Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Allemagne : L'Adjoint en chef de la Sécurité Publique de la Province de Hubei en Chine, Zhao Zhifei, Fait face à Un autre Procès (Partie II)

Samedi 17 janvier 2004

Les Faits à propos de la Persécution de Peng Liang et de ses Cinq Membres de Famille dans la Ville de Wuhan ,Province de Hubei: Son plus jeune frère et sa mère ont été persécutés à mort; Peng Liang, son père et sa plus jeune soeur ont été illégalement emprisonnés.

En novembre 2003, 41 pratiquants de Falun Gong d'Europe, de l'Amérique du Nord et de l'Australie ont intenté un procès à seize fonctionnaires chinois en Allemagne. Parmi eux, Zhao Zhifei, Adjoint en chef de la Sécurité Publique de la Province de Hubei, a été poursuivi outre-mer en justice par les pratiquants de Falun Gong pour la deuxième fois et inculpé de Génocide, Torture Cruelle et Crimes Contre l'Humanité.

Une grande quantité de preuves et de documents prouvent que Zhao Zhifei était la première personne responsable du " Bureau 610 * dans la Province de Hubei. Le Bureau 610 a instruit tous les postes de police, les centres de détention, les prisons, et tout ceux qui ont eu affaire avec le Falun Gong dans divers départements, et les unités dans la Province de Hubei à utiliser la torture cruelle, l'intimidation des relations personnelles des pratiquants (comme les amis, les parents et les collègues) et toutes sortes d'autres approches dures et douces pour persécuter les pratiquants de Falun Gong. Peu importe ce qu'ils ont fait, que ça ait été la torture cruelle ou un quelque chose de plus subtil, leur but était de forcer les pratiquants de Falun Gong à abandonner leur croyance en " Vérité, Compassion, Tolérance et éradiquer le Falun Gong.

En juillet 2001, Peng Liang, un pratiquant de Falun Gong de la Ville de Wuhan dans la Province de Hubei, a déposé un procès auprès d'une cour américaine contre Zhao Zhifei, Adjoint en chef de la Sécurité Publique et chef actuel du Bureau 610 de la Province de Hubei. Les détails du procès ont été communiqués sur Internet. Le 21 décembre 2001, le tribunal d'instance des États-Unis du District Du sud de New York a publié un jugement par défaut contre Zhao Zhifei, l'inculpant de meurtre, torture cruelle, emprisonnement illégal et crimes contre l'humanité dans son traitement des pratiquants de Falun Dafa dans la Province de Hubei. Il a aussi prononcé que Zhao était en violation d'autres lois des droits de l'homme internationales et avait la responsabilité pour la compensation. C'était la première fois qu'un fonctionnaire chinois était jugé coupable de persécuter des pratiquants de Falun Gong.


1. Le plus jeune frère de Peng Liang, Peng Min, a été tué, mais la Télévision Centrale Chinoise a fabriqué des mensonges pour le dissimuler

-Il a été arrêté et battu jusqu'à l'invalidité parce qu'il pratiquait le Falun Gong

D'après le site web de Falun Dafa clearwisdom.net, le plus jeune frère de Peng Liang, Peng Min, a été arrêté en mars 2000 et incarcéré dans la Prison de Qingling. Sous l'instruction du garde de police Zhu Handong, Peng Min a été violemment battu par les détenus à plusieurs occasions. Il a été poussé sur un lit en bois et frappé par quinze ou seize détenus sur les fesses avec les semelles de chaussures plastiques jusqu'à ce qu'ils s'effraient que Peng Min ne puisse mourir. Peng a été battu de nombreuses fois brutalement parce qu'il pratiquait le Falun Gong.

