Me rappeler la grâce du Maître pour m’encourager à être plus diligente dans ma cultivation

[Site Clartés et Sagesse]


Par une pratiquante du Falun Gong en Chine

J’ai été assez chanceuse pour assister à deux séminaires donnés personnellement par le fondateur du Falun Gong, M. Li Hongzhi, à Jinan, Chine en juin 1994 et à Guangzhou également en 1994. Chaque fois que je pense à l’expression et au sourire du Maître, des larmes me montent aux yeux et je suis remplie de gratitude. La seule façon pour moi de remercier Maître pour sa compassion et son salut est d’être diligente dans ma cultivation pratique !

Le matin du 14 juin 1994, le Maître a commencé le premier de neuf jours d’enseignements du Falun Gong à Zhenzhou dans la province de Henan. Le soir, Il a répété l’enseignement. Il a permis à tous les élèves de sentir le Falun tourner dans leurs paumes et purifié le corps de chaque élève. Maître a également guéri la maladie de chaque membre de la famille des élèves sans condition.

Ma première impression du Maître était sa grande bienveillance et gentillesse. Les jours passant, j’ai ressenti de plus en plus que Maître était vraiment celui que j’attendais et que je devais suivre jusqu’à la fin de ma vie. A cette époque, j’étais grandement sous l’influence de l’athéisme du Parti communiste chinois (PCC). Quoique que n’ayant pas une bonne compréhension des enseignements de la Loi (Fa) de Maître, Je sentais dans mon cœur que j’avais pris la bonne décision de suivre le Maître.

La salle où le séminaire avait lieu était décrépite. Il faisait chaud et il n’y avait même pas un ventilateur pour le Maître. Pourtant, Maître ne semblait pas être du tout gêné et il n’a même pas fait une coupure pendant les deux heures de cours. Après le cours, Maître a demandé aux élèves de sortir les premiers parce qu’il faisait très chaud. Quand Maître est descendu de l’estrade, les élèves ont reculé d’un pas pour le laisser passer. Quand Maître est passé devant moi je me suis sentie en sécurité. Maître n’est pas parti, au contraire il a monté les escaliers afin que les élèves qui sortaient puissent le voir. Finalement quand Maître est sorti, les élèves étaient très calmes. Personne ne s’est précipité vers lui, au contraire nous sommes restés silencieusement sur le côté pour le voir partir. Après un long moment, j’ai finalement réalisé que Maître avait commencé à nous traiter comme ses disciples dès le premier jour du séminaire. Maître pense à nous tout le temps et essaie toujours de répondre à nos attentes. Maître ne pense pas à lui. C’est la façon dont j’ai interprété ses discours et ses actions durant les conférences, mais je suis sûr qu’il y a beaucoup plus que je n’ai pas compris.

Fin décembre 1994, j’ai assisté au dernier séminaire de Maître à Guangzhou. Je suis arrivée le jour de la première conférence, mais il n’y avait plus de billet. Le soir ceux qui n’avaient pas de billet était debout en ligne sur la place, attendant toute possibilité d’assister au cours. Nous avons appris que Maître permettait à ceux qui n’avaient pas de billet d’entrer dans le stade. Toutefois l’Association de qigong de Guangzhou a émis une objection à cause du manque de profit. Maître a vérifié que nous étions là avant de commencer le cours. Nous étions très excités, mais nous sommes restés en ligne de façon ordonnée et nous sommes allés dans un hall voisin pour voir la diffusion.

Un dimanche après midi, Maître a décidé de donner trois conférences pour nous aider à dépenser moins en logement et nourriture. Maître a donné un cours le matin et deux autres dans l’après midi. Pendant la pause, Maître nous a fait une visite surprise. Nous avons été très surpris quand quelqu’un a crié : «Maître arrive!» Nous nous sommes levés et nous avons entouré le Maître, le regardant en silence. Seul un jeune élève a posé quelques questions au Maître. Après le départ de Maître, un membre du personnel de l’Association de qigong est revenu et nous a donné une explication sur la modalité pour ceux qui n’avaient pas de billet. En fait, il n’y avait pas besoin d’explication. Nous savions tous que Maître était désolé de n’avoir pas pu nous laisser entrer et qu’il savait que nous voulions tous le voir.

Le PCC a commencé à propager des mensonges à propos du Maître et du Falun Gong le 20 juillet 1999. Ceux qui ont rencontré Maître en personne connaissent la vérité. Maître pense toujours aux autres. Maître est toujours altruiste.

Le billet coûtait 50 yuans la première fois et 25 yuans par la suite. Maître négociait constamment avec l’éditeur pour baisser le prix de Zhuan Falun. Un ami à moi m’a dit qu’il avait payé 300 yuans pour un cours avec un maître de qigong à Xi’an, mais n’avait rien appris du tout et avait seulement vu des gens se rouler par terre. Il y a de nombreux livres célèbres de nos jours qui coûtent au moins 50 yuans, mais le PCC n’accuse pas les auteurs de «faire du profit.»

Avant 1999, quand je rencontrais des tests ou quelque chose qui m’ennuyait, je regardais la photo du Maître ou pensais à Son expression ou Son sourire et les larmes coulaient sur mes joues. Rien ne peut m’atteindre avec un Maître aussi merveilleux. J’ai eu beaucoup d’épreuves et fait beaucoup d’erreurs, mais j’ai été capable de les surmonter grâce aux encouragements du Maître.

Quand le PCC a commencé à réprimer le Falun Gong le 20 juillet 1999, les medias chinois ne cessaient de diffuser une propagande de haine contre le Falun Gong et le Maître. Je n’en ai rien cru. Je sais que Maître est très droit et que Falun Gong est très droit. Falun Gong est une cultivation pratique juste qui ne reviendra jamais plus.

Une fois j’ai succombé à la peur et j’ai fait un détour. Maître ne m’a pas abandonnée. Avec l’aide des compagnons de pratique, j’ai surmonté l’ombre de la prison et commencé à faire de nouveau les trois choses. Après que j’ai recommencé à pratiquer le Falun Gong, j’ai senti que j’avais laissé tomber le Maître. Maître m’a sauvée de l’enfer, a purifié mon âme et m’a fait l’honneur de devenir une pratiquante de la période de la rectification de la Loi, mais je n’ai pas été capable de faire les trois choses exigées par Maître. J’ai honte à chaque fois que je pense à ça.

J’ai décidé d’écrire cet article pour m’encourager à être plus diligente en faisant les trois choses à ce stade final du salut des êtres, afin de sauver davantage de gens et retourner avec le Maître.

Version anglaise disponible à: http://www.clearwisdom.net/html/articles/2010/12/28/122155.html
Version chinoise disponible à:
http://www.minghui.org/mh/articles/2010/12/18/再忆师恩-勇猛精進-233819.html