Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

La santé de M. Wang Shusen, emprisonné depuis 12 ans pour avoir diffusé de l'information sur le Falun Gong, se détériore en raison de la torture

Mardi 8 avril 2014 |   Écrit par un correspondant de Minghui de Chine

(Minghui.org) M. Wang Shusen est en très mauvais état après 12 ans d'emprisonnement et de torture. Condamné à 18 ans de prison pour avoir parlé franchement sur le Falun Gong, M. Wang a été battu jusqu'au seuil de la mort et hospitalisé à maintes reprises. Mesurant près de 1m80, il ne pèse maintenant que 45 kg. Il a perdu des dents en raison de la torture et est gravement voûté. Même s'il n'a que 48 ans, il a maintenant l'air d'un vieillard.

Des centaines de personnes sont arrêtées après les diffusions télévisées sur le Falun Gong

Le 20 avril 2002, M. Wang Shusen et quatre autres pratiquants de Falun Gong de la ville de Hegang, province du Heilongjiang ont intercepté des signaux du réseau câblé de l'État afin de diffuser des émissions de télévision qui révèlent la vérité sur les auto-immolations sur la place Tiananmen.

Le lendemain, le département de police local a envoyé 300 agents armés pour fouiller la région et bloquer toutes les entrées de rue. Li Daoxiang, le directeur du poste de police de la route Xinjian, a poussé un groupe d'agents à entrer par effraction dans l'appartement de M. Wang et à l'arrêter illégalement. Il a été envoyé dans le deuxième centre de détention et a plus tard été transféré dans le premier centre de détention.

Six à sept cents pratiquants ont été arrêtés ce jour-là. Parmi eux, il y avait Zhang Yueming, condamné à 19 ans de prison, Guo Zhongquan, condamné à 13 ans de prison et Guo Xingguo qui a été condamné à 15 ans de prison et a finalement été torturé à mort dans la prison de Hulan.

Grave torture et hospitalisation

Des gardes ont torturé M. Wang en utilisant de nombreuses méthodes, essayant de le forcer à renoncer à sa croyance. Les tortures utilisées incluent la suspension, les coups avec les bâtons, lui souffler de l'air froid dessus, l'enchaînement au sol et la torture de la chaise de fer. Son corps était couvert de bleus et il a souvent perdu connaissance et vomi du sang. M. Wang a aussi souffert d'une rupture de tympan.

Illustration de torture : Enchaîné par terre

Illustration de torture : Suspendu par les menottes

En octobre 2002, M. Wang a d'abord été condamné à 18 ans de prison par le tribunal du district de Gongnong de la ville de Hegang. Deux mois plus tard, on l'a transféré dans la troisième prison de la ville de Harbin, où on l'a torturé en le forçant à se tenir debout, en lui faisant faire des travaux forcés et en le privant de sommeil.

En juillet 2004, M. Wang a été transféré dans la prison de Daqing où on l'a battu, gavé, enfermé dans une cellule d'isolement et où on lui a interdit les visites familiales. En conséquence de la torture continue, M. Wang a souvent perdu connaissance et a dû être hospitalisé à maintes reprises.

À partir d'août 2004, il était surveillé jour et nuit par des détenus et n'avait pas l'autorisation de parler ni même de sortir de la cellule.

En août 2007, l'épouse de M. Wang a emmené leur fils adolescent à la prison de Daqing pour lui rendre visite. Cependant, Yang Youlong, le directeur de la dixième section ne leur a pas donné l'autorisation de le voir.

En mai 2008, le garde Yang Youlong a fabriqué deux marteaux en bois qui étaient utilisés pour battre les pratiquants dans la prison. Ils aspergeaient souvent les pratiquants d'eau sale pendant leur sommeil et ils les battaient. Cette torture s'est poursuivie jusqu'à ce qu'ils extorquent de l'argent des pratiquants ou les force à écrire les trois déclarations pour renoncer à leur croyance.

À une autre occasion, les gardes ont battu M. Wang à tour de rôle jusqu'à ce qu'il soit sur le point de mourir. Même dans ces circonstances, la prison a encore refusé d'autoriser les membres de sa famille de le ramener chez lui.

Le 29 septembre 2009, M. Wang s'est évanoui après avoir été gravement battu et il a été hospitalisé dans le quatrième hôpital de Daqing. Il a été inconscient pendant une semaine, mais a été ramené à la prison lorsqu'il a repris connaissance.

En mars 2012, il a de nouveau été hospitalisé et a reçu un diagnostic d'ischémie myocardiaque. On l'a renvoyé à la prison sans traitement approprié. Le 9 décembre 2012 et le 1er janvier 2014, les mêmes symptômes ont refait surface, mais les autorités de la prison ont tout de même refusé de le libérer.

