Soumis à l'occasion de la Journée mondiale de Falun Dafa - Comment la Loi a illuminé la région de Taihang

[Site Clartés et Sagesse]


Par une pratiquante de Falun Dafa de la province de Hebei.

J’habite dans la zone montagneuse de Taihang et j’ai eu la chance de passer du temps avec le Maître, assistant à des moments historiques de la propagation de la Loi et du salut offert par Maître. Je souhaite partager ce qui suit avec vous tous.


1. Etre témoin des merveilles de Dafa à l’exposition de la santé orientale de Pékin de 1993.

1.1 Inviter Maître à enseigner la Loi à Shijiazhuang

En décembre 1993, je suis allée à "l’Expo santé orientale de Pékin" en tant que journaliste pour représenter l’Institut de recherche scientifique sur le corps humain de Shijiazhuang . Je voulais me rendre compte et inviter un célèbre maître de qigong à venir enseigner le qigong à Shijiazhuang. Ce voyage m’a donné l’occasion de rencontrer pour la première fois Maître Li Hongzhi.

Sur le stand du Falun Gong, j’ai pris un livre au hasard pour le faire dédicacer par Maître Li. Beaucoup de personnes faisaient la queue. Je suis restée à coté de la file d’attente ne sachant pas quoi faire. A ce moment là, j’ai entendu Maître m’appeler pour lui remettre le livre, ce que j’ai fait en le faisant passer par dessus la tête des autres personnes. Maître a tendu la main, pris mon livre et a écrit: "Li Hongzhi, le 12 décembre 1993." Avec un sourire il m’a redonné le livre. C’est un moment que je n’oublierai jamais.

Le lendemain, je suis allée à l’Association chinoise de recherche scientifique sur le Qi Gong, le principal organisateur de l’exposition, et j’ai demandé au président Fei Dequan quelle pratique de qigong était bonne. Il a fortement recommandé le Falun Gong. Notre organisation a signé un contrat avec Maître Li pour qu’il vienne enseigner le Falun Gong à Shijiazhuang. La date fixée était le 3 mars 1994.


1.2. Être témoin du caractère merveilleux de Falun Dafa à l’expo santé

J’ai traversé tout le hall d’exposition. Différents stands de qigong occupaient un tiers de l’espace sur la gauche. Des médecins connus, venant de toute la Chine, spécialisés à la fois dans la médecine chinoise et occidentale, occupaient l’espace au centre. Tous les autres stands attiraient très peu de monde, sauf celui du Falun Dafa où une foule énorme attendait. On pouvait à peine s’approcher du stand. Cela a été comme ça du premier au dernier jour de l’expo. Des gens formant trois longues files d’attente, qui s’étiraient jusqu’à la porte d’entrée du hall, attendaient devant le stand.

Les gens qui sollicitaient les soins du Maître étaient venus de toute la Chine et souffraient de maladies difficiles et compliquées. Certains étaient poussés dans des fauteuils roulants, d’autres transportés sur des civières et un couple de la campagne portait leur enfant sur un cadre en métal. De temps en temps j’entendais des gens crier dans la foule: "Le Falun Gong peut guérir les maladies", "Le Falun Gong soigne très rapidement !" J’ai aussi entendu de forts applaudissements, des acclamations, des expressions de gratitude, et des sanglots: "C’est parti (la maladie) ! C’est parti!", "C’est magique!" J’ai aussi vu des gens à genoux, se prosterner et crier en sanglots: "Sauveur!" "Bouddha vivant!" J’ai été témoin de tout cela de mes propres yeux.

Le matin du dernier jour de l’expo, des médecins qui occupaient des stands, et ceux qui vendaient des équipements médicaux, ont quitté leurs emplacements et sont venus se faire soigner par Maître. J’ai demandé à un vieux docteur de médecine chinoise: "Pourquoi recourrez vous aux soins d’un maître de qigong?" Il a rougi et répondu: "Il (en parlant de Maître) peut guérir la cause [des maladies], je ne le peux pas." Ce docteur m’avait soigné par le passé. Il a dit ensuite: "Vous feriez mieux de faire du gigong pour vous soigner."


