S’engager sur le droit de chemin et commencer une nouvelle vie

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par un pratiquant en Chine

Je suis un homme de 24 ans et je menais une vie dissolue. J’ai eu la chance d’apprendre le Falun Dafa quand j’ai été relâché du camp de travaux forcés en mai dernier. Je me suis éveillé, j’ai été convaincu et déterminé à me cultiver en suivant les principes du Falun Dafa. Voilà maintenant plus de cinq mois que ma vie a complètement changé, j’ai retrouvé mon chemin.

Je me souviens qu’au camp de travaux forcés, en dépit des travaux difficiles que l’on m’imposait, mon cœur était indomptable, même si j’étais d’accord pour changer quand je serais relâché. Je pensais que je ne ferais plus rien d’illégal, mais que je me consacrerais à gagner de l’argent et repayer le mal que j’avais fait pendant ma jeunesse. J’avais la tête pleine d’idées sur la manière de devenir riche.

Mais j’ai eu très mal au cœur en lisant les livres de Maître sur le Falun Dafa. Je regrettais toutes les mauvaises choses que j’avais faites et tout le karma que j’avais accumulé chaque jour. J’ai réalisé que j’étais allé contre les principes fondamentaux de l’univers : Vérité, Bonté, Patience. Ma famille et mes amis essayaient de me faire changer, mais je ne faisais pas attention à leurs encouragements et à ce qu’ils disaient car faire le mal me rapportait plus. Et donc, je ne voulais pas être bon. Maître Li explique les raisons pour lesquelles on doit être une personne de bien en mentionnant les principes universels, la nature humaine, les standards moraux, et le développement de la société humaine. Cela m’a permis de réaliser qu’il est capital de savoir quel genre de personne on veut être pour savoir si l’on peut ou non s’améliorer. Je suis déterminé à être un pratiquant de Falun Gong, à être une personne de bien, à m’assimiler à Vérité, Bonté, Patience, et à retrouver ma nature originelle.

Mais les difficultés que l’on rencontre dans le xiulian viennent de toutes parts. Les premiers conflits viennent souvent de sa propre famille. Je suis un jeune homme, mais il m’est très difficile de trouver du travail car je ne suis pas allé à l’université et la peine de travaux forcés n’a pas aidé non plus. Personne chez moi n’aimait le fait que je restais à la maison sans travailler. En plus, je lisais le livre de Maître Li et faisais les exercices à la maison, ce que ma famille n’acceptait ni ne comprenait. On m’insultait toujours sans raison. Je considérais ces incidents comme des obstacles à surmonter et des opportunités de m’améliorer. J’ai décidé d’être un bon fils à la maison et une personne de bien dans la société. Même si les gens me maltraitaient, je regardais toujours en moi pour y trouver la faille, j’évaluais tout à l’aune des standards de Dafa, et j’agissais en conséquence.

Quand j’ai commencé à pratiquer, j’ai pris l’initiative de m’occuper de la maison et de me cultiver en étudiant la Loi. Je me suis progressivement débarrassé de nombreuses mauvaises habitudes que je n’arrivais pas à abandonner auparavant. Maintenant ma famille est beaucoup plus agréable. Même si j’ai encore beaucoup de choses à améliorer, j’ai beaucoup changé en moi et je suis une meilleure personne qu’avant. J’ai aussi beaucoup d’énergie.

Il y a une autre histoire que je voudrais partager. L’an dernier en juillet dans ma ville il y avait une grosse inondation. Ma famille restaurait la maison, nous avions apporté du sable que nous avions placé en bas. Après l’inondation, des gens qui vivaient tout près sont venus pour essayer de voler le sable. Mon père a essayé de les en empêcher mais personne ne l’écoutait. Quand j’ai vu cela, sans réfléchir je me suis précipité pour les arrêter. Même si les choses n’ont pas pris une mauvais tournure, j’ai dit de mauvaises choses telles que : « Je n’ai pas peur de mourir » pour les faire fuir. Ils connaissaient tous mon passé et n’ont pas osé continuer. J’ai beaucoup regretté mon comportement après cet incident, car mon esprit de compétition était ressorti. J’ai réalisé que je n’avais pas passé l’épreuve. Bien sûr je n’ai pas hurlé, ni frappé quelqu’un. Autrefois, je pouvais passer quelqu’un à tabac s’il se moquait de moi, sans parler de venir voler du sable chez moi.

Dans le passé, les gens qui vivaient dans notre immeuble avaient peur de moi et me haïssaient. Ils roulaient des yeux et m’envoyaient des regards méchants. Quand j’ai été envoyé au camp de travaux forcés, tout le monde était content et se sentais soulagé. Quand je suis revenu, ils pensaient tous que le fauteur de trouble était revenu et que des désastres allaient se reproduire. Leur opinion a totalement changé quand j’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa. Et puis durant l’inondation, je me suis dévoué pour construire une embarcation, je suis allé à un kilomètre avec d’autres jeunes gens pour aller chercher de l’eau potable pour tout le monde. Il faisait une chaleur insupportable et l’eau était froide et sale. Le sol était brûlant et mes pieds couverts de cloques, mais je ne me plaignais pas. Je pensais : « Je suis un pratiquant de Falun Dafa, c’est quelque chose que je dois faire. » J’ai aussi aidé des gens des autres immeubles à se déplacer. J’ai nagé pour sortir acheter de la nourriture et de l’eau pour tout le monde. Les actions sont plus éloquentes que les paroles. Tout le monde me félicitait et me souriait.

Bien sûr mon but n’était pas que les gens me traitent bien. C’est le xiulian dans le Falun Dafa qui a provoqué cet effet positif. Je n’aurais pas agi ainsi sans le Falun Dafa. C’est vrai, j’ai changé. Mon caractère s’est amélioré. Je suis déterminé à me cultiver. Quels que soient les obstacles que je rencontrerai à l’avenir, je vais utiliser le Falun Dafa comme miroir et maître pour me discipliner et m’élever de tout mon être. Je vais atteindre le critère d’un vrai pratiquant de Falun Dafa, être une bonne personne, et apporter une contribution positive à la société.


Version anglaise disponible à :
http://en.minghui.org/emh/download/ebooks/h018a.htm