Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Mme Jiang Jingping âgée de 62 ans meurt des suites des blessures subies suite à la torture au camp de travaux forcés de la province du Heilongjiang

Mercredi 22 février 2012 |   Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Heilongjiang en Chine

(Minghui.org)


Nom
: Jiang Jingping (姜静萍)


Sexe : Féminin


Âge : 62 ans


Adresse : Cinquantième communauté, district de Qianjin, ville de Jiamusi, province du Heilongjiang


Emploi : Employée à la retraite de l'usine de textile de Jiamusi


Date du décès : 30 novembre 2011


Date de l'arrestation la plus récente : 4 novembre 2010


Lieu de détention le plus récent : Centre de désintoxication pour femmes de la province du Heilongjiang (黑龙江省女子戒毒劳教所)


Ville : Jiamusi


Province : Heilongjiang


Persécution endurée : Torture, travaux forcés, lavage de cerveau, confinement solitaire, extorsion, contrainte physique, domicile fouillé, interrogatoire, détention et plus.


Mme Jiang Jingping a été torturée mentalement et physiquement pendant un an au centre de désintoxication pour femmes de la province du Heilongjiang, un camp de travaux forcés dans la ville de Harbin. Après être retournée et être restée chez elle pendant seulement un mois, elle est morte des suites de la torture qu'elle a subie au camp de travaux forcés le 30 novembre 2011.



Mme Jiang Jingping


Mme Jiang a toujours eu beaucoup de maladies telles que de l'arthrite, des ulcères et une maladie rénale. Après qu'elle ait commencé la cultivation-pratique du Falun Gong en 1995, elle a fait l'expérience d'être sans maladie et pleine d'énergie. Elle avait toujours avec elle son lecteur CD pour enseigner aux autres les exercices. Mais depuis que la persécution a commencé en juillet 1999, elle a souffert de mauvais traitements brutaux.


Envoyée pour la première fois au camp de travaux forcés


Dans la soirée du 24 octobre 2004, trois policiers ont fouillé le domicile de Mme Jiang, l'ont arrêtée et l'ont emmenée au complexe du département de police de la ville de Jiamusi. La police a pris ses livres de Falun Dafa et deux des téléphones portables de sa famille. Mme Jiang a été torturée en étant menottée et attachée à une chaise de fer (1) pendant plus de 36 heures. Durant ce temps, on lui interdisait de fermer les yeux ou de dormir. Dans la soirée du 26 octobre elle a été emmenée pour être détenue pendant 20 jours et ensuite le 15 novembre, elle a été emmenée pour une peine de trois ans de travaux forcés.


Dans le centre de détention et le camp de travaux forcés, elle mangeait des beignets au maïs et de la soupe claire aux légumes (principalement de l'eau, du sel et quelques légumes verts). Elle a souffert de malnutrition mais devait quand même faire de durs travaux sans aucun jour de congé. Elle devait demander la permission pour utiliser les toilettes, si elle n'en n'avait pas l'autorisation, elle devait se retenir. Elle devait utiliser les toilettes à un moment précis et aucun autre moment n'était autorisé. Mme Jiang a montré des symptômes d'un problème au foie sous de si sévères conditions. Le camp de travail l'a libérée après avoir extorqué 30 000 yuans à sa famille.


Sa famille a emprunté une grosse somme d'argent pour payer les frais de l'extorsion, car ils n'étaient pas riches. Ils doivent toujours 5000 yuans après son décès.


Deuxième fois au camp de travaux forcés


Vers midi, le 4 novembre 2010, Mme Jiang était dans un magasin près du poste de police de Jiadong quand la police l'a arrêtée sans aucune raison et ils ont pris son sac à main. La police lui a fait subir des examens médicaux à l'hôpital central. Son cœur et sa tension artérielle n'était pas normaux mais ils l'ont quand même emmenée dans un centre de détention dans la soirée. Le médecin du centre, Dr Liu a refusé de l'accepter et a dit « Et si sa vie était en danger ? Qui serait tenu responsable ? » Le policier l'a regardé et a mis devant tout le monde 100 yuans sur sa fenêtre. Docteur Liu n'a pas dit un mot. Ensuite la police a placé un autre billet de 100 yuans sur sa fenêtre. Le docteur a ensuite accepté Mme Jiang. Ensuite les policiers ont traîné Mme Jiang par les mains et ont pris ses empreintes digitales sur un bout de papier. Mme Jiang a été détenue dans la cellule 208 pendant 20 jours.


Le matin du 24 novembre 2010, des gardiens ont menotté Mme Jiang Jingping et d'autres femmes en détention, ils les ont ensuite emmenées au centre de désintoxication pour femmes de la province du Heilongjiang, qui ne détenait aucune toxicomane, mais qui était utilisé comme camp de travaux forcés. Mme Jiang était encore très malade, mais les gardiens du centre de détention ont eu une conversation secrète avec les gardiens du camp de travail, alors elle a été emmenée au quartier de la « transformation. »


Le lendemain du jour où elle est entrée au centre, sous une énorme pression, on l'a forcée à signer son nom sur les cinq déclarations (semblables aux trois déclarations ) pour diffamer le Falun Gong. Ceci trahissait sa foi en Authenticité-Bienveillance-Tolérance et était une action contre sa volonté qui lui a causé de l'anxiété et des regrets. Mme Jiang a été placée en confinement solitaire pendant le premier mois. À certains moments, on l'obligeait à se tenir face à un mur pendant de longues périodes. Les prisonnières la surveillaient de près et la suivaient partout. Les collaboratrices du lavage de cerveau ont essayé de la forcer à renoncer à la cultivation et faisaient des rapports sur elle tout le temps.