1.3. Etre témoin de la pureté de Dafa

Cet après midi là, Maître a donné une conférence dans un hall et a fait don de l’argent venant des billets d’accès au séminaire vendus à la Fondation pour la justice et le courage. Parallèlement, l’organisateur de l’expo tenait une réunion pour décider de la remise des prix. J’ai manqué cette précieuse occasion d’écouter la conférence de Maître parce que je voulais être à cette réunion.

A la fin de la réunion, Maître Li a été désigné pour recevoir la plus haute récompense présentée par l’expo: "Le prix de la science la plus avancée" et de "Maître de Qigong le plus acclamé par les foules." Maître a reçu la plupart des prix de l’expo. Quelqu’un a accepté les deux prix au nom du Maître car il était occupé à enseigner gratuitement le Falun Gong aux gens.

Ma première impression du Maître a été son jeune age et son caractère extraordinaire, si différent des autres. J’ai pensé: "Est-ce que ce ne serait pas bien d’avoir quelqu’un comme lui pour maître?" Quand Maître m’a fait sa dédicace, j’ai pu sentir sa bienveillance et son sourire a instantanément chassé mon air récalcitrant et arrogant.


2. Apprendre la Loi et commencer la cultivation à la conférence de Loi de Shijiazhuang en 1994

2.1. Maître est venu à Shijiazhuang pour enseigner le Falun Gong

Le 3 mars 1994 est une date inoubliable pour moi. Encore aujourd’hui, je peux me rappeler de tout très clairement.

Comme convenu à l’avance, Maître est arrivé pour enseigner la Loi à 8 h 30. La conférence se tenait dans le hall de la caserne militaire de la province de Hebei. Il a commencé par un aperçu du qigong. Environ 900 personnes étaient présentes dont 600 anciens pratiquants de Falun Gong venus de Pékin avec Maître. Les autres étaient des gens de la région.

Quand Maître a traversé le hall, il semblait être bienveillant, son visage resplendissant de santé et d’une vigueur rayonnante. Pendant la première conférence Maître nous a demandé d’ouvrir nos mains et nous a demandé ce que nous pouvions voir. Ma fille de six ans s’est exclamée: "Maman, je vois quelque chose! Je peux le voir ! Ça tourne comme un ventilateur et ça tourne et ça tourne..." L’enfant de ma collègue criait lui aussi. Le hall était calme auparavant, mais alors les gens ont commencé à parler. L’atmosphère est devenue animée et enthousiaste. Maître nous a demandé de nous lever et de détendre nos corps. En disant "détendre" sa main a attrapé de l’air de la droite vers la gauche. Immédiatement, j’ai senti une forte onde briller dans l’air et comme si un choc électrique traversait tout mon corps.

A 19 heure ce jour là, nous nous sommes réunis au dortoir du club de la troisième usine de coton textile, un petit endroit simple et brut sans chaises ni estrade. Dans une pièce adjacente, des gens dansaient et chantaient au karaoké. C’était bruyant de l’autre coté du mur. Maître n’y a pas fait attention et il nous a appris les exercices et la Loi. Il était tellement modeste et facile à approcher. Nous nous sommes assis par terre et nous avons écouté Maître enseigner la Loi. Je me sentais à l’aise intérieurement et toutes mes préoccupations ont disparu.

Le lendemain soir, avec l’aide de Maître, nous nous sommes rendus dans le hall, plutôt officiel, de la deuxième usine de coton textile et Maître nous a enseigné la Loi. Il y avait environ 900 personnes présentes.

2.2. Maître a nettoyé nos corps

Avant d’apprendre le Falun Gong, j’avais été possédée par des esprits animaux. Quand des maîtres de qigong me voyaient, ils se courbaient et s’inclinaient face à moi et certains même se prosternaient devant moi et s’agenouillaient. Bien sûr je ne comprenais pas pourquoi à ce moment là. Après avoir étudié la Loi, j’ai compris qu’ils n’osaient pas offenser les esprits animaux que j’accueillais. Quand Maître a parlé de la possession par les esprits le troisième jour, j’ai eu extrêmement froid, j’ai mis un manteau de fourrure que j’avais emprunté et par dessus encore un autre vêtement. J’avais encore froid et je toussais et crachais beaucoup de glaires. Chaque fois que je toussais, Maître s’arrêtait d’enseigner et me regardait jusqu’à ce que j’arrête de tousser, ensuite il reprenait. Maître a nettoyé mon corps en même temps, il y avait de l’emphysème pulmonaire héréditaire dans ma famille.

