Vingt-trois (23) décès confirmés de pratiquants de Falun Dafa sous la persécution en Chine en avril 2006 (Photos)

[Site Clartés et Sagesse]


En avril 2006, 23 cas de pratiquants de Dafa en Chine continentale morts en raison de la persécution ont été confirmés. Parmi eux on compte 11 femmes pratiquantes dont 48% du total; neuf (9) pratiquants décédés sur 23, c’est à dire 39% des décès, avaient plus de 55 ans. La plus jeune était Mme Du Juan une docteure de 29 ans de la ville de Chongqing qui est décédée le 14 avril 2006. Seize (16) des 23 cas de mortalités ont eu lieu entre les mois de janvier 2006 et avril 2006 Cinq (5) pratiquants sont morts en avril 2006. Les statistiques des sites de Minghui/Clearwisdom/Clartés et Sagesse ont vérifié au moins 53 décès de pratiquants de Falun Gong en Chine continentale entre janvier et avril 2006.

Depuis que le groupe de Jiang Zemin et le parti communiste chinois (PCC) ont commencé à persécuter le Falun Gong le 20 juillet 1999, les décès de 2876 pratiquants de Falun Gong ont été vérifiés par les canaux civils, pourtant il ne s’agit que de la pointe de l'iceberg des décès résultant de la persécution. Récemment, on a révélé que les agents du PCC ont prélevé des organes de pratiquants de Falun Gong en vie dans les camps de travail, prisons, camps de concentration et hôpitaux, et ont par la suite incinéré les corps pour détruire toute preuve. En raison du blocus de l'information et de la dissimulation par le PCC, nous n’avons pas pu jusqu'ici ni vérifier ni confirmer le nombre et les noms de pratiquants qui se sont fait prélever des organes.

Pendant presque sept ans de persécution, les membres du personnel des centres de détention, camps de travail, prisons, lieux des Bureau 610, hôpitaux et autres endroits de persécution ont appliqué la torture mentale et physique contre les pratiquants de Falun Gong. Cela s'est produit dans le cadre de la politique du groupe de Jiang Zemin de « battre à mort équivaut à un suicide » et toute une série d'autres politiques de génocide.

Les bourreaux ont utilisé la torture pour forcer les pratiquants à renoncer à leur croyance et afin de pouvoir atteindre également des « quotes-parts de réforme » [pour des quantités spécifiques de pratiquants de Falun Gong ayant renoncé à leur croyance]. Ils ont utilisé plus de quarante types de torture dont l'électrochoc, les brûlures, le gavage forcé, le viol et le viol de femmes pratiquantes par tout un groupe à la fois, les piqûres et la prise forcée de drogues –préjudiciables au système nerveux, qui ont eu comme conséquence la mort et l'incapacité permanente de beaucoup de pratiquants de Falun Gong. D'ailleurs, ces endroits où les pratiquants de Falun Gong sont illégalement détenus sont également des endroits où les agents du PCC prélèvent des organes des pratiquants vivants. Ces endroits servent de banques d'organes de personnes encore en vie. Les gardiens travaillant dans ces endroits menacent souvent les pratiquants de Falun Gong en disant des choses comme, « Si vous 'ne vous reformez pas,' vous serez envoyés dans les camps de travail dans le nord-ouest et ne reviendrez jamais » Certains gardiens ont ouvertement dit aux détenus qui battaient les pratiquants, « Ne frappez pas le bas du dos. Les reins sont utiles! » Nous pouvons dire en dépit du blocus de l'information que beaucoup de pratiquants de Falun Gong ont disparu après avoir été arrêtés et détenus.

Les 23 cas qui ont été vérifiés en avril sont répartis à travers dix provinces et villes. Cinq pratiquants venaient de chacune des provinces du Heilongjiang et du Liaoning, quatre pratiquants étaient de la province du Jilin, deux pratiquants de la province du Hebei et deux autres de la ville de Chongqing, et un pratiquant de chacune des provinces du Gansu, du Hubei, d'Anhui, de Pékin et de la province du Jiangsu. Certains de ces pratiquants ont été torturés à mort en garde à vue policière. Certains ont été torturés jusqu’au seuil de la mort puis ensuite libérés, après quoi ils ont été sans interruption harcelés et persécutés par les fonctionnaires locaux du PCC qui ont saccagé leurs maisons et les ont pourchassés dans les rues. Ils sont morts sous la pression intense.

