Expériences inoubliables

[Site Clartés et Sagesse]


J’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1993. J’ai eu la chance de pouvoir rencontrer Maître à plusieurs reprises avant qu’il aille enseigner à l’étranger. Après avoir lu le livre A Cherished Recollection, (Souvenirs chers) je suis longtemps restée agitée. Ces moments précieux du passé me sont revenus à l’esprit et ont fait ressortir mes émotions.

Cela fait 15 ans que Maître a présenté la Fa au grand public. Je voudrais partager mes expériences avec vous, car j’ai réalisé que tous les pratiquants, et surtout ceux qui ont obtenu la Loi très tôt, sont des témoins de Falun Dafa. Durant ces 15 années, nous avons vécu beaucoup de choses. Nous avons vu combien Maître est honnête, modeste et bon, combien il prend soin des autres et a de la compassion. Nous avons vu aussi que le Falun Dafa a permis à des gens de guérir de leurs maladies et a enseigné aux gens à être vertueux, rétablissant ainsi la moralité de la civilisation humaine.

J’ai eu la chance d’assister à trois conférences de Maître – à Pékin en août 1993 dans la salle de conférence du Deuxième centre de recherche du département aérospatial, à la salle de conférence de Bayi à Tianjin en mars 1994, et en décembre 1994 à Guangzhou au gymnasium. J’ai également assisté à plusieurs autres conférences et réunions consultatives. J’ai enfin rencontré Maître durant le Salon oriental de Pékin au Centre international d’Exposition en 1993 et la cérémonie d’inauguration de la publication de Zhuan Falun à l’auditorium de l’Université Nationale de la Sécurité publique en janvier 1995.

Tous ces événements restent pour moi éternels, ce sont des souvenirs remplis de bonheur.

Êtres éveillés

Quand Maître enseignait la Loi, il parlait de manière fluide du début à la fin. Parfois il prenait un morceau de papier dans sa poche pour y jeter un coup d’œil, et puis il continuait. Durant les pauses, après la conférence ou à d’autres moments, Maître répondait patiemment à toutes les questions des pratiquants. Les mots de Maître pénétraient dans le cœur de chacun et l’on pouvait voir le changement énorme qui s’opérait chez les gens.

Maître nous enseignait à être des gens de bien en toute situation et à prendre soin des autres. Je me souviens d’une fois où beaucoup de gens voulaient avoir les « meilleures » places pour bien voir Maître. Mais Maître a gentiment pointé ce comportement en disant à tout le monde qu’en tant que pratiquant on devait avoir un critère plus élevé et ne pas agir comme les gens ordinaires. Suite à quoi ce genre d’incident ne s’est jamais reproduit. D’anciens pratiquants laissaient les places de devant et leurs billets aux nouveaux pratiquants. Ils encourageaient même les nouveaux pratiquants à aider pour ramasser les détritus après la conférence et ne partaient qu’une fois la salle propre, même si une équipe de ménage s’en occupait.

Autre chose incroyable durant les conférences de Maître, personne ne fumait, ni ne crachait, ne criait ni ne laissait jamais d’ordures dans la salle de conférence. Tout le monde s’aidait les uns les autres. Dès que Maître commençait à parler la salle devenait silencieuse et personne n’avait besoin de faire rêgner l’ordre, ce qui est inhabituel dans la société chinoise actuelle.

Durant les conférences de Maître, il s’assurait toujours que tout le monde puisse entendre clairement. Il enseignait debout si nécessaire. Lors de l’exposition, Maître est resté debout pendant une ou deux heures, parfois une demi-journée, pour répondre aux questions des pratiquants. Il acceptait aussi de serrer la main de tous ceux qui le voulaient, de donner un autographe, ou de prendre des photos. Ceux qui avaient été guéris voulaient remercier Maître en lui offrant des cadeaux mais Celui-ci refusait toujours. A la place, il les encourageait à lire plus la Loi. Quand les pratiquants apprenaient les exercices, Maître se déplaçait dans toute la salle sans jamais se reposer. J’ai remarqué que Maître parcourait toutes les allées, même au deuxième étage, pour voir les mouvements de chacun et les corriger. Il touchait aussi le front des jeunes pratiquants pour les aider à s’ajuster.

