N’ayant aucun karma à payer, Maître souffre pour nous sauver (Photo)

 

[Site Clartés et Sagesse]

 


Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Chine

 

Lorsque Maître a tout d’abord commencé à enseigner la Loi [Fa] en Chine je n'avais pas encore commencé la pratique de cultivation. J'étais très curieux et j’aimais réfléchir à toutes sortes de choses étranges en moi-même. J'aimais lire les livres de Qigong et j’avais également lu quelques livres sur la pratique de cultivation. Je connaissais des gens dans l'Association scientifique de recherches de Qigong et j’étais ainsi bien informé au sujet de la situation des toutes sortes de Qigong. J'ai trouvé que le Falun Gong était très bon alors et qu’il était différent de n'importe quel autre Qigong. Je trouvais également que le Maître était très différent des autres maîtres de Qigong. Maître était si paisible et aimable. Peut-être que j'ai été attiré par la compassion puissante du Maître. Même si je ne pratiquais pas encore la cultivation, j'enviais les employés et les étudiants autour du Maître et je voulais être en contact avec eux et en apprendre plus au sujet du Falun Gong.

Aucune adresse définitive, aucun lit, juste un divan

Tous les anciens pratiquants du Falun Gong savaient que le Maître n'avait aucune résidence permanente lors des conférences à Pékin. L'achat d'un appartement n'était pas encore populaire alors, car les employeurs assignaient normalement des appartements aux employés. D'une façon générale, la situation de logement à Pékin était très restreinte. Les employés entourant le Maître n'étaient pas riches. De plus Maître n'était pas enregistré en permanence à Pékin et n'avait donc pas de résidence à Pékin. J'ai rencontré le Maître pour la première fois au logis d’un membre de sa parenté. C'était deux salles reliées à un pavillon, une salle avait un lit mais l’autre n’avait qu’un divan. C'était la chambre à coucher du Maître ainsi que son salon. Je me suis demandé comment Maître pouvait se reposer la nuit. Les employés autour du Maître se sentaient mal à l’aise d’être incapable de trouver un meilleur endroit pour le Maître, mais n’ont pu rien trouver pendant longtemps.

Plus tard, les conditions de vie du Maître se sont améliorées en déménageant dans un appartement qui appartenait à un pratiquant. Le couple de pratiquants étaient déménagé d’outre-mer pour vivre avec leurs enfants adultes et avaient donc un appartement de deux chambres disponible. Maître a vécu dans l’une de ces deux chambres à coucher et l'autre chambre est devenue une salle d'accueil pour les employés et les étudiants. Que ce soit les employés, les étudiants ou les amateurs de Qigong, tous voulaient rester près du Maître. Souvent Maître ne pouvait pas se reposer, mais ne s’est jamais plaint et souriait toujours avec bienveillance.

 

J'ai remarqué une statue de Bouddha dans la chambre. Maître l’avait sculptée auparavant de ses propres mains. Maître l'a donnée en cadeau à un disciple. C’est un fait très peu connu.

 

Il y a quelques années, la télévision contrôlée par l’État chinois a diffusé des mensonges disant que le Maître avait un « manoir ». Par la décoration intérieure du manoir, on peut voir facilement que ce n’était pas du tout la résidence du Maître.

 

 

Maître n'avait aucune résidence décente dans la région du nord-est non plus. Maître et sa famille vivait dans un vieux bâtiment situé au chemin de Jiefang dans la ville de Changchun. Un jour, il y a eu un feu électrique dans le bâtiment. Les appartements voisins ont passé au feu mais l'appartement du Maître était et sain et sauf. Cet incident s’est rapidement répandu parmi les étudiants à ce moment-là et tout le monde était étonné.

Les chemises étaient rapiécées, Maître marchait souvent faute de billets d’autobus

Maître vivait sur un budget très limité en donnant des conférences à Pékin. Quelques étudiants avaient vu les pièces sur la chemise du Maître. Quand le Maître a tout d’abord commencé à donner des conférences, souvent il n'avait même pas l'argent pour payer le prix de l'autobus et marchait pour épargner l'argent pour les dépenses de la conférence, Pour publier le premier livre de Falun Gong de Chine, Maître a rencontré, par l’entremise d’un pratiquant, une personne qui a promis de prêter 20.000 Yuans sous quelques conditions. Maître a beaucoup payé pour ceci. Maître ne l'a jamais mentionné à quiconque. Pour que les étudiants mettent leur cœur et leur esprit dans l’étude de la Loi et pratiquent les exercices, Maître n'a jamais accepté aucun don des étudiants et a supporté les difficultés tranquillement par lui-même.