Quand Maître a enseigné les exercices, il m’a appelé dans une salle de repos sur la scène. Il m’a tapoté trois fois sur la tête, trois fois dans le bas de la nuque et trois fois dans le dos et ensuite il a dit: "Vous pouvez y aller !" Je me suis sentie tellement à l’aise et je ne m’étais jamais sentie aussi légère et détendue avant. Plus tard, j’ai demandé au Maître pourquoi ces choses animales avaient pénétré en moi. Maître m’a dit que je comprendrais après avoir écouté les conférences de Loi. Il m’a aussi dit de garder les yeux ouverts quand je pratiquais les exercices.

Une de mes collègues avait eu une ablation des deux tiers de son estomac. Ce jour là, elle a mangé un grand bol de nouilles épaisses et dures et n’a pas réalisé sur le coup. Mais quand elle m’a vu dans le hall, elle m’a dit: "Je me sens si rassasiée et tellement à l’aise." Elle s’est ensuite exclamée avec surprise: "Wow! J’ai autant mangé et c’était des nouilles. Je n’ai jamais mangé autant depuis mon opération." Elle a fait le geste de Heshi et a dit joyeusement: "Merci! Merci! Hua Tuo [un célèbre médecin de l’histoire chinoise] est de retour!" Son visage a toujours rayonné de santé par la suite.

J’ai une autre collègue qui souffrait de vascularite et les os de ses orteils étaient à vif, un liquide jaune suintait des plaies. Les médecins lui avaient conseillé de se faire amputer des jambes. Elle assistait aux conférences dans un effort ultime pour sauver ses jambes. Ayant assisté pendant huit jours aux conférences, ses jambes ont guéri et les plaies ont cessé de suinter et de former des cicatrices. Petit à petit, les chairs se sont reformées. Auparavant, l’intérieur de ses chaussures était humide, mais dès lors elles ont été sèches et ses jambes ont été sauvées. Elle disait à tous ceux qu’elle rencontrait: "Maître est vraiment extraordinaire. Allez apprendre le Falun Gong! Regardez, mes maladies ont été guéries!"

Une collègue a amené son fils à une séance de photos de groupe le dernier jour des conférences. Il était tombé du quatrième étage d’un immeuble alors qu’il avait six ans. Il avait subi une opération du cerveau mais avait toujours un anévrisme cérébral. En cas de rupture, il pouvait rester paralysé à cause de la pression sur les nerfs. Elle avait dépensé beaucoup d’argent en soins médicaux. Elle avait amené son fils aux conférences aussi. Maître est venu voir le garçon. Il a touché légèrement sa tête et le garçon a guéri. Il a été en très bonne santé depuis.

2.3. Maître a nettoyé toutes mes maladies

Avant de pratiquer le Falun Gong, j’avais beaucoup de problème de santé, dont de l’arthrite, une cholécystectomie, une gastrorragie superficielle, une duodénite, des maladies gynécologiques, et de l’emphysème pulmonaire héréditaire. En gros, j’avais eu une multitude de maladies et quelque soit l’endroit de mon corps que je touchais, c’était douloureux. Le pire était la migraine. Après avoir accouché de mon enfant, j’ai contracté une fièvre puerpérale. J’avais froid partout et j’avais de graves migraines. Elles étaient si atroces que je me tordais dans le lit de douleur.

La médecine occidentale ne pouvait pas guérir mes maladies. Mon mari est médecin et a trouvé beaucoup de bons docteurs connus pour m’examiner, mais ils n’arrivaient pas à soigner mes migraines ni à diagnostiquer quel était le problème, même avec des rayons X. Ma tête continuait à me faire souffrir. En été, je devais porter une veste doublée et des pantalons. Quand je sortais en hiver, je mettais un manteau en cuir, un manteau en duvet, un chapeau, et une écharpe. Je devais m’emmitoufler étroitement . Bien que je n’avais qu’une vingtaine d’années, je paraissais la trentaine ou la quarantaine.

