Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Entre ciel et terre c'est ainsi que se tient un disciple de Dafa avec droiture

Mardi 25 novembre 2003

(Minghui.org)

Pendant ma détention à la section 5 du camp de travail forcé de Chaoyanggou, j'ai rencontré un pratiquant nommé Yan Fu.  Il avait travaillé à la Corporation de la Première Automobile de Changchun.  C'est un disciple solide de Dafa.  En 2001, il a été transféré du camp de travail forcé de Fenjin au camp très connu de Chaoyanggou.  Il a passé dans toutes les sections de ce camp de travail obligatoire et a souffert une myriade de tortures et de persécutions.

En avril 2002, la police lance la première campagne intense de "réforme".  Yan n'avait aucune peur, et les efforts du chef de section et  de la garde de la prison étaient vains.  Tous les prisonniers devaient porter une étiquette qui portait une photo et la description de l'offense.  On a exigé des pratiquants de Falun Gong qu'ils se désignent comme "perturbateurs de l'ordre social"  Cependant, Yan avait écrit le "Falun Gong" sur son étiquette.  Le chef de section et la garde de prison lui ont demandé de la changer plusieurs fois.  Yan a affirmé, "je ne reconnais aucun crime."  Le chef de section Yu et le gardien de prison He, aussi bien que le chef de la Division d'Education Gao, l'ont battu et choqué avec des bâtons électriques.  Quand Yan  a été transporté sur une civière, il  souriait, quoiqu'il ait eu des blessures sur tout le visage et le corps.  Après, son étiquette affichait toujours les mots "Falun Gong."  Cependant, le chef de section et la garde ne se sont plus soucié d'essayer de lui faire changer l'étiquette.

Chaque jour, des disciples de Dafa sont physiquement punis et forcés à s'asseoir sur des lits de planches depuis 5 heures du matin à 10 de soir.  En même temps, quelques articles sont lus pour attaquer Falun Dafa afin de soumettre les pratiquants à un lavage de cerveau.  Cependant, quand les criminels lisaient ces articles, Yan se levait immédiatement et affirmait, "j'objecte!  Je proteste!"  Ceci  perturbait la classe de lavage de cerveau, et ils ne pouvaient pas continuer.  Les gardes de prison n'ont pas  réussi à faire face à cette situation.  Ils ont réalisé que les tortures comme les chocs avec des bâtons électriques, les lits de planche, pincer la chair, asperger avec de l'eau froide en hiver, l'emprisonnement en cellules ne pourraient  jamais infléchir Yan.  Par la suite, les gardes de prison ont renoncé à leur prétendue "re-éducation" dans la section de Yan Fu.

Chaque fois que je pense à Yan Fu, j'ai devant les yeux une image d'un disciple de Dafa se tenant droit entre le ciel et la terre.

2003-11-7

Catégorie :  Histoires de rectification de la loi

Traduit en Europe le 11/24/2003