Mme Jiang devait se lever à 5 heures, utiliser les toilettes et finir de se laver et de se brosser les cheveux en 5 minutes. On la forçait ensuite à s'asseoir sur un petit tabouret aux rebords coupant (objet de torture) pendant de longues périodes. Cette torture extrêmement simple et douloureuse a laissé une empreinte de deux lignes foncées sur ses fesses. On l'obligeait à regarder des vidéos diffamatoires fabriquées par le PCC pour attaquer le Falun Dafa pendant quatre heures quotidiennement, de 9 heures à 11 heures et ensuite de nouveau de 14 heures à 16 heures. On l'obligeait aussi à faire des devoirs : écrire des articles diffamatoires qui attaquaient le Falun Gong. Elle allait se coucher à 21 heures mais la lumière principale devait rester allumée parce que les gardiens surveillaient les prisonnières 24 heures sur 24.


Chaque période pour les repas dure environs 15 minutes, ce qui inclus l'aller-retour de deux minutes par les escaliers et la récitation des règles du centre pendant plusieurs minutes avant de manger, Mme Jiang ne pouvait terminer son repas dans les quelques minutes qui restaient et avait toujours faim. Sous une pression énorme, Mme Jiang était privée de son droit d'étudier la Loi et de faire les exercices. Ses maladies se sont empirées et une tumeur a poussé sur son cou.



Reconstitution de torture : Forcée de s'asseoir sur un petit tabouret


En juin 2011, quand Mme Jiang n'a pas écrit un article pour diffamer le Falun Gong, sa peine a été rallongée de quatre jours additionnels comme punition. Un soir, la gardienne Liu Ming a dit que quelqu'un dans la cellule de Mme Jiang passait des choses secrètement. Elle a forcé tout le groupe à rester debout pendant un long moment jusqu'à ce que plusieurs ne puissent plus supporter la douleur. Elle a ensuite forcé Mme Jiang à se tenir debout toute seule jusqu'à ce que son visage devienne pâle et que tout son corps tremble. Elle s'est presque évanouie. La gardienne Liu Ming a mis fin à sa torture après avoir forcé Mme Jiang à écrire une déclaration de garantie.


Mme Jiang a écrit sa déclaration de garantie de cette façon : « Je cultive le Falun Dafa. Je ne puis faire de fausses déclarations. Je prends la responsabilité pour mes paroles et actions. » Elle avait tellement mal qu'elle ne pouvait dormir. Le jour suivant, la gardienne Niu Xiaoyun est venue et a dit que Mme Jiang était la principale fauteuse de trouble. A partir de ce moment-là, elle n'a plus osé dire quoi que ce soit, car sa pression mentale pouvait devenir encore plus grande.


Tout de suite après le 1er juillet, les autorités soupçonnaient que la cellule de Mme Jiang contenait des documents de Dafa, alors ils l'ont fouillée une fois pas semaine et ont menacé d'allonger sa peine pour un autre mois s'ils trouvaient quelque chose. Mma Jiang était encore plus tendue avec cette escalade de la pression.


Au cours de son séjour de douze mois dans le camp de travaux forcés, Mme Jiang s'est trouvée dans l'obligation d'endurer un lavage de cerveau de neuf mois. Chaque jour, on la forçait à ouvrir grand les yeux pour regarder les vidéos diffamatoires. Une fois elle s'était appuyée pour une seconde sur le mur à cause de la douleur, la gardienne Zhong a crié « Comment ce fait-il que tu aies fermé les yeux ? Pourquoi tu ne regardes pas ? À quoi penses-tu ? Lève toi si tu te sens endormie. »


Chaque matin, Mme Jiang devait faire une heure de travaux forcés en arrivant dans la salle dédiée au lavage de cerveau. Parfois, elle devait porter une boîte pleine de cure dents de haut en bas des escaliers. Les gardiennes n'ont jamais fait attention à son âge ou à son état physique. Elle n'avait aucun jour de congé pour se reposer. Non seulement une tumeur a poussé dans son cou mais aussi ses pieds étaient enflés et elle était incontinente. Le centre l'a emmenée à l'extérieur deux fois pour aller voir un médecin, mais ne l'a jamais informée des résultats. Ils la forçait toujours à faire des travaux manuels et lui ont même fait payer 400 yuans.


Mme Jiang était vieille, elle n'avait pas d'énergie parce qu'elle était affamée, tout son corps était endolori. Elle ne pouvait plus supporter la souffrance. À partir du 30 août 2011, Mme Jiang et d'autres pratiquants âgées ont terminé leur session de lavage de cerveau et ont été assignée à faire des travaux à temps plein dans une usine. Mme Jiang a été assignée à sceller des boîtes et devait transporter de lourdes boîtes de haut en bas des escaliers. Elle a fait un tel dur travail pendant trois mois avant d'être libérée.


Mme Jiang a eu l'autorisation de ne prendre que trois douches durant toute l'année de travaux forcés, chacune se limitant à 15 minutes. Ses repas se composaient habituellement de seulement une soupe claire à l'odeur nauséabonde. C'est seulement lorsque les autorités supérieures venaient pour inspecter qu'elles pouvaient recevoir un repas normal.


Mme Jiang a survécu jusqu'au 31 octobre, le dernier jour de sa peine. Elle était amaigrie, ne pouvait pas manger, tout son corps était enflé et incontinent et elle avait de la difficulté à respirer. Les mauvais traitements sévères ont causé sa mort le matin du 30 novembre 2011 à l'âge de 62 ans.



Mme Jiang Jingping est décédée le 30 novembre 2011


Xu Yongli, Directeur du département de police de Dongfeng : +86-454-8347666, 86-13903682098 (Tel. portable)


Feng Kaidong, anciennement directeur du poste de police de Jiadong : +86-13836669777 (Tel. portable)



Traduit de l'anglais au Canada