Se rappeler le temps précieux où le Maître enseignait la Loi dans toute la Chine

[Site Clartés et Sagesse]


Écrit par un disciple de Dafa de l’agglomération de Qiqihar

Début 1993, je me suis réveillée à deux reprises de mes rêves et j’ai vu clairement un grand Taoïste dans une longue robe noire, un ruban lié à la taille, une épée au coté, et les cheveux enroulés sur le dessus de la tête.

Ecouter Maître parler au Palais de la culture de l’industrie électrique de Qiqihar, province du Heilongjiang

Le 16 juillet 1993, est une date que je me rappellerais toute ma vie. J’ai eu la chance de pouvoir assister à la classe que Maître a donnée à Qiqihar. Lorsque j’ai vu le Maître élancé, compatissant, et majestueux, j’ai eu l’impression de l'avoir déjà vu quelque part auparavant. En réalité, il s’est avéré que le Maître était le Taoïste que j’avais vu dans mes rêves. Maître m’avait trouvé à l’avance, pour m’aider à débuter ma ‘cultivation’.

Maître s’adressait à nous chaque soir. Il arrivait une demi-heure plus tôt et répondait aux questions des élèves avant que la classe ne commence. Ma question était : ‘’J’ai invité avec réticence des choses qui n’étaient pas droites et créé un autel familial pour la vénération. Maintenant que j’ai commencé à pratiquer Falun Gong, que devrais-je faire ?’’ Maître a répondu : ‘’Une fois que vous avez la pensée de vouloir vous en débarrasser, cela sera nettoyé en une seconde.’’

Maître a guéri une femme malade nommée Mei qui était présente dans la classe. Elle était si reconnaissante qu’elle a envoyé 200 yuans au Maître, mais Il lui a renvoyé l’argent.

Entre les classes, j’ai vu Maître dans le vestibule du Palais culturel. Il était habillé avec soin avec une chemise blanche à manches courtes et des pantalons gris. J’ai trouvé remarquable que le Maître soit habillé si correctement.

Avant de commencer la ‘cultivation’, j’avais de nombreuses maladies. Chercher un traitement dans de nombreux hôpitaux n’a pas réussi à me guérir. Depuis que je cultivais dans Dafa, toutes les maladies qui m’avaient torturé et la confusion dans ma vie ont disparu.

Assister à la conférence du Maître à Changchun, province de Jilin

Fin avril 1994, un autre pratiquant et moi sommes allés à Changchun et avons écouté la conférence du Maître au Palais Mingfang, université de Jilin. La classe a duré deux jours, en deux sessions, de jour et de nuit. Maître se rendait en bus à l’université de Jilin pour ses conférences quotidiennes. Une fois, je marchais sur un chemin à trois voies dans l’université et j’ai vu le Maître avancer lentement vers moi de loin. J’ai crié avec enthousiasme : ‘’Oh, Maître !’’ Maître a fait un signe de tête dans ma direction, compatissant et paisible. Je n’ai rien pu dire, comme si quelque chose me retenait.

Un jour, le pratiquant Wang Xeijun qui était venu de Qiqihar pour assister à la classe, est allé dans les coulisses. Il a tendu au Maître une photo de sa jeune sœur, malade depuis de nombreuses années, et a demandé : ‘’S’il vous plaît, traitez ma sœur.’’ Maître a pris la photo, l’a secouée, et la lui a rendue. Wang a alors demandé : ‘’Ma sœur peut-elle pratiquer Falun Gong ?’’ Maître a répondu : ‘’Aucun problème.’’ Même aujourd’hui, sa sœur va toujours très bien.

À la fin de la classe, nous tous qui venions d’endroits différents nous sommes faits prendre en photo avec le Maître. Finalement, chaque pratiquant s’est levé pour une photo sur les marches du Palais Mingfang excepté un, qui s’est assis, ses béquilles à ses cotés. Puis Maître a dit : ‘’Laissez tomber les béquilles.’’ Le pratiquant a eu une compréhension et s’est exécuté aussitôt. Maître a dit : ‘’Avancez !’’ Puis, il a marché. Chacun s’est écarté pour le laisser passer et l’a applaudi. Il a fait un pas puis, un autre, et finalement a même couru à petites foulées. Beaucoup d’entre nous pleurions d’excitation.

