Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

M. Pu Zhiming poursuit les autorités après que son épouse soit morte des suites de la persécution

Mardi 4 juin 2013 |   Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Yunnan, Chine

(Minghui.org) Mme Shen Yueping, pratiquante de Falun Dafa, est décédée le 16 juillet 2009, deux mois seulement après avoir été libérée de prison dans un état critique. Elle avait enduré plus de quatre ans de torture et de mauvais traitements pendant son incarcération en raison de sa croyance. Elle n'avait que 49 ans.

Son mari, M. Pu Zhiming, a déposé une plainte auprès de la Cour suprême chinoise et le Parquet populaire suprême. Il sollicite une enquête dans la prison n°2 pour femmes de la province du Yunnan, ainsi que des individus impliqués dans l'arrestation, la condamnation et la détention de son épouse.

L’essentiel concernant Mme Shen Yueping

Nom : Shen Yueping ( )

Sexe : féminin

Âge : 49 ans

Adresse : communauté Hutain, ville de Yuxi, province du Yunnan

Profession : médecin traitant à l'Hôpital pour la santé des mères et des enfants dans la ville de Yuxi, province du Yunnan

Date du décès : 16 juillet 2009

Date de la plus récente arrestation : le 28 décembre 2004

Dernier lieu de détention : la prison n°2 pour femmes de la province du Yunnan (云南省 女子 第二 监狱)

Ville : Yuxi

Province : Yunnan

Sévices subis : détention, interrogatoire, condamnation illégale, travail forcé, torture, coups, isolement, administration de médicaments/substances, privation de sommeil, lavage de cerveau, maison saccagée.

Une famille de trois personnes persécutée en raison de leur croyance

M. Pu, 56 ans, était un ancien employé du Bureau de développement des entreprises de la ville de Yuxi. Lui, sa femme et leur fils, Pu Dan, ont commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1996. Ils se sont efforcés d'être de bonnes personnes, tant au travail qu'à la maison. Leur fils a arrêté de mentir et est devenu un excellent élève après s’être mis à la pratique.

Après le 20 juillet 1999, quand la persécution du Falun Dafa a commencé, Zhong Guanghan, alors président du Bureau de développement des entreprise, a eu de nombreux entretiens avec M. Pu. Zhong a informé M. Pu d'arrêter de pratiquer le Falun Dafa, sinon son fils aurait un avenir sombre. Fang Weiqun, un directeur de l’hôpital où elle travaillait, a également fait pression sur Mme Shen pour qu’elle renonce à sa croyance.

Malgré l'énorme pression, M. Pu et Mme Shen n'ont pas abandonné leur croyance.

Le 1er octobre 2000, M. Pu, sa femme, leur fils et huit autres pratiquants de Falun Dafa de Yuxi se sont rendus à Pékin. Les autres pratiquants étaient Mme Zhang Jinxian, Mme Niu Yuqiong, M. Deng Zhixu, M. Huang Kuanping (en provenance du Sichuan), Mme Niu Zhuanqiong, Mme Zhu Fenglan, M. Li Jianxiang, M. Jing Yunfei et M. Wang Feng (ouvrier à l’usine Eshan de fer et d’acier à Yuxi).

A midi le 9 octobre, ils se sont rendus à la place Tiananmen et ont tenu une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Falun Dafa est bon », afin de dissiper les calomnies propagées par le régime communiste. Ils ont crié : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! »

Ils ont été arrêtés tout de suite par des policiers en civil et emmenés à la filiale du Département de police de la place Tiananmen.

M. Pu, M. Huang et M. Wang ont ensuite été emmenés dans un autre poste de police. Ils ont été battus dès leur arrivée, puis forcés à s'accroupir toute la nuit. S'ils s’asseyaient sur le sol en raison de l'épuisement, la police les rouaient de coups de pied, leur frappaient le visage à plusieurs reprises avec des semelles de chaussures, puis les forçaient à s'accroupir à nouveau. M. Huang a été traîné dehors et on lui a versé de l'eau froide dessus, il a ensuite reçu des électrochocs avec une matraque électrique.

