Deux cas d'injustice impliquant Zhou Yongkang et ses complices dans la ville de Wuhan, province du Hubei en 2011

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par un correspondant dans la province du Hubei


Il y a actuellement deux affaires juridiques contre des pratiquants de Falun Gong dans la ville de Wuhan, province du Hubei. Le bureau du ministère de la sécurité publique, qui surveille de près leur développement, a classé les deux cas comme étant de haute priorité.

Cas n° 1: Cas combiné de neuf pratiquants

Vers avril 2011, Zhou Yongkang est allé à Wuhan. Deux semaines plus tard, la division de la sécurité intérieure du département de police a lancé une arrestation de masse des pratiquants locaux. Au moins dix-neuf pratiquants ont eu leur domicile fouillé et ont été illégalement arrêtés et envoyés dans un centre de lavage de cerveau le 19 avril et le 5 mai 2011. Sous les ordres du bureau 610 de la province du Hubei, le centre de lavage de cerveau a torturé les pratiquants au cours d'interrogatoires, pour leur soutirer des «preuves criminelles.»

Quand le bureau 610 de la province du Hubei a essayé d'obtenir du Procuratorat du district de Wuchang qu'il porte une accusation contre les pratiquants, une ordonnance de non-lieu a été rendue parce que les preuves fabriquées qu'ils ont présentées n'étaient conformes à aucune loi.

En tenant compte des ordres venus d'en haut, quoiqu'il en soit, le bureau 610 de la province du Hubei a fait une seconde tentative tôt en octobre 2011, et elle a été refusée de nouveau.

Après ces deux échecs, le bureau 610 de la province du Hubei a changé sa tactique et déplacé son attention sur neuf des pratiquants, qu'ils considéraient être des cibles clés de la persécution. Le 19 décembre 2011, ils ont finalement réussi suite aux pressions exercées sur le procuratorat du district de Wuchang, à combiner la cause des neufs pratiquants en une seule grande cause et porter des accusations contre les pratiquants suivant: Zhang Su, Zhang Weijie, Feng Zhen, Feng Yun, Li Guohua, Xiong Weiming, Xia Yang, Zhu Chunlian et Han Shuhua. Le procureur Zhang Wei a refusé à maintes reprises de rencontrer les familles des pratiquants. Il a aussi refusé de permettre à leur avocats de réexaminer les cas.

D'après des initiés, Zhou Yongkang a ordonné à la division de la sécurité domestique de superviser directement ce cas. Quand un membre de la famille a essayé de localiser ses êtres chers le jour de l'arrestation en masse, la police lui a dit qu'il y aurait une action concertée contre le Falun Gong dans les prochains jours. Au cours du processus d'aider les pratiquants arrêtés, certains pratiquants locaux ont aussi appris que 'ce cas est sous l'étroite surveillance de quelqu'un du gouvernement central» et que «cette personne a demandé que ces cas soient combinés en une cause majeure.» La présumé «personnalité du gouvernement central» se référait à Zhou Yongkang. L'ancien chef du Comité législatif et politique, Hu Xukun a tenu deux audiences pour fabriquer des preuves dans le but de piéger Zhang Su et Zhang Weijie et les soi-disant organisateurs des pratiquants de Falun Gong de Wuhan.

Cas 2: Le cas de l'Académie Fude

Le 27 octobre 2011, le département de police de Wuhan a envoyé de nombreux policiers faire une descente et fermer le campus principal de l'académie Fude (une école privée professionnelle) à Wuhan et différentes branches à Wuchang, Hankou, Maodian et Nanchang. Ils ont aussi arrêté le fondateur Yun Xiao et d'autres enseignants. Le même jour, le père malade de Yun Xiao est décédé à cause du stress. Yun Xiao a été accusé de tenir une école illégalement et est encore en détention préventive à ce jour. À la mi- février de cette année, il a été transféré du centre de détention Hanyang au centre de détention du district de Wuchang. Quand le bureau de la sécurité domestique du département de police de Wuhan a soumis son cas au procuratorat du district de Wuchang, ce dernier a refusé de le mettre en accusation citant d'insuffisantes preuves. Malgré le fait que le procuratorat ait rejeté la cause, le département de police de Wuhan a refusé de libérer Yun et a aussi refusé de lui permettre de rencontrer son avocat.

