Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Fahui de Minghui | Écoutez le Maître et vous serez sauvés

Dimanche 27 novembre 2016 |   Écrit par Zhen Xiu, pratiquante de Falun Dafa dans la province du Shandong, Chine

(Minghui.org) Salutations, Maître vénéré et compagnons de cultivation !

Malgré mes 81 ans, je suis très énergique. J'ai distribué des documents d'information du Falun Dafa, parlé aux gens de la persécution et leur ai demandé de démissionner du parti communiste chinois (PCC) ainsi que de ses organisations affiliées, durant plus d'une douzaine d'années. Ainsi, je suis bien connue comme la « dame du Falun Dafa » par les gens des villages voisins.

Quand j'étais jeune, je vivais pauvrement et je devais mendier ma nourriture. Pour payer une lourde dette, mes parents m'ont vendue en mariage à l'âge de quinze ans. J'ai été mariée quatre fois et j'ai eu cinq enfants. Mon fils cadet a été battu à seize ans et est décédé à l'hôpital. Mon dernier mari est décédé à 61 ans d'une leucémie. En septembre de cette année, mon fils aîné est mort dans un accident de voiture.

Ma santé était un autre problème car je souffrais de nombreuses maladies. J'avais acheté de la mort aux rats au cas où je décidais de me suicider. Je me demandais quelles mauvaises choses j'avais faites dans ma vie passée pour mériter ce que j'ai enduré et pourquoi je vivais encore dans ce monde.

En attendant d'être récompensée : j'ai enfin trouvé le Fa

Ma voisine m'a présenté le Falun Dafa quand j'étais dans un profond désespoir. Elle m'a suggéré de regarder les vidéos de Falun Dafa chez un villageois en août 1997. Je n'avais pas entendu parler du Falun Dafa, mais j'y suis allée parce que je n'avais rien d'autre à faire.

Je ne comprenais pas bien ce que le Maître disait, mais je me sentais très bien en regardant les vidéos. Bien que je devais aller souvent aux toilettes, je ne ressentais ni inconfort ni douleur. Les pratiquants m'ont dit que le Maître purifiait mon corps. Peu après, j'ai réalisé que je m'étais remise de toutes mes maladies.

Une nuit, j'ai rêvé qu'un homme grand venait chez moi avec un sac de livres. J'en ai tiré un livre bleu et l'ai serré sur ma poitrine. Bien que ce monsieur m'offrait un autre livre, je n'étais pas intéressée. Comme j'étais illettrée, je me demandais ce que voulait dire ce rêve. L'assistant local m'a donné le livre Zhuan Falun qui ressemblait exactement à celui que j'avais vu dans mon rêve.

Durant l'étude du Fa en groupe, j'écoutais quand les pratiquants lisaient et je me demandais comment je pourrais apprendre à lire. Quand ma fille se moquait de moi parce que j'essayais de déchiffrer les caractères, je répondais : « Je ne connais pas les mots. Mais ils me connaissent. »

Depuis ce jour, le Maître m'a appris à lire dans mes rêves. Quand je me réveillais, je cherchais les phrases et les paragraphes que j'avais appris en rêve. C'est ainsi que j'ai appris à lire.

Chaque parole du Maître entrait dans mon cœur. Finalement, j'ai compris pourquoi j'avais tant souffert et pourquoi je suis toujours en vie malgré les nombreuses épreuves et tribulations. J'avais été en attente de ce Fa.

Rester calme et paisible

Quand le régime communiste a banni le Falun Dafa le 20 juillet 1999, notre groupe a été harcelé.

J'ai pensé « Le Maître nous a demandé d'étudier le Fa en groupe. Nous devons écouter le Maître. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cet environnement. » Alors, j'ai proposé ma maison pour l'étude du Fa.

Mais l'environnement est devenu de plus en plus tendu. Le PCC nous a ordonné de rendre nos livres de Falun Dafa. J'ai dit à chaque pratiquant de ne pas les leur remettre et je les ai mis en lieu sûr. Je savais que nous ne devions pas abandonner nos livres. Dans notre village, seul un livre a été remis.

Un agent de notre Bureau 610 cantonal a mis sur pied un centre de lavage de cerveau dans mon village et m'a appelée en juin 2000. On m'a demandé ce que j'avais appris. Je leur ai dit que j'étais illettrée et que j'avais juste appris « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » et « Falun Dafa est bon ». Il m'a demandé de mettre mon empreinte digitale sur un document.

