Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Fahui de Minghui | Sauver les êtres de tout mon cœur et de toute mon âme

Dimanche 27 novembre 2016 |   Écrit par un pratiquant de Dafa dans la province du Hebei, Chine

(Minghui.org) Je voudrais partager avec les compagnons de cultivation mes expériences et mes éveils au cours des années passées à clarifier la vérité pour sauver les êtres.

J'ai essayé de faire de mon mieux pour me cultiver solidement et j'ai réussi à surmonter mon attachement à la peur, alors je peux maintenant être confiant et utiliser pleinement la sagesse que le Maître me donne dans ma clarification quotidienne de la vérité.

    1. Se débarrasser de l'attachement à la peur

La peur a été mon plus grand obstacle dans la clarification de la vérité. Avec mes longues années de cultivation et pratique, je sentais que j'avais lentement éliminé une partie de mon attachement à la peur. Pourtant, la peur était encore constamment derrière avec sa tête laide.

Une fois, j'étais en train de clarifier la vérité quand quelqu'un m'a signalé et j'ai été emmené au poste de police.

Je n'avais pas peur. Après avoir été enfermé pendant plus d'une demi-journée, ma pensée droite m'a soutenu et j'ai été libéré du poste de police sans aucun incident.

Le lendemain, j'y suis retourné pour récupérer ma moto laissée dans la cour arrière du poste de police. Sous les caméras de surveillance disséminées dans la cour, je suis monté sur ma moto et suis parti calmement.

Mais deux jours plus tard, quand je suis à nouveau sorti pour clarifier la vérité et qu'un fourgon de police est soudainement apparu et s'est garé à proximité, la peur a pris le dessus et j'ai rapidement pris ma moto et quitté l'endroit.

Sur le chemin, j'ai senti des yeux qui me regardaient. Quand j'ai pris un moment pour rassembler mes pensées, j'ai commencé à me demander : « Pourquoi es-tu sorti aujourd'hui ? »

« Pour sauver les être. »

« As-tu fait quelque chose de mal ? »

« Non. Ce que je fais est la chose la plus droite. Ma mission ici est de prendre part à la rectification de Fa du Maître... »

« Alors, de quoi as-tu peur ? »

Mon soliloque m'a aidé à me calmer et à nettoyer les facteurs pervers dans mon champ dimensionnel. Ma pensée droite s'est restaurée.

J'ai émis une forte pensée : « Sauver les êtres est ma mission en tant que disciple de Dafa. Rien ni personne ne peut m'arrêter. »

Quand je suis rentré à la maison, j'ai saisi chaque occasion pour étudier le Fa et émettre la pensée droite

Depuis lors, je sors tous les jours pour clarifier la vérité sans souci ni hésitation et sans manquer une seule journée.

Une autre fois, un pratiquant m'a dit qu'il y avait une banderole diffamant Dafa à un certain endroit et m'a invité à aller avec lui pour la détruire. Nous avons décidé que nous trouverions une soirée adéquate pour l'enlever ensemble.

En attendant, j'ai continué à penser à la banderole et j'ai ressenti un grand malaise. Je voulais m'en débarrasser le plus vite possible.

J'ai réfléchi que le pratiquant avait de nombreuses responsabilités familiales, y compris la nécessité de veiller sur son petit-fils.

J'ai décidé qu'il était probablement préférable pour moi d'y aller seul.

Cependant, j'ai soudainement été submergé par la peur et cela faisait palpiter mon cœur de façon incontrôlable. Je n'arrivais pas à dormir.

Soudain, une pensée a surgi dans mon esprit : « Puisque j'ai peur, cela doit être l'arrangement du Maître qui me donne cette occasion afin que je puisse la surmonter une fois pour toutes. Je ne vais pas attendre un autre moment. Je vais y aller tout de suite. Plus la banderole y est longtemps, plus elle sera nuisible. »

Je me suis immédiatement levé, j'ai pris une paire de ciseaux, je suis monté sur ma moto et suis parti.

Une fois que je suis arrivé là-bas, j'ai donné plusieurs coups de ciseaux à la banderole et l'ai coupée en plusieurs petits morceaux. J'ai sauté sur ma moto et je suis retourné à la maison.

Sur le chemin du retour, mon estomac s'agitait comme si une boule de feu avait vu le jour à l'intérieur de moi et j'ai senti mon cœur qui me sautait dans la gorge.

Je me suis dit en moi-même : « Je n'ai pas peur de toi, esprit pervers. Je viens de faire la chose la plus juste. »

Quand je suis arrivé à la maison, j'ai émis la pensée droite pendant une demi-heure complète et je me sentais merveilleusement bien.