Personne ne pouvait guérir mes maladies. Mais après avoir entendu Maître enseigner la Loi, mon visage n’a plus été cireux et sec comme il l’avait toujours été. Je n’ai plus souffert de rhumes et je n’ai plus craint le froid. Pendant l’hiver, je n’ai plus eu besoin de porter autant de vêtements et je ne sentais plus le froid. En été, j’ai même pu porter des jupes, ce que je n’osais même pas imaginer auparavant. Je suis même allée nager et j’ai retrouvé ma jeunesse. En dix jours, de l’apparence d’une femme de 40 ans, je suis redevenue jeune et pleine d’énergie comme une femme normale dans sa vingtaine.

Ensuite une nuit, alors que mon mari était sorti pour affaire, j’étais à la maison avec notre fille. J’ai mal dormi, urinant toutes les cinq minutes et j’ai senti que la partie inférieure de mon corps faisait mal, c’était presque insupportable. Dés que je me couchais, je devais me relever pour uriner. Cela s’est répété toute la nuit. J’ai seulement réussi à dormir une heure juste avant l’aube. Après m’être levée, je suis allée aux toilettes pour vider la bouteille d’urine. C’était assez lourd. Je n’ai pas fait attention au contenu tout de suite à cause du couvercle. A ma grande surprise rien n’est sorti quand j’ai essayé de la vider. La bouteille en forme de calebasse avait un gros corps et une ouverture étroite et quand je l’ai examinée, j’ai été frappée de voir que l’urine était une masse de pus et de sang qui remplissait tout le récipient. J’étais effrayée mais en même temps excitée. Ma première impression a été que j’étais guérie pour de bon. Je n’ai cessé de répéter: "Merci, Maître! Merci, Maître!"

J’ai appelé mon mari et je lui ai demandé de venir à la maison immédiatement. Quand il est arrivé et qu’il a regardé dans la bouteille, il a été surpris. "Qu’est-ce qui s’est passé? Qu’est ce que c’est?" Je lui ai dit: "C’est ce que j’ai uriné la nuit dernière. Je n’ai pas pu dormir de la nuit, et c’est ce que j’ai uriné." Je lui ai demandé: "Qu’est ce que c’est?" Ses yeux se sont écarquillés. Il était sidéré. Puis il m’a demandé: "C’est ce que tu as uriné?" J’ai hoché la tête. Il a examiné de plus prés. En tant que médecin il savait ce que cela signifiait et a réfléchi: "De quelle grosseur devait être la tumeur! La médecine actuelle n’aurait jamais été en mesure de faire ça! C’est incroyable!"

Après cet incident mon mari a commencé à pratiquer le Falun Gong et plus tard à écouter les conférences de Maître à Jinan. Chacun dans ma famille s’est aperçu des changements en moi et un par un, mes sœurs et tous les membres de la famille ont commencé à pratiquer le Falun Gong. A chaque fois que je mentionne cet incident je suis émue aux larmes. Je suis simplement tellement reconnaissante envers Maître.

2.4. Notre grand Maître compatissant

Le 11 mars 1994, fut le dernier jour du séjour de Maître à Shijiazhuang. A 8 h 30, il y a eu une séance de photos de groupe à la porte Ouest du Stade des travailleurs. Des groupes de différentes régions devaient prendre une photo avec Maître. Un photographe professionnel a demandé dix yuans par personne. Maître a dit que c’était trop cher et nous a demandé de trouver quelqu’un parmi les pratiquants pour prendre les photos. Par conséquent, chaque personne n’a eu qu’un yuan à payer pour couvrir les frais de développement des photos. Maître ne voulait pas ajouter une pression financière supplémentaire sur les pratiquants.

Maître a pris des photos avec un groupe après l’autre. Il y avait tant de gens que cela a duré jusqu’à l’heure du déjeuner. On demandait au Maître de se tenir ici et là.

J’étais remplie d’un profond respect. Un Maître aussi merveilleux, aussi célèbre et pourtant il n’avait pas la moindre arrogance, il était si facile à approcher et tellement bienveillant. Aucun mot ne peut décrire mon admiration pour ces moments là et rien n’est suffisant pour décrire la compassion du Maître. Maître s’habillait très simplement. J’ai particulièrement remarqué ses chaussures. Il portait des chaussures en cuir ridées à lacets. On pouvait voir qu’elles avaient été portées depuis des années. Ses vêtements étaient simples. Il portait une veste de couleur brune et un pantalon gris foncé, très soigné et propre.

