Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Bulletin d’infos spécial : Jiang Zemin poursuivi en Belgique pour génocide

Mercredi 27 août 2003

(Minghui.org)

Mercredi 20 août 2003, un poursuite criminelle accusant l’ancien dirigeant communiste chinois Jiang Zemin de crimes de génocide, crimes contre l’humanité et torture dirigée par l’état, a été soumise aux procureurs fédéraux par six pratiquants de Falun Gong résidant en Belgique. Deux des complices de Jiang, Luo Gan (chef du Comité des Affaires politiques et législatives) et Li Lanqing (ancien directeur du « Bureau 610 ») sont aussi nommés dans le procès.


Les pratiquants de Falun Gong et leur avocat tiennent une conférence de presse à Bruxelles pour répondre aux questions concernant le procès.

Le fameux avocat Georges-Henri Beauthier qui représente les pratiquants de Falun Gong dans cette action, a dit dans une déclaration, que les plaignants accusent Jiang Zemin qui est encore chef militaire de la Chine, de torture, crimes contre l’humanité et génocide. Le procès a été intenté sous la Nouvelle Loi Belge passée le 5 août 2003.

Ce procès a suscité un vaste intérêt des médias internationaux avant même qu’il ne soit officiellement déposé à la cour.

L’Agence France-Presse (AFP) rapportait hier, " La nouvelle loi, qui couvre de sérieuses violations de la loi humanitaire internationale autorise les procès seulement si les crimes supposés ont un lien avec la Belgique... "
Le reportage de l’AFP disait, " Un des plaignants dans le nouveau cas, Mathias Slaats, ingénieur informatique de 31 ans, qui est adepte du Falun Gong depuis trois ans, a dit jeudi que le procès remplissait le critère requis... "
Un des plaignants dans le procès, Mathias Slaats, a dit à Reuters mardi, que « pas mal de pratiquants de Falun Gong dans des pays incluant la Belgique, les Etats-Unis et l’Australie, intentaient des procès similaires contre Jiang Zemin pour torture, crimes contre l’humanité et génocide. »

« Nous pensons que nous avons un procès très fort, sinon nous ne l’intenterions pas » , a-t-il dit.

Déclaration de presse


Mesdames et Messieurs, ...

Nous sommes pratiquants de Falun Gong. Le Falun Gong, aussi connu comme Falun Dafa, est une pratique de méditation et d’exercices avec un enseignement basé sur les principes universels de " Vérité, Compassion et Patience " et qui a des racines dans l’ancienne culture chinoise. Nous sommes ici aujourd'hui pour annoncer que nous avons intenté un procès criminel contre l’ex dirigeant Communiste Chinois, Jiang Zemin et deux de ses complices, Luo Gan (la tête du Comité des Affaires Politique et Législatif) et Li Lanqing (l’ancien directeur du " bureau 610"). Le procès a été intenté sous la Nouvelle Loi belge (passée le 5 août 2003), accusant les prévenus de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de torture.

Notre procès est le 11eme procès international de ces deux dernières années contre les fonctionnaires ou entités du gouvernement chinois pour leur rôle dans la persécution du Falun Gong. Trois de ces procès aux États-Unis ont déjà rendu des jugements contre des fonctionnaires chinois pour torture et autres crimes commis dans la persécution du Falun Gong.

Entre 1992 et 1999, le Falun Gong a prospéré partout en Chine. La propre enquête du gouvernement chinois indiqua qu’il y avait entre 70 et 100 millions de personnes qui pratiquaient avant 1999. Il y avait des pratiquants de Falun Gong dans tous les milieux, des paysans et des banquiers, des femmes au foyer des chefs militaires et du gouvernement. Quelques sources disent que des fonctionnaires du gouvernement au plus haut niveau--membres du Comité siégeant du Politburo --avaient lu le livre du Falun Gong et avaient des membres de leur famille qui pratiquaient le Falun Gong.

En juillet 1999, cependant, jaloux et effrayé que le Falun Gong ai touché les cœurs et les esprits d'une telle étendue de la population chinoise, Jiang Zemin, usa de son pouvoir comme chef suprême du pays pour interdire la pratique--un acte qui allait contre la décision des membres du Politburo du Comité Siégeant et du Premier ministre et était, en fait, illégal parce qu'il outrepassait le pouvoir accordé à Jiang par la Constitution chinoise.

D'après les sources en Chine et des milliers de témoignages de victimes, Jiang a fait exécuter la persécution par une directive sur trois fronts à tous les niveaux de gouvernement:

1. Détruire les pratiquants du Falun Gong physiquement par la torture et les meurtres systématiques, et sanctionnés par l’état
2. Détruire la réputation des pratiquants de Falun Gong à travers une campagne médiatique mondiale pour diaboliser le Falun Gong et faussement représenter ses pratiquants comme de dangereux ' membres d’un culte et une menace pour la société.
3. Détruire les pratiquants du Falun Gong financièrement, ce qui, dans une nation Communiste où le gouvernement peut exercer le contrôle considérable sur l’emploi et le logement, permettant à Jiang de nier les nécessités de base pour vivre des pratiquants de Falun Gong. Les pratiquants ont perdu leurs salaires/pensions, ont été licencié, évincés de leurs maisons en plus ont souffert de l'extorsion répandue, de la confiscation de propriété et des amendes mises en vigueur par l’état quand ils sont détenus par police.