Grâce à ces deux expériences, j'ai senti que les facteurs de la peur qui m'avaient contrôlé tout du long avaient été lentement et sûrement éliminés. J'ai profondément senti que plus nous cultivons, plus les éléments pevers en nous s'éloignent et plus le Maître éliminera nos facteurs pervers.

Depuis lors, quand je sors pour clarifier la vérité et que je rencontre des situations dangereuses, la peur n'a plus aucune emprise sur moi. Je peux rester calme et posé, et me sentir vraiment sans peur.

Il y a un nettoyeur de rue qui a souvent interféré avec les pratiquants. Chaque fois qu'il nous voyait clarifier la vérité, il nous criait dessus et nous insultait.

Un jour, j'ai remarqué que le nettoyeur de rue se précipitait dans ma direction, agitant les bras et jurant.

Je venais juste de terminer de clarifier la vérité à un chauffeur et j'étais sur le point de l'aider à se retirer du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations affiliées. J'ai rappelé au chauffeur de se souvenir de répéter « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. »

Le chauffeur a regardé le nettoyeur de rue qui courait, il a souri et a hoché la tête en signe de remerciements, puis est parti. J'ai sauté sur ma moto et je suis parti avant que le nettoyeur ne puisse me rattraper.

Après être rentré, je me suis dit : « Il a une vie si pitoyable, complètement empoisonnée par les mensonges du Parti et contrôlée par les esprits pervers. Il interfère avec le salut des êtres. Il commet un grave péché. Je dois essayer de le sauver. »

Le lendemain, je suis allé le voir et lui ai dit : « Hé, grand frère, j'aimerais avoir une discussion avec vous. »

Il a rétorqué : « De quoi voulez-vous parler ? Vous habitez dans un appartement fourni par le Parti. Vous mangez de la nourriture fournie par le Parti et vous êtes contre le Parti ! »

Il a continué à délirer et divaguer, sa voix devenant de plus en plus forte.

J'ai continué à le regarder dans les yeux et à émettre la pensée droite.

J'ai essayé de l'interrompre, mais je ne pouvais pas placer un mot.

J'ai décidé qu'il fallait l'arrêter. Je lui ai dit d'une voix sévère : « Arrêtez vos réprimandes ! Ce n'est pas bon pour vous. La maison que vous habitez a été construite avec votre propre argent. La nourriture que vous mangez vous l'avez payée avec votre propre argent. »

« Vous pouvez demander aux mendiants handicapés dans la rue pourquoi le Parti ne leur fournit pas de logement ni de nourriture. »

« Vous voulez remercier quelqu'un ? Remerciez vos parents pour vous avoir donné un corps en bonne santé afin que vous puissiez vous tenir debout, vivre dans votre propre maison et manger votre propre nourriture. »

« Le Parti communiste n'a jamais construit d'usine et il n'a pas non plus fait pousser une quelconque nourriture. Comment le Parti peut-il avoir de l'argent pour vous nourrir et vous loger ? »

« S'il vous plaît, réfléchissez sérieusement à ce que je dis. »

Quand je suis parti, je savais que je n'avais pas réussi à le sauver, puisqu'il n'avait pas écouté. Je me sentais très triste et pensais en moi-même : « Pourquoi ai-je échoué à le sauver ? Où n'ai-je pas bien fait ? »

Soudain, j'ai remarqué un véhicule de police qui s'approchait par derrière, mais je n'y ai pas prêté attention. Puis il m'a dépassé, a ralenti et s'est déplacé à mon rythme de marche.

La fenêtre du véhicule de police était ouverte. Les policiers assis à l'intérieur me regardaient. Je les regardais sans crainte.

J'ai réalisé que le nettoyeur m'avait signalé. Mon cœur était très calme. Bientôt, le véhicule de police a continué.

Une autre fois, je venais de clarifier la vérité à un passant dans la rue. Un véhicule de police s'est directement dirigé vers nous. Deux policiers sont sortis.

Le passant était bouleversé et nerveux. Je lui ai dit calmement avec un sourire : « Rappelez-vous que le Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! Dafa vous protègera en cas de catastrophe. »

Puis je suis monté sur ma moto et suis passé juste à côté des deux policiers.

Par la suite, je me suis dit : « Pourquoi n'ai-je pas eu peur ? »

Je me suis rendu compte que c'était parce que j'étais empli de pensée droite et que mon cœur était calme et non affecté, donc le Maître avait enlevé la peur de mon être. Comme le facteur de la peur n'existait pas en moi, je n'avais pas peur.

Le Maître a dit :

« Vous connaissez déjà le principe du Fa d'inter-engendrement et d'inter-inhibition, sans la peur, les facteurs qui vous font peur n'existeraient plus. Il ne s'agit pas de se contraindre à agir, mais on atteint cela parce qu'on lâche vraiment prise avec le cœur tranquille. » (« Éliminer le dernier attachement » de Points essentiels pour avancer avec diligence II)

Avec l'aide du Maître, j'ai finalement réussi à sortir de l'ombre de la peur et à complètement me débarrasser de cet attachement.

