Se remémorer des miracles lorsque Maître a transmis son enseignement dans la ville de Wuhan

Clartés et Sagesse]

Il y a treize ans, j’ai eu le bonheur d’obtenir le Falun Dafa. Grâce à la grande protection de Maître, je suis arrivé jusqu’ici aujourd’hui. Maintenant je vais partager plusieurs miracles que j’ai vécus avec vous.

Au mois de mars 1993, il y avait la fièvre du Qigong dans toute la Chine; tout le monde croyait que le Qigong pouvait guérir les maladies. Je suis entré dans le Dafa aussi avec la pensée de guérir ma maladie. A l’époque j’ai entendu qu’un super Maître de Qigong venait de Pékin pour enseigner des conférences à Wuchang. Il guérissait les maladies avant les conférences et donnait des conférences avec du Gong.

1er récit : Un chauffeur s’est rendu à la ville de Wuchang pour réserver des tickets – il fallait à l’époque se rendre à la société de Qigong. Il a vu de ses propres yeux que Maître avait guéri les maladies d’un patient. Il a vu que Maître n’utilisait aucun médicament ou aiguille, que ses mains ne touchaient pas le corps du patient mais se déplaçaient seulement au-dessus de la plaie qui est devenue de plus en plus petite. Il a dit plus tard « C’est un vrai Maître de Qigong. Ce que j’ai vu est la vérité ! » Puis il a emmené son ami à Wuchang pour qu’il guérisse de ses maladies. Cet ami avait des saillies osseuses dans les deux jambes et ne pouvait plus marcher depuis plusieurs années. Après avoir été ajusté par Maître il a pu marcher immédiatement. Toute sa famille était très heureuse disant qu’ils avaient rencontré un vrai Maître de Qigong et tous étaient très reconnaissants envers la bonté du Maître.

2ème récit : Maître a donné une conférence sur le Qigong avant son enseignement et j’ai écouté chaque mot du Maître. J’ai ressenti que c’était différent des autres Maître de Qigong et que ce que Maître disait était vraiment la vérité. Chaque mot sonnait juste dans mon cœur. L’atmosphère de l’auditoire était très bonne et je me sentais très bien. Avant de partir j’ai pris une Introduction au Falun Gong. Le deuxième jour j’ai eu un peu de temps libre et j’étais impatient de lire avec attention l’introduction. Après avoir lu la moitié, j’ai ressenti un courrant chaud qui s’étendait à tout mon corps. Parce qu’à ce moment il faisait froid, j’ai pensé que c’était un collègue qui avait mis en marche le radiateur. Lorsque j’ai vu qu’il était éteint j’ai réalisé que c’était parce que je lisais l’introduction au Falun Gong. J’ai dit au fond de mon cœur « Oh ! C’est un véritable Maître de Qigong. Je n’ai pas appris les exercices, mais j’ai seulement lu l’introduction et mon corps réagit déjà. Où est ce que je pourrais trouver quelque chose de plus favorable ? » Puis j’ai été déterminé à participer aux conférences de Maître.

3ème récit : Avant la classe, un couple de la campagne avait un enfant de moins de trois ans souffrant d’une maladie du sang. Le couple s’était rendu dans un grand nombre d’hôpitaux pour guérir leur enfant et avait utilisé un grand nombre d’ordonnances traditionnelles mais rien n’avait fait d’effet. Après quelques ajustements par Maître il a rapidement retrouvé la forme. Le jour ou l’enseignement a commencé, ce couple avait préparé une banderole sur laquelle était écrit « Un Bouddha vivant est venu dans le monde séculier ; guérissant miraculeusement et ramenant les morts à la vie. » Le couple s’est agenouillé devant Maître en face de tous pour le remercier de sa grande faveur. Tous les pratiquants en ont eu les larmes aux yeux, étant contents pour l’enfant et reconnaissant pour la compassion de Maître.

4ème récit : Lors des conférences, mon œil céleste s’est ouvert. J’ai vu que la scène de l’auditoire n’était pas du tout une scène mais une grande porte et que Maître enseignait la Loi à l’intérieur de la porte. Les deux portes étaient ouvertes et de chaque côté se trouvaient quatre personnes dans des costumes de guerriers. Je ne savais pas ce que c’était à l’époque, mais selon l’avis de pratiquants à posteriori, s’étaient les huit Dieu Bouddhistes. J’ai vu des personnes et des personnes niveau après niveau derrière le dos de Maître. A l’époque je n’ai pas pensé d’avantage, mais j’ai simplement pensé que c’était miraculeux. Puis j’ai eu des pensées humaines et toutes les images se sont évanouies.