Après une nuit de torture, les trois pratiquants ont été envoyés dans un centre de détention dans une banlieue de Pékin pendant cinq jours.

Zhang Xiangyu et Zhu Jiayong de la Division de la sécurité intérieure de Yuxi ont ensuite ramené M. Pu à Yuxi et l’ont incarcéré au centre de détention de Hongta. Mme Shen a également été envoyée au centre de détentionde Hongta ce jour-là.

M. Pu a été détenu pendant 56 jours, puis condamné à deux ans de travaux forcés par le Comité du camp de travaux forcés de Yuxi. Mme Shen a été détenue pendant 14 jours, puis condamnée à une peine de trois ans dans le camp de travaux forcés pour femmes de la province du Yunnan. M. Pu a été autorisé à purger sa peine à l'extérieur parce qu’il n’y avait pas d'autres personnes pour prendre soin de l’enfant du couple à la maison.

Lorsque M. Pu est retourné à son lieu de travail, le président Zhong Guanghan l'a informé qu'il avait été rétrogradé et qu’il travaillerait désormais comme concierge. Il était payé seulement 235 yuans par mois, au lieu de son taux de rémunération normale.

Mme Shen a été contrainte de renoncer à sa croyance contre son gré pendant qu’elle était dans le camp de travail. Le personnel du camp de travaux forcés de Masanjia, tristement célèbre pour sévèrement persécuter les pratiquants de Falun Dafa, est venu au camp de travaux forcés pour femmes de la province du Yunnan pour participer à l'effort de « transformation ». Mme Shen a également été contrainte de faire un travail d'esclave.

Mme Shen a été libérée en 2002. Cette famille de trois personnes était enfin réunie. Cependant, ils ont été de nouveau séparés après seulement trois ans et n’ont plus jamais été réunis depuis lors.

Le récit de première main de la persécution par M. Pu

Dans le procès que M. Pu a soumis à la Cour et au bureau du procureur, il a résumé les détails de la persécution que lui et sa femme ont subi comme suit :

« Dans la soirée du 28 décembre 2004, mon épouse Shen Yueping, moi et deux autres pratiquants de Falun Gong, Mme Niu Yuqiong (53 ans, retraitée de Yuxi) et M. Hu Xianding (63 ans, ancien employé du Bureau d’alimention de Yuxi), avons été arrêtés au Stade de Yuxi par Du Yunchang et Zhang Xiangyu de la Division de la sécurité nationale de Yuxi, et Zhu Jiayong, Zhu Yi et d'autres de la Division de la sécurité intérieure de Hongta.

« Une douzaine de copies de l'Hebdomadaire Minghui nous ont été confisqués. Nous avons été emmenés au poste de police de Hongta pour interrogatoire. Ils nous ont demandé où nous avions obtenu nos documents de Falun Gong et ce que nous avions fait d'autre.

« Vers 22 heures le même soir, la police nous a amené ma femme et moi à la maison et ils ont saccagé notre maison. Ils ont pris notre ordinateur, une imprimante, une photocopieuse, des disquettes, un lecteur MP3 et d'autres biens personnels. Ils ont aussi confisqué ma camionnette.

« Après une longue nuit d'interrogatoire, tous les quatre avons été emmenés au centre de détention du district de Hongta à Yuxi. J'ai ensuite été transféré au centre de détention du canton de Jiangchuan. Les policiers du poste de police de Hongta ont même intimidé mon fils adolescent ; il a été enfermé pendant trois jours.

« Le parquet du district de Hongtai a déposé des accusations contre moi, ma femme, Mme Niu Yuqiong et M. Hu Xianding le 3 mai 2005. Ils nous ont accusés d'« utiliser une organisation hérétique pour saper la mise en œuvre de la loi ».