    2. Bien étudier le Fa pour mieux clarifier la vérité

Je me suis rendu compte que pour bien clarifier la vérité, je devais étudier le Fa avec un cœur calme.

Chaque jour, je passe une demi-journée dans un groupe d'étude du Fa et l'autre demi-journée à clarifier la vérité. Je trouve le temps chaque soir pour mémoriser le Fa. J'essaie aussi de faire les exercices tous les matins.

Chaque jour, j'essaie aussi de trouver du temps pour consulter les articles sur le site Internet Minghui pour apprendre des idées et des expériences des pratiquants afin de m'enrichir et me fortifier.

Le Maître et Dafa continuent à emplir mon cerveau de sagesse. De nombreuses fois, quand je monte sur ma moto ou que je cuisine le dîner, des pensées apparaissent sur des sujets particuliers dont je suis perplexe et je trouve l'éveil qui m'aide à résoudre ces questions.

De cette façon, quand je clarifie la vérité et valide Dafa, je peux garder un esprit clair et rapide, et je peux être prêt à répondre à différentes personnes afin qu'elles puissent facilement comprendre et accepter ce que je dis.

Dans le processus de clarifier la vérité, je suis capable de cultiver sans cesse mes conceptions humaines erronées et mes attachements.

    3. Sauver les êtres avec tout mon cœur

Quand je clarifie la vérité, je commence habituellement par dire : « Bonjour, comment allez-vous ? Je voudrais vous offrir une brochure intitulée Les Neuf Commentaires sur le Parti communiste [ou d'autres brochures]... »

Je me rends compte que tant que je maintiens une pensée droite et un cœur aimable, les gens sont réceptifs.

Un après-midi, j'ai rencontré un homme âgé. Je lui ai dit : « Comment allez-vous, monsieur ? Puis-je vous donner une brochure à lire ? C'est gratuit. »

« Quelle sorte de brochure ? »

« C'est à propos du Falun Dafa. »

J'ai remarqué que son expression avait changé. Il est devenu douteux et inquiet.

Je lui ai dit : « Ça va, si vous avez peur de la prendre. Je peux comprendre.

Je ne m'attendais pas à sa réponse. Il a souri et a dit : « Je n'ai pas peur. De quoi voulez-vous que j'aie peur ? »

J'ai dit : « Vous semblez être un homme bon. Les bonnes personnes lisent de bons produits. Les bonnes personnes auront aussi des bénédictions... Monsieur, êtes-vous membre du Parti communiste ? »

Il a dit : « Oui, je suis membre depuis 40 ans. »

Je lui ai dit : « À ce jour, plus de deux cents millions de personnes ont déjà démissionné du Parti communiste et se sont retirées de toutes ses organisations affiliées dans un mouvement connu sous le nom des ''trois démissions''. »

« De nos jours, la corruption est très répandue au sein du Parti, depuis les hauts fonctionnaires jusqu'aux fonctionnaires de bas niveau. Le Parti est sur le point de toucher à sa fin. Les cieux veilleront à sa destruction. »

« Monsieur, puis-je vous donner un pseudonyme pour vous aider à faire les trois démissions ? »

Il a ri et a dit : « Bien sûr. Merci beaucoup. »

Il y a eu un autre moment où j'ai demandé à un homme d'environ 40 ans si je pouvais lui donner une brochure à lire. Il est devenu maussade et a demandé : « Quel genre de brochure ? »

J'ai compris qu'il savait ce que je lui offrais, alors je lui ai souri calmement et lui ai dit : « C’est une brochure sur le Falun Dafa. »

« Quoi ? Vous ne voulez pas la lire ? Pas de problème. »

« Ne soyez pas contrarié. Je vous donne la brochure parce que je veux votre bien. Je suis désolé de vous avoir contrarié. »

Immédiatement son attitude a changé : « Je ne suis pas contrarié. Je vais prendre la brochure. »

Il a pris la brochure et m'a laissé lui clarifier la vérité. À la fin, il m'a aussi laissé l'aider à faire les trois démissions.

Ce sont deux cas qui ont été faciles. Mais il y en a eu des difficiles aussi.

Un jour, j'ai rencontré quelqu'un qui ressemblait à un nouveau retraité. Dès que je lui ai offert la brochure, il a agité ses mains d'un côté à l'autre et a dit : « Je ne vais pas la lire. Je suis membre du Parti. Je reçois environ 6000 yuans par mois pour ma retraite. Mon fils est membre du Parti et il a un bon travail. Le Parti est bon pour nous. Le Parti nous donne tout ce que nous avons... »

Je l'ai laissé parler sans l'interrompre. Il s'est lassé de parler après un moment.

