Se rappeler l’année 1997 lors de la quatrième visite du Maître à Guiyang dans la Province de Guizhou

 

[Site Clartés et Sagesse]


Pour sauver les êtres, Maître a commencé à enseigner le Falun Dafa dans les autres pays peu de temps après avoir fini de donner les conférences en chine. Le 23 septembre 1997, Maître est allé de nuit, en voiture, dans la ville de Guiyang, accompagné de quelques personnes. C'était la quatrième visite du Maître à Guiyang. Dans l’amphitéâtre ‘Octagonal Rock’, Maître a rencontré les pratiquants locaux et leur a parlé pendant plus de deux heures.

Ce matin là, nous avons commencé notre voyage vers le site de la conférence après avoir reçu un coup de fil nous annonçant l'événement. Ma mère montait à côté de moi les escaliers menant à l’amphithéâtre, quand tout à coup elle s’est mise à genoux . Avant qu’elle n’ait réalisé ce qui s’était passé, je lui ai rappelé que sa conscience maîtresse était en train de voir Maître Li. Nous avons marché tout droit en direction de la salle de conférence. Quand j’ai regardé par la fenêtre, j’ai vu que le Maître était là ! C’était incroyable. Je me suis frotté les yeux, me suis pincé, mais ce n’était pas un rêve. J’ai crié à mes parents ? "Maître est ici !"

Quand nous sommes rentrés dans la salle, les pratiquants écoutaient déjà l'enseignement du Maître. Tout le temps de la conférence, tandis que ma mère regardait le Maître, ses yeux étaient remplis de larmes.

Dans Son enseignement, Maître à insisté sur le fait que les pratiquants doivent bien étudier la Loi (Fa) encore et encore, regarder en eux, surmonter leurs insuffisances, bien se coordonner , s’élever ensemble comme un seul corps et faire encore mieux pour propager et promouvoir Falun Dafa.

Sans s’arrêter pour boire un peu d’eau, Maître a patiemment continué de répondre aux questions des pratiquants avec le ton d’un père aimant. Comme beaucoup d’autres pratiquants, j’étais trop excité pour réfléchir à quelle question je pourrais poser. Ma mère a demandé : "Maître, j’ai un attachement que je n’ai jamais pu abandonner. Puis-je requérir l’aide du Maître concernant cette affaire dans mon cœur ?" Je me souviens que la réponse fut : "La cultivation pratique dépend de l’individu tandis que la transformation du Gong dépend du maître. Il est bon que vous ayez reconnu votre attachement et que vous n’en vouliez plus. Essayez de le rejeter et de l'abandonner." Quand quelqu’un a demandé à quoi ressemblait le monde d’un Bouddha, Maître à dit que le monde d’un Bouddha est splendide et que seuls ceux qui sont d’or pur à 100%, peuvent y aller. "Même ceux qui sont 99.9 % ne peuvent y entrer," a t-il ajouté. Je me rappelle également que Maître a dit "S il reste ne serait-ce qu’une seule cellule humaine, ce n’est pas assez pur, elle salirait ce monde." Quand on lui a demandé pourquoi l'article "Parler de la Loi" était difficile à comprendre, je me souviens que Maître a dit qu’il avait enseigné cela au côté divin des pratiquants.

Une pratiquante qui a débuté la pratique en 1993 avait personnellement assisté aux conférences données par le Maître auparavant, elle a dit au Maître que son environnement de pratique n’avait pas été bon. Que son mari la brutalisait fréquemment, ce qui fait qu’elle avait perdu l’usage de ses mains. Maître avec compassion lui en a expliqué les raisons, "Pendant trois générations quand votre famille pratiquait le Bouddhisme, vous deux étiez ennemis. Mais à partir de maintenant cela ira mieux." Plus tard lors d’une conférence de partage d’expérience, elle a raconté que sur le chemin du retour après avoir rencontré Maître ce jour là, elle était encore inquiète et pas rassurée. A sa grande surprise, aussitôt après avoir posé le pied chez elle, son mari lui a souri et lui a dit, "Tu dois être fatiguée. J’ai préparé le dîner et l’ai réchauffé à trois reprises. Dépêches toi et mange." Elle était sous le choc du revirement soudain de dizaines d’années de mauvais comportements de son mari, mais rapidement elle réalisa que Maître avait résolu l’animosité, que son mari et elle, avait accumulée tout au long de ces vies. Pour ce faire, Maître avait dû énormément souffrir pour elle a-t-elle pensé. Profondément touchée, des larmes lui sont venues. Avec quelle minutie Maître aime et prend soin de Ses disciples!

Après la réunion, tous les pratiquants étaient réticents à dire au-revoir au Maître. Certains ont même attendu près de la voiture dans laquelle Maître était arrivée, jusqu’à minuit.


Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2007/5/12/154612.html

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2007/5/31/86280.html

http://fr.clearharmony.net/articles/200706/33326.html