Prendre les difficultés comme bénédictions, regarder à l’intérieur pour trouver la source de nos difficultés

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par un pratiquant chinois aux États-Unis.

Je vis aux États-unis depuis plus d'un an. Maintenant, quand je regarde en arrière, je me rends compte que j'ai éprouvé plus de difficultés pendant cette année qu'au cours de toutes mes années de pratique du Falun Dafa depuis 1995. Je suis chanceux d’avoir rencontré ces difficultés, parce qu'autrement je n'aurais pas pu améliorer mon caractère.

Je suis un technicien à ma compagnie. Ma responsabilité est d’assembler et d’examiner différentes pièces d’équipement micro thermique. Au début, tout était nouveau à la compagnie et j'ai dû apprendre de mes collègues. Je sentais que j'étais traité comme un apprenti. On me demandait de faire toutes sortes de travail insignifiant que personne d'autre ne voulait faire. J'ai aussi dû supporter l'impatience des gens. Toutes les fois que je rencontrais quelque chose de nouveau, je devais demander aux autres. Quand je demandais trop souvent, ils s’impatientaient, ou s’ils étaient juste de mauvaise humeur, ils pouvaient s’impatientaient facilement.

Différents produits demandent différents procédés d'assemblage. Si les procédures ne sont pas suivies correctement, des problèmes peuvent se produire quand les produits sont examinés. En conséquence, ceci pourrait causer une grande perte à la compagnie.

Pendant un certain temps, je faisais très souvent des erreurs. Quelque chose allait toujours de travers, même d'une façon absurde. Parfois, bien que j'avais très bien suivi les procédures et que mes collègues avaient même donné leur accord, les résultats étaient quand même frustrants. Évidemment, je recevais beaucoup de rudes commentaires du surveillant du laboratoire, ce qui m'attristaient beaucoup. J'ai pensé en moi-même : « J'essaye de faire de mon mieux. Y a-t-il quelque chose de mal à ça? » Pire encore, un de mes collègues rapportait toujours au surveillant ma moindre petite erreur. Le surveillant s’impatientait immédiatement et criait : « Tu ne peux pas toujours faire des erreurs. Autrement, je ne pourrai pas te garder. »  Alors je me fâchais aussi et pensais : « Tous les êtres humains font des erreurs. Pensez-vous que je les faits intentionnellement ? » Dans ces moments là, mon esprit était préoccupé par une idée, « Congédie-moi. Au pire aller, j'irai à la maison. Voilà. J’en ai assez avec ce genre de vie. »

Cette situation a continué pendant longtemps, jusqu'à ce qu’un jour j'ai fait une erreur juste comme le surveillant passait. Il m'a demandé ce qui se passait. Je lui ai dit que j'avais fait une autre erreur et m’attendais à ce qu'il éclate de colère. À ma grande surprise, il est parti sans rien dire. Tout à coup, j’ai senti que je me réveillais d'un rêve. Tant de réprimandes et d’arguments s’étaient produit à partir d'un attachement : chaque fois qu'une erreur s'était produite, j'étais toujours resté silencieux et avait tenté de la cacher. Quand quelqu'un venait s'enquérir, je disais que tout allait bien. J'ai toujours pensé qu'à condition que j'aie finalement un bon résultat, tout le monde serait content. Ils ne devraient pas prendre la peine de demander ce qui s'était produit au cours du processus. En apparence, mon argument semble raisonnable. Mais pour un pratiquant de Dafa, il ne l'est pas. Un pratiquant devrait suivre le principe d' « Authenticité », faire les choses d'une façon droite, être disposé à admettre toutes les erreurs et être clair au sujet de chaque chose. Tenter de dissimuler des erreurs n'est-ce pas un grand attachement ? Chose étonnante, après cet événement j'ai rarement fait des erreurs.

En conséquence, le surveillant ne s’est plus jamais plaint et personne ne prenait plus la peine de lui rapporter mes erreurs. Probablement parce que personne ne me crée d'ennui dans ma famille, j'étais destiné à rencontrer plus d'ennui à ma compagnie afin que j'aie des occasions pour cultiver.

Un collègue semblait très agressif à propos de tout. Il avait l’habitude d'acquérir l'équipement de la compagnie, même s’il n'en avait pas besoin immédiatement. Par conséquent, quand il était temps d’utiliser un certain morceau d'équipement, je ne pouvais pas et mon travail était retardé. De plus, je suis une personne disciplinée et ordonnée et maintiens toujours mes outils et mon équipement d'une manière bien ordonnée. Il était juste l'opposé, laissant chaque morceau d'équipement malpropre, graisseux et parfois brisé après l'avoir utilisé. Parfois quand il ne pouvait pas trouver ses propres outils, il utilisait les miens et de temps en temps il les perdait aussi. Mon travail en était alors considérablement affecté. Des choses semblables m’arrivaient presqu’à chaque jour. Plusieurs fois je n’ai pas pu me contrôler et je me suis mis en colère. Après j'ai regretté ce que j'avais fait. Sur la question d'améliorer mon caractère, quand il y avait des conflits, je pense que je m’élevais très lentement. Pourquoi est-ce que je ne pouvais pas sentir en moi intérieurement un cœur de bienveillance et de bonté ? Si une chose insignifiante pouvait me blesser, j'étais loin d'être ferme et inébranlable, comme un pratiquant de Dafa devrait être.

Après y avoir pensé, j'ai compris pourquoi. Tout d’abord, c’était parce que j'avais adopté une attitude biaisée envers les autres. Je les voyais comme étant égoïste, rude et désorganisé dans leur travail. J’avais toujours perçu les choses autour de moi strictement à partir de mon propre point de vue. Quand les autres ne s’adaptaient pas à mes perceptions, je n’étais pas confortable avec eux. Pourquoi m’étais-je fâché ? C’était parce qu'ils dérangeaient mon travail et me créaient des ennuis. Chacune de mes pensées étaient à mon sujet seulement. Est-ce que ce n'était pas égoïste ? S'il avait créé des ennuis aux autres, déranger le travail des autres, je ne me serais pas fâché.

Nous devons être prévenants envers les autres en tout temps ! Après avoir adopté une telle attitude, je ne me suis plus senti irrité par mes collègues. Au contraire, j'ai commencé à sentir de la compassion pour eux, parce qu'ils souffrent aussi des difficultés dans leurs vies.


Version disponible à :
http://en.minghui.org/emh/download/ebooks/h005.htm