Alors je lui ai dit : « Pourquoi ne restez-vous pas un peu et me permettiez de partager quelques-unes de mes pensées ? »

« La Chine a 5000 ans de civilisation. Nous, les Chinois, avons toujours cru au confucianisme, au bouddhisme et au taoïsme. Nous croyons aussi que le bien et le mal seront remboursés en conséquence. »

« Vous dites que le Parti vous donne 6000 yuans par mois pour votre retraite. Je ne pense pas ainsi. »

« L'argent provient de votre dur labeur et de la vertu que vos ancêtres vous ont transmise, et vous la passerez à votre fils et votre fils à son fils. Vos remerciements devraient aller à vos ancêtres et non au Parti. »

« Le Parti n'a fait pousser aucune récolte et n'a pas ouvert d'usine. D'où vient votre argent pour payer votre retraite ? »

« Elle provient des taxes des contribuables qui fournissent le Parti, pas l'inverse. N'êtes-vous pas d'accord ? »

Le vieil homme est devenu pensif.

J'ai continué : « Aujourd'hui, tout le monde dans le Parti est corrompu. La moralité glisse vers le bas. Le Falun Dafa est une cultivation de soi-même et une pratique qui enseignent aux gens à être bons. »

« Mais Jiang Zemin est déterminé à persécuter le Falun Dafa en utilisant son pouvoir pour inventer des mensonges et mettre en scène la fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen pour empoisonner les gens et inciter à la haine envers le Falun Dafa et les pratiquants de Falun Dafa. »

« Savez-vous quels crimes Jiang Zemin a commis en forçant les gens contre le Falun Dafa qui est là pour sauver les gens ? Ces péchés mèneront à votre propre destruction dans la disparition finale du Parti pervers. »

« Pourquoi le ciel n'a-t-il pas encore fait payer à Jiang ses mauvaises actions ? Le Bouddha bienveillant essaie de laisser le temps aux gens de comprendre la vérité et de se retirer du Parti pervers. »

« Monsieur, je peux sentir que vous êtes une bonne personne. Je veux que vous soyez sauvé. Me laisseriez-vous vous donner un pseudonyme pour faire les trois démissions ? »

Le vieil homme a dit aussitôt : « Oui, s'il vous plaît. Je vais renoncer au parti. Aidez-moi à me retirer du PCC et de ses organisations. »

J'ai pu sentir que je faisais des percées constantes dans ma clarification de la vérité.

Auparavant, je manquais de confiance et je tournais souvent autour du pot en parlant de sujets banals en disant : « Laissez-moi vous donner une brochure pour votre santé et votre condition physique... »

Maintenant, je vais droit au but avec droiture et ouverture. Je ressens souvent la présence du Maître. Je sais que c'est le Maître qui a arrangé toutes les rencontres de clarification de la vérité pour moi et que c'est à moi de faire de mon mieux.

Un jour, j'ai donné des documents clarifiant la vérité à un jeune homme. Il a catégoriquement refusé de les prendre et m'a dit : « Je suis contre le Falun Dafa. »

Je lui ai dit sincèrement : « Si vous n'avez pas le temps de lire les documents, je peux le comprendre, mais s'il vous plaît, ne soyez pas contre le Falun Dafa et ne vous amenez pas la mauvaise fortune à vous-même. »

L'attitude du jeune homme a changé : « Désolé, je me suis mal exprimé. Je ne suis pas contre le Falun Dafa. Je n'ai tout simplement pas le temps de lire quoi que ce soit. »

Je lui ai clarifié la vérité et finalement il a accepté que je l'aide à faire les trois démissions.

Lorsque le Hong Yin IV du Maître est sorti, je me suis rendu compte de la lourde responsabilité des disciples de Dafa et du rôle important que nous jouons pour sauver les êtres. Mes yeux étaient remplis de larmes de gratitude. Quelles hautes positions le Maître a placées en chacun de nous ! Nous sommes les divinités responsables d'ouvrir la porte du ciel pour tous les êtres ! »

Parfois, quand je vois des gens se balader dans les rues, mon cœur est rempli d'une véritable tristesse. Je voudrais dire mais à personne en particulier : « Pauvres gens. Vous êtes tellement trompés par tous les mensonges du Parti pervers. Si je ne vous sauve pas, vous n'aurez pas d'avenir. »

Je réalise que plus nous approchons de la fin, plus je dois cultiver avec diligence.

Dans ma future clarification de la vérité, je dois abandonner toutes mes conceptions et tous mes attachements humains et sauver autant d'êtres que je peux avec un cœur rempli de rien d'autre que de la bonté et de la compassion.

