Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

J'étais prédestinée à cultiver

Mardi 11 août 2015 |   Écrit par une pratiquante de Falun Gong en Chine

(Minghui.org) Je suis âgée de 69 ans. Avant que je ne commence à pratiquer le Falun Dafa en 1996, je souffrais de nombreux malaises, dont une bronchite chronique. En raison de contraintes financières, je ne pouvais pas obtenir un traitement médical et étais remplie de ressentiment. Mais au fond de mon cœur, je savais que ma vie allait changer pour le mieux.

Je suis prédestinée

J'ai perdu ma mère quand j'étais toute petite, alors j'allais souvent jouer avec d'autres enfants chez une voisine âgée. Un jour, la vieille dame nous a parlé de la cultivation et comment les gens s'efforçaient depuis longtemps d'acquérir l'éveil. Elle nous a demandé si l'un d'entre nous pensait pouvoir cultiver.

Je ne comprenais pas exactement ce qu'elle voulait dire, mais j'ai laissé échapper : « Je le peux ! » Avec du recul sur l'incident, je me rends compte que j'étais prédestinée et vie après vie j'attendais la cultivation dans Dafa.

En 1996, un de mes proches m'a recommandé le Falun Dafa. J'ai accepté ses conseils après avoir été informée sur les nombreux avantages pour la santé. J'ai commencé à visionner les conférences du Fa du Maître ce soir-là et ai été grandement éveillée par ses enseignements dans le Zhuan Falun.

Le Maître a dit dans le Zhuan Falun :

« Tout ce qui arrive à une personne ordinaire est dû, d’après l’école de Bouddha, aux relations de cause et d’affinité ; et pour les gens ordinaires, la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort existent comme ça, tout simplement. C’est uniquement à cause du karma accumulé par de mauvaises actions commises dans le passé qu’on est affecté par des maladies ou qu’on rencontre des épreuves dues aux démons. Endurer des souffrances, c’est rembourser ses dettes karmiques, c’est pourquoi personne ne peut changer cela à sa guise ; si on le changeait, cela signifierait qu’il est permis de contracter des dettes sans les rembourser ; on ne peut d’ailleurs pas le faire à sa guise, sinon ce serait commettre une mauvaise action. »

« Alors, pourquoi peut-on faire cela pour un pratiquant ? Parce que rien n’est plus précieux qu’un pratiquant ; il veut cultiver et pratiquer, c’est donc la plus précieuse des pensées. »

« Si ces personnes veulent guérir de leurs maladies, conjurer le malheur et éliminer leur karma, elles doivent nécessairement s’engager dans la cultivation et la pratique, elles doivent retourner à leur origine première et retrouver leur authenticité première »

Le Maître me sauve

Plus j'écoutais les conférences du Fa du Maître, plus ferme je devenais dans ma volonté de cultiver. Je me suis rendu compte au bout de quelques conférences que Dafa était ce que j'attendais.

Sept jours après avoir commencé à pratiquer dans Dafa, toutes mes maladies ont disparu. Je ne pouvais pas le croire.

« Je suis sauvée. Le Falun Gong m'a sauvée. Le Maître m'a sauvée ! », me suis-je exclamée à travers des larmes de joie.

Toute ma famille était très heureuse pour moi. Ils ont dit : « Ouah ! Le Falun Dafa est merveilleux ! C'est miraculeux ! »

Élever son xinxing

Je me suis élevée grâce à la cultivation. Je sais maintenant comment être une bonne personne et pourquoi je devrais en être une. Tout ce que je dis ou fais, je m'assure de suivre le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et je pense d'abord aux autres. En raison de ces changements positifs, les gens de mon village ont commencé à s'intéresser à Dafa.

Notre superviseur de village recueille habituellement l'argent du maïs des vendeurs de maïs pour le distribuer à nous, les agriculteurs. Un jour, notre superviseur de village a donné à ma famille 400 yuans de plus que notre part.

Le lendemain, je lui ai dit qu'il nous avait donné le mauvais montant.

Avant que je ne puisse terminer ma phrase, il m'a interrompu et a crié : « Si ce n'était pas le bon montant, pourquoi n'avez-vous rien dit hier ? »

Je lui ai souri en disant : « Oui, il y avait une erreur - vous m'avez donné 400 yuans en trop. »

Étonné, il m'a regardée et a dit : « Vous êtes vraiment une bonne personne. Quand je remets accidentellement un montant supplémentaire à d'autres ménages, ils ne remettent jamais l'argent. En fait, ils me lancent des bêtises si je tente de le récupérer. »

Quand mon fils a demandé à ma fille de mettre son nom sur son diplôme d'études secondaires afin d'obtenir une meilleure rémunération pour un emploi, je n'ai pas approuvé ce statagème. Nous lui avons dit que la tromperie le mettait sur un pied d'égalité avec un membre du Parti communiste chinois.

Mon mari devient une meilleure personne

J'ai créé un nouveau groupe d'étude du Fa à mon domicile quand l'emplacement de notre site d'origine est devenu trop petit. Mon mari et moi avons emprunté de l'argent pour acheter un magnétophone pour les besoins du site.

Il est allé l'acheter au début du printemps – à un moment où la glace commençait à se briser. Sur le chemin du retour, mon mari a fait un faux pas en traversant une rivière gelée et il est tombé. Il a vu un homme marchant par là et lui a demandé de l'aide, mais l'homme l'a ignoré et est parti.

Mon mari est sorti faire une autre course le lendemain et a vu que cette même personne était tombée dans la même rivière. Mon mari l'a sorti.

Embarrassé, l'homme a dit : « Vous êtes une bien meilleure personne que moi. »

Mon mari a répondu : « Je ne l'ai fait que parce que ma femme pratique le Falun Dafa. Elle se conduit selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et j'ai appris d'elle à être une bonne personne. »

Un autre jour, j'ai reçu un billet contrefait de 50 yuans en espèces. Au lieu de retourner le billet, mon mari et moi avons décidé de le brûler afin que personne d'autre ne puisse être dupé.

Mon mari a dit : « Maître Li nous enseigne à être de bonnes personnes. Nous devrions vraiment suivre ses enseignements. »

Traduit de l'anglais au Canada