Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

La police torture des pratiquants avec des matraques électriques dans le camp de travaux forcés de Xidayingzi à Zhaoyang, province du Liaoning

Vendredi 26 mars 2004

(Minghui.org)

A Zhaoyang, province du Liaoning, les gardiens de la prison du camp de travaux forcés de Xidayingzi torturent souvent les pratiquants de Dafa avec des matraques électriques à haut voltage. C’est généralement un groupe de policiers, assistés par d’autres détenus, qui font cela. Ces mauvais traitements laissent des plaies et des cloques sur tout le corps des pratiquants.

Le 3 mai 2003, les pratiquants de Falun Gong Yang Xiufan et Liu Xue ont écrit chacun une déclaration solennelle déclarant que leurs actes suite au lavage de cerveau étaient nuls et non avenus. Du Lei, Yi Xongshun et Fang Jinsen, conduits par le directeur du camp de travail Jin Yucheng, ont commencé à persécuter Yang Xiufan et Liu Xue avec des matraques électriques.

Torturé par sept matraques électriques, Liu Xue en a perdu le souffle, son visage est devenu blanc et il souffrait de douleurs atroces. Yang Xiufan est un homme de 62 ans, mais la police n’a eu aucune pitié pour lui. Un gardien de la prison a donné l’ordre au prisonnier Shen Qingli de maintenir Yang par terre. Un policier lui a fait des électrochocs à la tête, à la nuque et au cœur. M. Yang hurlait de douleur, sa tête, sa nuque et le côté gauche de sa poitrine jusque dans le dos étaient couverts de plaies rouges et de cloques jaunes.

Au début octobre 2003, le pratiquant de Falun Gong Liu Xue a fermé les yeux pendant la session de lavage de cerveau. Il a été accusé d’émettre la pensée droite. Le pratiquant Zhang Yuqi a trouvé que cette accusation était injuste et il a dit quelque chose en son propre nom. Suite à cela, tous les deux ont été emmenés en bas au sous-sol dans la salle de garde et ils ont reçu des électrochocs. Les policiers Qi Yongshun, Fang Jinsen, Mao et Gao Zhiguo ont forcé Zhang Yuqi à s’agenouiller par terre, ils lui ont enlevé tous ses vêtements et lui ont maintenu la tête par terre. Ils ont utilisé des matraques électriques pour lui électrocuter la nuque et le dos en même temps. Zhang Yuqi continuait à crier : « Falun Dafa est bon ! », la police l’a électrocuté pendant 40 minutes à trois périodes différentes. A ce moment, chacun au deuxième étage pouvait entendre ses cris de « Falun Dafa est bon », forts et clairs. Plus tard, chacun a pu voir les plaies rouges et les cloques lui couvrant la nuque, son visage exprimait une terrible douleur.

Les 8 et 9 novembre 2003, les pratiquants de Falun Gong Wang Jian, Yang Xiufan et Ni Junhua ont crié chacun séparément « Falun Dafa est bon ». Le matin du 9 novembre, le capitaine Tin a donné l’ordre au prisonnier Zhao Zhonghua et à trois autres d’emmener Yang Xiufan au premier étage, où il a été poussé au sol et électrocuté à la nuque. L’après-midi du 10 novembre, des policiers ont emmené trois pratiquants de Falun Gong séparément vers la classe de l’unité 4 pour leur faire des électrochocs. Dans la cellule, on entendait régulièrement le cri de « Falun Dafa est bon » et le bruit de la décharge d’une matraque électrique ; chacun pouvait l’entendre. Suite aux électrochocs, Wang Jian a perdu connaissance ; il a eu les jambes gravement blessées et il n’arrivait à marcher qu’avec l’aide de deux prisonniers. Il avait les yeux abattus et il n’arrivait à rien manger. Pour couvrir leurs crimes, les policiers ont empêché sa vieille mère de 71 ans de le voir quand elle est venue pour lui rendre visite.

Le 20 février 2004

Traduit en Europe le 22 mars 2004