M. Wang Jianguo âgée de trente-deux (32) ans est torturé au centre de détention No. 1 de la ville de Jilin

M. Wang Jianguo, 32 ans, était un pratiquant de la province du Jilin. Lui et son épouse Zhao Qiumei de la ville de Jilin ont été arrêtés par un groupe de policiers dont le chef Tan Xinqiang du commissariat de police de Nanjing du district de Chuanying le 2 mars 2006. Zhao Qiumei a été illégalement condamnée à un an de camp de travaux forcés. Wang Jianguo a été torturé au commissariat de police de Nanjing et par la suite détenu au centre de détention. Le 10 avril il a été torturé à mort au centre de détention No. 1 de la ville de Jilin.

 


Mort après 40 jours: une bonne personne est persécutée. Qui peut connaître la peine de parents aux tempes argentées qui disent adieu à leur fils à la chevelure noire.

 

Wang Jianguo avait pratiqué le kung fu et il était en très bonne santé. Lui et son épouse étaient propriétaire d’une petite épicerie. Le 2 mars 2006 des policiers du commissariat de Nanjing du district de Chuanying ont saccagé la demeure de Wang Jianguo. Ils ont arrêté Wang Jianguo et Zhao Qiumei et ont pris de la marchandise pour une valeur de 30000 yuans et 3200 yuans en liquide. La police a été très grossière quand la famille les a remise en cause au sujet des biens et de l'argent disparus. Après l’arrestation de Wang Jianguo, la police l’a torturé jusqu’à ce qu’il ait des blessures graves aux bras et au visage. Le 31 mars, les policiers du commissariat de Nanjing ont envoyé Zhao Qiumei au centre de détention No. 1 de la ville de Jilin.

Le matin du 11 avril la famille de Wang Jianguo a reçu un appel téléphonique du centre de détention No. 1 de la ville de Jilin, « Hier, Wang Jianguo a été envoyé à l’hôpital No. 2 pour un traitement de secours. Les efforts de secours ont été sans succès et il est mort en raison de l'échec respiratoire… » Nous avons appris que Wang Jianguo avait été férocement gavé au centre de détention.

Selon l’examen physique : T: 0 P : 0/minute R : 0/minute

BP : 0/0mmHg conscient : 0 Pupilles : gauche 4mm droite 8 -10 mm Situation de secours : Le patient était mort à l’arrivée. Permission accordée par le chef de détention de ne pas faire un scanner CAT sur la tête du patient.

Au centre d'autopsie la famille a découvert des bosses à l’arrière de la tête de Wang Jianguo, des cicatrices sur l'avant-bras gauche, des blessures sur le côté droit du visage couvert d’une croûte épaisse, et le torse était pourpre foncé. La famille a confronté Cong Maohua, le responsable adjoint du centre de détention, « Quand en avez-vous informé la famille ? Pourquoi n'avez-vous pas informé la famille immédiatement quand sa vie était en danger ? » Cong Maohua a dit, « Nous ne pouvions pas trouver la famille » La famille a demandé, « Alors, comment avez-vous trouvé la famille quand vous l'avez arrêté ? Vous l'avez envoyé à l'hôpital après qu'il ait déjà arrêté de respirer, et pourquoi donc? »

La famille de Wang Jianguo était anéantie. Ils ont établi un sanctuaire commémoratif à l'intérieur de leur cour. Leurs parents et amis, les voisins et les camarades villageois sont allés présenter leur sympathie. Bien des villageois ont pleuré cette mort injustifiée d’un si jeune homme.

Les fonctionnaires de la ville de Jilin et du « Bureau 610 » ont menacé la famille de Wang Jianguo et leur ont ordonné d’enlever le sanctuaire commémoratif et de faire incinérer le corps. La famille a fermement refusé et a dit, « Si vous ne nous rendez pas justice, nous vous poursuivrons jusqu’en haut de l'échelle, des tribunaux locaux jusqu’aux cours centrales, et nous n’abandonnerons pas jusqu’à ce que justice nous soit rendue. » Certains policiers étaient également en colère et ont dit, « La prochaine fois, ne venez pas nous voir pour ce genre de choses. Nous pensions qu’ils [le centre de détention et le Bureau 610] voulaient vraiment régler la question! C’est eux que vous devriez poursuivre! »

Mme Su Juzhen de la province du Liaoning souffre d’un effondrement mental et décède en raison d’un empoisonnement et de la torture au camp de travaux forcés.