« Le 10 mai 2005, la Cour de Hongta a condamné ma femme à une peine de cinq ans de prison. J'ai été condamné à une peine d'emprisonnement de quatre ans. Mme Niu a été condamnée à une peine de prison de deux ans et M. Hu a été condamné à un an de prison. Nous avons fait appel tout de suite. Les accusations étaient fausses et déformées. Nous avons seulement eu une conversation lors de la nuit de l'arrestation, nous n'avions rien fait qui interférait avec la loi.

« Nous avons été entendus à la Cour intermédiaire de Yuxi, le 24 mai 2005. Ils ont maintenu la condamnation initiale. Ma femme et Mme Niu ont été envoyées à la prison n°2 pour femmes de la province du Yunnan, tandis que M. Hu et moi avons été envoyés à la prison n°1 de la province du Yunnan, le 26 mai 2005.

« Ma femme a d'abord été placée dans l’unité de formation, puis transférée dans l’unité n°3. J'étais à la prison n°1 de la province du Yunnan. Chaque jour, le gardien de prison me lisait des livres qui calomniaient le Falun Dafa et me pressait de renoncer à ma pratique.

« J'étais assis dans la position du lotus sur mon lit le soir du 24 mai 2006. He Qingfu, directeur du groupe de travail, Yang Shuming et Lu Dehua, en charge des détenus, m’ont jeté en bas du lit et m'ont battu pendant plus de 10 minutes. Ils étaient épuisés par les coups et j’ai été alité pendant un mois. J'ai été emmené à l'hôpital pour des radiographies 10 jours plus tard. Deux de mes côtes étaient cassées. Je n'ai reçu aucun traitement, mais grâce à la puissance de guérison de Dafa, mes côtes ont été guéries.

« Au cours de la première année en prison, mon devoir était de nettoyer les toilettes et la salle à manger. Après cela, j'ai récolté des pois, trié des graines de tournesol et pressé et enveloppé des feuilles de thé. Je travaillais en général 15 heures par jour et parfois jusqu’à 18 heures par jour.

« Le Bureau de développement de Yuxi a résilié mon emploi le 24 août 2005. Les fonctionnaires de mon employeur, le Comité de la religion populaire et le poste de police de Yuxi sont venus à la prison pour me forcer à signer l'accord de résiliation.

« Ma femme et moi avons maintenu un contact par courrier. J'ai reçu sa dernière lettre en décembre 2006.

« J'ai été libéré le 1er février 2008. À partir du mois de mars, je suis allé à la prison n°2 pour femmes de la province du Yunnan chaque mois. Cependant, je n'ai jamais vu ma femme, parce qu'elle n'avait pas été « transformée », ce qui signifiait qu'elle avait refusé d'abandonner la pratique du Falun Dafa.

« Ce ne fut qu’à 11 heures le 12 mai 2009, que j'ai reçu un appel téléphonique de Lei, le chef de section de la prison. On m'a dit que l'hôpital avait émis un avis d’état critique pour ma femme. Il a dit que je pouvais lui rendre visite à l'hôpital.

« Ma femme a été envoyée à l'Hôpital des travailleurs de la ville de Kunming. Nous sommes arrivés à l'hôpital à 14 heures le 12 mai 2009. Notre famille est allée la voir par petits groupes. J'étais le dernier à la voir. Elle en était à son dernier souffle, avec rien que la peau et les os. Son visage était couvert de rides et elle n'avait plus la force de parler. En arrivant à l'hôpital, on m'a dit de signer le deuxième avis d’état critique. Le premier avait été signé seulement par la prison.

« Dans son état, ma femme était toujours sous surveillance étroite par les gardiens de prison. Quelques heures plus tard, ma femme a été transférée à l'Hôpital du bureau du camp de travail. J'ai été autorisé à une visite de cinq minutes par jour et aucun autre membre de la famille n’a été autorisé à la voir.