Je regardais intensément le Maître au moment de prendre la photo avec les pratiquants de Harbin, espérant être près du Maître sur la photo. Il m’a dit doucement : ‘’Vous pouvez vous tenir ici.’’ Mais un autre pratiquant a dit : ‘’Tu ferais mieux de ne pas rester ici, parce qu’ils ne pourront pas te trouver et te donner la photo quand elle sera sortie.’’ Parce que je venais d’une autre ville, j’ai hésité et manqué cette chance précieuse. Plus tard, mon frère plus âgé a demandé au Maître : ‘Maître, je suis venu ici en retard et voudrais aussi être pris en photo avec vous.’’ Maître a répondu : ‘’Je n’ai pas assez de temps pour des photos individuelles avec chacun d’entre vous. Allez chercher les pratiquants de votre région et nous pourrons prendre ensemble une photo de groupe.’’ C’est ce que nous avons fait. Mon souhait a été réalisé. J’ai finalement été prise en photo débout à côté du Maître.

Chaque fois que je regarde cette photo, je suis envahie par l’émotion, entendant la voix du Maître et voyant son visage souriant devant mes yeux, pour m’encourager à cultiver plus diligemment.

Assister à la classe du Maître à Dalian, province de Liaoning

En juillet 1994, durant un été chaud, un groupe de pratiquants et moi sommes allés à Dalian. J’ai écouté la conférence du Maître du haut des escaliers. Presque tous les pratiquants s’éventaient et ne pouvaient se concentrer sur la conférence. Puis Maître a dit : ‘’Vous devriez poser vos éventails. Plus vous vous éventez, plus vous aurez chaud.’’ Mes points de vue n’étaient alors pas très élevés, ainsi, j’ai continué à m’éventer secrètement.

Un jour avant la classe, un pratiquant nous a dit qu’un pratiquant de France avait demandé au Maître de traiter son enfant ayant un syndrome hyperkinetique et qui était à la maison. Maître a dit : ‘’Avez-vous une photo de votre enfant ?’’ Il a répondu : ‘’Non.’’ Puis Maître a dit : ‘’Pensez juste à l’endroit où se trouve votre maison.’’ Le lendemain, il a reçu un appel téléphonique de sa famille qui lui a dit : ‘’Hier, une grande boule de feu est entrée dans notre maison, puis notre enfant a été guéri.’’ Chacun était si enthousiaste d’entendre cela et a accru sa confiance dans la ‘cultivation.’

De nombreuses personnes y ont assisté, et de nombreuses bonnes actions ont été accomplies: ceux qui avaient perdu un portefeuille, un collier, une montre ou d’autres objets les ont retrouvés. Maître disait à chaque fois : ‘’Ceux qui ont perdu quelque chose pourront les reprendre après la classe.’’

Guangzhou, la dernière fois que j’ai assistée à la classe de Loi de Maître

Avant de m’y rendre, j’ai entendu que le coût de la vie à Guangzhou était élevé. Un autre pratiquant et moi avons voyagé ensemble. Nous avons pris une boite de nouilles instantanées et une boite de biscuits. En réalité, Maître avait déjà arrangé nos accommodations: Les étudiants de l’université chinoise de médecine de Guangzhou étaient en vacances, et trois d’entre nous dormions dans deux lits, pour seulement 20 ‘’yuans’’ par jour. La plupart des personnes vivant dans les dortoirs étaient des pratiquants. Nous avions communiqué avec les autres pratiquants. Ils savaient que nous mangions seulement des nouilles instantanées. Plusieurs jours plus tard, un pratiquant m'a dit : ‘’J’ai parlé au Maître de votre situation, et il a pleuré.’’ J’ai fondu en larmes. Cette nuit-là, Maître a envoyé de nombreux Falun dans le ciel de Guangzhou, et tous les pratiquants plus deux non-pratiquants vivant à l’université ont vu la vision spectaculaire. Cela a duré plus de deux heures. Nous nous sommes précipités vers un balcon, acclamant et bondissant. Puis, tous, nous avons pratiqué les exercices ensemble.

Durant toutes les classes, j’ai toujours entendu de la musique gracieuse faisant écho dans le ciel, à ma gauche. Après que la classe soit terminée, tous ceux qui se rendaient chez eux en train étaient des pratiquants qui avaient assisté à la classe. Nous avons échangé les uns les autres avec compassion et sincérité. Je n’oublierai jamais cette expérience.


Traduit de l’anglais le 21 octobre 2008

Version anglaise disponible à : http://clearwisdom.net/emh/articles/2008/10/19/101590.html

Version chinoise disponible à : http://minghui.org/mh/articles/2008/10/3/187041.html

http://fr.clearharmony.net/articles/200810/42104.html