Quand Maître a montré la méditation assise, il a enlevé ses chaussures. Assise à coté de lui, je pouvais voir ses chaussettes blanches; bien qu’elles soient très bien lavées, j’ai remarqué des parties usées au niveau des orteils et des talons.

Maître portait un pull-over à col en V qui présentait une usure dans la région du coude, laissant apparaître la chemise. Apparemment, il avait aussi était porté depuis des années. J’avais vu beaucoup de soi-disant maîtres de qigong à Pékin qui portaient des vêtements et des chaussures de marque, certains même portaient des bagues en or. Mais notre Maître était si modeste, simple et si facile à approcher. Personne ne pouvait se comparer à notre Maître.

2.5. Améliorations et changements en moi les premiers jours de cultivation

Enfin, j’avais trouvé la Loi juste pour cultiver et un grand Maître. J’ai senti que j’avais longtemps voulu au plus profond de mon cœur trouver Maître et qu’enfin je l’avais trouvé. J’ai crié du fond de mon cœur: "Maître, je vous ai enfin trouvé!"

Le Falun Gong est paisible et les mouvements des exercices sont doux, lents et harmonieux. La pratique apprend au gens à être bon et comment cultiver son esprit et être bienveillant. J’ai tout à coup vu la lumière dans ma vie. Quand j’étais très jeune, je pensais: "Pourquoi les êtres humains sont-ils des êtres humains? Qui les a créés?" Après avoir étudié la Loi, j’en suis venue à comprendre le but d’être humain, pourquoi nous devons être de bonnes personnes et comment l’être. J’ai suivi les principes de Vérité-Compassion-Tolérance dans la vie de tous les jours et au travail. Mon caractère s’est amélioré, je ne me suis plus mise en colère et j’ai arrêté d’être têtue.

Une fois, j’ai acheté des nattes pour les pratiquants. Comme je ne m’y connaissais pas, certaines étaient dures, d’autres molles et certaines de mauvaise qualité. Quelques pratiquants étaient mécontents et ont dit: "Elle a dépensé tant d’argent pour une qualité si mauvaise." Mon esprit n’a pas été perturbé et je me sentais calme. Une jeune fille de 12 ans s’est levée est a dit: "Elle a utilisé son temps libre pour acheter des nattes pour vous. N’avez-vous pas honte de vous plaindre? Tante, inutile de les aider à l’avenir. Je ne peux pas supporter de les entendre se plaindre." Ceux qui se plaignaient sont alors devenus silencieux. Je ne ressentais rien quand ça s’est produit. Dans le passé, je me serais disputée avec eux. Merci Maître, pour m’apprendre comment être une bonne personne. Je peux maintenant traiter une situation comme celle ci avec le sourire. Quand mon mari me l’a fait remarqué plus tard, j’ai réalisé que mon xinxing s’était élevé.

Parce que je m’occupais des marchandises sur mon lieu de travail, je ramenais souvent auparavant des produits à la maison pour mon compte personnel, des choses comme de la lessive, du savon, des cuillères et des bols, etc... Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, je me suis rappelée les enseignements de la Loi et des exigences, aussi j’ai tranquillement ramené ce que j’avais emporté à la maison. Une collègue m’a dit que j’étais stupide de faire ça. Je lui ai dit que mon Maître nous disait de ne pas tirer profit de petits avantages.

Après que le Parti communiste pervers (PCC) a commencé la persécution le 20 juillet 1999, le secrétaire du parti dans notre usine a diffusé au haut-parleur que je pratiquais le Falun Gong et que j’avais emporté des choses de l’usine chez moi. Il voulait ternir Dafa. Mon mari y est allé pour le raisonner et lui a demandé pourquoi il n’arrivait pas à voir que c’était précisément parce que j’avais commencé à pratiquer le Falun Gong que j’avais ramené de la maison ce que j’avais pris auparavant. Le secrétaire du parti a tout à coup réalisé ce qui s’était passé et en est venu à me respecter. me.


3. Mon expérience d’assister de nouveau aux conférences de Falun Gong à Jinan en 1994

Quelques mois après avoir assisté aux conférences de Loi de Shijiazhuang, Maître a enseigné la Loi dans la ville de Jinan. J’étais très contente. Toute ma famille est allée à Jinan.