(Treizième conférence de partage d'expériences par Internet de Minghui pour les disciples de Dafa de Chine continentale)

Traduit de l'anglais au Canada

Beginning::::::

Fahui de Minghui | Sauver les êtres de tout mon cœur et de toute mon âme

Écrit par un pratiquant de Dafa dans la province du Hebei, Chine

(Minghui.org) Je voudrais partager avec les compagnons de cultivation mes expériences et mes éveils au cours des années passées à clarifier la vérité pour sauver les êtres.

J'ai essayé de faire de mon mieux pour me cultiver solidement et j'ai réussi à surmonter mon attachement à la peur, alors je peux maintenant être confiant et utiliser pleinement la sagesse que le Maître me donne dans ma clarification quotidienne de la vérité.

    1. Se débarrasser de l'attachement à la peur

La peur a été mon plus grand obstacle dans la clarification de la vérité. Avec mes longues années de cultivation et pratique, je sentais que j'avais lentement éliminé une partie de mon attachement à la peur. Pourtant, la peur était encore constamment derrière avec sa tête laide.

Une fois, j'étais en train de clarifier la vérité quand quelqu'un m'a signalé et j'ai été emmené au poste de police.

Je n'avais pas peur. Après avoir été enfermé pendant plus d'une demi-journée, ma pensée droite m'a soutenu et j'ai été libéré du poste de police sans aucun incident.

Le lendemain, j'y suis retourné pour récupérer ma moto laissée dans la cour arrière du poste de police. Sous les caméras de surveillance disséminées dans la cour, je suis monté sur ma moto et suis parti calmement.

Mais deux jours plus tard, quand je suis à nouveau sorti pour clarifier la vérité et qu'un fourgon de police est soudainement apparu et s'est garé à proximité, la peur a pris le dessus et j'ai rapidement pris ma moto et quitté l'endroit.

Sur le chemin, j'ai senti des yeux qui me regardaient. Quand j'ai pris un moment pour rassembler mes pensées, j'ai commencé à me demander : « Pourquoi es-tu sorti aujourd'hui ? »

« Pour sauver les être. »

« As-tu fait quelque chose de mal ? »

« Non. Ce que je fais est la chose la plus droite. Ma mission ici est de prendre part à la rectification de Fa du Maître... »

« Alors, de quoi as-tu peur ? »

Mon soliloque m'a aidé à me calmer et à nettoyer les facteurs pervers dans mon champ dimensionnel. Ma pensée droite s'est restaurée.

J'ai émis une forte pensée : « Sauver les êtres est ma mission en tant que disciple de Dafa. Rien ni personne ne peut m'arrêter. »

Quand je suis rentré à la maison, j'ai saisi chaque occasion pour étudier le Fa et émettre la pensée droite

Depuis lors, je sors tous les jours pour clarifier la vérité sans souci ni hésitation et sans manquer une seule journée.

Une autre fois, un pratiquant m'a dit qu'il y avait une banderole diffamant Dafa à un certain endroit et m'a invité à aller avec lui pour la détruire. Nous avons décidé que nous trouverions une soirée adéquate pour l'enlever ensemble.

En attendant, j'ai continué à penser à la banderole et j'ai ressenti un grand malaise. Je voulais m'en débarrasser le plus vite possible.

J'ai réfléchi que le pratiquant avait de nombreuses responsabilités familiales, y compris la nécessité de veiller sur son petit-fils.

J'ai décidé qu'il était probablement préférable pour moi d'y aller seul.

Cependant, j'ai soudainement été submergé par la peur et cela faisait palpiter mon cœur de façon incontrôlable. Je n'arrivais pas à dormir.

Soudain, une pensée a surgi dans mon esprit : « Puisque j'ai peur, cela doit être l'arrangement du Maître qui me donne cette occasion afin que je puisse la surmonter une fois pour toutes. Je ne vais pas attendre un autre moment. Je vais y aller tout de suite. Plus la banderole y est longtemps, plus elle sera nuisible. »

Je me suis immédiatement levé, j'ai pris une paire de ciseaux, je suis monté sur ma moto et suis parti.

Une fois que je suis arrivé là-bas, j'ai donné plusieurs coups de ciseaux à la banderole et l'ai coupée en plusieurs petits morceaux. J'ai sauté sur ma moto et je suis retourné à la maison.

Sur le chemin du retour, mon estomac s'agitait comme si une boule de feu avait vu le jour à l'intérieur de moi et j'ai senti mon cœur qui me sautait dans la gorge.

Je me suis dit en moi-même : « Je n'ai pas peur de toi, esprit pervers. Je viens de faire la chose la plus juste. »

Quand je suis arrivé à la maison, j'ai émis la pensée droite pendant une demi-heure complète et je me sentais merveilleusement bien.