 


Su Juzhen juste avant de mourir

 

Mme Su Juzhen âgée de 49 ans vivait à Gucheng, au village de Qiansuo, comté de Suizhong, ville de Huludao, province du Liaoning Elle avait souffert d’une maladie de coeur grave, de problèmes d'estomac, d’ascarides lombricoïdes de la vésicule biliaire, et de fréquents gonflements des deux mollets. Elle a commencé à pratiquer le Dafa en 1996, et bientôt toutes ses maladies ont disparu.

Su Juzhen vivait selon l’Authenticité, la Bienveillance et la Patience en tout temps et était connue comme étant une bonne personne. Elle n'hésitait jamais à aider les autres. Elle vivait grâce à son salon de beauté et proposait des soins gratuits aux clients démunis qui ne pouvaient pas payer, et elle leur donnait fréquemment de l'argent. Elle a reçu la distinction de «Travailleur Indépendant Exceptionnel » à plusieurs reprises.

En outre Mme Su aidait financièrement des étudiants pauvres. En appréciation de ses actions bienfaisantes, le directeur de l’École Secondaire Qiansuo No.3 lui a porté personnellement une banderole en soie. Su Juzhen rendait souvent visite aux personnes âgées dans des maisons de retraite, leur apportant des nécessités quotidiennes et de la nourriture. Elle a également donné de l'argent pour réparer le pont de Xihe. Sa famille a été reconnue comme une des « Dix familles exceptionnelles de la ville de Huludao » Mme Su a crédité sa pratique du Falun Gong d’avoir la possibilité d’accomplir toutes ces bonnes actions. Une fois, une chaîne de TV l’a interviewée. Elle a dit au journaliste, « J’ai fait ces choses parce que je pratique le Falun Gong »

En 1999, quand Su Juzhen a été arrêtée par la police locale pour avoir persisté dans sa croyance au Falun Gong, environ quarante familles locales sont allées au gouvernement et ont prié les fonctionnaires de la libérer. Ils ont demandé aux fonctionnaires, « Elle a aidé à la réparation de la route et n’a fait que de bonnes choses pour les gens. Pourquoi ne pas libérer une aussi bonne personne? »

Su Juzhen faisait de bonnes choses partout où elle allait, même lorsqu'elle était persécutée par le PCC. Pendant les mois de septembre et octobre 1999, lorsque Su Juzhen a été incarcérée au centre de détention de Suizhong, les autorités du centre de détention ont exigé 200 yuans d'un vieil homme de Gejiaxiang, comté de Suizhong qui était également au centre de détention. La famille de l’homme âgé n’avait pas cet argent, alors, Mme Su Juzhen lui a donné 200 yuans. Plus tard, le fils du vieil homme est allé au centre de détention de Suizhong avec quelques fruits pour rendre visite à Su Juzhen mais les autorités du centre de détention ne lui ont pas permis de la voir. Durant sa détention illégale, elle apportait souvent une aide financière aux prisonniers incarcérés.

Su Juzhen a fait appel pour le Falun Gong a de nombreuses reprises et a été férocement persécutée par le PCC. Ils l’ont transférée d’un camp à l’autre y compris le camp de travaux forcés de Masanjia, le camp de travaux forcés de Zhangshi, le camp de travaux forcés de Longshan et le camp de travaux forcés de Shenxin entre autres. Plus tard, la famille de Su Juzhen ne savait plus où elle était. Ils sont allés d’un endroit à l’autre et finalement ils l’ont trouvée au camp de travaux forcés de Shenxin.

Pendant sa détention illégale, Su Juzhen a souffert toutes sortes de torture et d’humiliation et a été injectée de substances préjudiciables au système nerveux, ce qui a eu comme conséquence une dépression nerveuse. En février 2002, les autorités du camp de travaux forcés de Shenxin ont dit à la famille de Su Juzhen de venir la chercher après leur avoir extorqué 1500 yuans. Elle ne pouvait pas remuer ses membres, ses yeux étaient vides, et elle n'avait aucune expression faciale. Elle ne pouvait pas manger même 22 jours après son retour à la maison. Plus tard, sa famille a découvert qu’elle avait des blessures près du vagin et des traces d'aiguille sur le corps.