En août et septembre 2000, il y avait deux pustules de 13-15 centimètres sur la partie centrale des fesses de Peng Min et la jambe gauche. Au lieu d'arranger le traitement médical nécessaire, les autorités de la prison ont insinué aux autres détenus de profiter de cette occasion pour lui donner une leçon. Plus de dix détenus l'ont poussé sur un lit en bois et ont à tour de rôle presser les pustules sur son corps qui a résulté pour lui en des douleurs insupportables. C'était si douloureux que son corps entier avait des spasmes. À cause de cette souffrance, il n'a pas pu dormir pendant presque un mois et ne pouvait que se recroqueviller près de la porte, ce qui a causé un dégât terrible à sa santé. Beaucoup de témoins oculaires ont témoigné que la police a cruellement battu Peng le 9 janvier 2001 aboutissant à la fracture de sa cinquième vertèbre et d'une vertèbre cervicale. Depuis il est complètement paralysé, sa mère l'a pris à la maison pour le soigner après qu'elle ait entendu les nouvelles.

- Le " Bureau 610 a incité l'hôpital à continuer la persécution


Quand la condition mentale et physique de Peng ont commencé à s'améliorer, la brigade anti-émeute du Bureau de la Sécurité Publique Municipale a réparti environ trente agents de police pour l'escorter de force à l'Hôpital n° 7de Wuhan pour un " soi-disant " traitement. A l'arrivée à l'hôpital, la police, avec des agents spéciaux du Bureau 610 de la ville, ont isolé Peng Min dans une petite pièce au bout de la salle d'orthopédie au deuxième étage de l'hôpital. La pièce a été bloquée afin que personne ne puisse voir à l'intérieur. Sa mère et son plus jeune frère (Peng Liang) ont été forcés à prendre soin de lui jour et nuit, et n'ont pas été autorisés à partir. En apparence, ils leur a été demandé de prendre soin de Peng Min, mais en réalité il s'agissait de les empêcher de donner des nouvelles au monde extérieur. Entre-temps, des agents de police du poste de police de la Rue Zhongnan de la Ville de Wuchang ont reçu l'ordre de rester dans la pièce d'à côté 24h sur 24 pour les empêcher de contacter quelqu'un à l'extérieur. Peng Min n'a pas été autorisé à lire le livre de Falun Dafa ou à écouter la musique de Falun Dafa. Sous l'instruction du " Bureau 610 et du bureau de la sécurité publique municipale, l'hôpital a fermé les yeux sur la condition critique de Peng Min pendant son séjour à l'hôpital. L'hôpital a dit à ses membres de famille que Peng Min ne serait jamais libéré même mort. À ce moment, Peng Min avait complètement perdu conscience, et son dos avait développé une grande blessure à cause de la persécution qu'il avait soufferte dans le camp de travail forcé.


-Les mensonges fabriqués de CCTV pour duper le public


Le 9 mars 2001, quand les journalistes d'un programme de talk show de la Télévision Centrale Chinoise et la station de télévision Wuhan sont allés à l'hôpital et " ont interviewé Peng Min et ses membres de famille, l'attitude de l'hôpital était complètement différente. En faisant face à l'objectif de la caméra, ils ont appliqué des traitements au corps de Peng Min et l'ont aidé à tourner le visage face à la caméra. Ils ont dit aux journalistes, " Nous avons fait venir les meilleurs docteurs, utilisé le matériel le plus avancé et la médecine la plus efficace pour traiter Peng Min. Peng Min et ses membres de la famille ont immédiatement dénoncé les mensonges des autorités de l'hôpital. Peng Min a aussi raconté en détail comment il avait été blessé et devenu paralysé. Il a insisté à maintes reprises qu'il n'était pas devenu paralysé parce qu'il pratiquait le Falun Gong mais à cause de la persécution vicieuse qu'il avait soufferte. Cependant, les journalistes de la Télévision Centrale Chinoise sont restés sourds. A la place, ils ont posé quelques questions superficielles et creuses dissimulant les faits. à la mère de Peng Min ils ont demandé " votre fils est si malade est-ce que vous avez des regrets? Sa mère a répondu sévèrement, " Aucun regret du tout ! Après, sa mère a dit aux autres pratiquants que la raison pour laquelle elle n'avait aucun regret était que son fils avait choisi une trajectoire vertueuse!