Grâce à ces deux expériences, j'ai senti que les facteurs de la peur qui m'avaient contrôlé tout du long avaient été lentement et sûrement éliminés. J'ai profondément senti que plus nous cultivons, plus les éléments pevers en nous s'éloignent et plus le Maître éliminera nos facteurs pervers.

Depuis lors, quand je sors pour clarifier la vérité et que je rencontre des situations dangereuses, la peur n'a plus aucune emprise sur moi. Je peux rester calme et posé, et me sentir vraiment sans peur.

Il y a un nettoyeur de rue qui a souvent interféré avec les pratiquants. Chaque fois qu'il nous voyait clarifier la vérité, il nous criait dessus et nous insultait.

Un jour, j'ai remarqué que le nettoyeur de rue se précipitait dans ma direction, agitant les bras et jurant.

Je venais juste de terminer de clarifier la vérité à un chauffeur et j'étais sur le point de l'aider à se retirer du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations affiliées. J'ai rappelé au chauffeur de se souvenir de répéter « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. »

Le chauffeur a regardé le nettoyeur de rue qui courait, il a souri et a hoché la tête en signe de remerciements, puis est parti. J'ai sauté sur ma moto et je suis parti avant que le nettoyeur ne puisse me rattraper.

Après être rentré, je me suis dit : « Il a une vie si pitoyable, complètement empoisonnée par les mensonges du Parti et contrôlée par les esprits pervers. Il interfère avec le salut des êtres. Il commet un grave péché. Je dois essayer de le sauver. »

Le lendemain, je suis allé le voir et lui ai dit : « Hé, grand frère, j'aimerais avoir une discussion avec vous. »

Il a rétorqué : « De quoi voulez-vous parler ? Vous habitez dans un appartement fourni par le Parti. Vous mangez de la nourriture fournie par le Parti et vous êtes contre le Parti ! »

Il a continué à délirer et divaguer, sa voix devenant de plus en plus forte.

J'ai continué à le regarder dans les yeux et à émettre la pensée droite.

J'ai essayé de l'interrompre, mais je ne pouvais pas placer un mot.

J'ai décidé qu'il fallait l'arrêter. Je lui ai dit d'une voix sévère : « Arrêtez vos réprimandes ! Ce n'est pas bon pour vous. La maison que vous habitez a été construite avec votre propre argent. La nourriture que vous mangez vous l'avez payée avec votre propre argent. »

« Vous pouvez demander aux mendiants handicapés dans la rue pourquoi le Parti ne leur fournit pas de logement ni de nourriture. »

« Vous voulez remercier quelqu'un ? Remerciez vos parents pour vous avoir donné un corps en bonne santé afin que vous puissiez vous tenir debout, vivre dans votre propre maison et manger votre propre nourriture. »

« Le Parti communiste n'a jamais construit d'usine et il n'a pas non plus fait pousser une quelconque nourriture. Comment le Parti peut-il avoir de l'argent pour vous nourrir et vous loger ? »

« S'il vous plaît, réfléchissez sérieusement à ce que je dis. »

Quand je suis parti, je savais que je n'avais pas réussi à le sauver, puisqu'il n'avait pas écouté. Je me sentais très triste et pensais en moi-même : « Pourquoi ai-je échoué à le sauver ? Où n'ai-je pas bien fait ? »

Soudain, j'ai remarqué un véhicule de police qui s'approchait par derrière, mais je n'y ai pas prêté attention. Puis il m'a dépassé, a ralenti et s'est déplacé à mon rythme de marche.

La fenêtre du véhicule de police était ouverte. Les policiers assis à l'intérieur me regardaient. Je les regardais sans crainte.

J'ai réalisé que le nettoyeur m'avait signalé. Mon cœur était très calme. Bientôt, le véhicule de police a continué.

Une autre fois, je venais de clarifier la vérité à un passant dans la rue. Un véhicule de police s'est directement dirigé vers nous. Deux policiers sont sortis.

Le passant était bouleversé et nerveux. Je lui ai dit calmement avec un sourire : « Rappelez-vous que le Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! Dafa vous protègera en cas de catastrophe. »

Puis je suis monté sur ma moto et suis passé juste à côté des deux policiers.

Par la suite, je me suis dit : « Pourquoi n'ai-je pas eu peur ? »

Je me suis rendu compte que c'était parce que j'étais empli de pensée droite et que mon cœur était calme et non affecté, donc le Maître avait enlevé la peur de mon être. Comme le facteur de la peur n'existait pas en moi, je n'avais pas peur.

Le Maître a dit :

« Vous connaissez déjà le principe du Fa d'inter-engendrement et d'inter-inhibition, sans la peur, les facteurs qui vous font peur n'existeraient plus. Il ne s'agit pas de se contraindre à agir, mais on atteint cela parce qu'on lâche vraiment prise avec le cœur tranquille. » (« Éliminer le dernier attachement » de Points essentiels pour avancer avec diligence II)

Avec l'aide du Maître, j'ai finalement réussi à sortir de l'ombre de la peur et à complètement me débarrasser de cet attachement.

