Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

11 décès de pratiquants de Falun Gong liés à la persécution, confirmés en août 2007 (Photos)

Mardi 25 septembre 2007

11 décès de pratiquants de Falun Gong liés à la persécution, confirmés en août 2007 (Photos)

(Minghui.org)

Le correspondant du Site Clartés et Sagesse, Li Ming rapporte : des sources civiles ont pu vérifier en août 2007 que 11 autres pratiquants de Falun Gong, en Chine, sont morts sous la persécution entre mars et août 2007. Parmi eux, l’un est mort en mars, un autre en juin ; cinq en juillet et quatre en août. Cinq (45%) sont des femmes. Excepté deux victimes, dont l’âge n’a pas encore été vérifié, sept d’entre eux avaient plus de 50 ans (64%).

D’après des informations rapportées sur le Site Clartés et Sagesse, entre janvier et août 2007, au moins 75 pratiquants de Falun Gong sont morts en Chine sous la persécution. Depuis le 20 juillet 1999, quand le parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Gong, 3083 morts ont été confirmés par des sources fiables en Chine. Ces sources ont pu dépasser le blocus Internet du régime communiste et transmettre ces informations au site Clartés et Sagesse en chinois (Minghui). Et pourtant, ce n’est que le sommet de l’iceberg de ces atrocités.

Deux décès ont été rapportés dans chacune des provinces de Liaoning, Hebei et Hubei ; un décès dans chacune des provinces de Heilongjiang, Jilin, Sichuan, Gansu et Anhui.

La persécution contre le Falun Gong s’intensifie avant les Jeux Olympiques de 2008 à Pékin, Mme Hu Yanrong de la ville de Liaoyuan, dans la province de Liaoning, a été torturée à mort

D’après des médias en mars 2007, le ministre de la Sécurité publique, Zhou Yongkang a émis l’ordre de lancer une autre campagne de persécution et des arrestations massives de pratiquants de Falun Gong. En 2005, l’adjoint au ministre de la Sécurité publique, Liu Jing s’est vu demander d’éradiquer le Falun Gong avant les Jeux Olympiques de 2008. Il a émis des ordres aux départements de police dans tout le pays, leur demandant de coordonner leurs efforts pour parvenir au but fixé.

Le 1er août 2007 vers 22 h, le policier en chef, Li Zhenghua du poste de police du quartier de Beilu, à Lingyuan, a ordonné aux policiers d’utiliser des bâtons en bois et des matraques électriques, des piques et autres instruments pour rentrer par effraction chez la pratiquante Guo Fengxian. Ils ont bloqué l’entrée afin de garder à l’intérieur un grand nombre de pratiquants. Par la suite, le Directeur adjoint Li Xuebing du département de police de Lingyuan, le policier en chef du quartier de Wafangdian et le policier en chef de la station de police du quartier de Songlingzi ont amené sept véhicules de police et des dizaines de policiers pour arrêter plus de 40 pratiquants.

Mme Hu Yanrong avait 42 ans, elle a sauté du véhicule de police, se blessant gravement à la tête et elle a perdu connaissance. Elle a été emmenée à l’hôpital du Bureau administratif de la prison de Lingyuan. Alors que sa vie était en danger, les policiers n’ont pas prévenu sa famille, ils ont décidé qu’elle serait opérée à la tête dans cet hôpital. Le lendemain, le 2 août, ils ont prévenu sa famille. Elle est morte quatre jours plus tard, le 5 août, vers 2 heures du matin, sans avoir repris connaissance après l’opération.


Photo de Hu Yanrong

Après la mort de Mme Hu, Yang Minghui, Directeur du département de police municipale de Lingyuan et Zhang Minghua, directeur adjoint du département de police municipal de Chaoyang, ainsi que d’autres responsables du gouvernement du quartier de Beilu ont prétendu que c’était une leader du Falun Gong qui aurait été condamnée à 15 ans de prison si elle avait survécu. Et donc ils ont décidé que les frais d’hospitalisation d’un montant s’élevant à plus de 20 000 yuans étaient à la charge de la famille. Les organismes gouvernementaux tels que la Commission de la Politique à Lingyuan, le Bureau de la Sécurité publique de Lingyuan, le poste de police du village de Beilu, le gouvernement local du Village de Beilu et le comité résidentiel du village de Boluoshu ont coopéré entre eux. Ils ont surveillé et ont menacé la famille de Hu et ont brûlé sa dépouille le 12 août sans avoir reçu le consentement de la famille.


