Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Ma compréhension de « Plus on approche de la fin, plus on doit être diligent »

Dimanche 6 septembre 2020 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa dans la province du Hunan, Chine

(Minghui.org) Hier, j’ai reçu un message d’un ami non-pratiquant, et une phrase a vraiment touché mon cœur : si on veut réussir quelque chose, on ne peut pas attendre de voir l’espoir puis de s’y cramponner ; on ne verra l’espoir que si on s’y cramponne.

Et puis, la nuit dernière j’ai lu un article à propos du « principe du lotus ». Le premier jour, il n’y avait que quelques fleurs de lotus dans l’étang. Le lendemain, le nombre avait doublé. Chaque jour suivant, la quantité doublait par rapport à la veille.

Alors la question était, si l’étang était rempli de fleurs de lotus après trente jours, alors quel jour l’étang était-il à moitié plein ? De nombreuses personnes diraient quinze jours, mais la réponse correcte était vingt-neuf jours.

Ce « principe du lotus » est également connu comme « le principe des trente jours ». Il nous dit que plus on approche de la fin et plus cela devient critique. Lorsque nous nous battons jusqu’au bout, nous ne pouvons pas compter sur notre chance ou notre intelligence. Nous devons compter sur notre persistance et notre persévérance.

Il y a un autre vieux dicton chinois qui dit : « Quand on marche 100 miles, le demi-point est à 90 miles. » C’est le même principe que le « principe du lotus ». Plus nous nous approchons du succès, plus cela devient difficile et plus nous devons être persévérants. En même temps, si nous pouvons nous y tenir, nous pourrons faire un grand pas vers notre but.

Rien n’est fortuit dans la cultivation. Le Maître m'indiquait que je n'arrivais pas à me détendre et que je devais ajuster mon état de cultivation, être persévérant et être encore plus diligent à la fin.

Quand je suis sorti à moto pour clarifier la vérité sur Dafa le 26 février de cette année, j’ai eu un accident et j’ai dû endurer de la souffrance. Je savais clairement dans mon esprit que c’était l’interférence des forces anciennes. J’ai compris que, tandis que je résistais à la persécution venant des forces anciennes, je pouvais utiliser cela comme une opportunité pour éliminer du karma, me purifier, m’améliorer et transformer une mauvaise chose en une bonne chose. Mais lorsque j’étais en proie à la douleur, je me considérais intentionnellement ou non intentionnellement comme quelqu’un de blessé. Je me sentais paresseux, je voulais me relâcher, je voulais me sentir bien et ne voulais pas endurer la douleur. C’était en réalité mon attachement au confort. Alors, l’avertissement sévère et opportun du Maître m’a réveillé :

« En soi, le xiulian marche sur un chemin divin, partout le cœur humain présente des obstacles. Cependant, notre chemin est très étroit, à la moindre inattention on peut dévier, une fois qu'on a dévié, des problèmes peuvent apparaître, voire de gros problèmes, et si l'on ne parvient pas à revenir sur le chemin, on le regrettera éternellement. » (« Encore une fois le bâton et le khat »)

J’ai trouvé beaucoup de mes conceptions humaines après avoir étudié le Fa du Maître. Je me suis dit : « Je ne peux vraiment pas avoir ces conceptions humaines. Avant la fin, je ne suis encore qu’un être humain. Après des millions et des millions d’années d’attente, après avoir enduré des tribulations pendant tant de vies, il ne me reste que ce dernier petit moment et je dois bien faire et le terminer avec un esprit droit. »

Nous devons suivre les enseignements du Maître et davantage étudier le Fa, être persévérants et continuer à être de plus en plus diligents. C’est seulement ainsi que nous pourrons faire constamment des percées dans la cultivation et accomplir nos missions.

Maintenant, la rectification de Fa a presque atteint la toute fin et nous sommes juste à un pas de la réussite. Nous ne pouvons pas nous relâcher et baisser notre garde. Nous devons nous y tenir et marcher avec droiture jusqu’à notre destination.

Traduit de l'anglais