Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Les pratiquantes, Mme Zhu Yourong et Mme Zhang Zhibin ont été torturées à mort au camp de travaux forcés 1 dans la province de Hebei

Vendredi 21 mai 2004

(Minghui.org)

En décembre 2000, les autorités du camp de travail forcé 1 de la province de Hebei (aussi appelé le camp de travail forcé de Kaiping, de la ville de Tangshan) ont torturé à mort les pratiquantes de Falun Gong, Mme Zhu Yourong et Mme Zhang Zhibin.

Mme Zhu Yourong était âgée d’une trentaine d’années. Elle avait été condamnée aux travaux forcés en 2000. Elle a souffert des tortures inhumaines parce qu'elle s’est efforcée  de créer un environnement pour la pratique du Falun Gong. En septembre 2000, Mme Zhu a été enfermée dans une petite cellule (1) par les gardes après qu'elle ait fait une grève de la faim pour protester contre la persécution. Dans la petite cellule, les gardes l'ont torturée avec le gavage, l'abus physique, les coups et les injures. En décembre 2000, elle est morte sans aucun sentiment de ressentiment. Les personnes qui ont été directement impliquées dans sa persécution, sont : le fonctionnaire de garde, Zhang Wenjun et le chef de section, Cai Lianjing (le jour où Mme Zhu est morte, elle était de service).

Les petites cellules sont humides et froides. Aucune lumière du soleil ne peut y pénétrer. Chaque fois que les gardes voyaient des pratiquantes pratiquer le Falun Gong, elles les punissaient  avec des coups et des injures, des abus physiques ou elles les attachaient  sur le sol glacé. Elles ont aussi cruellement alimenté de force les pratiquantes. Quatre gardes ont participé à l’alimentation forcée. L'une d’elles leur ouvrait la boucher en se servant des baguettes comme leviers et  en s'assoyant  sur l'estomac de la pratiquante. La garde était si lourde que la pratiquante ne pouvait pas respirer. Certaines pratiquantes ont eu leurs dents cassées et leur  bouche était toute en sang à cause de la l’ouverture forcée pour la garder ouverte. Après avoir ouvert ainsi la bouche, une autre tenait  la tête de la pratiquante et la troisième personne versait de la nourriture à l’intérieur. Quelques fois, les morceaux de pommes de terre étaient trop gros pour passer à travers la gorge des pratiquantes, alors les gardes forçaient la nourriture à descendre au moyen des baguettes et causant habituellement de sérieuses blessures à la gorge des pratiquantes.

Les gardes les ont intentionnellement suralimentées. Parfois, elles les  alimentaient de force,  avec trop de nourriture fruste et l’estomac des pratiquantes devenait surchargé. Même lorsque les pratiquantes souffraient de la  suralimentation, les gardes continuaient encore à les alimenter de force, sur la même cédule. Il y avait 9 pratiquantes dans les petites cellules. Chaque jour, elles ont souffert la cruelle alimentation forcée, pourtant, personne n’a cédé (elles étaient en  grève de faim pendant plus de 5 mois). Ce n'était pas tout. Les pratiquantes ont dû encore souffrir d'autres tortures, telles que la punition physique, d’être battues, les injures, la restriction des mouvements et de se coucher sur le ciment froid.

La soirée du 12 décembre 2000, mme. Zhu Yourong avait été torturée à mort.

Mme Zhang Zhibin avait 30 ans. Après la mort de Mme Zhu Yourong, plus de 80 pratiquantes de Falun Gong de la 4e  brigade du camp de travaux forcés de Kaiping ont fait une grève de faim ensemble pour protester. Elles ont récité les livres du Maître et pratiqué les exercices. Elles ont exigé une enquête sur la cause de la mort de Mme Zhu et de la punition de la garde directement responsable de la mort de Mme Zhu. Elles ont aussi exigé que les autorités locales rapportent son cas aux autorités plus hautes et que  les pratiquants de Falun Gong de tout le pays soient libérés des  prisons.

Mme Zhang Zhibin menait les pratiquantes dans la récitation de  "Lunyu." Six jours plus tard, le camp de travaux forcé 1 n’avait  pas enquêté ni puni les personnes responsables du meurtre de Mme Zhu.

 Au lieu de cela, elles ont forcé les pratiquantes à se séparer (pour se protéger les unes les autres, les pratiquantes avaient décidées de rester ensembles). Mme Zhang Zhibin, Mme Qiu Liying, Mme Ren Juxiu, Mme Wu Xiuguang et d'autres pratiquantes ont été enfermées dans les petites cellule par les gardes. Dans la soirée (probablement du 18 décembre), les chocs émis par des matraques électriques et des cris perçants pouvaient être entendus de "l’hôpital" du camp. Les cris d’agonie ont continué pendant longtemps. Les pratiquantes ont plus tard découvert que Mme Zhang Zhibin avait été torturée à mort cette nuit là.

Quand une pratiquante a rendu visite à une autre pratiquante dans le camp, un conducteur a involontairement dit à la pratiquante qu'il avait  conduit une personne à un hôpital pendant la soirée du 18 décembre, mais la personne était déjà morte. En conséquence, les pratiquantes de Dafa ont su que Mme Zhang Zhibin était morte. Quand les pratiquantes ont demandé à la chef de section, Cai Lianjing, où était Mme Zhang, elle a menti. Après que les pratiquantes aient demandé à plusieurs reprises, elle a finalement dit que Mme  Zhang était morte et elle a dit: "J’avais peur que vous ne puissiez pas le prendre et que vous fassiez des choses si je vous avais dit qu’elle était morte. C’était  pour votre propre bien."

(1) La petite cellule: Le détenu est enfermé individuellement dans une très petite cellule. Les gardes menottent le pratiquant les mains dans le  dos dans une fixe position, de sorte que le pratiquant ne peut pas bouger,  ni se coucher. La petite cellule est très humide et n’a pas de lumière du soleil. Les détenus doivent uriner et déféquer dans la cellule. Seulement la moitié d'un repas régulier est servie aux détenus enfermés dans la petite cellule. La puanteur dans la petite cellule est si mauvaise qu'on a de  la difficulté à respirer.