Mme Hu a quitté ce monde, victime d’une injustice

Lors des funérailles le mari de Mme Hu pleurait de désespoir. Leurs deux enfants ont aussi pleuré au point de ne pouvoir rester debout, ils se tenaient les uns les autres. Tous les gens sur place pleuraient beaucoup. Plus de 200 amis, membres de famille et des gens du village, sont venus aux funérailles pour constater cette tragédie. Les gens se lamentaient : une femme aussi bonne a été persécutée à mort de cette manière. Une autre famille brisée.

Début 1999, Mme Hu a commencé à pratiquer le Falun Dafa. Avant cela, elle avait une mauvaise santé et un mauvais caractère. En pratiquant elle a commencé à respecter son vieux beau-père et son mari et elle a mieux pris soin de ses enfants. Elle a apporté l’harmonie dans la famille. Elle avait deux enfants à la maison, sa fille en âge d’aller au lycée et son fils à l’école primaire. Son mari travaillait en dehors de la ville toute l’année. C’est elle qui faisait tous les travaux des champs et s’occupait de la maison. En mourant, elle laisse derrière elle, deux enfants et ses beaux parents qui sont âgés.

Hu Yangrong, son père, Hu Dianxin, sa mère Cui Yuzhi et des membres de sa famille sont persécutés depuis le 20 juillet 1999 simplement parce qu’ils suivent les principes « Vérité-Bonté-Patience ». Le poste de police de Beilu (Ju Wenxiang en est l’ancien directeur) ont arrêté les parents de Mme Hu, M. Hu Dianxin et Mme Cui Yuzhi à plusieurs reprises, leur ont fait payer des amendes, et les ont souvent harcelés. Hu Dianxin est mort sous la persécution en 2001.

La sœur de Hu Yanrong et sa belle sœur sont toujours détenues au Centre de détention No.2 à Lingyuan. Song Jiulin, secrétaire du comité du parti, a eu une réunion avec les chefs du procureur, les départements judiciaires, et les départements de police pour demander la détention rapide et prolongée de ces 40 pratiquants.

Persécution et torture du pratiquant Zhang Yanrong de la province du Gansu

M. Zhang Yanrong avait 48 ans, il était fermier dans la canton de Yongchang, dans la province du Gansu. Il a été condamné arbitrairement à 12 ans de prison et violemment torturé durant sa détention à la prison de Lanzhou, la prison de Wuwei, et la prison de Jiuquan. Alors qu’il était sur le point de mourir, il a été relâché pour raisons médicales et renvoyé chez lui. Il est mort le 15 août 2007 à l’âge de 48 ans. Sa femme Wang Zefang a été condamnée à huit ans de prison, elle est actuellement torturée à la prison pour femmes de Lanzhou.

En 1997, toute la famille de M. Zhang a commencé à pratiquer le Falun Gong, leur santé s’est améliorée, physiquement et mentalement. Quand le gang de Jiang a commencé à persécuter le Falun Gong, Zhang a été arrêté et détenu dans un centre de désintoxication pendant deux mois.

Après avoir été relâché, il est allé à Pékin avec son neveu pour faire appel en faveur du Falun Gong. Zhang a été arrêté à Pékin et ramené au canton de Yongchang. Liu Fahai, le directeur d’alors à la tête du département de police du canton a dit avec violence : « Je vais écraser ta famille et la ruiner ! » Il a arrêté toute la famille de Zhang et confisqué son tracteur. La marre aux poissons qui valait 20000 yuans a été perdu par manque d’entretien. La femme de Zhang a été arrêtée arbitrairement. Même son fils qui ne pratiquait pas a été sévèrement menacé.

Zhang a dû travailler deux ans au camp de travaux forcés de Pingantai où il a été torturé de manière inhumaine. Il a été relâché en février 2002. Le 7 mars 2002, Zhang et sa femme ont tous deux été arrêtés par des policiers du poste du canton de Yongchang, notamment Li Guoyu, Peng Weiping, Zhu Shengnian et d’autres.

Le 14 mai 2005, le département de politique et judiciaire du canton de Yongchang ont tenu un grand rassemblement au gymnase. Plus de 30 pratiquants y étaient menottés, ils portaient autour du cou un panneau diffamant Dafa. Le directeur adjoint du département de police, Peng Weiping, a lu un verdict, et puis la police les a escortés pour défiler dans les rues et les humilier. A ce moment là quatre pratiquants, Zhang Yanrong, Hu Shungxue, Qin Dexin, et Fan Yongcheng, ont été condamnés à 12 ans de prison.

