Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Fahui de Minghui | « Ils se soucient vraiment de nous ! »

Vendredi 14 novembre 2014 |   Écrit par une pratiquante de Falun Gong de la province du Jiangxi

(Minghui.org) Salutations au Maître vénérable et compatissant ! Salutations aux compagnons de pratique dans le monde entier !

La température s'est maintenue à plus de 39 degrés Celsius pendant presque tout l'été dernier. Un groupe de pratiquants et moi sommes allés dans un village isolé pour clarifier la vérité pendant ce temps.

Une fois le pied hors de la voiture, j'ai eu la sensation d'avoir mis le pied dans un wok de fer super-chaud. Mon corps tout entier brûlait en raison de la chaleur. Nous avons regardé aux alentours et n'avons vu personne dans les champs. Un pratiquant et moi sommes allés rendre ensuite visite aux ménages dans le village, un par un.

« Ils se soucient vraiment de nous ! »

Nous avons vu une porte entrouverte et un jeune couple dans les 30 ans assis à l'intérieur de la maison. Je suis entrée avec un sourire en disant : « Bonjour !

« Que faites-vous ici ? » a dit la femme, le visage fermé.

« Nous sommes venus pour vous apporter la vérité et des bénédictions. Connaissez-vous le Falun Gong ? »

Le couple n'était pas amical et a essayé de nous chasser. « Cela va nous apporter des ennuis ! Comment osez-vous venir parler à ce sujet dans notre domicile » Ils ont refusé d'écouter et ont commencé à nous pousser dehors.

Je me suis tenue à l'entrée de la porte en disant : « La vérité du Falun Gong va vous apporter la sécurité. Nous nous soucions vraiment de vous. »La femme a répondu : « Parlez-en ailleurs. » L'homme allait même nous dénoncer à la police.

J'ai demandé l'aide du Maître afin que l'homme ne puisse pas atteindre quelqu'un par téléphone. Les compagnons de pratique ont également contribué en émettant la pensée droite en même temps. L'appel ne s'est pas connecté. L'homme a claqué la porte.

Nous nous sommes rappelés les uns les autres : « Regardons à l'intérieur et trouvons nos attachements. Nous devons éliminer les pensées impures que nous hébergeons, qui les empêchent de nous écouter. »

Nous avons aussi demandé l'aide du Maître afin que les êtres prédestinés ne manquent pas leur chance de salut.

Nous nous sommes retournés et avons vu trois personnes bavardant sous le porche d'une maison voisine. Les autres pratiquants ont émis la pensée droite. Je leur ai souri et j'ai dit : « Bonjour ! »

Un homme qui semblait être dans la soixantaine est sorti de la maison. Je lui ai dit : « Bonjour ! Nous sommes venus vous apporter la vérité et les bénédictions du Falun Dafa. » Il nous a offert deux bols d'eau froide et nous a demandé de nous asseoir.

J'ai commencé en lui parlant de ce qu'était le Falun Gong et de ses bienfaits pour la santé. J'ai couvert pourquoi le Parti communiste chinois (PCC) était en train de persécuter le Falun Gong, j'ai parlé des auto-immolations, des cas de rétribution karmique envers les auteurs de la persécution et des exemples de récompenses reçues par les personnes qui démissionnaient du PCC et de ses organisations affiliées.

Ils ont écouté attentivement et ont accepté de démissionner des organisations du PCC. Je leur ai donné nos brochures maison clarifiant la vérité, des DVD de Shen Yun Performing Arts (un spectacle de danse et de musique classiques chinoises), et des amulettes. Ils ont accepté avec reconnaissance les éléments avec les deux mains, et ils ont affirmé qu'ils allaient certainement regarder et lire les documents.

Je leur ai dit : « Après les avoir regardés et lus, s'il vous plaît, transmettez-les à vos amis et à votre famille. Parlez-leur de démissionner des organisations du PCC. Il s'agit de leur transmettre des bénédictions et de sauver les gens. » L'homme a répondu : « Nous allons nous assurer de le faire. Merci ! »

L'homme nous a offert de l'eau froide à nouveau. Nous avons répondu : « Merci, ça va. Ce que nous vous avons dit est pour votre propre bien-être. Maintenant, nous pouvons nous détendre. »

« Où pouvons-nous trouver de bonnes personnes comme vous aujourd'hui ? » Les larmes lui sont montées aux yeux.

L'homme de la première famille s'est précipité vers nous alors que nous parlions sous le porche de cette maison. Il a dit farouchement : « Votre conversation est trop forte ! Cela me dérange ! » Il a ensuite brandi son téléphone portable et a affirmé qu'il allait appeler la police.

