Les jours heureux où j'ai écouté les conférences du Maître

[Site Clartés et Sagesse]


Écrit par une pratiquante de la province du Anhui

J'avais toutes sortes de problèmes de santé comme une cirrhose du foie, une inflammation de la vésicule biliaire, de graves rhinites et je faisais de l'anémie. J'avais pris tellement de médicaments traditionnels chinois, mais il n'y avait toujours aucun signe d'amélioration. Je souffrais autant physiquement que mentalement. J'ai même pensé à me suicider.

Pendant la deuxième moitié de 1993, mon mari a reçu une note de l'Association de Qigong de la province du Anhui annonçant que le Maître allait tenir une série de conférences à Hefei à partir du 21 novembre. Je suis allée écouter les conférences du Maître avec la pensée d'aller essayer.

Du 21 au 29 novembre 1993, le Maître est venu donner des conférences à Hefei pour la première fois. Le cours a eu lieu dans une salle de conférence de l'Institut de l'Éducation. Plus de 500 personnes participaient au cours. Je me suis assise au milieu du premier rang et j'étais à moins de cinq mètres du podium. Regarder notre Maître bienveillant me remplissait de chaleur et de bonheur.

Pendant la série de cours, le Maître n'a jamais utilisé un texte. Il avait seulement une feuille de papier avec quelques lignes écrites dessus. Il pouvait parler pendant plus de deux heures sans interruption. Les principes de Loi que le Maître a expliqués étaient très profonds, mais ils étaient faciles à comprendre. Comme j'écoutais, je n'ai pas pu m'empêcher de m'endormir. J'ai essayé de garder les yeux ouverts, mais je me suis rendormie. Je me suis pincé la tête, mais ça n'a servi à rien. Toutefois, je pouvais entendre clairement ce dont parlait le Maître. J'avais tellement honte, comme si j'avais déçu le Maître. Et chaque fois que le Maître terminait sa conférence, j'étais immédiatement tout à fait réveillée. Ce fut ainsi pendant sept jours. Auparavant, quand j'avais très mal à la tête, ma tête semblait être coupée en deux. Je ne pouvais ni manger ni boire. Je vomissais et j'avais la diarrhée. Je ne pouvais pas parler. Chaque fois la douleur persistait pendant plusieurs jours et je souffrais beaucoup. Puis j'ai entendu le Maître dire :

« Certaines personnes s'endorment pendant mes conférences et se réveillent dès que j'ai terminé. Pourquoi ? Parce qu'il y a des éléments pathogènes au niveau de leur cerveau et qu'il faut les enlever. Une telle personne ne supporterait pas que l'on travaille directement sur son cerveau, elle est donc plongée dans un état d'inconscience, une sorte d'anesthésie. » (Deuxième leçon du « Zhuan Falun »)

Je pensai : « Le Maître est vraiment un Bouddha vivant, il sait tout. »

Quand le Maître donnait ses conférences, il émettait d'innombrables Falun pour purifier les corps des pratiquants et demandait aux pratiquants de taper des pieds pour décharger le mauvais qi. Quand je suis retournée à la maison après le cours, ma famille a noté un grand changement en moi. J'ai passé d'une personne avec beaucoup de problèmes de santé à une personne en bonne santé. Ma cirrhose a miraculeusement disparu. J'ai vraiment expérimenté le merveilleux de Dafa et le bonheur que la bonté du Bouddha m'a apporté. Je suis devenue une toute autre personne.

Le 16 avril 1994, j'ai écouté les conférences que le Maître donnait pour la deuxième fois à Hefei. C'était dans la salle de conférence de l'École du Comité du Parti de la province du Anhui. Il y avait plus de 1200 personnes. Le Maître travaillait dur et vivait une vie très simple. Une nuit, sur le chemin du retour à l'hôtel, nous avons vu le Maître acheter des nouilles instantanées dans une supérette. Nous étions au cours avec l'estomac plein, alors que le Maître nous enseignait avec l'estomac vide. Après chaque cours, le Maître prenait du temps pour nous enseigner les exercices. Il corrigeait lui-même les mouvements des pratiquants. Un jour, alors que nous faisions les exercices debout, c'était tellement calme dans la salle, même avec plus de 1000 personnes là. J'étais en train de faire la posture de tenir la roue de la Loi avec les yeux fermés. Le Maître est apparu devant moi pour corriger mes mouvements. Le Maître m'a aidé à bouger les bras en haut et m'a murmuré : « Élève-les un petit peu plus haut ! » J'ai tout à coup senti une énergie chaude parcourir tout mon corps. Je ressentais tellement de chaleur et de bonheur. Le Maître traitait tous les pratiquants comme si c'était ses enfants et enseignait les exercices personnellement. Je peux encore me rappeler clairement tout ce qui s'est passé.

Le 21 juin 1994, mon mari et moi sommes allés à Jinan, au stade de Huangting de la province du Shandong pour écouter encore une série de conférences du Maître. Cette fois, plus de 4000 personnes y assistaient. À cette époque, mon mari n'arrivait pas à bien manger, il était très maigre et en mauvaise santé. Mais le soir même, au cours du dîner, quand j'ai apporté du porridge, des petits pains et de la soupe à table, il a dit : « J'aimerais manger maintenant. » Depuis lors, tout lui paraît délicieux. J'ai réalisé que notre Maître bienveillant avait purifié le corps de mon mari. C'était comme un miracle !

Ce jour-là, il avait plu toute la journée à Jinan. Mais quand la conférence du Maître a été terminée, il a cessé de pleuvoir. Quand nous sommes retournés à notre hôtel, nous n'avions même pas besoin d'un parapluie. C'était vraiment magnifique. Nous pouvions sentir les puissants pouvoirs divins du Maître.

Quand le Maître a terminé les conférences, il a pris des photos avec les pratiquants des différentes régions. Il y avait plus de 30 pratiquants de la province du Anhui. Comme il y avait tellement de monde, je me tenais dans le fond. Avant de prendre la photo, le Maître a regardé vers le fond et a trouvé que des personnes plus grandes me cachaient. Le Maître m'a demandé : « Êtes-vous de la province du Anhui ? » J'ai répondu : « Oui » J'ai vu que quelqu'un me cachait vraiment, alors je suis allée sur le côté gauche du premier rang. Tout de suite, la photo a été prise. C'était juste à temps. Le Maître prête tellement d'attention aux pratiquants. Par exemple, quand les conférences ont été terminées à Jinan, le Maître a dit : « Le prochain arrêt est Dalian. Les billets ont déjà été tous vendus, alors vous ne devez pas y aller. Si vous avez déjà acheté des billets, vous n'avez pas besoin de prendre l'avion, ça devrait aller en train ou en bateau. » Alors nous n'avons pas suivi le Maître à Dalian.

Chaque fois que je me souviens de ces jours heureux où j'ai eu tellement de chance d'écouter les conférences du Maître en personne, je me souviens du style de vie simple du Maître, de son sourire bienveillant et de sa pensée toujours tournée vers les pratiquants. Je me souviens aussi du puissant pouvoir du Maître et de ses efforts rigoureux pour sauver les êtres. Je me sens tellement reconnaissante et respectueuse envers le Maître. Cela me fait toujours monter les larmes aux yeux. Je vais suivre le Maître, assister le Maître dans la rectification par la Loi et bien faire les « trois choses » que le Maître nous a demandé de faire afin d'accomplir nos vœux d'avant l'histoire.



Traduit de l’anglais en Suisse le 21 avril 2007

Version anglaise disponible à : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2007/4/20/84738.html

Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2007/4/10/152430.html