Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Un ingénieur électricien en Allemagne poursuit Jiang Zemin pour torture

Dimanche 4 octobre 2015 |   Écrit par un correspondant de Minghui en Allemagne

(Minghui.org) De nombreux pratiquants de Falun Gong ont exercé leur droit légal de poursuivre en justice Jiang Zemin pour avoir lancé la persécution du Falun Gong et leur avoir causé de graves préjudices et d’immenses souffrances ces 16 dernières années. M. Guo Jufeng, un pratiquant de Falun Gong de 41 ans qui vit à présent en Allemagne, a intenté le 24 juillet 2015 une plainte au criminel auprès de la Cour populaire suprême et du Parquet populaire suprême de Pékin.

M. Guo, qui a fui la Chine il y a sept ans, a raconté ce qu’il a subi entre les mains du Parti communiste chinois. Il a été arrêté sept fois et est passé par 17 centres de détention différents en six mois. Lors de sa dernière arrestation en mars 2001, il a été condamné à deux ans et demi de travaux forcés, peine qu’il a effectuée dans trois camps de travail différents.

Lors de son incarcération dans différents endroits, M. Gao a été soumis à diverses formes de violences. Il a détaillé certains de ces épisodes de torture dans son dépôt de plainte contre Jiang.

Jambe droite cassée

M. Gao a perdu connaissance quand il est tombé d’une pente abrupte alors qu’il tentait d’échapper à l’arrestation. C’était pendant la période hivernale de 2001. Quand il est revenu à lui, il s’est retrouvé attaché, sa jambe cassée et dans un poste de police. Les policiers l’ont envoyé dans un hôpital pour qu’on lui mette un plâtre sur sa jambe droite fracturée. Quand il est revenu au poste, ils l’ont interrogé en le torturant. Pendant trois jours, ils ne lui ont pas permis de dormir - la police l’arrosait d’eau s’il lui arrivait de somnoler. Ils l’ont laissé avec ses vêtements trempés par grand froid.

Placé en cellule d'isolement avec les mains enchaînées au sol

Alors qu’il était détenu dans un centre de désintoxication, M. Gao a été placé en cellule d'isolement pour avoir refusé de regarder des vidéos qui calomniaient le Falun Gong. Il a été forcé de s’accroupir avec les mains menottées à un anneau ancré dans le sol pendant une journée. On ne lui a donné aucune nourriture ou eau.

Test sanguin forcé et décharges électriques

Au moment où M. Gao a été admis fin mars 2001 dans le camp de travail de Dalian, il a été fouillé au corps et soumis à une prise de sang. Deux mois plus tard, lui et neuf autres pratiquants de Falun Gong ont été emmenés dans une salle de classe, où ils ont été forcés à se mettre à genoux. On leur a dit d’étendre leurs bras à l’horizontale. S’ils bougeaient, ils recevaient une décharge électrique.

M. Gao a été électocuté pendant cinq heures d’affilées. Sa nuque était brûlée. Durant la torture, les gardes tenaient un miroir devant ses yeux pour qu’il puisse se voir défigurer.

Menotté à un détenu pendant 100 jours

Alors qu’il était détenu dans le camp de travail de Guanshanzi, M. Gao a été menotté à un autre détenu pendant 100 jours. Deux détenus ont reçu l’ordre de se relayer pour avoir leurs mains menottées à celle de M. Gao. Ils se sont vus promettre une réduction de leur peine s’ils obtempéraient. M. Gao devait tout faire dans cette situation - manger, se laver et aller aux toilettes.

Soumis de force à un travail épuisant

Quand M. Gao n’était pas torturé ou forcé de regarder des documents qui calomniaient le Falun Gong, il travaillait sans salaire pour tous les camps de travail dans lesquels il était détenu. Les gardes pouvaient torturer les autres pratiquants et lui s’ils échouaient à finir à temps les tâches qui leur étaient assignées. Un garde a électrocuté les pratiquants de si nombreuses fois qu’il avait une cloque sur le pouce à force de presser le bouton de sa matraque électrique.

Gavé à la bière

M. Gao a été gavé de multiples fois quand il entamait une grève de la faim pour protester contre sa détention illégale. Une fois, il a été maintenu sur un lit pendant neuf jours et gavé à la bière. Comme les pratiquants de Falun Gong ne boivent pas d’alcool, M. Gao a eu une grave réaction. Il a eu des crampes d’estomac et a vomi. Sa gorge a enflé.

Libéré pour raison médicale

M. Gao est devenu tellement faible après avoir été gavé à la bière que le camp de travail l’a relâché pour raison médicale, afin de se soustraire à leur responsabilité pour son éventuel décès. Le camp a forcé M. Guo à payer 2 000 yuans pour sa propre libération.

S’enfuir de Chine

Le harcèlement a continué après sa libération et M. Guo a senti qu’il devait quitter la Chine. Il a trouvé un travail en 2007 chez un concessionnaire de voitures allemandes. Alors qu’il était en voyage d’affaires en Allemagne, M. Guo a goûté à la liberté pour la première fois le 9 janvier 2008. Après de sérieuses réflexions, il a décidé de rester. Sa famille l’a rejoint en 2009. Il travaille à présent en Allemagne comme ingénieur électricien certifié.

Historique

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong sans tenir compte des autres membres du comité permanent du Politburo.

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 16 dernières années. Beaucoup plus auraient été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la mise en place et du maintien de la persécution brutale.

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité illégal, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L'organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l'exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d'être plaignants dans les affaires pénales, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l'ancien dictateur.

Traduit de l'anglais en Europe