Après le déjeuner, alors que les gens attendaient Maître dans le hall, je tenais la roue (deuxième exercice) et je suis rentrée dans un état de méditation profonde pendant environ cinq minutes, ensuite j’ai entendu Maître dire qu’il allait commencer la conférence. Je me suis assise et me suis endormie immédiatement sans me réveiller avant que je n’entende les gens applaudir, réalisant que Maître avait déjà fini la conférence. Mais j’ai entendu tout ce que Maître disait dans mon sommeil. C’était vraiment magique.

Sur le chemin du retour où nous logions, je me suis rappelée mon expérience alors que je tenais la roue. Il n’y avait rien, mais j’étais grande et vaste, immensément vaste, vaste sans limites. Des pratiquants m’ont dit plus tard que Maître me regardait quand je tenais la roue. J’ai réalisé que c’était grâce au renforcement du Maître que j’avais eu cette expérience extraordinaire.

En prenant un bus pour l’endroit où se tenait la conférence, un des pneus a crevé. Quelques uns d’entre nous étaient dans le bus et j’ai pensé que nous n’arriverions pas à la conférence à temps. Le chauffeur a dit: "Ne vous inquiétez pas, le prochain bus arrive bientôt et il vous emmènera où vous devez aller, mais je ne peux pas vous dire dans combien de temps." Un pratiquant nous a dit de ne pas nous inquiéter, que c’était une interférence des autres dimensions et que Maître ferait un arrangement pour nous. Tout le monde dans le bus est devenu silencieux et sorti du bus un par un. Et bien sur peu de temps après un autre bus est arrivé. Nous sommes même arrivés au hall de conférence un peu en avance.

Environ 4000 personnes ont assisté à la conférence de Loi de Jinan. J’ai emmené ma fille et ma famille devant et je me suis assise en face du Maître. J’ai écouté très attentivement. Cette fois, c’était différent de la dernière fois. La dernière fois, je voulais simplement que Maître traite mes maladies et je n’avais pas écouté attentivement ce qu’il enseignait. En trois mois j’étais devenue une personne différente. J’étais devenue pleine de vie, perspicace et je n’avais plus du tout froid à longueur de temps, je pouvais même porter des jupes. Maître a voulu nettoyer nos corps pendant les conférences et nous a demandé de nous lever, de taper du pied légèrement et de nous détendre. Il nous a demandé de penser à une maladie que nous avions et que si nous n’avions pas de maladie, nous pouvions penser à la maladie d’un des membres de notre famille. Puis Maître nous a demandé de nous détendre. Nous nous sommes tous sentis très détendus. A chaque fois que je me rappelle cela, je me sens touchée pendant longtemps.

Au déjeuner, un pratiquant nous a dit qu’il avait vu Maître aller dans une petite boutique pour manger et qu’il avait demandé un bol de nouilles. Un pratiquant avait laissé la moitié d’un bol de nouilles. Maître a mangé le reste pour ne pas laisser la nourriture se perdre. Un pratiquant a dit en larme: "Maître est si merveilleux!"

Ma fille avait plus de six ans alors. Quand nous avons pris une photo de groupe avec Maître, elle a tourné la tête et continuait à regarder Maître au lieu de regarder l’objectif. Plus tard, elle m’a dit avec son doigt pointé vers son coeur: "Je veux me rappeler du Maître dans mon cœur." J’étais très touchée par ce que ma petite fille avait dit.

Après être rentré, ceux d’entre nous qui avions obtenu la Loi plus tôt ont partagé la beauté de Dafa avec plus de gens. Initialement, seulement dix personnes pratiquaient le Falun Gong à mon travail. Le 20 juillet 1999, le nombre de pratiquants était passé à plus de 600. Même depuis les onze dernières années, vivant sous la persécution, de plus en plus de gens ont appris les faits et la brutalité de la persécution grâce aux efforts des pratiquants. Ces personnes ne suivent plus le PCC pervers et beaucoup ont commencé la pratique.

Traduit de l’anglais en France

Version anglaise : http://www.clearwisdom.net/html/articles/2010/5/29/117469.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2010/5/21/223935.html