« Je suis une femme âgée et je n'ai rien fait de mal », lui ai-je dit fermement. « Pourquoi devrais-je mettre mon empreinte sur ce document ? »

Le Maître a dit :

« Si vous pouvez réellement avoir une pensée très droite face aux difficultés, sous la persécution perverse, devant les interférences, une seule phrase que vous prononcez avec une pensée droite résolue peut faire se dissoudre immédiatement la perversité,. ».(« Enseignement de la Loi à la conférence de Loi internationale de la région ouest des États-Unis »)

Refuge

Un jeune couple avec un enfant d'un an était sans logement durant le Nouvel an chinois 2001 à cause de la persécution. Leurs parents ne leur permettaient pas de rester chez eux car la police cherchait partout les pratiquants de Falun Dafa. Je leur ai demandé de rester avec moi.

Peu à peu, plus d'une douzaine de pratiquants vivaient chez moi. Cela a attiré l'attention du secrétaire adjoint du parti dans mon village. Il m'a signalée à la police.

Pendant la saison des moissons des blés, le directeur du Bureau 610 local et huit personnes sont venus chez moi pendant que je cuisais des crêpes pour les pratiquants. Ils ont mis à sac mon domicile, ont demandé pourquoi je faisais autant de crêpes et ont dit qu'ils savaient que des pratiquants vivaient avec moi. Je leur ai dit : « Pourquoi pas, les gens du Falun Dafa ne tuent pas ni ne commettent de larcins. Pourquoi devrais-je en avoir peur ? »

Je me demandais comment dire aux pratiquants de ne pas venir chez moi ce jour-là. J'ai pensé que si je ne respirais plus, je ferais peur aux gens du Bureau 610. Dès que j'ai eu cette idée, je suis tombée par terre et je ne pouvais plus respirer, mais je pouvais entendre leurs voix. On m'a mise sur le lit. Quand j'ai pu respirer, j'ai demandé au directeur de faire venir quelqu'un pour me changer car j'avais mouillé mon pantalon. La femme de mon neveu est venue, et je lui ai demandé d'envoyer des messages aux pratiquants. Les agents sont restés chez moi jusqu'à midi et n'ont vu personne venir ; alors ils sont partis mais ils ont surveillé ma maison 24 h sur 24.

Le Maître a dit :

« ...sans la peur, les facteurs qui vous font peur n'existeraient plus. » (« Éliminer le dernier attachement » Points essentiels pour avancer avec diligence (II) )

Je n'avais pas du tout peur. J'ai fait tout ce que je devais faire. Un jour, la police est venue de nouveau chez moi. J'ai saisi une pelle et les ai menacés. Ils ne savaient pas comment faire avec moi et ne sont pas revenus.

Rêver à des documents de Dafa cachés

Malgré les mensonges et les calomnies des médias contrôlés pas le régime communiste, je n'avais aucun doute sur Dafa et le Maître. J'écoutais le Maître. Le Maître nous a demandé de clarifier la vérité, ainsi j'ai clarifié la vérité aux gens.

Beaucoup de pratiquants ont été arrêtés. Plusieurs pratiquants qui restaient chez moi sont sortis la nuit pour mettre des affiches et ne sont pas revenus. Nous avons appris plusieurs jours après qu'ils avaient été arrêtés. Certains ont été emmenés de force dans des camps de travaux forcés. Beaucoup de pratiquants n'osaient pas sortir.

Une nuit, j'ai fait un rêve. Dans ce rêve, le Maître me laissait entendre qu'un certain pratiquant avait des documents de Dafa. Je suis allée le voir tôt le lendemain matin. Il était surpris que je sache qu'il avait des documents et m'a demandé qui me l'avait dit. J'ai répondu : « Le Maître. » Les documents étaient cachés dans son jardin potager.