Cette directive fut exécutée à l'origine par le " Bureau 6-10 " -- agence de type Gestapo créée par Jiang dans le seul de rendre effective sa politique d’" éliminer le Falun Gong ". Le Congrès des États-Unis a appelé le " Bureau 6-10 " une agence chargée de " veiller à la persécution des membres du Falun Gong à travers le lavage de cerveau organisé, la torture, et le meurtre ".
Dans les quatre dernières années, presque 800 morts par torture ont été vérifiées, tandis que le véritable chiffre des décès s’élève pense-t-on à des milliers. Des milliers de plus ont été incarcérés dans les hôpitaux psychiatriques où beaucoup sont torturés. Plus que 100,000 ont été envoyés dans les camps de travail forcé, typiquement sans procès. Et ce ne sont que les chiffres que nous pouvons certifier derrière le blocus de l’information érigé par Jiang Zemin autour de la persécution pour dissimuler les véritables faits aux yeux du monde.

Mais la vraie terreur de la politique de génocide de Jiang envers le Falun Gong ne se trouve pas seulement dans le nombre de morts ou d’emprisonnés. Ce que Jiang a déclenché en juillet 1999 est une terrifiante forme de génocide qui non seulement cherche à détruire " 70-100 millions de gens physiquement parce qu'ils croient en " Vérité, Compassion et Tolérance ", mais a cherché à détruire cette croyance elle-même.

La police, les centres de détention et les fonctionnaires des camps de travail dans toute la Chine reçoivent des récompenses et des promotions s’ils obtiennent des pratiquants de Falun Gong qu’ils renoncent à leur foi peu importe les méthodes utilisées En même temps, ils sont licenciés de leur postes et/ sont soumis au châtiment s’ils échouent à obtenir de telles renonciations. Donc, ceux qui renoncent au Falun Gong sont souvent relâchés, alors que ceux qui ne le font pas continuent à être torturés et abusés, ou meurent dans le processus.
Considérons le cas de Mme Chen Zixiu âgée de 58 ans, dont la mort révélait comment la politique de Jiang et la terreur du « bureau 610 » étaient répercutées par la police locale. Le cas de Mme Chen Zixiu fut rapporté dans un article du Wall Street Journal, partie d’une série qui gagna le Prix- Pulitzer en 2001:

Le jour avant sa mort [Mme] Chen Zixiu mourut, son ravisseur lui demanda encore une fois de renoncer à sa foi en Falun Dafa. À peine consciente après des chocs électriques répétés, cette dame âgée de 58 ans secoua sa tête obstinément.

Rendus furieux, les fonctionnaires locaux ordonnèrent à MmeChen de courir pieds nus dans la neige. Deux jours de torture avaient laissé ses jambes meurtries et ses courts cheveux noirs étaient collés avec du pus et du sang, ont dit ses compagnons de cellule et d’autres prisonniers qui avaient été témoins de l'incident. Elle a rampé dehors, a vomi et s'est écroulée. Elle n'a jamais repris connaissance, et est morte le 21 février.

Voilà la terrifiante forme de génocide de Jiang: C'est une terreur qui ne se contente pas de détruire les vies, mais détruit la foi. C'est une terreur qui ne devrait pas être autorisée à exister dans le monde moderne. C'est une terreur qui doit être traduire en justice.

La semaine dernière, le passage du précédent Dictateur ougandais, Idi Amin, rappelait au monde la grave injustice faite en permettant aux dictateurs brutaux de rester impunis pour leurs crimes présumés. Aujourd'hui, les citoyens et résidents belges se lèvent pour s’assurer que le principe de la justice est maintenu... même quand l'accusé est l’ancien dirigeant du pays le plus peuplé du monde qui continue à violer la propre constitution de la Chine en une tentative de monopoliser illégalement son pouvoir politique. Le principe fondamental de justice--que tous égaux devant la loi--doit rester vrai pour Jiang et ses complices comme il l’est pour n’importe qui d’autre.
La Belgique est un pays démocratique qui soutient et respecte les droits de l'homme. Ici nous appelons le peuple belge, le gouvernement belge, les médias et les membres de la communauté internationale à se joindre à nous pour que justice soit rendue: dans l’assurance que--finalement--ce ne sont pas ceux qui ont illégalement monopolisé le pouvoir politique qui prévaudront, mais plutôt ceux qui ont pris le parti de la justice et de l’autorité de la loi.

C’est ce que nous devons assurer, pour nous-mêmes, pour notre pays et pour le monde que nous partageons ensemble. Sauvegarder l'humanité, ensemble --amenons Jiang Zemin et la terreur qu’il représente avec ses complices devant la justice. Non pas seulement devant une cour de justice, mais aussi devant une cour de la moralité humaine, de la conscience humaine et qu'il soit aussi jugé dans le cœur des gens dans le monde tout entier.
Merci.

Chinese version available http://www.yuanming.net/articles/200308/23469.html

Publié: Le samedi 23 août 2003