Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Mme Liang Huaiyuan torturée brutalement dans la province d'Anhui

Lundi 10 janvier 2011 |   Écrit par un correspondant de Minghui/Clartés et Sagesse de la province d'Anhui, Chine

Mme Liang Huaiyuan torturée brutalement dans la province d'Anhui

(Minghui.org)

Nom : Liang Huaiyuan (梁怀远 )
Sexe : Féminin
Age : 65 ans
Adresse : Jianju No. 1 Village, Bangbu City, Anhui Province
Profession : Ingénieur
Date de l'arrestation la plus récente : 5 mars 2008
Lieu de détention le plus récent : Centre de détention Bangbu
Ville : Bangbu
Province : Anhui
Persécution endurée : Privation de sommeil, travail forcé, lavage de cerveau, condamnation illégale, gavage forcée, piqûres, suspension, emprisonnement, torture, extorsion de fonds, pillage de domicile, détention.


Depuis le début de la persécution du Falun Gong en juillet 1999 Mme Liang Huaiyuan a été arrêtée, son domicile a été fouillé et on lui a administré des substances dont on ne connaît pas l'origine. Elle a été forcée de quitter son domicile plusieurs fois pour ne pas se faire persécuter.


Quand Mme Liang est allé à Beijing en décembre 2000 pour faire appel, elle a été arrêtée et ramenée dans sa ville d'origine par Zhang Peijie du Bureau 610 du District Bangshan. Elle a été détenue au Premier centre de détention de Bangbu pendant plus de sept mois et on lui a extorqué 5'000 yuan.


Des autorités du Bureau 610 de Bangbu ont donné ordre au personnel du Comité des résidents du village n°1 de Jianju d'assurer la surveillance de Mme Liang. Jin Xin du comité l'a surveillée quand elle partait de chez elle, il a mis son téléphone sur écoute et l'a harcelée. Jin a emmené un agent en civil Gao Feng du Bureau de la sécurité publique de Xincheng et une dizaine d'autres agents avec lui pour aller fouiller le domicile de Mme Liang qui a refusé de leur ouvrir sa porte. Alors Jin et Gao se sont servis d'une barre en fer pour casser le verrou de la porte et sont entrés de force chez elle.


Mme Liang a été détenue dans le Centre de détention n°1 de Bangbu de 2002 jusqu'au printemps 2003 où elle était obligé de faire du travail forcé pendant plus de 10 heures par jour. Parfois on ne lui permettait pas de dormir pendant des journées entières. A la suite de cela, il lui arrivait souvent d'avoir des maux de têtes et aussi de perdre connaissance. Quand elle a été admise à l'Hôpital provincial de la prison de Bangbu on lui a diagnostiqué de l'hypertension et des problèmes cardiaques.


Des agents des Bureaux 610 de Bangbu et Bangshan ont travaillé avec la police locale pour fouiller les domiciles des pratiquants et pour les arrêter pendant la soirée du 20 juillet 2003. Zhang Peijie a pris la tête de cinq autres agents pour fouiller chez Mme Liang. Ils sont resté chez elle pendant quatre heures et ont confisqué son carnet d'adresses, son walkman, son MP3, ainsi que des livres de Falun Gong. Puis ils ont emmené Mme Liang dans un centre de détention.


Quand les autorités du centre de détention ont refusé de l'admettre chez eux à cause de son hypertension, Zhang a fait pression sur eux pour qu'ils acceptent de la prendre pour une nuit. Le lendemain Zhang l'a emmenée à L'Hôpital de la prison provinciale. Dans cet hôpital, le chef adjoint Chen a forcé Mme Liang à prendre des médicaments pour baisser sa tension et il l'a enfermée dans une petite pièce. Cela s'est passé par une journée d'été très chaude. Il faisait 40° centigrade et toutes les fenêtres et portes étaient fermées.


