Souvenirs du temps béni quand Maître enseignait la Loi à Guiyang, dans la province du Guizhou

[Site Clartés et Sagesse]


En mai 1993, sur invitation de l’Association de Qigong de la province de Guizhou, le fondateur du Falun Gong, Maître Li Hongzhi est venu à Guiyang enseigner la Loi et les exercices du Falun Gong.

La pratiquante A se souvient :

Le 25 mai je me suis dépêchée de prendre le premier bus pour arriver tôt à l’entrée de l’École Élémentaire de Géologie et des Mines. J’ai vu un grand jeune homme à l’allure extraordinairement digne et qui avait très bonne mine. Lui et ses assistants ont accroché au dessus de la porte une banderole avec l’emblème du Falun et les mots : « Les huit caractéristiques principales du Falun Dafa ». Ils ont aussi distribué des brochures sur le Falun Gong aux gens curieux d’en savoir plus. J’y suis allée poser des questions moi aussi ; c’est seulement à ce moment là que l’on m’a dit que l’homme de grande taille était le célèbre fondateur du Falun Gong, Maître Li.

J’avais la plus grande admiration pour lui. J’avais vu des maîtres de qigong auparavant ; tous sans exception étaient arrogants. Je n’avais jamais vu un maître de qigong aussi aimable, facile à vivre, et affable, qui aidait ses élèves à préparer la salle de conférence.

Après la présentation, chacun avait l’impression d’être avec un membre de sa famille et posait beaucoup de questions à Maître sur les exercices, sur la vénération du Buddha, la foi dans les dieux – etc. En répondant aux questions, Maître Li souriait toujours, il était très patient mais donnait des conseils honnêtes. Ses réponses étaient profondes, mais simples et claires. Chaque mot touchait le cœur des gens. Il était très agréable à écouter, c’était comme un filet d’eau claire qui coulait sur le cœur. Tout le monde admirait profondément Maître et était pressé d’acheter des billets pour les conférences de Falun Gong.

Maître Li purifiait le corps des gens qui venaient sur place poser des questions. L’énergie de Maître Li était très puissante. Elle prenait effet très rapidement, et l’on ressentait aussitôt les effets de la purification. Beaucoup de maladies persistantes avaient ainsi été guéries chez les gens. A l’époque je souffrais de calculs rénaux et d’une maladie gastrique grave, mon corps était en souffrance permanente. En plus, une sciatique m’empêchait de rester debout trop longtemps. Pendant des années, j’avais cherché des médicaments efficaces. J’étais devenue une vraie armoire à médicaments. A ma grande surprise, après que Maître ait ajusté mon corps, j’ai tout de suite senti comme une décharge froide sortir de mon pied. Je me suis tout de suite sentie rafraîchie et plus légère que jamais. J’ai trouvé que le Falun Gong était extrêmement puissant. De retour chez moi, j’ai dit à mes proches, mes amis, mes collègues combien le Falun Gong avait des effets extraordinaires. C’est ainsi que plusieurs dizaines de personnes sont venues assister à la première conférence de Guizhou. Parfois les gens arrivaient par bus entiers pour assister aux conférences.

Le pratiquant B se souvient :

Le 25 mai 1993 après midi, j’ai eu la chance de pouvoir assister à la première conférence de Maître à Guiyang. C’était au Palais de la Culture des Travailleurs. Le billet d’entrée n’était que de cinq yuans (soit moins de 50c Euros). Environ 500 personnes ont assisté à la conférence ; tous les sièges étaient pris. Le hall était plein aussi. L’atmosphère générale était bonne. Quand Maître s’est dirigé d’un pas décidé vers la table à laquelle il devait s’asseoir, un tonnerre d’applaudissements a éclaté. Maître a abordé les caractéristiques vastes et profondes de Dafa, en précisant que le Falun Gong avait non seulement un effet extraordinaire sur la santé mais qu’il aidait aussi les gens à s’assimiler à Vérité-Bonté-Patience. Il nourrit l’esprit, améliore le niveau spirituel, et finalement ramène les gens à leur véritable origine. Les élèves ont senti que chaque mot de Maître allait droit au cœur, et avait l’effet du tonnerre. Nos barrières mentales tombaient, notre vision du monde changeait complètement. Désormais, les pratiquants ne se battraient plus pour la gloire et l’argent et ne se laisseraient plus aveugler par leurs émotions.