Après que Su Juzhen soit retournée chez elle, les policiers du commissariat de Suizhong du gouvernement de la ville de Qiansuo et le commissariat de Qiansuo l’ont fréquemment harcelée et ont saccagé sa demeure. Ils ont arrêté sa fille de 19 ans qui prenait soin de Su Juzhen et qui fournissait la seule source de revenus et l’ont envoyée dans un centre de lavage de cerveau

Après plusieurs années de persécution, la santé physique et mentale de Su Juzhen s’est graduellement détériorée. Elle est morte à 8H30, le 8 avril 2006 à l’âge de 49 ans.

Le matin du 9 avril, quand son corps a été incinéré au crématorium de Qiansuo dans le comté de Suizhong, on a constaté que son crâne, les os du tibia et ses côtes étaient noirs et ne pouvaient pas être incinérés. Selon un expert, c'est un signe d'empoisonnement par la drogue. Bien des témoins ont confirmé que Su Juzhen avait été injectée de force de drogues préjudiciables au système nerveux dans le camp de travaux forcés de Masanjia. Ces os noircis confirment ce fait. Les ouvriers au crématorium, sa famille et ses amis ainsi que les membres de la famille d'autres défunts ont vu les os et les ont comparés à la cendre d'autres corps. Il était clair que ces os n'étaient pas normaux.

Son mari s’est affaibli et a eu une crise cardiaque en raison de la souffrance de son épouse dans cette persécution. La cadette de la famille a laissé l’école et les études en raison de tout cela. Sa fille aînée qui était à l’université a été forcée d’arrêter ses études pour prendre soin de son père et de sa sœur cadette lorsque Su Juzhen a été incarcérée au camp de travail. Le père de Su Juzhen a perdu la vue dans les deux yeux en raison de sa peine extrême. Sa mère qui avait 80 ans a souffert d’un effondrement mental en raison des séries de coups durs.

Quelques cas de décès en raison de la persécution qui ont été confirmés en avril

 

High Resolution Picture
Du Juan, une pratiquante de Falun Gong de la ville de Chongqing

 

La pratiquante Mme Du Juan était médecin à l'hôpital de formation des employés des champs de pétrole de Shaping dans le district de Yubei, ville de Chongqing. Du Juan a persisté dans sa pratique du Falun Gong et la clarification de la vérité. Elle a été arrêtée deux fois et envoyée au camp de travaux forcés pour femmes de Maojiashan dans la ville de Chongqing où elle a été sauvagement torturée pendant quatre ans et demi. Sa rate, ses poumons et son foie se sont ulcérés. Elle avait une fièvre élevée constante et avait des troubles respiratoires. Le 24 mars, 2005 elle a mise en liberté provisoire pour raison médicale. Après son retour à la maison, les fonctionnaires locaux et la police du PCC l’ont constamment harcelée, suivie et autrement persécutée. Elle s’est exilée pour éviter de plus amples persécutions; elle est morte le 14 avril 2006 à l’âge de 29 ans.

La pratiquante, Mme Wu Junying était âgée de 54 ans. Le 17 janvier 2006, six dirigeants du bureau de la sécurité nationale du district de Daxing de Pékin sont allés au village de Dawangzhuang dans la ville de Wudian et ont arrêté Mme Wu Junying, une paysanne. Ils l'ont détenue dans la Division d'expédition de la ville de Pékin. Plus tard, ils l’ont condamnée à deux ans et demi de travaux forcés. Le 29 mars, Mme Wu Junying a été envoyée au camp de travaux forcés de Xinan de Pékin. Vers 19h00 le 31 mars, on a dit à sa famille que Mme Wu Junying était morte. Sa famille a regardé la dépouille et s’est aperçue que les mains de Mme Wu Junying était de couleur pourpre en raison de cicatrices d’aiguilles. En ce moment, la famille discute avec les fonctionnaires du camp de travail. Le chef du camp de travail et les policiers impliqués évitent la famille.