« Deux jours plus tard, Wang Limei, le directeur adjoint de la prison, avec Lei Yu, le chef de section, et d'autres gardiens de prison, m'ont parlé. Ils ont dit qu'ils avaient peur que la situation de ma femme ne soit devenue mortelle, ils ont signé le formulaire l’autorisant à se faire soigner. J'ai dû promettre de faire un rapport de son état de santé à la prison tous les six mois.

« Notre famille et moi avons emmené ma femme au Département des maladies infectieuses à l’hôpital populaire n°3 de Kunming. Le président du département a dit que les poumons de mon épouse étaient complètement affaiblis, ils étaient pourris comme des tampons de coton usagés. Il a dit : « Il est trop tard. »

« À ce moment-là, ma femme était capable de parler. Elle nous a dit que quand elle était à l'Hôpital pour les travailleurs de Kunming et à l’Hôpital du bureau du camp de travail, on lui a seulement donné un bol de porridge ou de nouilles de riz par jour. Elle avait faim presque toute la journée, sans parler du fait qu'elle était dans un état critique.

« Les gardiens ne lui ont également rien donné de toute la nourriture et des fruits que nous lui avions envoyé [en prison]. Le gardien du nom de Zhang avait menti et nous avait dit que ma femme mangeait bien.

« Mon épouse est restée à l'hôpital, mais son état n'a fait qu'empirer, jusqu'à ce qu'elle décède le 16 juillet.

« Ma femme, Shen Yueping, a relaté son expérience à la prison n°2 pour femmes de la province du Yunnan. Elle a d’abord été envoyée à l'unité de formation. Trois mois plus tard, elle a été transférée à l’unité n°3. Elle a été forcée de faire du travail d'esclave - elle devait travailler jusqu'à 23 heures tous les jours. Elle m’a écrit sa dernière lettre en décembre 2006, avant d'être envoyée en isolement.

« Il y a une salle d'isolement dans le service de formation spécifiquement mise en place pour les pratiquantes de Falun Dafa. Il ne mesure qu'environ 5 mètres carrés. Il y a des tapis en caoutchouc sur le mur et des caméras de surveillance. Ce sont des détenus [désignés] qui gèrent les caméras.

« Ma femme a été forcée de s'asseoir sur un petit tabouret pendant au moins 15 heures tous les jours. Si elle déplaçait son corps, les détenus la battaient, la pinçaient et la piquaient avec des aiguilles ou la harcelaient immédiatement.

« Elle n’était autorisée à utiliser les toilettes que trois fois par jour et à prendre une douche qu'une fois toutes les deux semaines. Le personnel de la prison voulaient qu'elle prenne des substances inconnues, elle a refusé de les prendre. Ils ont alors écrasé les pilules et les ont mélangées dans sa nourriture. Chaque fois qu'elle mangeait de la nourriture avec le médicament dissimulé, elle toussait sans arrêt jour et nuit jusqu'à ce que ses poumons lui fassent mal. En outre, les gardiens ont confisqué l'argent que sa famille avait mis sur sa carte de débit. Ma femme n'a pas dépensé un cent après qu'elle ait été envoyée en isolement.

« Après quatre années de tourment en prison, mon épouse a été envoyée à l'hôpital quand elle en était à son dernier souffle. Elle avait déjà été inconsciente pendant cinq heures avant d’être envoyée à l'hôpital. »

Les agences et individus impliqués dans la persécution (liste non exhaustive)

Cour du district de Hongta à Yuxi : Wang Rui, Zhou Xun, He Ling, Zhang Cuiling

Cour intermédiaire de Yuxi : Qian Lifang, Zhang Xinyu, Qiu Kairong

Yang Mingshan, gardien de la prison n°2 pour femmes de la province du Yunnan

Articles reliés :

Dr Shen, originaire du Yunnan est persécuté avant sa mort (photo)

En souvenir du Dr Shen Yueping (Photo)

Ms. Shen Yueping Dies As a Result of Abuse in Prison

Traduit de l’anglais au Canada