Je n'oublierai jamais la grâce du Maître

[Site Clartés et Sagesse]

 

Chaque fois que je regarde la précieuse photo que nous avons prise avec le Maître à la série de conférences de Binzhou en 1994, le Maître me manque tellement ! Je sens un courant chaud traverser tout mon corps. J'avais trente ans, mais la silhouette imposante du Maître, ses manières aimables, son sourire plein de compassion, tous ces souvenirs me reviennent en mémoire. Ce fut le moment le plus heureux de ma vie. Dafa m'a donné la plus grande chance et m'a encouragée à avancer sur le chemin de la cultivation et à retourner à mon moi originel.

J'ai eu de nombreuses maladies à l'âge de vingt ans. Je ne pouvais pas travailler. Je suis allée trouver des médecins chinois connus dans tout le pays. J'ai consommé une grande quantité de médicaments, je suis allée trouver beaucoup de maîtres de qigong, puis je me suis convertie au bouddhisme ; mais peu importe ce que je faisais, les médecins ont dit que je ne vivrais que huit ou neuf ans.

Pendant les dix années suivantes, j'ai toujours demandé au Ciel : « Pourquoi le destin est-il si cruel avec moi ? » J'avais toujours ce voeu : « Comme ce serait merveilleux si je pouvais trouver un Maître qui me guérisse ! »

Un soir, vers 22 h, j'étais à moitié endormie et comme j'allais au lit, quand j'ai vu une lumière brillante dans le ciel venir directement vers ma fenêtre. La lumière est arrivée devant mon lit et la divinité de la longévité est apparue, vêtue d'une toge de satin. Ses cheveux blancs étaient peignés et sa barbe blanche mesurait dix pouces. Il avait une baguette magique blanche dans les mains et l'agitait en haut et en bas devant moi : « Mademoiselle, vous n'allez pas mourir. » Il a disparu dès qu'il a dit cela. Je me suis dépêchée de regarder l'étoile qui avait quitté ma maison. Qui était cette divinité ? Comment me connaissait-elle ? J'ai gardé ce casse-tête pendant plusieurs années, jusqu'à ce que j'obtienne la Loi.

En 1989, j'ai eu une grave myocardite et j'étais dans un état critique. Ma famille avait déjà préparé un linceul pour moi, mais à la surprise générale, j'ai miraculeusement guéri. Les médecins ont dit que ce devait être ma forte vitalité, mais je me souvenais des paroles de la divinité qui m'avait rendu visite.

En juillet 1994, ma famille m'a parlé d'une session d'un nouveau qigong à Binzhou, qui avait un très bon accueil. Au début, je n'avais pas planifié d'y aller, mais ma famille a insisté, alors j'y suis allée.

Notre hôtel était organisé par le comité de l'Association de qigong, beaucoup de pratiquants de toute la Chine venaient, nombre d'entre eux étaient d'anciens pratiquants qui avaient participé à plusieurs sessions comme celle-là. J'ai entendu plusieurs personnes dire que le Maître venait pour rectifier la Loi et que ce n'était pas un maître de qigong ordinaire ; c'était une chance que j'ai décidé de venir.

Quand j'ai vu le Maître pour la première fois, il marchait sur le podium et nous a salué avec la paume dressée. Le Maître était différent, il portait ce tempérament qui transcende le monde. Quand le Maître a parlé du Falun Dafa et de son sens profond, mon coeur a été profondément ému ; je sentais comme si je me réveillais d'un rêve, l'énigme de la vie et du destin qui m'avait laissé perplexe pendant de nombreuses années m'était révélé : le but principal de notre venue dans ce monde est de retourner à notre moi originel.

Pendant les sessions, le Maître a enseigné la Loi chaque jour et ajusté le corps des pratiquants avec son gong. Chacun de nous a été purifié de corps et d'esprit et nous avons eu diverses réactions. Pendant les premiers jours de la session, les maladies que j'avais ont disparu – myocardite, hypertrophie cardiaque, oedème du visage et des pieds, migraines, douleurs aux articulations, menstruations irrégulières, ainsi que rhumes et refroidissements fréquents. Pour la première fois de ma vie, j'ai ressenti ce que signifiait être totalement libre de toute maladie, j'étais heureuse, épanouie.

La cinquième nuit, sous les conseils du Maître, nous étions en train de faire la méditation assise. Le Maître a marché vers moi et s'est arrêté. Je n'avais même pas croisé les jambes en demi lotus ; j'avais honte, je voulais croiser les jambes et je l'ai fait ! Quand le Maître a vu cela, il s'est tourné et a continué à enseigner. Le Maître a éliminé beaucoup de mon karma.

C'était le mois de juillet et il faisait très chaud. Beaucoup de pratiquants utilisaient des éventails. Le Maître a dit : « Posez les éventails pour voir si vous pouvez sentir la brise. » J'ai posé mon éventail et immédiatement j'ai senti une brise fraîche venir de derrière. Pendant la Huitième leçon, je n'ai jamais vu le Maître boire, même une gorgée d'eau ; son alimentation ne consistait qu'en nouilles et céréales.

En 1994, je suis allée à Guangzhou pour la cinquième série de conférences. Pendant les cinq premiers jours, je m'endormais dès que la conférence commençait. Malgré le fait que je dormais bruyamment, j'entendais encore chaque parole que le Maître enseignait. Le Maître a purifié le corps de milliers d'entre nous. Je sentais un courant d'air froid sortir de mon corps. Je sentais mon corps plus léger et mon esprit plus clair.

Au cours de ces huit jours à Guangzhou, chaque jour je me tenais à côté du Maître et je le regardais jusqu'à ce qu'il soit hors de ma vue. Le Maître avait un beau teint plein de santé. Il souriait toujours, avec un comportement aimable.

Pour sauver les êtres dans l'univers, le Maître nous a sauvé de l'enfer, il nous lavé pour que nous soyons propres, il a supporté le karma que nous portons depuis des générations. Le mal empoisonne toujours les êtres. En tant que pratiquants de Dafa, nous devons être diligents, clarifier la vérité, bien faire les trois choses et ne pas abandonner le Maître.

Veuillez souligner par compassion toute erreur.

 

Traduit en Suisse le 11 novembre 2007

Version anglaise disponible à : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2007/11/7/91150.html

Version chinoise disponible à : http://www.minghui.org/mh/articles/2007/10/9/164169.html