du peuple ? Ils ont enfermé les gens qui essayaient d’arrêter les coups donnés dans des cellules d’isolement alors que ceux qui donnent les coups sont libres et en dehors de la loi. »

Zhang Tongxin s’est arrangé pour que cinq détenus me surveillent et m’empêchent de dormir. Les détenus savaient que j’étais une bonne personne, et ils restaient debout et surveillaient l’extérieur au lieu de me torturer. Zhang Tongxin est personnellement venu et a essayé de m’emmener dans la cellule de détention solitaire. J’ai refusé d’y aller et il m’a traîné. J’ai crié « Falun Dafa est grandiose ! » Zhang Tongxin a dit qu’il allait me torturer à mort dans la cellule de détention solitaire. Il ne m’a donné aucune couverture ou autre chose et m’a enchaîné à un anneau fixé sur le sol pendant un mois. Les gardiens ont apporté une déclaration de garantie et m’ont ordonné de la signer. J’ai refusé. Ils m’ont menotté les mains derrière le dos et les ont attachées à un autre anneau fixé sur le sol, de telle sorte que je ne puisse ni m’asseoir ni me coucher. Ils ont inséré les plus petits bambous dans mes mains. Ma main a gravement enflée en moins de deux heures. J’ai entamé une grève de la faim et j’ai vomi du sang. Je leur ai demandé d’enlever les bambous. Les gardiens ont répondu qu’ils ne les enlèveraient que lorsque je signerai la déclaration de garantie. J’ai fermement refusé de coopérer avec eux.

 

Quand est ce que les bonnes personnes ne souffriront plus ?

Des fonctionnaires du département judiciaire de la province sont venus inspecter le travail en prison. Ils se sont rendus vers les cellules solitaires et j’ai crié « Des fonctionnaires du gouvernement ont tué des pratiquants de Dafa. Ils ont été effrayés que leurs crimes soient exposés et ont ainsi caché la vérité et m’ont condamné à quatre années de prison. Ils m’ont détenu en cellule solitaire pour avoir fait appel ! Ils utilisent des instruments de tortures et veulent me tuer ! » J’ai crié pendant plus de 20 minutes. Ils m’ont ignoré.

Comme j’avais dit la vérité à l’équipe d’inspection provinciale, les autorités de la prison ont manigancé contre tous les pratiquants détenus en cellules solitaires. Environ huit d’entre nous n’avons reçu plus que deux bols de soupe au riz par jour, des bols qui n’étaient en réalité qu’une cuillère de riz dans un bol d’eau. J’étais si affamé que je voyais les murs blancs tourner au rose et je m’évanouissais souvent à cause de la faim. J’ai dit au secrétaire Feng que j’urinais du sang à force d’avoir si froid et de ne pas avoir de couverture ou autre chose pour me réchauffer. Il a répondu « Qui essaies-tu d’impressionner ? Si tu urines du sang, bois le. » J’ai dit « J’ai vomis du sang à cause d’une grève de la faim qui a duré longtemps. » Il a répondu « Tu l’as mérité ! » Je lui ai demandé d’enlever les instruments de tortures de telle sorte que je puisse utiliser les toilettes. Il m’a dit de faire mes besoins dans mon pantalon. Je lui ai dit « Je ne vous ai jamais maltraité ! Pourquoi êtes-vous si cruel envers moi ? » Il m’a répondu « Pourquoi est ce que nous vous enfermerions si nous ne voulions pas vous donner une leçon ? »

Les muscles de mes biceps ont formé des ulcères parce que la circulation du sang était coupée. De petits morceaux de chair se sont mis à bourgeonner au niveau des articulations et la douleur était atroce. Le temps s’écoulait minute par minute. J’ai été enfermé en détention solitaire pendant plus de 70 jours.

Mon caractère moral s’était amélioré après avoir étudié le Dafa. J’ai offert le salut à plusieurs personnes et j’ai rendu de l’argent que j’avais trouvé dans la rue. Malgré tout j’ai été licencié, j’ai perdu ma liberté personnelle et j’ai été battu et torturé. Ma femme a divorcé de moi, mes parents sont hospitalisés et mon fils de 15 ans Pan Yonglie a été illégalement arrêté par la police et envoyé au département de police alors qu’il clarifiait la vérité durant le festival de la mi-autonome. Même maintenant la police me poursuit encore et je suis obligé de me déplacer de lieu en lieu.

 

Le pratiquant de Dafa Pan Benyu

 

Le 19 septembre 2005

 

Le nom de certains persécuteurs :
Jiang Baili du camp de travaux forcé des chemins de fer de Qiqihar
Dans la prison de Beian: Liu Youtang, Tan Zhonghua, Zhang Tongxin
Les persécuteurs mentionnés ci-dessus sont particulièrement mauvais à l’encontre des pratiquants de Dafa.

 


Traduit de l’anglais au français en Suisse le 9 octobre 2005

Glossaire : http://www.vraiesagesse.net/glossaire/glossaire.htm

Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2005/9/24/111133.html
Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2005/10/6/65611.html