« Désolée ! Nous allons réduire notre volume. Cependant, vous ne devriez pas faire quelque chose de mal » lui ai-je dit avec le sourire. Il est parti en colère.

Il est revenu au bout de quelques minutes, toujours en colère. Avec les bras sur les hanches, en nous regardant du coin de l’œil.

« Pourquoi êtes-vous encore ici ! Votre conversation me dérange. »

Je savais que sa maison était à environ 30 mètres de nous. Il y avait aussi un virage entre les deux maisons, il ne pouvait pas avoir entendu notre conversation.

Je n'ai pas été touchée, et j'ai dit : « Merci de me le rappeler à nouveau. Je vais réduire encore ma voix. Je sais que vous êtes gentil avec nous. Le fait que nous vous racontons les faits sur le Falun Dafa et sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance est aussi pour votre propre bien. Nous sommes venus de loin et avons payé les frais de plus de 300 yuans de nos propres poches. Nous ne vous demandons pas de nous payer et nous ne buvons pas votre eau. Tout ça c'est pour que vous sachiez la vérité et soyez en sécurité. Nous serons alors à l'aise. »

À ce moment-là, j'étais en larmes. L'homme en colère a baissé la tête et n'a rien dit. L'autre homme lui a dit : « Pourquoi leur rendez-vous la vie difficile ? Ils se soucient vraiment de nous et sont vraiment gentils avec nous ! » L'homme a tourné le dos et est retourné dans sa propre maison.

Je savais que le Maître avait désintégré les facteurs pervers derrière ce premier homme. Comme j'écrivais ceci, je me suis soudain rendu compte que l'homme en colère essayait d'apprendre la vérité à sa manière spéciale.

« C'est difficile pour vous ! »

L'homme qui nous a offert de l'eau nous a aussi donné les directions vers un autre village avec plus de 60 ménages. L'autre pratiquant et moi, nous nous sommes séparés afin de couvrir plus de familles.

Comme j'arrivais à une maison, j'ai vu un homme qui se préparait à aller travailler dans les champs. Je l'ai approché et lui ai dit : « Excusez-moi. Cela ne prendra que trois minutes. J'ai de bonnes nouvelles pour vous.

« J'ai plus de 60 ans. Y a-t-il des nouvelles que je ne connaisse pas ? Dites-moi ! » m'a-t-il lancé en m'évaluant tout en déposant sa houe.

« Êtes-vous au courant des démissions du PCC pour votre sécurité ? »

« Vous pratiquez le Falun Gong ? »

« Oui ! »

Son visage a changé.

« Je suis le secrétaire du Parti du village. Nous venons juste ces quelques jours d'avoir une réunion. Tous les gens du Falun Gong doivent être arrêtés et dénoncés. Nous ne devrions pas les écouter ou transmettre ce qu'ils disent ... »

J'ai immédiatement demandé l'aide du Maître pour dissiper toute interférence. Cet homme était une personne prédestinée et je voulais le sauver.

Je n'ai pas été touchée et lui ai souri. Il a dit sérieusement : « Pourquoi êtes-vous toujours souriante ? Vous allez être arrêtée. Vous ne comprenez pas cela ? »

J'ai répondu avec calme et dignité :

« Je ne vole pas, ni ne dérobe, ni ne prends des choses qui ne m'appartiennent pas. Je ne parie pas, ni commets l'adultère. Je ne tue pas, ni provoque des incendies. Je ne fais pas de mauvaises choses derrière le dos des autres. Je ne fais absolument pas des choses qui ne bénéficient pas aux autres. Je cultive véritablement le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans mon cœur. Ceci est ce que mon Maître m'a enseigné. Maintenant, avec votre conscience, dites-moi, est-ce que les pratiquants de Falun Gong sont de mauvaises personnes ? »

« Non. »

« Vous a-t-on fait du mal ? » ai-je ajouté.

« Non. »

« Alors, devrions-nous être arrêtés ? »

« Non. »

« Nous avons réglé le problème, n'est-ce pas ? » ai-je dit.

Je lui ai alors dit ce qu'était le Falun Gong et ce qu'était le PCC. Je lui ai dit la raison pour laquelle le PCC persécutait le Falun Gong et que c'était le mandat du ciel que le PCC soit désintégré. Je lui ai expliqué pourquoi les gens devaient démissionner du PCC afin qu'ils ne soient pas inclus dans la rétribution karmique que recevra le PCC pour avoir persécuté les pratiquants de Falun Gong.