Mort avec un grief et incinéré de force par la police


À approximativement 18h00 le 6 avril 2001, Peng Min est mort. Son corps a été incinéré de force par la police à environ 10h00 le 7 avril 2001. La police de la prison connaissait clairement les raisons sinistres derrière l'incinération immédiate. Son père Peng Weisheng a été escorté du Camp de travail Forcé de Hewan pour jeter un coup d'il aux restes de Peng Min, et après il a été renvoyé au Camp de travail Forcé de Hewan . La plus jeune sur de Peng Min Peng Yan était en prison, et elle n'avait aucune idée au sujet de la mort de Peng Min longtemps après.


2. Li Yingxiu, la mère de Peng Liang

Son crâne a été fracturé par la police et elle décéda peu après avoir été transportée d'urgence à l'hôpital

Après la mort de Peng Min, la police envoya Peng Liang et sa mère Li Yingxiu au Centre de Lavage de Cerveau Hongxia, et assigna quelqu'un pour les garder personnellement. Li Yingxiu affectée par la mort de son fils et ne mangea pas durant plusieurs jours. Par ailleurs, la nourriture épicée et le manque d'une couverture épaisse dans le centre de lavage de cerveau lui ont causé de la fièvre. En conséquence, quatre policiers l'ont transportée de force dans un hôpital. Après être retournée ce jour au centre de lavage de cerveau, Li Yingxiu dit à la police qu'elle s'était remise de sa maladie et avait retiré sa perfusion. Mais elle fut violemment battue par quatre policiers acharnés et escortée à un autre endroit. Li Yingxiu a immédiatement dit qu'elle écrirait tous les crimes que ces mauvais policiers lui avaient faits. Alors les policiers lui fracturèrent le crâne, et elle décéda dans un hôpital vingt-deux jours après la mort de Peng Min. La mère de Peng Liang, Li Yingxiu, décéda le 29 avril 2001, dans l'hôpital où est mort son fils.

La police et CCTV ont essayé de dissimuler leurs crimes

Le mari de Li Yingxiu, Peng Weisheng, alla menotté au Septième Hôpital pour jeter un dernier regard à sa dépouille. Il trouva que les cheveux de Li Yingxiu avaient été complètement coupés révélant des plaies sur sa tête ; il y avait du sang dans son nez et dans sa bouche, et des taches de sang sur ses vêtements. Peng Weisheng demanda avec colère à la police et au personnel médical sur place comment Li Yingxiu était morte. Le docteur sur place dit, « Li Yingxiu est morte d'une hémorragie cérébrale, et les taches de sang sur sa tête sont le résultat de ponctions du cerveau et de la dissection.» Mais Peng Weisheng savait que Li Yingxiu n'avait aucun antécédent médical d'hémorragie cérébrale. Un policier lui dit que la raison derrière la mort de Li Yingxiu était qu'elle « parlait trop après la mort de son fils». Ensuite, afin de cacher les crimes qu'ils avaient commis, la Télévision Centrale Chinoise rapporta que Li Yingxiu était morte d'une « hémorragie cérébrale aiguë ».


3. Peng Liang

Emprisonné après avoir fait appel pour le Falun Gong à Beijing

Parce qu'il fit appel pour le Falun Gong à Beijing en 1999, Peng Liang fut arrêté et emprisonné dans le Centre de Lavage de Cerveau de Qingling Hongxia du District de Wuchang dans la ville de Wuhan, de mars jusqu'à fin août 2000. Il a souffert énormément de cruelles tortures là-bas. La veille du Jour National 2000, il fut détenu pendant quinze jours sans aucune raison. On a dit que les autorités chinoises avaient peur qu'il fasse de nouveau appel à Beijing.