Le Falun Gong était sous la tutelle de l'Association de recherches de Qigong à ce moment-là et devait payer des frais d'adhésion élevés. Une grande partie des revenus des cours allait au commanditaire. Il ne restait presque plus rien après avoir déduit les coûts pour le logement et la nourriture, frais de voyage ainsi que les salaires des quelques employés qui n’avaient aucun autre revenu. Je me souviens lorsque Maître a donné les conférences à Guangzhou. Les employés avaient apporté beaucoup de nouilles instantanées parce que le coût de la vie à Guangzhou est relativement élevé. Après être revenu à Pékin j'ai entendu dire que tout le revenu était allé pour les dépenses, mais heureusement nous n'étions pas en dette. Maître ne s’occupait pas du budget; quelques employés en étaient responsables.

 

Pour soulager les étudiants et profiter à plus de gens, Maître chargeait très peu pour les classes. Par exemple, les classes à Pékin coûtaient seulement 40 yuans pour les nouveaux étudiants et 20 pour les étudiants qui revenaient. C'était alors le coût le moins cher parmi toutes sortes de classes de Qigong.

 

Peu après la publication officielle de Zhuan Falun au début de 1995, la succursale affiliée au gouvernement en a interdit la publication dans le deuxième semestre de 1996. Plus tard, les livres utilisés par les étudiants étaient tous des versions piratées de mauvaise qualité de publication et de reliure. Pour dire franchement, la publication de Zhuan Falun n'a pas accumulé de fond pour le Falun Gong ; bien que les spéculateurs aient fait beaucoup d'argent en vendant des versions piratées.

Des crêpes au blé pour le petit déjeuner et du riz et du tofu pour le déjeuner

Pour donner des conférences sur la Loi, Maître était souvent trop occupé pour manger ou se reposer. Un jour pendant une pause j'ai vu un ancien pratiquant sortir des crêpes de blé pour le petit déjeuner du Maître, avec rien à l'intérieur. Il était presque midi, mais Maître n'avait pas encore pris le petit déjeuner. Parfois Maître sortait le matin par affaires et revenait tard. Une conférence était prévue dans l'après-midi. En réalisant que le temps manquait, il partait en hâte sans déjeuner. Pendant l'Expo orientale de santé de 1993, comme tous les étudiants et disciples, Maître avait acheté une boîte de riz pour manger. Je me suis approché et j’ai jeté un coup d'œil; c’était simplement du riz garni de tofu sur le dessus.

Maître avait un horaire chargé, chaque jour où il donnait des conférences en Chine. Souvent, dès qu'il finissait une session en soirée dans une ville, il prenait les billets de train et allait immédiatement attraper le train pour la prochaine ville. Selon les employés, ceci était devenue une routine.

Lorsqu’il y avait des conférences dans la région du nord-est, il y avait une classe le matin et une autre classe l'après-midi, avec différents étudiants et présenté à une allure différente. Pendant dix jours consécutifs Maître devait donner des conférences pendant toute une journée à chaque jour. Lors des jours de conférence, beaucoup de gens venaient demander au Maître de guérir leurs maladies, même pendant la pause du midi. Toutes sortes de gens entouraient le Maître et Maître étaient toujours aussi gentil et essayait de son mieux de les satisfaire.

Maître menait une vie difficile en donnant des conférences sur la Loi. Selon les disciples qui l’accompagnaient pendant un voyage chaud et humide au milieu de l'été, à la province de Shandong, tout le monde suait beaucoup chaque jour, mais ils ne pouvaient trouver aucun endroit pour prendre une douche. C’était la même chose pour le Maître.