Mettre des affiches

Les pratiquants que je connaissais avaient peur de mettre des affiches clarifiant la vérité, alors, je sortais quand il faisait nuit pour mettre les affiches. Je disais au Maître dans mon cœur : « Maître, je vais mettre des affiches pour demander justice pour le Falun Dafa. Le Maître est avec moi, alors je n'ai pas peur. Les pratiquants ne sortent pas. Mais je ne rentrerai pas avant d'avoir fini de mettre toutes les affiches. »

Je m'arrêtais quand je voyais une bonne place pour une affiche, je mettais de la colle au dos, saisissais les deux coins de l'affiche et la mettais au mur ou contre le poteau électrique. J'ai fait ainsi et mis les affiches les unes après les autres. J'ai remercié le Maître dans mon cœur de m'avoir donné ce savoir. J'étais une femme âgée de soixante ans et je ne savais ni lire ni écrire. Je n'aurais jamais pensé à un moyen si habile pour accomplir cette tâche.

Cela me prenais une nuit entière pour coller les affiches. Le jour commençait à poindre quand j'avais fini. Je ne me sentais pas fatiguée, même si je n'avais pas dormi de la nuit. Mon corps était très léger.

Rester juste devant la police

Une jeune pratiquante voulait m'aider. Bien que la police était partout, nous sommes sorties pour mettre des affiches. Nous étions toujours juste devant la police. Nous nous cachions quand nous les entendions et collions nos affiches une fois qu'ils étaient partis.

Je suis aussi allée au marché pour distribuer des documents. Le directeur du Bureau 610 local se plaignait car il n'arrivait pas à me trouver, bien qu'il savait que je distribuais des documents. Je disais aux gens avec un sourire : « Notre Maître nous protège. Comment peuvent-ils nous trouver ? »

Qu'il pleuve ou qu'il vente, je sortais pour distribuer les documents clarifiant la vérité. Je ne faisais pas attention si c'était un « jour politiquement sensible ». J'étais très reconnaissante envers les pratiquants qui me fournissaient beaucoup de sortes de documents.

Après la publication des « Neuf commentaires sur le Parti communiste », j'ai commencé à clarifier la vérité aux gens face à face et à les persuader de démissionner du Parti. Je leur demandais ou je demandais à quelqu'un d'autre de m'écrire leurs noms.

Quelques propriétaires de stands au marché me connaissaient et criaient quand ils me voyaient : « Regardez, la dame du Falun Dafa est encore ici. » Je les saluais en souriant « Oui, je vous apporte de bonnes choses. » Les gens demandaient des calendriers et des amulettes de Dafa surtout quand c'était près du Nouvel an chinois.

Traiter avec la police

J'ai été arrêtée plusieurs fois durant ces dernières années. Mais, je suis toujours retournée chez moi. Un jour, je suis sortie pour mettre des bannières clarifiant la vérité durant la journée.Trois voitures de police m'ont encerclée et emmenée au poste de police.

Le Maître a dit :

« En aucune circonstance on ne doit coopérer aux exigences, ni aux ordres, ni aux instigations de la perversité. (« La pensée droite des disciples de Dafa est puissante. » (Points essentiels pour avancer avec diligence (II) )

Je n'ai répondu à aucune question. J'ai juste émis la pensée droite pour éliminer les facteurs pervers qui les contrôlaient. Les trois agents étaient terrifiés et sont partis rapidement. Je suis restée seule. Une heure et demi plus tard, je suis rentrée à la maison.

La police a saccagé ma maison en juillet 2012. Ils ont fouillé ma maison et confisqué mes livres de Dafa, ordinateurs, imprimante et 10 000 yuans que mes amis et parents m'avaient donnés pour mon anniversaire. La police a endommagé mes meubles en fouillant la maison et il m'ont arrêtée quand je suis revenue chez moi. Ils ont dit que quelqu'un leur avait signalé que je distribuais souvent des documents de Falun Dafa.

Un agent de police est venu dans la pièce après un moment. Il semblait ne pas être de l'endroit. Il m'a demandé de ne pas avoir peur et a dit que sa mère pratique le Falun Dafa. Il m'a rappelé d'émettre la pensée droite à 6 h le lendemain. Il a acheté deux pains à la viande pour mon petit déjeuner et m'a relâchée.

Plus tard, quand la police m'a vue distribuer des documents au marché, ils ont dit seulement « Oh, c'est de nouveau vous », et sont partis

Un jour, j'ai entendu en distribuant des documents, quelqu'un me dire : « Vous distribuez encore des flyers. » Je me suis retournée et j'ai vu l'ancien directeur du Bureau 610 qui m'avait persécutée. Il m'a dit : « Ma mère a commencé à pratiquer le Falun Dafa. » Je lui ai répondu : « Votre mère pratique et vous devriez aussi pratiquer. Vous avez cumulé tant de karma en persécutant Dafa. Vous avez besoin de dissoudre votre karma. » J'ai appris que sa femme avait aussi commencé à pratiquer Dafa.