    2. Bien étudier le Fa pour mieux clarifier la vérité

Je me suis rendu compte que pour bien clarifier la vérité, je devais étudier le Fa avec un cœur calme.

Chaque jour, je passe une demi-journée dans un groupe d'étude du Fa et l'autre demi-journée à clarifier la vérité. Je trouve le temps chaque soir pour mémoriser le Fa. J'essaie aussi de faire les exercices tous les matins.

Chaque jour, j'essaie aussi de trouver du temps pour consulter les articles sur le site Internet Minghui pour apprendre des idées et des expériences des pratiquants afin de m'enrichir et me fortifier.

Le Maître et Dafa continuent à emplir mon cerveau de sagesse. De nombreuses fois, quand je monte sur ma moto ou que je cuisine le dîner, des pensées apparaissent sur des sujets particuliers dont je suis perplexe et je trouve l'éveil qui m'aide à résoudre ces questions.

De cette façon, quand je clarifie la vérité et valide Dafa, je peux garder un esprit clair et rapide, et je peux être prêt à répondre à différentes personnes afin qu'elles puissent facilement comprendre et accepter ce que je dis.

Dans le processus de clarifier la vérité, je suis capable de cultiver sans cesse mes conceptions humaines erronées et mes attachements.

    3. Sauver les êtres avec tout mon cœur

Quand je clarifie la vérité, je commence habituellement par dire : « Bonjour, comment allez-vous ? Je voudrais vous offrir une brochure intitulée Les Neuf Commentaires sur le Parti communiste [ou d'autres brochures]... »

Je me rends compte que tant que je maintiens une pensée droite et un cœur aimable, les gens sont réceptifs.

Un après-midi, j'ai rencontré un homme âgé. Je lui ai dit : « Comment allez-vous, monsieur ? Puis-je vous donner une brochure à lire ? C'est gratuit. »

« Quelle sorte de brochure ? »

« C'est à propos du Falun Dafa. »

J'ai remarqué que son expression avait changé. Il est devenu douteux et inquiet.

Je lui ai dit : « Ça va, si vous avez peur de la prendre. Je peux comprendre.

Je ne m'attendais pas à sa réponse. Il a souri et a dit : « Je n'ai pas peur. De quoi voulez-vous que j'aie peur ? »

J'ai dit : « Vous semblez être un homme bon. Les bonnes personnes lisent de bons produits. Les bonnes personnes auront aussi des bénédictions... Monsieur, êtes-vous membre du Parti communiste ? »

Il a dit : « Oui, je suis membre depuis 40 ans. »

Je lui ai dit : « À ce jour, plus de deux cents millions de personnes ont déjà démissionné du Parti communiste et se sont retirées de toutes ses organisations affiliées dans un mouvement connu sous le nom des ''trois démissions''. »

« De nos jours, la corruption est très répandue au sein du Parti, depuis les hauts fonctionnaires jusqu'aux fonctionnaires de bas niveau. Le Parti est sur le point de toucher à sa fin. Les cieux veilleront à sa destruction. »

« Monsieur, puis-je vous donner un pseudonyme pour vous aider à faire les trois démissions ? »

Il a ri et a dit : « Bien sûr. Merci beaucoup. »

Il y a eu un autre moment où j'ai demandé à un homme d'environ 40 ans si je pouvais lui donner une brochure à lire. Il est devenu maussade et a demandé : « Quel genre de brochure ? »

J'ai compris qu'il savait ce que je lui offrais, alors je lui ai souri calmement et lui ai dit : « C’est une brochure sur le Falun Dafa. »

« Quoi ? Vous ne voulez pas la lire ? Pas de problème. »

« Ne soyez pas contrarié. Je vous donne la brochure parce que je veux votre bien. Je suis désolé de vous avoir contrarié. »

Immédiatement son attitude a changé : « Je ne suis pas contrarié. Je vais prendre la brochure. »

Il a pris la brochure et m'a laissé lui clarifier la vérité. À la fin, il m'a aussi laissé l'aider à faire les trois démissions.

Ce sont deux cas qui ont été faciles. Mais il y en a eu des difficiles aussi.

Un jour, j'ai rencontré quelqu'un qui ressemblait à un nouveau retraité. Dès que je lui ai offert la brochure, il a agité ses mains d'un côté à l'autre et a dit : « Je ne vais pas la lire. Je suis membre du Parti. Je reçois environ 6000 yuans par mois pour ma retraite. Mon fils est membre du Parti et il a un bon travail. Le Parti est bon pour nous. Le Parti nous donne tout ce que nous avons... »

Je l'ai laissé parler sans l'interrompre. Il s'est lassé de parler après un moment.