Dans l'après-midi du 30 juillet 2003, Chen a donné ordre à six détenus dans l'hôpital de maintenir Mme Liang sur le lit. Ils ont attaché ses mains et pieds aux quatre coins du lit et on lui a administré des piqûres de substances inconnues. Quelques instants plus tard, du sang a coulé entre ses jambes et elle a perdu connaissance. Plus tard ce soir là, sa tension est tombée d'un seul coup et son cœur s'est arrêté petit a petit de battre. Les officiels du Bureau 610 voulaient la laisser mourir mais le médecin de service dont le nom de famille est Mao a déboursé 300 yuan de son propre argent pour demander à quelqu'un d'aller chercher un spécialiste à l'Hôpital de Bangbu pour la soigner. Après quelques heures de soins d'urgence, elle a commencé à reprendre conscience.


Pendant un mois, Mme Liang n'a pas pu se lever et elle n'a pas pu ouvrir les yeux pendant deux semaines. Elle pouvait à peine parler. Quand elle a pu enfin essayer de se lever, elle est aussitôt retombée sur son lit et une hémorragie interne s'est déclenché. Il y avait du sang dans ses urines et ses membres étaient enflés et violacés. Elle tremblait sans cesse et ses plantes des pieds se sont infectées. Bien que Mme Liang ait été dans un état critique elle était toujours attachée au lit.


Au moment où on a permis à Mme Liang de quitter l'hôpital après y être resté 48 jours, il fallait encore l'aider à marcher. Les autorités ont même extorqué 5'000 yuans de sa famille pour défrayer les dépenses médicales. Les officiels du Bureau 610 de Bangbu ont déclaré qu'elle pourrait être remboursé si elle consentait à écrire une lettre de garantie afin de renoncer à sa croyance. Mais elle a refusé de le faire.


Six mois après avoir été libérée de l'Hôpital de la prison provinciale, les agents du Bureau 610 l'ont mise dans un camp de travaux forcés pour trois ans. Elle a été libérée en 2006.


Le 12 mai 2006, Li Baizheng du Bureau 610 de Bangbu en compagnie de quelques agents du Bureau de la sécurité publique de Xincheng ont fouillé le domicile de Mme Liang, mais n'ont pas trouvé ce qu'ils cherchaient. Ils ont donné ordre à Mme Liang de se présenter au bureau à 14 heures. Elle a quitté les lieux aussitôt et était sans domicile pendant trois mois afin d'éviter de se faire encore persécuter.


Le 5 mars 2008, la police a fouillé les domiciles de plus de 20 pratiquants et en ont arrêtés certains. Shi Yong de la brigade des mœurs, Jin Xin, Gao Feng et une dizaine d'agents des bureaux 610 de Bangbu et Bangshan sont entrés par effraction chez Mme Liang. Ils ont fouillé chez elle puis l'ont arrêtée.


On a emmené Mme Liang, âgée de 63 ans au Centre de détention de Bangbu. Elle avait beaucoup de tension et son pouls était irrégulier. On l'a emmenée à l'Hôpital militaire n°331 où elle est tombée dans le coma. Les médecins de l'hôpital ont dit qu'elle risquait de mourir à tout moment. Les autorités du centre de détention ont refusé de la prendre et elle a été relâchée par la suite.


Yang du bureau 610 du District Xincheng et Qin du commissariat de police sont allés chez Mme Liang deux semaines plus tard et l'ont informée que des officiels du Bureau 310 de Bangbu et du Comité politique et juridique ont donné ordre de l'envoyer au Camp de travaux forcés de Hefei pendant un an et demi.


Les officiels du camp ont refusé de la prendre, parce que sa santé ne le permettait pas. On l'a emmenée à l'Hôpital militaire n°105 où on a diagnostiqué une tension artérielle trop élevée et un pouls irrégulier. On l'a ramenée à Bangbu pendant la nuit et les officiels du Bureau 610 ont donné ordre à sa famille de régler les frais médicaux.


En juin 2008, ayant entendu dire que Gao Feng voulait l'envoyer subir des sessions de lavage de cerveau, elle a quitté de nouveau son domicile afin d'éviter d'être encore persécutée.


En 2010, des officiels du Bureau 610 ont donné ordre à son ancien employeur de ne pas lui verser sa retraite pour l'année en cours.


Traduit de l'anglais en France