J’étais convaincue que Maître était d’une grande droiture ; ce chemin de xiulian était si bon. C’était une opportunité à ne pas manquer. J’avais eu la chance d’obtenir la « Loi » et j’étais déterminé à me cultiver. Pour nettoyer le corps des élèves, Maître a envoyé un gong d’une puissance inouïe durant la conférence, il a retiré tous les mauvais éléments de leur corps. Dès que Maître agitait la main, les élèves en recevaient un grand bienfait. Bien sûr certains avaient une qualité d’éveil plus basse. Il y en avait même qui rentraient en cachette pour ne pas payer leur billet. Maître savait tout cela, et pourtant il expliquait simplement avec gentillesse qu’il faut être honnête pour récolter des bienfaits.

La pratiquante C se souvient :

Après avoir eu la chance d’assister aux conférences de Maître, l’accent du Nord-Est de Maître me revenait souvent à l’esprit. Je ne savais vraiment pas combien d’années je m’étais cultivée dans les vies antérieures pour nouer cette relation prédestinée. Après la conférence, j’ai assisté à d’autres conférences de Maître à Guiyang. Plus j’assistais aux conférences de Maître, plus j’avais de l’énergie. Et aussi, comme je pratiquais Dafa, les trois générations de ma famille réalisaient la grâce immense et le pouvoir de Maître.

En mai 1993 quand Maître est venu enseigner la Loi à Guiyang, mon petit-fils qui avait alors cinq ans a également assisté aux leçons. Tout en écoutant, assis, il a remarqué qu’une vieille dame non loin de là n’avait pas de siège. Il a laissé son siège à la dame et s’est faufilé sous la table à laquelle était assis Maître. Maître a vu qu’il écoutait la conférence avec attention et qu’il était dans une position naïve et adorable ; Maître a souri et acquiescé en le voyant. Cette lumière de Bouddha soudaine a été comme une graine plantée au plus profond de son cœur. C’est devenu pour lui une force pour pratiquer Dafa, qui lui a permis de rester ferme et convaincu que le Falun Dafa était la vraie Loi. Cela l’a aussi aidé à résister au déclin moral de la jeunesse une fois qu’il a été baigné dans la société. Avant d’aller à l’école élémentaire, dès que le réveil sonnait tôt le matin, il se levait aussitôt et suivait grand-mère au parc pour faire les exercices de Falun Gong. Après être rentré à l’école, dès qu’il voyait la levée du drapeau communiste il émettait des pensées droites et récitait les vers de la rectification par la Loi. Dès qu’il en avait le temps il suivait grand-mère pour aller clarifier la vérité. Mon petit fils est maintenant au lycée. Bien qu’il soit très occupé à préparer son examen d’entrée à l’université, il n’oublie pas de clarifier la vérité à ses camarades de classe ainsi qu’à ses professeurs.

Quand nous avons appris que Maître donnerait une deuxième série de conférences de Falun Gong à Jinan, nous nous sommes dépêchés de retourner dans notre ville natale au nord-est. J’ai amené des proches et des amis à Jinan. Après avoir assisté aux conférences de Maître, ma sœur aînée, qui avait plus de 70 ans et n’était jamais allée à l’école, réussissait à lire les livres de Dafa ! Mon frère cadet âgé de 60 ans croyait aussi en Maître et en la Loi. Par la suite il transportait avec lui les enregistrements de la Loi toute la journée pour se rendre dans des villes et des villages afin de faire connaître aux gens prédestinés cette méthode si puissante et si droite.