Une pensée détermine le résultat

J'ai eu plusieurs accidents de voiture. J'ai brisé trois tricycles. Mais, j'ai validé le Fa à chaque fois.

Quand je roulais avec un tricycle pour aller chercher des documents chez un pratiquant, un jeune homme m'a heurtée avec sa moto. Mon tricycle est tombé sur moi et j'étais incapable de me lever. Le jeune homme a retiré le tricycle et m'a aidée à me lever. Il m'a demandé où j'étais blessée et voulait m'amener à l'hôpital. Je lui ai dit que je pratiquais le Falun Dafa et que j'allais bien. Je lui ai parlé de Dafa et lui ai demandé de démissionner du PCC, ce qu'il a fait. Il a dit : « Madame, j'ai rencontré une bonne personne. Vous êtes âgée, mais de nous deux, j'étais le plus terrifié. »

Le Maître a dit :

« Nous disons que le bien ou le mal surgit d’une seule pensée, une différence dans la pensée provoque un résultat différent. » (Zhuan Falun)

Dix jours plus tard, ma fille m'a rendu visite. Elle a vu que l'avant de mon tricycle était cassé et m'a demandé pourquoi. Je lui ai dit que j'avais eu un accident et que mon tricycle fonctionnait bien. Elle ne me croyait pas et a dit qu'il ne pourrait pas rouler avec l'avant cassé comme ça. Elle m'en a acheté un nouveau. Je me suis demandé, après qu'elle m'en a parlé, pourquoi mon tricycle fonctionnait-il encore correctement, cassé comme il l'était ?

Un jour, j'ai été touchée par un tricycle. Ma hanche était blessée et je ne pouvais pas marcher. J'ai demandé au conducteur de me ramener à la maison. Il voulait me donner de l'argent. Je l'ai refusé et lui ai dit que je pratique le Falun Dafa et que tout irait bien. Après son départ, j'ai senti une douleur atroce. J'ai commencé à pratiquer la méditation assise. J'ai entendu plusieurs bruits forts qui venaient de ma hanche, puis je me suis levée et j'ai marché. Je n'avais aucune douleur. Je savais que le Maître avait guéri ma hanche. Merci Maître !

Se remettre prouve le caractère exceptionnel de Dafa

Je suis tombée de mon lit en juin 2015. Mon épaule droite a touché le sol en premier avec un grand bruit. Cela n'allait pas vraiment bien quand je me suis levée. J'ai étudié le Fa, émis la pensée droite et j'ai commencé à pratiquer les exercices. Quand je faisais le premier exercice, j'entendais des bruits quand je tendais les bras. Je n'y ai pas prêté beaucoup d'attention, puis je suis allée au lit après avoir terminé les cinq séries d'exercices. Le lendemain matin, quand je faisais les exercices, mes bras ne pouvaient pas s'étirer au maximum, et mon épaule avait enflé.

Une pratiquante est venu me voir une fois que j'avais fini le petit déjeuner. Elle a vu que ma clavicule sortait. Elle a appelé mes deux filles. Elles étaient terrifiées quand elles m'ont vue. Elles m'ont forcée à aller voir un médecin. Les résultats du scanner ont montré que ma clavicule était cassée et disloquée. Le médecin a dit que je devais être opérée. Je ne voulais pas d'opération.

« Cela n'a pas d'importance si elle est cassée ou disloquée » ai-je dit à mes filles. « Le Maître prend soin de moi. Vous ne devez pas vous inquiéter. Je pratiquerai les exercices et je vous garantis que je vais récupérer en trois jours. Vous pouvez me ramener à l'hôpital si je ne récupère pas dans les trois jours. »

Une de mes filles est venue me voir à h 30 le lendemain. Je n'avais même pas fini mes exercices. Elle était inquiète. Après avoir terminé les exercices, elle a vérifié ma clavicule, elle s'était remise dans sa position correcte et ce n'était plus enflé. Elle a dit : « Le Falun Dafa est vraiment extraordinaire. Je vous remercie, Maître du Falun Dafa ! »

La pratiquante s'est excusée d'en avoir parlé à mes filles. Je lui ai répondu : « C'est une bonne chose. Le scanner a prouvé que ma clavicule était effectivement cassée. Mais j'ai récupéré en trois jours sans chirurgie. Ne validons-nous pas ainsi le Fa ? » Mon histoire s'est répandue partout.