Quand Peng Min était sur le point de mourir, Peng Liang fut emprisonné dans le Centre de Lavage de Cerveau Qingling Hongxia du District de Wuchang. Après que Peng Liang écrivit une soi-disant « lettre de garantie**» et fut relâché du centre de lavage de cerveau, il joignit sa mère afin de ramener Peng Min de l'hôpital à la maison. Après la mort de Peng Min, Peng Liang et sa mère Li Yingxiu furent à nouveau emprisonnés et gardés dans le Centre de Lavage de Cerveau Hongxia.

Après la mort de son plus jeune frère et de sa mère, en plus d'une série de coups, Peng Liang fut giflé au visage 40 fois par jour par les gardiens. Ainsi écrivit-il une nouvelle « lettre de garantie », bien qu'il avait déchiré la dernière. Parce qu'il écrivit cette lettre de renoncement à sa croyance et à sa liberté, Peng Liang fut autorisé à réparer des véhicules à l'entrée d'une compagnie d'électricité aux alentours de la Petite Porte de l'Est du centre de lavage de cerveau. Ainsi, il eut l'opportunité de préparer la poursuite en justice contre les fonctionnaires pervertis qui avaient torturé sa mère et son plus jeune frère.

Il poursuivit les fonctionnaires pervers dans une Cour des Etats-Unis, étant dans l'impossibilité continuelle d'accéder à la justice en Chine

Avec l'aide d'autres pratiquants, Peng Liang a finalement déposé une plainte auprès d'une Cour des Etats-Unis contre Zhao Zhifei, Député Chef de la Sécurité Publique et l'actuel Chef du « Bureau 610 » de la Province de Hubei, par le biais d'Internet en juillet 2001. Dans ces circonstances, Peng Liang n'a pas eu d'autre choix que de se cacher temporairement pour éviter de souffrir davantage de la persécution. A cause des renseignements donnés par des traîtres, Peng Liang et d'autres pratiquants qui avaient offert de l'aider, tels que les pratiquants de la ville de Wuhan Yan Zhigang et Liu Xunchun, étaient appréhendés en août 2001.

Après avoir été arrêté, Peng Liang fut enfermé dans la Seconde Prison de Wuhan, où des criminels passibles de la peine capitale étaient emprisonnés. Ensuite, il fut transféré à la Prison Qingling de Wuchang et il termina finalement au Centre de Lavage de Cerveau 610 du District de Wuchang. Peng Liang traversa de manière continue la sévère persécution et le système de sécurité publique bloqua strictement toute information quant à sa libération. Peng Liang n'était absolument pas autorisé à approcher l'immeuble dans lequel les pratiquants de Dafa étaient incarcérés afin d'éviter qu'il puisse les contacter. Un jour, les membres d'une famille d'un pratiquant rendirent visite à un détenu et il se trouvait que Peng Liang était en corvée de nettoyage dans la salle de réception. Le gardien de prison a immédiatement demandé à Peng Liang de partir. Une autre fois, quand l'approvisionnement de l'eau fut suspendu, Peng Liang porta un baril d'eau aux pratiquants emprisonnés en haut. Avant qu'il ne monte quelques marches, la police lui demanda agressivement de déposer le baquet à terre et lui ordonna de redescendre.


4. Peng Yan la soeur de Peng Liang

Elle a été illégalement arrêtée et deux fois attachée aux « planches avecchaines » (un instrument de torture exclusivement employé pour les criminels faisant face à la peine de mort)

En mars 2000, Peng Yan a été illégalement arrêtée parce qu'elle avait imprimé le principal livre du Falun Gong Zhuan Falun ,puis a été emprisonnée dans la première prison pour femme de Wuhan, qui plus tard a été déplacée à Dongxihu Wujiaxan Erzhigou. C'était la deuxième fois qu'elle était arrêtée. En même temps, son frère aîné Peng Min et un autre pratiquant de Dafa avec le nom de Ye ont été également arrêtés. L'arrestation est rapidement devenue une prétendue « arrestation autorisée ». En Chine, « une arrestation autorisée » signifie que les gens peuvent être « légalement détenus pendant une longue période sans procès ».

