Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Deux enseignants bien aimés de la Chine ancienne

Samedi 18 juin 2016 |   Écrit par Yu Xiang

(Minghui.org) Respecter les professeurs et leurs enseignements est fondamental dans la culture traditionnelle chinoise.

Selon le Classique des Rites : « Respecter les enseignants vous fait apprécier la connaissance ; apprécier la connaissance aide à promouvoir l'apprentissage. »

Critère de conduite : les enseignements de Confucius

Confucius est l'un des sages les plus acclamés de la Chine ancienne. Il aurait instruit plus de 3 000 élèves. Un seul d'entre eux, Zi You, venait de la Chine du Sud.

À l’âge de 22 ans, Zi You voyagea des centaines de kilomètres pour assister aux conférences de Confucius, alors âgé de 67 ans. C'était un élève consciencieux, qui utilisait Le Classique des Vers (Shi Jing) pour guider sa parole et Le Classique des Rites (Li Ji) pour guider son comportement.

Ces deux livres sont des ouvrages classiques de Confucius. Le Classique des Rites discute des formes sociales, aussi bien que des règles administratives et cérémonielles telles que pratiquées pendant la période des Royaumes combattants et durant la période des Han antérieurs. Le Classique des Vers est le plus ancien recueil de poésie dans le monde de la littérature et porte sur les questions de l’esprit et du cœur humain.

De par ses capacités d'étude exceptionnelles, Zi You absorbait tout ce qu'il apprenait et mettait son savoir en action. Il est considéré comme l'un des dix disciples les plus érudits de Confucius.

« Je suis heureux d'avoir Zi You pour élève », disait Confucius. « Et je sais qu'il pourra diffuser mes enseignements dans la Chine du Sud. »

Après avoir été nommé chef de Wucheng, Zi You administra la ville avec humanité – un élément clé des enseignements de Confucius. Il était très apprécié des citoyens de Wucheng.

Lorsque Confucius visita Wucheng, il remarqua que ses habitants se comportaient de façon très civilisée. Aussi fit-il l'éloge de Zi You pour avoir impulsé les bonnes manières et la vertu au moyen de l'éducation et de la musique.

Après le décès de Confucius, Zi You et d'autres disciples compilèrent Les Analectes pour enregistrer ses propos.

Estimer la droiture : l'empereur Guangwu et Huan Rong

Lorsque Guangwu, le premier empereur des Han orientaux, recherchait un enseignant pour le prince Liu Zhuang, son chef de la sécurité, He Tang, lui recommanda son ancien professeur Huan Rong.

En raison de son vaste savoir et de son comportement droit, Huan Rong était très respecté. Toutefois, He Tang lui rappela ce qui était attendu de lui.

« Un lettré peut se concentrer sur les principes et faire attention aux détails », dit He Tang à Huan Rong. « Néanmoins, être un fonctionnaire du gouvernement requiert de la souplesse. Je vous prie de ne pas vous montrer trop dur avec l'empereur ou le prince. »

Huan Rong répondit : « J’ai été votre enseignant et vous me connaissez bien. Je chéris la vertu et n’avais aucune intention d'être un fonctionnaire du gouvernement. Comme sa Majesté est intelligente et a besoin de gens, j'ai accepté le poste. Comment pouvez-vous être assez fourbe pour me dire de traiter l'empereur avec clémence ? »

Huan Rong soumit sa démission, qui fut refusée par l'empereur. L'empereur Guangwu et Huan Rong discutèrent de la raison de sa démission plus en détail. À la fin, l'empereur tomba d'accord avec le point de vue de Huan Rong et le remercia de ne pas avoir changé son mode de comportement.

Le prince apprit Shang Shu et d'autres enseignements classiques de Huan Rong, et le respecta. Neuf ans plus tard, il comptait parmi les plus grands lettrés de son temps. Alors que le prince s'apprêtait à succéder à son père sur le trône, Huan Rong, nullement intéressé par la célébrité, demanda à plusieurs reprises à démissionner.

Après être monté sur le trône, le prince, dès lors l’empereur Mingdi, manifesta son respect pour Huan Rong de différentes façons et lui rendit visite afin de continuer à apprendre de lui.

Traduit de l'anglais en Europe