Alors je lui ai dit : « Pourquoi ne restez-vous pas un peu et me permettiez de partager quelques-unes de mes pensées ? »

« La Chine a 5000 ans de civilisation. Nous, les Chinois, avons toujours cru au confucianisme, au bouddhisme et au taoïsme. Nous croyons aussi que le bien et le mal seront remboursés en conséquence. »

« Vous dites que le Parti vous donne 6000 yuans par mois pour votre retraite. Je ne pense pas ainsi. »

« L'argent provient de votre dur labeur et de la vertu que vos ancêtres vous ont transmise, et vous la passerez à votre fils et votre fils à son fils. Vos remerciements devraient aller à vos ancêtres et non au Parti. »

« Le Parti n'a fait pousser aucune récolte et n'a pas ouvert d'usine. D'où vient votre argent pour payer votre retraite ? »

« Elle provient des taxes des contribuables qui fournissent le Parti, pas l'inverse. N'êtes-vous pas d'accord ? »

Le vieil homme est devenu pensif.

J'ai continué : « Aujourd'hui, tout le monde dans le Parti est corrompu. La moralité glisse vers le bas. Le Falun Dafa est une cultivation de soi-même et une pratique qui enseignent aux gens à être bons. »

« Mais Jiang Zemin est déterminé à persécuter le Falun Dafa en utilisant son pouvoir pour inventer des mensonges et mettre en scène la fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen pour empoisonner les gens et inciter à la haine envers le Falun Dafa et les pratiquants de Falun Dafa. »

« Savez-vous quels crimes Jiang Zemin a commis en forçant les gens contre le Falun Dafa qui est là pour sauver les gens ? Ces péchés mèneront à votre propre destruction dans la disparition finale du Parti pervers. »

« Pourquoi le ciel n'a-t-il pas encore fait payer à Jiang ses mauvaises actions ? Le Bouddha bienveillant essaie de laisser le temps aux gens de comprendre la vérité et de se retirer du Parti pervers. »

« Monsieur, je peux sentir que vous êtes une bonne personne. Je veux que vous soyez sauvé. Me laisseriez-vous vous donner un pseudonyme pour faire les trois démissions ? »

Le vieil homme a dit aussitôt : « Oui, s'il vous plaît. Je vais renoncer au parti. Aidez-moi à me retirer du PCC et de ses organisations. »

J'ai pu sentir que je faisais des percées constantes dans ma clarification de la vérité.

Auparavant, je manquais de confiance et je tournais souvent autour du pot en parlant de sujets banals en disant : « Laissez-moi vous donner une brochure pour votre santé et votre condition physique... »

Maintenant, je vais droit au but avec droiture et ouverture. Je ressens souvent la présence du Maître. Je sais que c'est le Maître qui a arrangé toutes les rencontres de clarification de la vérité pour moi et que c'est à moi de faire de mon mieux.

Un jour, j'ai donné des documents clarifiant la vérité à un jeune homme. Il a catégoriquement refusé de les prendre et m'a dit : « Je suis contre le Falun Dafa. »

Je lui ai dit sincèrement : « Si vous n'avez pas le temps de lire les documents, je peux le comprendre, mais s'il vous plaît, ne soyez pas contre le Falun Dafa et ne vous amenez pas la mauvaise fortune à vous-même. »

L'attitude du jeune homme a changé : « Désolé, je me suis mal exprimé. Je ne suis pas contre le Falun Dafa. Je n'ai tout simplement pas le temps de lire quoi que ce soit. »

Je lui ai clarifié la vérité et finalement il a accepté que je l'aide à faire les trois démissions.

Lorsque le Hong Yin IV du Maître est sorti, je me suis rendu compte de la lourde responsabilité des disciples de Dafa et du rôle important que nous jouons pour sauver les êtres. Mes yeux étaient remplis de larmes de gratitude. Quelles hautes positions le Maître a placées en chacun de nous ! Nous sommes les divinités responsables d'ouvrir la porte du ciel pour tous les êtres ! »

Parfois, quand je vois des gens se balader dans les rues, mon cœur est rempli d'une véritable tristesse. Je voudrais dire mais à personne en particulier : « Pauvres gens. Vous êtes tellement trompés par tous les mensonges du Parti pervers. Si je ne vous sauve pas, vous n'aurez pas d'avenir. »

Je réalise que plus nous approchons de la fin, plus je dois cultiver avec diligence.

Dans ma future clarification de la vérité, je dois abandonner toutes mes conceptions et tous mes attachements humains et sauver autant d'êtres que je peux avec un cœur rempli de rien d'autre que de la bonté et de la compassion.

(Treizième conférence de partage d'expériences par Internet de Minghui pour les disciples de Dafa de Chine continentale)

Traduit de l'anglais au Canada