Quand Peng Yan a été détenue dans la « Première Prison pour Femme », elle a été durement battue parce qu'elle refusait d'enlever ses vêtements pour une fouille corporelle complète. Beaucoup de détenus ont entendu ces nouvelles. Plus tard elle a été attachée deux fois à « la planche avec chaîne » parce qu'elle refusait de promettre de ne plus pratiquer le Falun Gong dans la prison. (les « planches avec chaîne » ont été supprimés en 1997. C'était un instrument de torture exclusivement utilisé pour des criminels sujet à la peine de mort. Un criminel se couche sur une planche de la forme d'une croix, et ses mains et jambes sont fixées à la planche avec des chaînes de fer. Il y a un trou sur la planche sous les fesses du criminel de sorte que les selles et l'urine puissent sortir du trou.) Peng Yan a été attaché à « la planche avec chaîne » pendant 39 jours.


Pendant la période ou elle était attachée à la planche avec chaine pour la deuxième fois, Zhu et Hai (les chefs hommes de cette prison pour femme) et un autre chef ont inspecté la cellule où elle était retenue. Ils ont essayé de la persuader d'écrire « une déclaration de garantie » de sorte qu'elle soit détachée. Cependant, Peng Yan a refusé de renoncer à sa croyance. Le chef Zhu a ainsi ordonné à une détenue criminelle de la cellule de la battre au visage avec la semelle d'une chaussure. Quand cette détenue criminelle s'est montrée peu disposée à le faire, Zhu a menacé, « si vous ne la battez pas, je demanderais à quelqu'un des autres cellules de vous battre ». La détenue a été menacée jusqu'à ce qu'elle soit en larmes. Peng Yan ne pouvait pas le supporter et lui dit , « allez y, je ne vous blâmerai pas ». Le détenu pleurait tandis qu'il frappait Peng Yan. Le chef de la prison lui criait constamment dessus jusqu'à ce qu'elle ait été frappée plusieurs douzaines de fois.


Parce qu'elle a refusé de porter un uniforme et de réciter les règlements de la prison, Peng Yan a été menottée, forcée d'attendre pendant une longue période et battue par le policier pervers Liu Lianzhen (ce policier était toujours hostile aux pratiquants de Dafa, il a fréquemment essayé diverses méthodes tirées de roman pour les torturer, et incité d'autres détenues criminelles à manifester de l'hostilité envers eux). Le 1er mai, bien que Peng Yan ait été menottée, les policiers lui ont demandé d'effectuer tout le travail pour ce jour, qui est censé être réparti entre tousles détenus de la prison.

Ordres venus d'en haut : Utiliser des approches dures et douces pour la transformer coûte que coûte

En mars 2000, Peng Yan a été emprisonnées dans la première prison de la ville de Wuhan après avoir été illégalement condamné à trois ans de détention. Elle avait alors 22 ans. À la fin juillet 2001, elle a été transférée à la brigade de tricotage de la prison pour femme de Wuhan. Depuis son frère aîné Peng Min et sa mère Li Yingxiu avaient été torturé à mort par la police dans la province de Hubei et les nouvelles avaient été diffusé en dehors de Chine, le régime politique pervers était prêt à tout pour dissimuler leurs atrocités et pour effacer les sources de preuves pour la Cour de Justice Internationale. Ils ont employé toutes les mesures possibles pour transformer Peng Yan. Selon une garde de prison, leurs supérieurs ont ordonnés que Peng Yan devait « être transformé au cours d'une courte période. »