La femme de Zhang a également été condamnée à huit ans de prison. Ses deux parents ont été  envoyés en prison, le fils de 16 ans n’a pas pu continuer à aller à l’école. Une autre famille brisée sous la persécution.

Durant ces dernières années, Zhang Yanrong a été envoyé à la prison de Dashaping d’abord et ensuite transféré à la prison de Wuwei. Le 21 novembre 2005, quand le Rapporteur spécial sur la torture auprès des Nations unies s’est rendu en Chine, Novak était le premier haut responsable de ce type à venir en Chine pour une visite de 12 jours sur place. Le régime communiste chinois a joué ses tours habituels en transportant secrètement plus de 20 pratiquants à la prison de Jiuquan. Dès qu’ils sont descendus du camion, ils ont été emmenés dans des divisions toutes prêtes. Ils étaient souvent soumis à des mauvais traitements physiques et psychologiques en prison. Il n’était pas rare de les voir le visage ensanglanté ou le corps couvert de coups.

Le pratiquant Zhang Yanrong était sur le point de mourir quand il a été relâché pour raisons médicales. Il est mort le 15 août 2007.

M. Wang Yongjun de la province du Jilin est mort sous la persécution

Le pratiquant de Falun Gong M. Wang Yongjun vivait dans le quartier de Sonjianghe, du canton de Fusong, dans la province du Jilin. Avant de pratiquer le Falun Gong, il battait sa femme et ses enfants, il buvait aussi et il fumait. Parfois il provoquait de gros ennuis aux autres. Il souffrait aussi de toutes sortes de maladies, comme le diabète, l’arthrose et une trachéite. En pratiquant le Falun Gong, il s’est amélioré. Il est devenu juste en affaires. Parfois il demandait même moins d’argent. Beaucoup de gens du coin savaient qu’il était devenu quelqu’un de bien. Ses maladies ont aussi disparu en pratiquant le Falun Gong.

Mais les policiers du canton de Fusong ont arrêté et torturé M. Wang Yongjun à quatre reprises à partir du 20 juillet 1999, quand la persécution a commencé.

Le 16 septembre 1999, le policier Wang Yongjun l’a arrêté, pour le relâcher le 2 octobre 1999 après que Zhang Aimin, chef de la section de la sécurité et de la politique, lui ait extorqué 760 yuans. Zhang Aimin a participé à la persécution de plus de 150 pratiquants. Il n’a jamais fourni de reçu pour les amendes arbitraires qu’il a imposées aux pratiquants.

Le 14 août 2000, les policiers locaux l’ont arrêté à nouveau pour le relâcher le 9 septembre 2000. pendant qu’il était en détention, le chef adjoint de la section de la sécurité et de la politique Liu Xincai a torturé M. Wang Yongjun en lui menottant les mains derrière le dos, et en l’électrocutant à coups de matraque électrique, lui causant des douleurs atroces.

Le 8 janvier 2001, les policiers locaux ont arrêté M. Wang Yongjun une troisième fois et l’ont relâché le 5 mars 2001. Durant sa détention, les gardiens ont incité les prisonniers à le frapper, suite à quoi il a eu trois côtes cassées. Il a dû payer une énorme somme d’argent pour les frais médicaux. Le policier Liu Xincai l’a de nouveau torturé en lui menottant les mains derrière le dos avec une bouteille entre deux pour lui causer encore plus de douleur et il l’a choqué à coup de matraque électrique. Son état est devenu critique suite à ces chocs électriques.

Le 9 avril 2004, mené par le chef du département de police du district de Songjianghe Cheng Rongjiang, un groupe de policiers a arrêté M. Wang pour la quatrième fois et ont saccagé son domicile.

Il était devenu très faible après les multiples mauvais traitements aux mains des membres du parti communiste chinois pervers et harcelé par les policiers du poste de Donglin à Songjianghe. Il est mort le 2 juillet 2007.

* * *
Durant ces huit dernières années, le PCC a persécuté violemment et torturé les pratiquants de Falun Gong, des gens bienveillants qui suivent les principes « Vérité-Bonté-Patience ». Grâce aux efforts continuels des pratiquants pour clarifier la vérité et grâce à la large diffusion des « Neuf commentaires sur le Parti communiste » de plus en plus de gens reconnaissent la perversité du PCC et ont commencé à prendre le parti de la justice. La persécution contre le Falun Gong va se terminer. Le régime de Jiang et ses complices qui ont participé à la persécution vont recevoir la plus grave condamnation par les lois du ciel et les lois de ce monde humain.

Traduit de l'anglais en France le 23 septembre 2007