Selon des initiés, ce cas est aussi un résultat de l'implication de Zhou Yongkang et est étiqueté comme étant un des cas les plus importants du pays.

À cause d'un manque de preuves, la cour est incapable d'instruire des procès contre des pratiquants faussement accusés. Malgré cela, les autorités de la ville de Wuhan gardent les pratiquants incarcérés.

Qui est Zhou Yongkang?

The Epoch Times a publié le 26 mars 2012 un article sur le passé de Zhou Yongkang qui offre un excellent commentaire de son ascension et de sa chute dans le régime communiste. Voir http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Qui-est-veritablement-Zhou-Yongkang-ministre-de-la-Securite-publique-chinoise.html pour l'article intégral.

Zhou Yongkang est devenu le chef du Parti pour la province du Sichuan en 1999, l'année même où l'ancien chef du Parti communiste chinois (PCC) Jiang Zemin a lancé la persécution du Falun Gong. Afin de gagner la confiance de Jiang, Zhou n'a épargné aucun effort pour persécuter les pratiquants de la province du Sichuan. Il a ordonné qu'on donne des récompenses financières aux individus dans les prisons, les camps de travail et les divisions de la sécurité domestique qui étaient particulièrement actifs dans la torture et le lavage de cerveau des pratiquants de Falun Gong capturés. Avec au moins 217 décès de pratiquants confirmés suite à la torture et aux abus, la province du Sichuan a un des dossiers de violations des droits de la personne le plus lourd du pays en lien à la persécution du Falun Gong.

Quand il a été directeur en chef du bureau 610 central en novembre 2001, Zhou a apporté ses stratégies à la mode du Sichuan contre le Falun Gong à un niveau national. À cause de sa participation active à la campagne de Jiang pour la persécution du Falun Gong, Zhou a ensuite été promu à la position de ministre du bureau de la sécurité publique, bien qu'il n'ait eu aucune expérience dans le domaine.

De mai 2003 à février 2004, Zhou, en qualité de ministre de la sécurité publique, est apparu dans un total de 12 réunions orchestrées pour diffamer le Falun Gong et insister sur l'importance d'éliminer cette paisible pratique de méditation. Dans une réunion pour les principaux chefs de police en décembre 2003, il a spécifiquement souligné aux participants que «sérieusement réprimer le Falun Gong reste au cœur des préoccupations du ministère de la sécurité publique.»

Après que Luo Gan, secrétaire du comité politique et des affaires législatives (CPAL) ait démissionné en 2007, Zhou a été nommé comme successeur et disposait de plus d'autorité pour intensifier la brutalité dans la persécution du Falun Gong.

Zhou approche les 70 ans cette année et il doit se retirer selon les règles du régime. Jiang Zemin, Luo Gan et Zhou sont les principaux coupables dans la persécution du Falun Gong et ils craignent la probabilité de rétribution. Ainsi, ils voulaient trouver quelqu'un qui partage leur niveau de brutalité pour diriger le CPAL. Ils ont choisi Bo Xilai, chef du parti de la ville de Chongqing au niveau provincial. Bo, quoi qu'il en soit, a été retiré de sa position et assigné à résidence le 15 mars, peu de temps après que son assistant Wang Lijun, ancien chef de police de Chongqing ait trouvé refuge au consulat des États-Unis à Chengdu le 6 février de cette année.

Depuis que la lutte pour le pouvoir au PCC se déploie, le chef du bureau 610 de Wuhan Hu Xukun et les employés Ren Qiang et Chen Shiguo, le chef du département de police de Wuhan et le secrétaire du comité légal et politique, Zhao Fe, sont encore en train d'essayer de tirer profit du dénouement incertain de la guerre intestine du régime pour grimper les échelons politiques en montant de toute pièce des accusations clés contre les pratiquants du Falun Gong.


Traduit de l'anglais en Europe

Version anglaise: http://en.minghui.org/html/articles/2012/4/16/132734.html
Version chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2012/4/4/255138.html