Le kiosque du Falun Gong était plein de notes de remerciements

En apprenant que Maître amenait des disciples pour participer à l'Expo orientale de santé, un collègue et moi avons pris l'autobus pour aller voir le traitement de maladies du Falun Gong à l'Expo. L'autobus était bondé. Nous avons causé tout le long sur l'autobus. Lorsque nous étions sur le point d'arriver, inconsciemment j'ai tourné ma tête et ah ! Maître étais aussi dans l'autobus. J'ai dit bonjour à la hâte. Maître a souri : « Je vous a vu causer avec enthousiasme ». Nous sommes descendus de l'autobus et avons marché tout joyeux avec le Maître. Un couple plus âgé est venu vers nous, avec une lettre de remerciement dans du papier rouge à la main. Les yeux du monsieur étaient rouges et remplis de larmes de gratitude. Maître lui a dit : « Vous voyez, maintenant elle va très bien ». J'ai su que la vieille dame souffrait d’une certaine maladie et que son ventre était très gros. Personne ne pouvait la guérir. Hier Maître l'avait guérie. Aujourd'hui elle était comme une nouvelle femme et tout était normal.

 

Pendant l'Expo, Maître a divisé son gong parmi les disciples et a scellé les dimensions de leurs autres corps. Tous les disciples sont devenus très puissants et divins et ont traitées les maladies efficacement. Du matin au soir, le kiosque du Falun Gong était plein de personnes. Certains y étaient allés le jour auparavant. Ils se sentaient très bien et amenaient plus de personnes aujourd'hui, il y avait donc de plus en plus de gens qui venaient voir le Falun Gong. D'autres kiosques de l'exposition étaient peu occupés et certains n'avait personne qui visitaient. À la fin, il y avait tant de foule pour le Falun Gong qu'elle occupait l'espace devant d'autres kiosques. Le coordonnateur de l'événement a dû venir pour maintenir l'ordre. Le kiosque du Falun Gong était rempli de lettres de remerciement et les gens continuaient à en apporter davantage. Beaucoup de gens ont fait la queue en attendant l'autographe du Maître. Les directeurs de l'Association scientifique de recherches de Qigong ont voulu prendre une photo avec le Maître.

 

Comme d’habitude, Maître a fait de son mieux pour satisfaire tout le monde et a soigneusement protégé les esprits de ceux qui voulaient être bons. Beaucoup de gens sont venus juste pour visiter le Maître, admirant sa réputation. J'ai vu un homme dans la cinquantaine qui se tenait à l’extérieur de la foule, très excité saluant le Maître en serrant les deux mains et partir tranquillement après que Maître l’ait salué. Le champ d'énergie au kiosque du Falun Gong était très fort. Certains qui étaient au départ très malades se sentaient tout à fait à l’aise après s'être tenu là pendant un moment, alors ils ne voulaient plus partir.

 

Le Falun Gong a ébranlé toute la ville de Pékin en quelques jours. Les gens ont répandu la nouvelle et certains sont même venus voir le Falun Gong de l’extérieur de la ville. Pour cette raison, après l'Expo, Maître a temporairement ajouté une session de Falun Gong à Tianjin qui est tout près.

Maître n’a pas de karma à payer, Il souffre pour notre salut !

Dans les pratiques de cultivation du passé, les disciples pourvoyaient à tous les besoins quotidiens des maîtres avec tous ce qu’il y avait de meilleur. Notre grand et bienveillant Maître ne prend même pas un sou des disciples mais est simplement intéressé à changer leur cœur, pour qu’elles deviennent de bonnes personnes.

 

On dit que lorsque Sakyamuni donnait des conférences dans différents pays à ce moment-là, les Rois et les fonctionnaires de haut rang offraient leurs meilleures maisons à Sakyamuni et à ses disciples et la meilleure nourriture pour Sakyamuni. Certains Rois bâtissaient des maisons et pavaient la route avec de l'or spécialement pour Sakyamuni comme invitation à parler dans leurs pays.

 

Tandis qu’il donnait des conférences en Chine, Maître menait une vie difficile. Imaginez quel effort énorme Il a dû faire. En y pensant, je me suis senti coupable et honteux. J’espère sincèrement que Maître puisse vivre dans la meilleure maison au monde et manger la meilleure nourriture au monde ; j'espère sincèrement que Maître peut être plus satisfait et avoir peu de soucis. Maître n'a aucun karma à payer. Maître souffre pour nous sauver !

 


Version anglaise à : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/5/27/73812p.html

Version chinoise à : http://minghui.ca/mh/articles/2006/5/22/128406.html

Traduit de l’anglais au Canada le 27 mai 2006