Du centre de détention à la prison, Peng Yan a connu d'immenses souffrances pendant environ trois années mais elle n'a jamais renoncé ; les châtiments corporels n'avaient plus d'effet sur elle. En conséquence, la prison a exceptionnellement installé une prétendue « classe d'étude » dans un bâtiment qui était à l'origine employé comme salle à manger et chambre à coucher pour les détenus. Les gardiens de prison qui étaient expérimentés dans la persécution des pratiquants de Dafa ont été déployés des autres brigades à cette classe. Elle incluait des hommes et des femmes, et totalisait dix personnes. Si d'autres détenus étaient inclus, le nombre total de la classe s'élevait jusqu'à plus de vingt personnes. Dans cette prétendue « classe d'étude », les policiers pervers employaient une méthode hypocrite, qui était une prétendue « approche douce ». Ils ont vécu et ont mangé avec Peng Yan. Chacun a été servi avec de la bonne nourriture et a eu un endroit confortable pour dormir. Dans sa vie quotidienne, Peng Yan a été choyée comme un bébé. Tout les gardes de la prison et les chefs de département faisaient des tours pour « la transformer ». Un membre du conseil d'administration de la prison, Han Hanyun, considérait même Peng Yan comme sa fille nominale, une vidéo a montré qu'il a étreint Peng Yan en public et a dit, « tu es, de mes filles, la plus désobéissante ». En outre, il a promis de résoudre ses problèmes de famille et de l'aider à trouver un travail après sa libération de prison. D'autre part, quelques gardes « du bureau 610 » de la ville de Wuhan et quelques voyous de l'extérieur de la prison ont été envoyés pour s'entendre avec des personnes de l'extérieur de la prison et pour trouver des informations pour transformer Peng Yan. L'approche la plus vicieuse était que si Peng Yan n'était pas « transformée », on ne permettait pas aux gardiens de prison participant à la classe de rentrer chez eux. Ceci a duré plus de 20 jours et ils ont tiré profit de la nature compatissante de Peng Yan pour lui imposer une pression spirituelle énorme. Quand Peng Yan s'est compromise avec eux, tout les gardes de la prison ont été très excitées et se sont étreint les un les autres en larmes. Cependant, bien que ce soit honteux, ils ont utilisé la vidéo en question comme matériel de propagande pour tromper le monde.


5. Peng Weisheng, le père de Peng Ling

Parce qu'il a fait appel pour le Falun Gong à Beijing, Peng Weisheng a été soumis à un lavage de cerveau pendant dix-huit mois dans la 2ème brigade du camp de travail forcé de Hewan dans la ville de Wuhan. Peng Weisheng était censé être libéré le 28 avril 2001 mais sa peine de prison a été prolongée de six mois parce qu'il a refusé de renoncer à pratiquer le Falun Gong. Quand les six mois de prolongation ont expiré, il n'a toujours pas été libéré. Au lieu de cela, sa peine de prison a été prolongée pendant encore trois mois. En janvier 2002, il a été directement transféré « au centre 610 » de lavage de cerveau près des berges du Yujiatou dans le district de Wuchang dans la ville de Wuhan. Le chef du centre de lavage de cerveau a annoncé en public, « il sera emprisonné indéfiniment, sans compromis ».

* "le bureau 610" est une agence spécifiquement créée pour persécuter le Falun Gong, avec le pouvoir absolue sur chaque niveau de l'administration dans le Parti et sur tout les autres systèmes politiques et judiciaires.

** "le rapport de garantie" est une déclaration qui proclame que il ou elle regrette d'avoir pratiquer le Falun Gong et garantit de ne plus pratiquer le Falun Gong à l'avenir, de ne pas aller à Beijing faire appel pour le Falun Gong, et de ne jamais plus être à nouveau en relation avec des pratiquants de Falun Dafa.

Vous pouvez lire "Le sous-chef de la sécurité publique pour la province de Hubei en Chine, Zhao Zhifei, face à un autre procès (partie I)" à http://www.fr.clearharmony.net/articles/200401/11343.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur ClearHarmony et leur contenu, mais n'omettez pas d'en citer la source.

http://www.yuanming.net/articles/200312/27223.html



Publié : Samedi, 10. janvier 2004