Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Le dignitaire de Pékin Liu Qi est reconnu coupable devant la cour des États-Unis pour son rôle dans la persécution du Falun Gong (photos)

Jeudi 30 décembre 2004

(Minghui.org)

Le 23 décembre 2004 à midi, les pratiquants de Falun Gong du Nord de la Californie et Mme Sandra Colliver, directrice exécutive du Centre pour la justice et la responsabilité basé à San Francisco, ont tenu une conférence de presse devant la Cour fédérale de San Francisco. Ils ont annoncé que Liu Qi, l’ancien maire de Pékin et secrétaire actuel du Parti communiste à Pékin, a été reconnu coupable par la cour pour son rôle dans la persécution du Falun Gong. Les avocats des droits de l’homme ont déclaré que ce jugement a une grande signification pour la protection des droits de l’homme et la prévention des crimes contre l’humanité.

High Resolution Picture

Mme Sandra Colliver, avocate et directrice exécutive du Centre pour la justice et la responsabilité basé à San Francisco, parle à la conférence de presse

Le 11 juin 2003, la cour fédérale locale a prononcé Liu Qi coupable et lui a refusé l’immunité diplomatique. Le jugement avait été renvoyé à une cour de niveau plus élevé. Le 8 décembre 2004, le juge Wilkin de la Cour de District des États-Unis, District Nord de la Californie a soutenu la décision du magistrat que le secrétaire du Parti communiste Liu Qi est responsable des crimes de torture et des crimes contre l’humanité exécutés par la police sous sa direction dans la persécution du Falun Gong.

Mme Colliver a dit que ceci est un cas important après la réaffirmation de la Loi de déclaration de tort à l'étranger en 2002 par la Cour Suprême des États-Unis. Elle a dit que le jugement pourrait être un précédent utilisé pour des cas dans le futur.

Colliver a dit que la cour a tout d’abord déterminé que la torture et l’agression sexuelle commis contre les pratiquants du Falun Gong par les policiers de Pékin violent les accords internationaux des droits de l’homme. Liu Qi, exécuteur de la politique de persécution, devrait être tenu pour responsable. Il savait que ses subalternes torturaient les pratiquants de Falun Gong, mais il n’a ni stoppé ni puni ceux qui effectuaient la torture.

Colliver a aussi mentionné que le Département d’État avait envoyé deux lettres au juge, demandant que le cas soit classé, disant que le jugement interférerait avec la politique étrangère. Le juge a rejeté la demande et déclaré que la preuve criminelle était claire et suffisante. Ceci n'interférera pas avec la politique étrangère des États-Unis, parce que la cour défend les principes des États-Unis en protégeant les droits de l’homme.

Joshua Sondheimer, directeur du Centre pour la justice et la responsabilité, a écrit une lettre à la conférence de presse. Dans la lettre, M. Sondheimer a déclaré que Liu Qi, en tant que maire de Pékin, savait clairement que ses policiers torturaient les pratiquants du Falun Gong, alors il doit en être tenu pour responsable. Il a aussi ajouté que les gens ne devraient pas garder le silence face à la persécution du Falun Gong. Pour protéger les droits de l’homme et arrêter les crimes contre l’humanité, les gens doivent parler pour arrêter la persécution.

High Resolution Picture
 
Matt, pratiquant de Falung Gong, lit la lettre de M. Sondheimer

High Resolution Picture High Resolution Picture

Liu Qi a reçu l'assignation à San Francisco alors qu'il était en route pour assister aux Jeux Olympiques à Salt Lake City en tant que directeur de l’équipe chinoise olympique de 2002. Il a été accusé de crimes de torture, cruauté, traitement inhumain et dégradant, détention arbitraire, crimes contre l’humanité et d’interférence avec la liberté de religion et de croyance. Les six plaignants étaient : deux citoyens de Chine, deux citoyens de Suisse, un Français et un Américain qui ont été battu à Pékin.

Adam Leining, porte-parole du Falun Gong, a dit que le jugement a souligné que le gouvernement de la Chine commettait des crimes contre l’humanité, mais niaient les violations des droits de l’homme. Leurs actes violent leurs propres lois en Chine.

Les pratiquants de Falun Gong ont dit qu’ils tenaient une conférence de presse pour rendre l’information publique et envoyer un message important à ceux qui persécutent le Falun Gong. Ils seront traduits en justice et tenus pour responsable de leurs crimes.

Traduit au Canada le 27 décembre 2004