Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Apprendre à regarder à l'intérieur et devenir une véritable pratiquante de Falun Dafa

Mercredi 17 octobre 2012 |   Écrit par une pratiquante en Chine

(Minghui.org) Au cours de l'année dernière, ma plus grande réussite, fut d'avoir appris à vraiment regarder à l'intérieur, j'ai réussi à m'extirper de la confusion et devenir une vraie pratiquante de Dafa.

Je suis une pratiquante expérimentée qui a commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1997. J'ai vécu de première main la persécution perverse initiée par le Parti communiste chinois (PCC). J'ai été battue, enlevée et incarcérée. Comme ma cultivation n'était pas solide, je faisais les trois choses avec des attachements humains. Tout en travaillant avec d'autres pratiquants, la tension et les conflits ont augmenté et les écarts entre nous se sont élargis. J'ai commencé à entretenir du ressentiment et de la haine. La jalousie m'envahissait et je souhaitais même que mes compagnons de pratique soient persécutés. Je savais que je devais me débarrasser de ces mauvaises pensées, mais émettre les pensées droites n'était pas suffisant pour les éliminer. J'étais prise au piège et je voulais vraiment sortir de cette situation difficile.

Le Maître a vu mon désir de m'améliorer et m'a aidée. Un jour, une compagne de pratique est venue me parler et m'a dit comment elle étudiait intensivement le Fa et qu'elle regardait toujours à l'intérieur. Elle a partagé avec moi le processus d'être faible et de devenir inébranlable en retournant à Dafa. J'ai été choquée. Elle m'a vraiment parlé de toutes les sales pensées humaines qu'elle avait l'habitude d'avoir et comment elle s'en est débarrassée. J'ai vraiment admiré son courage, et, en même temps, j'ai été impressionnée par la puissance de Dafa. Elle a partagé avec moi du point de vue de Fa et m'a encouragée à creuser profondément pour trouver mes attachements et mes lacunes. J'ai commencé à réfléchir sur moi-même et doucement j'ai découvert ma façon de penser impure. J'avais peur que les pratiquants se moquent de moi et disent que même si je pratiquais depuis plus de 10 ans, j'étais encore dans un état aussi déplorable. Mais le Maître a fait apparaître cette phrase dans ma tête : « Avoir peur qu'on se moque est aussi un attachement ! »

J'ai demandé à la compagne de pratique : « Je suis tellement mauvaise, ne vas-tu pas te moquer de moi ? » La pratiquante a dit : « Personne ne va se moquer de toi. Tous les cœurs humains sont sales. Le fait que tu sois en mesure de me dire ta façon de penser signifie que tu es capable de te regarder en face. Tant que tu es prête à te débarrasser de ces mauvaises pensées, il sera facile de changer. Le Maître nous aide : la chose essentielle est d'étudier le Fa avec un cœur calme. »

Pendant cette période, j'ai calmé mon cœur et j'ai étudié le Fa, un mot et une phrase à la fois. J'ai étudié et réfléchi sur moi-même. J'ai cherché mes attachements et je les ai écrits. Plus tard, j'en ai parlé d'une manière honnête à mes compagnons de pratique. Ce fut un processus douloureux de regarder à l'intérieur, et je me suis trouvée très méprisable et indigne du salut du Maître. Parfois, les attachements humains qui étaient cachés étaient très rusés. Je voulais les révéler à mes compagnons de pratique, mais ces attachements me disaient : « N'en parle pas, c'est trop honteux. C'est déjà suffisant que tu le saches et que tu t'en débarrasses par toi-même. » J'ai réalisé que lorsque j'arrivais à parler de mes attachements et de mes lacunes, mon cœur connaissait un changement miraculeux, devenant plus léger et plus expansif.

Avec l'étude intensive de Fa et le partage d'expériences avec d'autres pratiquants une fois par semaine, j'avais l'impression de seulement commencer à apprendre la cultivation et pratique. Comme j'ai découvert les nombreuses conceptions égoïstes qui se cachaient en moi, mon cœur est devenu paisible. Je pouvais maintenant faire face à des conflits avec une attitude positive. Un incident est alors survenu qui m'a permis d'apprendre à regarder vers l'intérieur lors d'un conflit.

Un jour, après le partage d'expériences avec d'autres pratiquants, les paroles prononcées par l'un d'eux se sont gravées dans mon esprit : « Lorsque vous rencontrez des conflits, toujours regarder à l'intérieur. » Lorsque j'ai eu un conflit avec un pratiquant, un autre a dit : « Elle m'a dit qu'elle vous avait déjà présenté ses excuses. » À ce moment-là, ma pensée humaine a surgi et j'ai pensé : « C'est la faute de cette pratiquante, elle a même fait le tour pour dire aux autres qu'elle m'avait présenté des excuses. » Je suis rentrée à la maison pour me plaindre à mon mari (également un pratiquant).

Ce jour-là, le vent était très fort, et au moment où je suis entrée dans la maison, j'ai vu que la porte et les fenêtres de la chambre étaient grandes ouvertes. J'étais en colère et j'ai dit : « Ça doit être ma fille qui a oublié de les fermer avant de sortir. Quand elle reviendra, je lui donnerai une leçon. » J'ai alors fermé la porte et les fenêtres et je me suis rendue dans la cuisine pour cuisiner. Après un certain temps, j'ai remarqué que la porte était ouverte à nouveau. J'ai alors découvert que mon mari avait ouvert le loquet de la porte le matin, de sorte qu'au moment où le vent soufflait, la porte s'ouvrait. Le souffle du vent ouvrait également les fenêtres. La colère que j'avais eu en pensée, voulant que je sermonne mon enfant, a disparu et je savais que je lui avais fait du tort dans mes pensées.

À ce moment-là, j'ai réalisé que je devais regarder à l'intérieur. J'ai réalisé que lorsque des incidents se produisent, ce que nous voyons avec nos yeux n'est peut-être pas la vérité. Nous devons d'abord vérifier notre attitude. Au départ, je voulais me plaindre à mon mari du conflit entre moi et l'autre pratiquante, mais maintenant je comprenais que me plaindre était également une autre façon de me défendre. Cela signifiait que je n'avais pas laissé aller l'affaire. À ce moment-là, la conférence du Maître « Enseignement de la Loi donné aux pratiquants australiens » m'est venue à l'esprit. J'ai commencé à pleurer et j'étais sans voix avec joie.

Le Maître m'a aidée à faire l'expérience de la joie de regarder à l'intérieur. Je remercie du fond de mon coeur la pratiquante qui a créé le conflit. C'était vraiment une bonne chose. Le Maître a dit que regarder à l'intérieur est un vrai cadeau. J'ai réalisé que si je regarde à l'intérieur, je vais être paisible, et si je regarde à l'extérieur, je vais être en colère. Donc, si vous voulez vraiment cultiver, vous devriez apprendre à vraiment regarder à l'intérieur. Merci, Maître, de m'avoir aidé à enfin apprendre ce que signifie vraiment regarder à l'intérieur !

Traduit de l'anglais au Canada