Mon beau fils, qui était policier, a complètement changé après que Maître l’ait purifié. Avant de venir au cours de Jinan, il souffrait d’anémie, avait des saignements constants et un teint très pale. Il était allé dans beaucoup d’hôpitaux, mais en vain. Il était déprimé à cause de cette maladie incurable qui le taraudait depuis son plus jeune âge. Il vivait dans le désespoir ; chaque jour lui semblait être une année. Quand il est rentré chez lui après le cours de Jinan c’était sensationnel pour lui ! Il était plein d’énergie et avait retrouvé une bonne mine. Il a appris par sa femme que le troisième jour après son départ de Jinan, un grand arbre devant chez lui, avait été frappé par la foudre et avait été fendu en deux. Quand on a extrait la racine de l’arbre pour l’examiner, les ouvriers ont trouvé plusieurs centaines de petits serpents venimeux. Maître avait déjà nettoyé son environnement. Dès que cette information s’est répandue, plus personne dans un rayon d’une centaine de kilomètres ne doutait du pouvoir illimité de Falun Gong et des capacités hors du commun de Maître. Suite à cela plus de 100 foyers se sont mis à pratiquer le Falun Gong.

La pratiquante D se souvient :

Mon père ayant été persécuté par le Parti communiste chinois (PCC), j’ai eu une vie difficile dès mon enfance. Dans cette amertume constante, j’ai développé des maladies chroniques. Je souffrais d’hépatite, de dysenterie, du syndrome de Meniere etc. J’étais déprimée et lasse de la vie. En plus, mon mari a été victime des persécutions de la Révolution Culturelle. Il a frôlé la mort à plusieurs reprises. Nos vies étaient sans espoir ; la misère était au-delà de toute description.

Mais le Ciel ne ferme jamais toutes ses portes. En 1993 Maître a apporté à Guiyang le trésor inestimable de Dafa, redonnant lumière et espoir à tous les êtres de la région. Dans la grande bonté de Falun Dafa, notre famille a oublié les blessures, a pu faire preuve d’ouverture d’esprit et voir des rayons d’espoir.

Après que Maître ait purifié le corps des élèves durant la conférence, non seulement mes symptômes pathologiques ont disparu, mais Maître a également résolu tout ce qui me posait problème. Maître nous a dit avec compassion : « non seulement je vous sauve, mais je dois aussi remettre les choses à leur juste place, où elles doivent être. »

Durant mes quelques 10 années de pratique du Falun Gong, je réalise que tant que nous marchons sur le chemin de xiulian que Maître nous a tracé, quelles que soient les difficultés, nous pouvons tous y arriver, parce que nous avons la protection de Maître.

En 1994 Maître a donné sa dernière conférence de Falun Gong à Guangzhou. De nombreux élèves de Guizhou ont tout de suite acheté des billets par la poste. Quand ils sont arrivés à Guangzhou ils ont eu une occasion sans précédent. On disait que 6,000 à 7,000 personnes assistaient à la conférence. Quand Maître a fait le tour des lieux pour nettoyer l’environnement, Il a remarqué que de nombreux élèves qui n’avaient pas pu acheter de billets en pleuraient. Maître a aussitôt arrangé les choses. Par la suite, durant l’enseignement, Maître a dit que les élèves qui étaient hors de la salle ou derrière bénéficieraient autant que ceux qui étaient à l’intérieur.

Maître a pris soin de beaucoup de choses. Quand il enseignait la Loi à Guangzhou, bien qu’Il soit très occupé, Il a rencontré les élèves de Guizhou pour savoir comment allait leur pratique. Une pratiquante a amené son petit-fils à la réunion. Maître aime beaucoup les enfants. Il a caressé les cheveux de l’enfant à deux reprises. Ce soir là, l’enfant a eu une grosse fièvre qui lui a permis d’éliminer du karma. Le lendemain, quand l’enfant est allé écouter la Loi à la conférence, il avait totalement récupéré. Maître avait purifié le corps du petit. Ce dernier avait beaucoup de chance, il était très jeune alors, mais il garde un souvenir très précis de cette expérience. Il se souvient des soins que lui a prodigués Maître et il y puise de la force pour pratiquer jusqu’à aujourd’hui.

Cet article ne contient que quelques souvenirs historiques de Maître du temps où Il enseignait la Loi à Guizhou. J’espère que plus de pratiquants vont écrire leurs précieux souvenirs et expériences de xiulian pour valider la grandeur et les merveilles de la Loi. Nous devons sauver plus d’êtres sous cette immense grâce de Buddha.

 


Traduit de l’anglais en France le 15 juin 2007

 

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2007/6/14/86744.html

Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2007/5/18/155102.html