La situation de Falun Dafa

Les pratiquants étaient toujours à l’aise parce que Maître était gentil et affable. Mais si quelqu’un essayait d’interférer avec l’enseignement de la Loi, Maître nettoyait l’interférence et continuait la conférence.

Je me souviens durant la douzième conférence à Pékin, les hauts parleurs étaient trop forts, puis trop faibles. Parfois le son était déformé. La lumière sur l’estrade s’éteignait aussi par moment. Nous ne savions pas ce qui se passait et ne comprenions pas ce que Maître faisait à ce moment là. Par la suite, lors d’un reportage à Tianjin, Maître a parlé de l’esprit d’un serpent qui causait des troubles à Pékin et nous avons compris. A Tianjin, quand quelqu’un a demandé à Maître pourquoi il toussait, il a parlé des interférences des autres dimensions et des difficultés de transmettre la Loi. Il a mentionné que l’on pensait que ce n’était pas la peine de transmettre la Loi aux êtres humains parce qu’ils devraient être détruits. Mais maintenant de nombreux êtres de niveau élevé ne s’opposent plus à ce que Maître transmette la Loi. Tout le monde s’en sort.

À l’époque, de nombreux pratiquants dont le troisième œil était ouvert ont vu Buddha Amitabha et Laozi de chaque côté, et huit divinités gardiennes de la Loi. Devant, d’autres Bouddhas, Taos et des êtres des autres dimensions étaient agenouillés pour écouter la Loi, pendant que les soldats célestes et des généraux veillaient à chaque côté de la porte et sur les sièges. Maître a mentionné que personne d’autres n’osait s’asseoir en écoutant la Loi, seulement les pratiquants de Dafa. Durant les dernières conférences, Maître a expliqué pourquoi les pratiquants sont à part. Mais il est vraiment dommage que nous les pratiquants ne nous chérissions pas nous-mêmes. Beaucoup de gens qui avaient obtenu la Loi ont arrêté de se cultiver ou même ont coopéré avec le mal pour torturer des pratiquants durant la violente persécution du Parti communiste chinois contre le Falun Gong.

A l’époque je ne comprenais pas et ne voyais rien. Lors de chaque conférence, Maître demandait aux gens de ne pas arriver en retard afin de ne manquer aucune parole et ne déranger personne. Maintenant je comprends l’importance d’écouter les conférences de Maître avec attention.

Les conférences étaient aussi très peu onéreuses. Parfois l’argent en trop était restitué aux participants.

L’enseignement de la Loi

Le lendemain de la conférence de la Loi à Pékin, quand ma fille de six ans et moi attendions pour aller à la station de métro Wukesong, j’ai vu Maître se diriger vers moi avec d’autres pratiquants. J’ai dit avec joie : « Bonjour, Maître. » J’ai aussi demandé à Maître pourquoi il prenait le métro. Un pratiquant a dit que Maître vivait loin et ne voulait pas déranger les pratiquants en le ramenant chez lui, donc il prenait le métro.

Quand nous sommes arrivés à la gare, ma fille et moi sommes montées par une autre porte que Maître.      Après quelques arrêts, comme il y avait moins de monde dans le train, j’ai vu que Maître était assis non loin de moi. Trop excitée pour me souvenir des paroles des pratiquants, je suis allée vers Maître pour lui demander si ma fille pouvait comprendre la Loi. Bien qu’il soit occupé à ce moment là, par la suite Maître s’est adressé à ma fille et lui a touché le front.

Nous sommes descendus à la gare Fuxingmen avec Maître et nous sommes séparés. Après cela, ma fille me disait toujours quand il était temps de quitter la maison, même s’il fallait sauter un repas, parce que nous ne voulions pas être en retard pour assister aux conférences de Maître. Habituellement, elle ne pouvait pas rester assise tranquille, mais après cette rencontre avec Maître, ma fille de six ans pouvait écouter les conférences de Maître pendant plus d’une heure en restant tranquille. Elle pouvait aussi lire n’importe quelle page du livre Falun Gong de Chine et elle aimait regarder les portraits de Maître.