Une récupération sensationnelle

Ce printemps, une vieille dame de 70 ans de mon village a été très malade. L'hôpital a refusé de la traiter. Sa famille préparait ses funérailles. Quand je suis allée lui rendre visite, elle avait un goutte à goutte et de l'oxygène. Ses yeux étaient si enflés qu'elle ne pouvait pas les ouvrir. Elle n'avait rien mangé depuis cinq jours. Elle vomissait même si elle buvait de l'eau. Elle ne pouvait reconnaître personne. Sa famille savait que je pratiquais le Falun Dafa ; alors ils m'ont invitée chez elle.

Comme ils m'avaient invitée parce que je pratique le Falun Dafa, je savais que cette femme avait une relation prédestinée avec Dafa. Je devais la sauver. J'ai demandé au Maître de me renforcer. J'ai émis la pensée droite à côté d'elle pendant deux heures. Elle a ouvert un peu les yeux et a hoché la tête. Elle m'a reconnue. Je lui ai dit : « Sœur, s'il vous plaît répétez "Falun Dafa est bon" et "Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon" et envoyez vos salutations à notre Maître. Le Maître vous aidera. » Elle a hoché la tête. J'ai aussi demandé à sa famille de croire et de répéter ces phrases. Ils ont vu son changement et les ont répétées à haute voix.

Quand je l'ai revue dans l'après-midi, ses yeux étaient ouverts et elle pouvait parler. Elle a bu tout un verre d'eau et un peu de jus de pêche à la fin de l'après-midi. Je l'ai assurée ainsi que sa famille qu'elle se rétablirait bientôt aussi longtemps qu'ils répétaient sincèrement : « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. »

Le lendemain, le goutte à goutte et l'oxygène avaient été enlevés. Son œdème avait disparu. Le troisième jour, son ventre n'était plus enflé. Le cinquième jour, elle a mangé un œuf et un peu de soupe de riz. Le septième jour, elle pouvait marcher. Maintenant, elle répète chaque jour : « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ». Elle a complètement récupéré. Elle aide dans les tâches quotidiennes et rend visite aux voisins.

Son histoire a fait sensation dans son village et s'est propagée dans les villages voisins. Les gens étaient convaincus que répéter « Falun Dafa est bon » peut effectivement sauver des vies. Depuis lors, beaucoup de gens m'ont demandé des amulettes. Certains ont même appris les exercices. Même l'agent du village qui est très têtu, a crié quand il m'a vue : « Falun Dafa est bon ».

« Écoutez le Maître et vous ne dévierez pas »

Les gens disent que je suis plus forte qu'il y a 20 ans. Je me sens aussi plus jeune que mes 81 ans, et je suis pleine d'énergie.

Je ne peux pas bien parler de ma compréhension du Fa. Mais j'écoute le Maître et fais ce que le Maître demande à ses disciples.

Le Maître nous demande de clarifier la vérité et de sauver les êtres, alors je sors chaque jour pour clarifier la vérité et sauver les êtres. Le Maître nous demande d'émettre la pensée droite, donc j'émets la pensée droite. Je vais en tricycle dans les cantons lointains et proches et au centre de détention pour émettre la pensée droite.

Je fournis des documents de Dafa à plus de huitante pratiquants (80). J'apporte régulièrement les nouveaux articles du Maître, l'hebdomadaire Minghui et autres documents de Dafa aux pratiquants.

Certains pratiquants avaient peur de distribuer des documents de Dafa quand l'environnement était tendu. Je suis sortie par moi-même et les ai distribués.

Écoutez le Maître et vous serez sauvés. Écoutez le Maître et vous ne dévierez pas de votre chemin. Écoutez le Maître et vous atteindrez la plénitude parfaite.

Merci, Maître et compagnons de cultivation.

(Treizième conférence de partage d'expériences par Internet de Minghui pour les disciples de Dafa de Chine continentale)

Traduit de l'anglais en Suisse