La pratiquante de Falun Gong Mme Cong Guixian de la ville de Songyuan, de la province du Jilin a été illégalement condamnée à une peine de dix ans de prison et a été détenue à la prison pour femmes de Heizuizi à Changchun. Ils ont inséré des aiguilles sous ses ongles, des aiguilles de bambou pour lui clouer les doigts, et l’ont torturée pendant 48 heures dans une tentative de lui extraire des renseignements sur les allées et venues d’autres pratiquants. Ils l’ont également attachée tout en la tirant dans les 4 directions en même temps. Ceci lui a causé un gonflement et un saignement abondant des mains et des pieds. Lorsque Mme Cong Guixian a perdu connaissance ils ont utilisé du feu pour lui brûler les pieds. Lorsque la police la persécutait on l’a également menacée, « Nous vous emmènerons à l'école de votre fils et montrerons votre état malheureux à votre fils » Elle a développé des symptômes très graves de maladie pendant sa détention et a dû être mise en liberté provisoire pour raison médicale en 2005. Cong est décédée à 15h10, le 28 mars 2006.

Le pratiquant, M. Li Jinzhao avait 63 ans et habitait à Yangzhuang, au village de Zhangying, dans le canton de Tanpeng, du comté de Linquan, de la province d'Anhui. Toutes ses diverses maladies ont disparu après qu'il ait commencé à pratiquer le Falun Gong en 1995. Après que le groupe de Jiang Zemin ait commencé à persécuter le Falun Gong en 1999, le policier Qiu San et le chef de police Sun Kongzhi l’ont arrêté maintes fois et l’ont détenu dans des centres de détention, camps de travail, centres de lavage de cerveau où il a été torturé physiquement et mentalement. Au mois de juillet 2005, Li Jinzhao a été de nouveau arrêté et détenu au centre de détention du comté de Linquan. Il a été torturé maintes fois, suivi par des sessions de lavage de cerveau où il a été torturé jusqu’à ce que tout son corps enfle et qu’il soit au seuil de la mort. Il est décédé le 3 octobre 2005 quelques jours après son retour à la maison suite à sa mise en liberté provisoire pour raison médicale.

Le pratiquant, M. Guo Jitang, âgé de 54 ans, vivait au village de Zhengyuan, de la ville de Fenghuang, district de Xinzhou de la ville de Wuhan dans la province du Hubei. Il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998. Tandis qu'il clarifiait la vérité aux habitants locaux en avril 2005, les gens qui ont été trompés par la propagande du PCC l'ont signalé et M. Guo a donc été sévèrement battu par la police. Dans la nuit du 25 avril 2005, Guo Jitang est mort dans un état de grande souffrance suite à ses blessures graves. Selon la famille de M. Guo, son corps a été battu sévèrement et était couvert de contusions et de sang. Ses vêtements ont été déchirés. Mme Sun Suzhen, 55 ans, vivait dans le district de Yingzhou, ville de Tieling, province du Liaoning. Elle a été condamnée à cinq ans d'emprisonnement en 2003 et envoyée à la prison pour femmes de la province du Liaoning. Le gardien Qian Lei lui a fait subir des chocs par matraques électriques et l'a forcée à s'accroupir et à faire un travail de forçat lourd. Les détenus Wang Min et Zhang Suhua l’ont également battue et l’ont insultée. Mme Sun Suzhen est décédée le 25 mars 2005 en raison de la torture physique et mentale à long terme. Le mari de Mme Sun Suzhen, Han Kai a choisi de vivre en exil pour éviter de plus amples persécutions et l’on ignore où il se trouve en ce moment.

Mme Deng Wenjie, 56 ans vivait dans la ville de Siping, province du Jilin. Elle a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997. Elle avait auparavant eu des problèmes gynécologiques et des problèmes graves à l'estomac, mais elle a complètement récupéré un mois après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong. En 2001 la police l’a arrêtée quand elle clarifiait la vérité et l’a détenue dans un camp de travail. Deng Wenjie a fait une grève de la faim pour protester contre la persécution, et les gardiens l'ont brutalement gavée. Ils lui ont rompu une artère importante avec le tube d’alimentation forcée, et elle est morte rapidement par la suite.


Traduit de l'anglais au Canada le 25 mai 2006


Glossaire : http://www.vraiesagesse.net/glossaire/glossaire.htm

Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2006/5/5/126886.html

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2006/5/25/73729.html