Avant et après le début de la persécution

Le 18 novembre 1966, Wang Shusen est né dans le village Jiefang, bourg de Minle, canton de Qing'an, province du Heilongjiang. En 1990, il a obtenu un diplôme de l'université des mines de Fuxin et a commencé à travailler pour la Division des cartes géographiques de la mine de Xing'an dans la ville de Hegang, province du Heilongjiang.

Il avait eu de graves maladies, dont une pleurésie tuberculeuse, un épanchement parapneumonique et une maladie cardiaque. Cependant, après avoir appris le Falun Gong en 1996, ses symptômes ont disparu et il était en très bonne santé et était très énergique.

Après le début de la persécution du Falun Gong en 1999, Wang Guoqi, le directeur du poste de police de la route de Xinjian dans le district de Xing'an, ville de Hegang a ordonné aux agents de harceler M. Wang et sa famille à maintes reprises.

M. Wang est allé à Pékin faire appel aux niveaux plus élevés du gouvernement. Zhang Sixia, le directeur du Comité résidentiel de la route de Xinjian est allé à Pékin pour l'arrêter. M. Wang a été renvoyé dans la ville de Hegang et emprisonné pendant deux semaines dans le centre de détention de la ville de Hegang.

Avant le départ de Zhang Sixia pour Pékin, il a tenté d'extorquer 1 000 yuan à la famille et au lieu de travail de M. Wang pour ses dépenses de voyage, mais ils ne pouvaient pas se le permettre. Ensuite, Zhang a fait une tentative ratée d'imposer une saisie sur le salaire du lieu de travail de M. Wang. Il a finalement agi de connivence avec Meng Gang, le directeur du Comité des affaires politiques et juridiques du district de Xing'an, pour extorquer l'argent à l'épouse de M. Wang.

Le 6 janvier 2000, afin d'empêcher M. Wang de retourner faire appel à Pékin, Wang Guoqi, le directeur du poste de police de Xinjian l'a arrêté et emprisonné au centre de détention de la ville de Hegang, le centre de détention de la région minière, le premier centre de détention et dans d'autres établissements non-identifiés où il a été torturé.

À cause de la détérioration de la santé de M. Wang due aux mauvais traitements, il a été libéré pour raison médicale et est parti avec les membres de sa famille.

À son arrivée chez lui, son entreprise l'a avisé qu'il avait été licencié de son emploi. Des agents de police locaux, ainsi que des responsables du poste de police de la région minière, de la section de la sécurité, des autorités du district et du Bureau 610 l'ont encore harcelé et surveillé.

L'épouse de M. Wang est aussi persécutée

En 2002, deux jours seulement après l'arrestation de M. Wang, des agents du Bureau de la sécurité de l'État de la ville de Hegang ont arrêté son épouse Mme Li Xiaofeng sur son lieu de travail. Elle a été emprisonnée dans le centre de détention de la ville de Hegang.

Les gardes du centre de détention l'ont saisie par les cheveux et lui ont frappé la tête contre un mur. Le tribunal du district de Gongnong l'ont illégalement condamnée à deux ans d'emprisonnement avec l'accusation criminelle d'avoir « protégé » un pratiquant de Falun Gong.

Elle est tombée gravement malade en conséquence de la persécution et a été hospitalisée pendant plus d'un an. Elle a plus tard été renvoyée dans le premier centre de détention pour davantage de persécution jusqu'à la fin de sa peine de deux ans de prison en 2004.

Deux mois avant sa libération, elle a été avisée que son employeur l'avait relevée de ses fonctions.

Reconstitution de torture : frapper la tête contre le mur

La vie de Mme Li Xiaofeng était très dure, car elle s'est trouvée dans l'obligation d'élever leur fils seule. Leur fils avait neuf ans lorsque son mari a été envoyé en prison et il a été traumatisé par la persécution. Il présentait des symptômes du syndrome de Gilles de la Tourette, mais la famille ne pouvait se permettre de lui payer des traitements.

Mme Li est allée voir à maintes reprises les autorités du district pour demander à retrouver son emploi, mais on le lui a refusé chaque fois. Lorsque M. Wang et son épouse étaient tous les deux en prison, leur fils a été placé chez sa tante. Pendant cette période, il pleurait souvent en secret sous une couverture et était sujet à des crises de larmes hystériques tard le soir.

Liste partielle des personnes responsables de la persécution :

Zhang Wencai (张文财), directeur de la prison de Daqing : +86-13604897999

Guo Chuntang (郭春堂), directeur de la troisième division : +86-13039882277

Fu Xuelin (付学林), employé de la prison de Daqing : +86-13045390999

(pour davantage de coordonnées des malfaiteurs, veuillez consulter l'article chinois originel)

Traduit de l'anglais au Canada