J'ai ajouté : « Ne pensez pas que nous faisons cela pour quelque objectif politique que ce soit. Prenons cette analogie : Vous marchez dans une nuit sombre. Vous ne savez pas qu'il y a un piège, mais je le sais. Je reste ici et j'avertis les gens du piège afin que les gens puissent passer à travers la zone en toute sécurité. Pensez-vous que cela est faire de la politique ? Pensez-vous que cela est subvertir la nation ?

« Nous espérons simplement que vous pourrez éviter le danger à l'avenir. Quand vous avez rejoint le PCC, vous avez promis que vous souhaitiez y consacrer votre vie. Par conséquent, vous seriez inclus dans sa rétribution karmique. Vous devez donc démissionner du Parti et apprendre la vérité sur le Falun Gong. C'est bon pour vous ! Le ciel a laissé une porte de sortie pour ceux qui sont bienveillants et prédestinés. »

Comme l'homme écoutait, je lui ai dit : « Je vais vous laisser quelques brochures, un DVD de Shen Yun et une amulette. S'il vous plaît regardez et lisez les documents. Ensuite, vous saurez quoi faire et comment traiter les pratiquants de Falun Gong. »

Il n'a rien dit, mais semblait réfléchir profondément.

Il a alors dit : « D'accord ! D'abord, démissionnons de mon adhésion de 35 ans au PCC. »

« D'accord ! Je vais vous donner le pseudonyme de Yong Zheng [toujours droit] » ai-je offert.

« Non. La proclamation que j'ai sur le mur emploie mon vrai nom. En outre, vous pouvez faire le tour du village et 'sauver les gens' selon vos mots. Je vais vous couvrir », a-t-il dit.

Il m'a offert un bol d'eau. J'ai dit : « Merci beaucoup. Je n'ai pas soif. »

Il m'a regardé.

« Vous n'avez pas encore déjeuné, n'est-ce pas ? »

J'ai fait un signe de tête.

« Alors, vous avez parlé à des gens d'un ménage après l'autre ? »

« Oui. »

« Oh. Ça n'a pas été facile pour vous ! Votre Maître est remarquable [d'avoir enseigné à de tels élèves] ! » a-t-il dit 

Je l'ai tout simplement regardé en souriant, je me suis dit : « Merci Maître. Cette personne a été sauvée. »

Le Maître a expliqué dans « l'Enseignement de la Loi à la Conférence de Loi de Chicago en 2004 »

« Une divinité, elle, a de la compassion, la plus grande tolérance, elle assume vraiment la responsabilité pour un être, elle n’accorde pas d’importance aux comportements momentanés d’un être humain, parce qu’une divinité aide un être à s’éveiller depuis sa nature essentielle, elle réveille la nature de bouddha d’un être depuis sa nature essentielle. »

J'ai quitté son domicile et ai continué ma route vers d'autres familles du village.

Les gens dans ce village cultivent des légumes. Certains fermiers étaient dans les champs cet après-midi-là. Alors, nous sommes allés leur parler là-bas. Nous avons parlé à 58 personnes dont 36 ont démissionné des organisations du PCC.

Je sais que la clarification de la vérité n'a pas de raccourcis. Nous devons juste le faire avec notre cœur. Plus nous sommes purs, meilleur sera l'impact. Parce que nous nous sommes assimilés au Fa, nous avons atteint un royaume divin.

Alors, je n'étais pas touchée quand les gens me traitaient avec hostilité. Je leur répondais avec gentillesse et réglais l'hostilité. Je n'étais pas non plus touchée outre mesure quand les gens montraient de la sympathie envers Dafa. Je savais que l'autre personne s'était assimilée au Fa en raison de la vertu majestueuse du Maître.

Un compagnon de pratique l'a si bien dit : « La gloire et la capacité des disciples de Dafa vient du Fa et non de soi. »

Un jour en avril de cette année, j'ai oublié la clé de chez moi et il était plus de 1 h. Comme j'hésitais à réveiller mon mari, il a ouvert la porte, souriant : « Femme, ne suis-je pas bon ? Je dormais à poings fermés. Pourtant, j'ai été en mesure de me réveiller et de t'ouvrir la porte. »

J'ai été enthousiasmée pendant un certain temps - je pensais aux soins que le Maître m'avait octroyée à tout moment. Mais Maître ! Qui sait combien vous nous avez donné, à nous et aux êtres ? Combien vous avez souffert pour nous ! Tout ce que je peux faire maintenant est d'être plus diligente dans ma cultivation.

Je m'agenouille devant mon Maître compatissant.

(Onzième conférence de partage d’expériences par Internet de Minghui pour les disciples de Dafa de Chine continentale)

Traduit de l'anglais au Canada