5ème récit : Lorsque Maître présentait ses conférence à Wuchang et Hankou, certains pratiquants Lui ont dit que dans certains lieu des personnes avaient trois emplois et qu’elles n’avaient pas le temps de venir et d’écouter la Loi (Fa) ; ainsi elles se demandaient si Maître pouvait enseigner prêt d’elles. Maître y a immédiatement consenti, donnant un enseignement avec environ mille personnes. Beaucoup de personnes des trois municipalités de Wuhan y sont allées, remplissant la salle qui était plus que comble, car tous savaient que le Falun Dafa est bon.

6ème récit : Lorsque Maître a donné son enseignement à Wuhan, plusieurs compagnon de pratique et moi avons par chance participé à la première et cinquième classe. Comme les anciens pratiquants ressentaient déjà les bienfaits et la joie que Dafa leur avait apportés à eux et à leurs familles, ils étaient tous reconnaissants du fond du cœur envers le Maître. Avant la fin de la dernière classe, les pratiquants ont suggéré d’inviter Maître à dîner, mais, fait surprenant, Maître a refusé avec politesse. Les anciens pratiquants ont été déçus pensant que Maître nous donnait tant, pourquoi ne prendrait-il pas ne serait-ce qu’un repas offert par nous ? Il était si pur. Nous n’avions pas d’autre moyen que de préparer du bon thé pour Maître durant les classes, mais une fois de plus Maître l’a refusé poliment. Pendant la conférence nous avons vu que Maître ne prenait pas d’eau. C’était la même bouteille après dix conférences, ce qui nous a tous bouleversés. Maître se préoccupait tellement des êtres mais ne demandait rien en retour.

7ème récit : Il y a un paragraphe dans Enseignement de la Loi à la conférence internationale de Loi de l'ouest des États-Unis (questions et réponses)

« Parler de cela me rappelle quelque chose. Pendant toutes ces années, il y a une facette de la Loi dont je n'ai pas fait mention. Quand la persécution était vraiment intense, en 2000, les élèves de Chine continentale étaient exposés à la propagande calomnieuse envers le Maître créée par la perversité et quelque chose qu'un élève a dit m'a vraiment marqué, c'est un point de vue qui doit être corrigé. Le grand chef démon et le PCC ont fabriqué des mensonges, ils ont dit à nos élèves combien leur Maître était riche, qu'il avait tel et tel appartement luxueux à Pékin et Changchun et quel style de vie extravagant il menait. Quand j'enseignais la Loi en Chine, mon style de vie était très simple en fait. Et bien, un élève de Chine continentale a dit : « Notre Maître est le meilleur, il ne serait pas comme ça. Si notre Maître était ainsi, je ne le suivrais pas. » J'ai été attristé par cela et encore plus qu'auparavant, j'ai compris la difficulté et la souffrance ressenties par les êtres divins précédents descendus dans le monde pour sauver les gens. La cultivation-pratique est la question de se cultiver soi-même, pourquoi regarder les autres ? »

Au cours de la dernière conférence, j’ai vu sur le mur extérieur de l’auditorium qu’il y avait une phrase du Maître qui m’a laissé une profonde impression : « Il y a une voie pour cultiver le gong, le cœur est ce chemin. La Grande Loi est sans limite, la souffrance est le bateau » (24 juillet 1992). J’y ai pensé encore et encore mais je n’étais pas parvenu à la comprendre alors. Mais après des épreuves et des épreuves de plus de dix années, j’en comprends vraiment la signification.

8ème récit : Durant la première classe, Maître a pris un peu de temps pour se rendre à la ligne directe de la radio de Wuhan pour ajuster le corps des êtres. Un jeune homme souffrait de maladie du sang et il y en avait trois d’entre eux à l’hôpital en même temps. Un matin, cette personne avait allumé la radio par hasard et avait entendu Maître dire ; bonjour à tous ! Pensez à votre maladie principale, et levez votre jambe gauche…. Le jeune homme a pu se lever du lit sur le champ. Après avoir été ajusté par Maître, le jeune homme a couru en une fois jusque chez sa famille pour leur dire qu’il voulait participer aux conférences données par Maître. Après plusieurs jours la famille a finalement trouvé l’endroit où Maître donnait son enseignement. La famille entière a participé aux conférences du Maître et tous en ont bénéficié.


Traduit le 19 mai 2006 de l’anglais en Suisse
Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/5/13/73210.html
Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2006/5/11/127404.html