Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

La pratiquante Yang Lixia est persécutée pendant huit ans – son mari est torturé à mort

Mardi 23 novembre 2010 |   Écrit par un correspondant de Minghui/Clartés et Sagesse de la province du Heilongjiang, Chine

(Minghui.org)

Mme Yang Lixia est une pratiquante de la ville de A’cheng, province du Heilongjiang. Parce qu'elle pratique le Falun Gong, elle a été à plusieurs reprises arrêtée, battue et condamnée au camp de travaux forcés par des policiers du Parti communiste chinois (PCC). Depuis septembre 1999, elle a été emprisonnée pendant approximativement huit ans et a souffert de nombreux tours de torture. Son mari Zhang Bingxiang a été torturé à mort en raison de sa croyance dans le Falun Gong. Ce qui suit est le compte-rendu de la persécution dont ils ont souffert.


Je suis Yang Lixia. Pendant les dix dernières années, depuis que le PCC a commencé la persécution du Falun Gong à grande échelle, j'ai été illégalement détenue en prison pendant huit ans. On peut trouver plus d'information à .


Le 15 août 2004, j'ai distribué des documents de clarification de la vérité dans la commune de Xiaoling, ville de A’cheng, avec vingt-quatre pratiquants locaux. En conséquence, j'ai été de nouveau arrêtée. J'ai été emprisonnée pendant huit mois au premier centre de détention de A’cheng. Le 13 avril 2005, j'ai été condamnée à une peine de six ans de camp de travaux forcés, et j’ai été emprisonnée à la prison pour femmes du Heilongjiang. Pendant l'emprisonnement, j'ai développé des gales. La police de prison m'a traînée vers les chambres pour les détenues malades et a ordonné à d'autres détenues de me surveiller et torturer. Puisque j'ai refusé de porter l'uniforme de prison, quatre ou cinq détenues m'ont tenue par terre et ont bourré une serviette dans ma bouche. Ils m'ont battue et ont coupé mes cheveux. Puisque j'ai refusé d'écrire les promesses de ne pas pratiquer le Falun Gong, les détenues m'ont forcée à m'asseoir sur un petit tabouret pendant de longues périodes. Un mois plus tard, j'ai été transférée à l'équipe de formation intensive, où ils m'ont torturée avec la privation de sommeil.


Mon mari Zhang Bingxiang a été torturé à mort

Ma fille Tingting et moi sommes allées à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong. Elle a été emprisonnée deux fois dans le camp de travail. Nous avons été d'abord détenues dans le même camp de travail – au camp de travaux forcés de Wanjia. Elle avait alors vingt ans.


Le 15 octobre 2000, mon mari, ma fille et moi sommes allés à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong. À ce moment-là, mon mari pratiquait le Falun Gong seulement depuis deux mois et demi. J'avais peur qu'il ne puisse pas supporter la pression et je n’ai pas voulu qu'il aille. Mais il a dit : « Puisque je pratique maintenant le Falun Gong, j'ai la responsabilité de valider Dafa. » Alors, nous sommes allés à Pékin ensemble.


En mai 2001, mon mari a été arrêté chez nous par la police du département de police de Heping. La police a demandé s'il continuerait de pratiquer le Falun Gong et il a dit oui. En conséquence, il a été condamné au camp de travail pour trois ans et emmené au camp de travaux forcés de Changlinzi, dans la ville de Harbin, où il a été soumis au travail physique intense sur de longues périodes. Mon mari était l'une des trois personnes qui ont refusé de coopérer avec les persécuteurs et refusé de travailler.


Pour protester de la persécution, il a fait une grève de la faim pendant plusieurs mois. En conséquence, il est devenu émacié et a développé des gales et expérimenté des démangeaisons atroces. Mais il devait supporter cela et ne pas gratter. Si la police savait qu'il avait des gales, ils le prendraient immédiatement à la clinique de la prison où ils lui érafleraient sa peau et sa chair, ce qui est tellement douloureux que quiconque s'évanouit. Les gales sont devenues infectées et saignaient. Son pantalon est devenu humide des sécrétions. Quand les pantalons ont séché, ils sont devenus raides à cause de la saleté biologique.


En raison de la grève de la faim à long terme, la vie de mon mari était en danger. Quand il a été finalement libéré, après son retour à la maison, il a été encore constamment harcelé par les agents du PCC. Ils ont essayé plusieurs fois de le remettre en prison. La fête du Nouvel An s'approchait et afin d'éviter la persécution, il n’est pas rentré à la maison et s'est caché dans une maison vide sans chauffage. Il fait vraiment très froid dans le nord-est de la Chine en hiver. Dans ces conditions, il ne pouvait pas récupérer physiquement. Un jour il m'a dit : « Si un jour le site pour les documents de clarification de la vérité manque d'argent, vendons notre maison. » Mon coeur était brisé quand j'ai entendu ceci. Je suis une ancienne pratiquante. Pourtant, je n'y avais jamais pensé. Il était un nouveau pratiquant, mais il pouvait mettre Dafa comme priorité. Plusieurs jours plus tard, il est mort à l'âge de quarante-trois ans.


Traduit de l’anglais au Canada