Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Sidney Powell : De faux bulletins de vote en provenance de Chine continuent d'arriver aux États-Unis

Mardi 15 décembre 2020 |   Écrit par Li Yanba, correspondant pour Minghui

(Minghui.org) L’avocate Sidney Powell a confirmé qu’elle a recueilli des preuves concernant de faux bulletins de vote qui ont été imprimés en Chine. Dans un entretien avec Sean Lin de NTD le 3 décembre 2020, Me Powell a déclaré qu’elle avait des preuves que des bulletins de vote contrefaits arrivaient toujours de Chine et du Mexique. Lin Wood, qui a aussi été interviewé par Lin, a également confirmé l’existence de faux bulletins de vote.

Me Powell a déclaré qu’elle avait des vidéos de bulletins de vote transportés à travers la frontière entre les États-Unis et le Mexique. « Nous avons des preuves de l’arrivée d’une cargaison importante de bulletins de vote, et nous avons un témoin qui a déclaré qu’ils continuent d’en importer parce qu’ils ont l’intention de faire passer des bulletins contrefaits dans tous les bureaux de vote où il y un ballotage, ou également s'ils en ont besoin lors de recomptages. Cela n'a donc pas cessé ».

Un lanceur d'alerte chinois publie une vidéo pour étayer la plainte

Vinness A. Ollervides, un militant politique, a posté sur Twitter que cinq millions de faux bulletins de vote pour le Mississippi, la Floride et la Caroline du Nord ont été imprimés dans une usine en Chine. Dans une vidéo postée par M. Ollervides, on entend deux Chinois, dont l'un a un accent cantonnais, parler de la façon de fabriquer de faux bulletins de vote américains.

M. Ollervides a également publié des photos de la supposée usine de contrefaçon avec le texte : « L’imprimerie du Guangdong, en Chine, a coopéré à l’impression de faux bulletins de vote, qui ont été envoyés au Canada et au Mexique avec des fournitures médicales entre août et octobre 2020 et écoulés aux États-Unis. »

Vinness A. Ollervides a posté sur Twitter des photos à propos de l'usine d'impression en Chine.

M. Ollervides a déclaré que sa conscience et sa croyance en Dieu l’ont conduit à partir à la pêche aux informations qui « révéleraient l’ingérence de la Chine dans les élections américaines ». Et il a promis de fournir plus d’informations. M. Ollervides a également affirmé que de nombreux faux permis de conduire et des pièces d’identité contrefaites qui ont été saisis par les autorités américaines sont liés aux élections. Il a cité un rapport de Voice of America selon lequel, en date du 10 août 2020, les autorités américaines avaient intercepté 54 718 fausses cartes d’identité.

« Comme chaque bulletin de vote vierge doit être assorti d’une identité personnelle pour pouvoir voter, certaines personnes ont falsifié des bulletins de vote et d’autres ont fabriqué de fausses cartes d’identité. Il est évident que le client derrière ces contrefaçons veut changer les votes localement et intervenir dans les élections américaines », a déclaré M. Ollervides.

Le 23 novembre, Credere Media de Taïwan a cité une personne qui connaît bien le sujet, disant qu’il y a une usine souterraine dans la province du Guangdong, en Chine, qui est spécialisée dans la contrefaçon de documents. Et elle a produit 500 000 bulletins de vote américains vierges par mois depuis juillet.

La personne a dit que les gabarits de ces faux bulletins de vote avaient été fournis par le « client précédent », mais que l’usine ne pouvait pas recréer les motifs métalliques et les motifs anti-contrefaçon des vrais bulletins de vote. De plus, ces faux bulletins de vote ne pouvaient pas être expédiés directement aux États-Unis, et ils devaient être expédiés au Canada, au Mexique et ailleurs avant d’entrer aux États-Unis.

M. Ollervides est un descendant de la bannière jaune des plaines de la Mandchourie, l’une des bannières supérieures ayant un statut social important pendant la dynastie Qing. Son grand-père était un haut responsable du Bureau central de sécurité du Parti communiste chinois et son père était un cadre financier influent qui a ensuite fait l’objet d’une enquête et a été emprisonné par le PCC. M. Ollervides craignait d’être impliqué et s’est installé au Japon après avoir déménagé d’un pays à l’autre.

Devenu lui-même père, M. Ollervides a dit qu’il voulait que sa fille vive dans un monde meilleur. La fraude électorale lui a fait réaliser que les tentacules du PCC se sont étendus aux États-Unis et à d’autres parties du monde, ce qui l’a obligé à exposer l’influence du PCC dans les élections.

Traduit de l'anglais