Le troisième jour des conférences de Maître, il a dit que non seulement il ajustait le corps des pratiquants lors de la conférence, mais faisait également des arrangements pour eux. Il continuait à ajuster le corps des pratiquants et les aidait à nettoyer leur espace même après la conférence. Il devait faire beaucoup en peu de temps il demandait aux pratiquants de le comprendre et de ne pas le déranger.

Cela m’a longtemps touchée. Habituellement les autres maîtres de qigong n’auraient pas pu travailler dur pour les autres pour ensuite rentrer à pied par temps humide. Au lieu de cela, ils arrivaient et repartaient dans une voiture équipée de climatisation. Maître était profondément différent.

Il se préoccupait toujours des autres. Les pratiquants étaient touchés en apprenant que Maître prenait le train tous les jours pour venir enseigner la Loi.

Sortir de ses attachements

Lors de l’Exposition orientale de la santé en 1993, beaucoup de pratiquants de Pékin espéraient que Maître donnerait une autre conférence à Pékin en apprenant qu’il n’y aurait pas d’autre conférence à la capitale. Maître a mentionné que les pratiquants d’autres villes avaient pu assister aux conférences  de Pékin malgré les difficultés financières et autres. Les gens étaient même venus du Xinjiang et de Guangzhou pour assister aux conférences de Pékin et obtenir la Loi. Cependant les pratiquants de Pékin, dont les conditions de vie étaient meilleures que les autres, ne pouvaient toujours pas assister aux conférences de la Loi des autres villes. A l’époque, Maître allait donner une conférence à Tianjin. Il a dit que Pékin était tout près de Tianjin, pour permettre aux pratiquants d’assister aux conférences sans problèmes. La seule raison pour laquelle les pratiquants de Pékin ont demandé à Maître de donner une autre conférence était leur paresse. En fait il y avait eu plus de conférences à Pékin qu’ailleurs. Maître a aussi mentionné que les pratiquants de Pékin devaient s’inspirer des autres pratiquants. On doit perdre pour obtenir.

Tout ce que Maître a dit est juste. Pourquoi nous pratiquants de Pékin pensions que nous étions à part en comparaison des pratiquants des autres villes ? Après avoir écouté Maître, beaucoup de gens ont corrigé leur manière de penser et ont décidé d’aller à Tianjin. Par la suite de nombreux pratiquants de Pékin ont loué des bus pour se rendre à Tianjin. Durant le jour ils allaient travailler et puis se rendaient aux conférences de Tianjin après le travail. Ceux qui y sont allés ont vécu une expérience inoubliable malgré les difficultés à surmonter. Après cela, les pratiquants de Pékin étaient comme les autres. Chaque fois que Maître y allait, nous y allions. C’était la première fois que Maître parlait de sortir pour nous encourager à progresser dans le xiulian.

Depuis Maître a parlé de sortir de soi pendant la période de la rectification par la Loi. Et donc nous devrions avoir une compréhension profonde de ce que signifie « sortir » et le lien qui existe entre la perte et le gain.

L’expression dans les yeux de Maître

Chaque fois que je voyais Maître, il était toujours pareil – ses cheveux étaient noirs et épais et sa peau aussi douce et lisse que celle d’un bébé. J’avais le même âge que Maître, mais il avait l’air beaucoup plus jeune. Maître savait toujours ce à quoi pensaient les pratiquants. C’est Maître qui m’a donné une nouvelle vie. Dans les mois et les années qui ont suivi, quoi que j’aie souffert, c’est l’expression dans les yeux de Maître qui m’a aidée à dépasser ces difficultés et m’a encouragée à ne jamais abandonner et à toujours croire fermement en Dafa.

13 mai 2007


Traduit de l’anglais en France le 8 juin 2007 

Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2007/5/13/154682.html

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2007/6/7/86542.html