Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Une éminente professeure d'éthique clinique discute des efforts conjoints pour mettre fin aux prélèvements d'organes

Jeudi 25 mars 2021 |   Écrit par un correspondant de Minghui à Ottawa, Canada

(Minghui.org) Lors d'un forum organisé par la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de transplantation en Chine (ETAC) le 24 février, la professeure d'éthique clinique Wendy Rogers a évoqué l'obligation morale pour les professionnels de la santé d'unir leurs forces pour mettre fin aux prélèvements forcés d'organes.

Wendy Rogers a pris la parole lors d'un forum organisé par la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de transplantation en Chine (ETAC) le 24 février 2021.

Mme Rogers est professeure à l'université Macquarie en Australie. En 2019, elle a été nommée l’une des 10 de Nature (dix personnes qui ont compté dans le domaine de la science cette année-là).

« Pendant deux décennies, la controverse a tourné autour de l'origine de certains foies, cœurs et reins utilisés pour les greffes d'organes en Chine », déclarait l'annonce de Nature's 10, « Wendy Rogers, bioéthicienne à l'université Macquarie de Sydney, en Australie, a trouvé une nouvelle façon de prendre le problème à bras le corps : examiner les publications de recherche des médecins spécialistes de la transplantation chinois. L'enquête de son équipe, publiée en février (W. Rogers et al. BMJ Open 9, e024473; 2019), a déclenché plus de deux dizaines de rétractations de rapports de transplantation, après que les médecins n'aient pas pu prouver que les donneurs avaient donné leur consentement. »

« Si vous pensez à ce qui se passe réellement, c'est insupportable », citant Rogers dans l'article.

Le PCC est ultimement responsable

Dans le forum de l'ETAC, Rogers a déclaré que le Parti communiste chinois (PCC) est en fin de compte responsable des prélèvements forcés d'organes parce que sa répression contre les groupes vulnérables a permis aux transplantations d'organes à l'échelle industrielle de se produire. Cependant, il ne suffit pas de parler de ce crime et nous devons exhorter le PCC à agir et à y mettre fin.

Mme Rogers partage le point de vue de Sir Geoffrey Nice QC selon lequel les victimes de prélèvements d'organes sont des êtres humains comme nous. Comme tout le monde, elles ont des droits fondamentaux et ont besoin de notre aide lorsque leurs droits sont violés. En tant qu'êtres humains, nous avons l'obligation de répondre à leur appel à l'aide.

Les organisations professionnelles et les particuliers

Il existe deux conditions préalables pour que les organisations professionnelles et les particuliers prennent des mesures s’attaquant aux crimes tels que les prélèvements forcés d'organes, a expliqué la professeure Rogers. Les prérequis sont la connaissance et le pouvoir. Le premier fait référence à la conscience des prélèvements forcés d'organes et le second au pouvoir de ces professionnels de prendre des mesures contre le crime. Heureusement, les deux ont déjà été remplies.

Tout d'abord, les organisations professionnelles et les particuliers ne doivent plus ignorer cette grave violation des droits de l'homme. Il s'agit d'un problème éthique grave et très visible. Par exemple, le China Tribunal que Sir Nice a présidé a mené une enquête indépendante et approfondie, et a confirmé l'existence de prélèvements d'organes en Chine. Son jugement a été largement diffusé et largement rapporté. Les professionnels impliqués dans la transplantation d'organes ne peuvent pas prétendre qu'ils ne sont pas au courant de cette question.

Deuxièmement, les organisations professionnelles et les particuliers pourraient demander des comptes à ces transgresseurs des droits de l’homme. Cela ne veut pas dire qu'ils – ou n'importe qui d'autre – ont le pouvoir de forcer le PCC à faire quelque chose. Mais plutôt, que lorsque les organisations professionnelles et les particuliers travaillent ensemble, ils peuvent exercer une pression énorme sur la Chine. Les gens du monde entier peuvent s'unir pour dire au PCC que les prélèvements d'organes ne sont tolérés nulle part dans ce monde.

Approches multidimensionnelles

Il existe une série de mesures qui peuvent être prises pour mettre fin à ce crime, a expliqué Mme Rogers. Les praticiens de la transplantation d'organes peuvent demander aux sociétés professionnelles d'institutionnaliser et de mettre en œuvre des politiques à l'égard de la Chine. En raison de leur affiliation au crime, les professionnels des traitements médicaux de Chine pourraient se voir interdire l'accès à ces sociétés ou la participation à des conférences. Ces sociétés pourraient également décourager leurs membres de se rendre en Chine pour toute activité liée à la transplantation d'organes.

Sans ces actions, si ces sociétés poursuivent leurs programmes éducatifs et de recherche avec la Chine, cela enverrait le message que les personnes impliquées dans la transplantation d'organes n’en seraient pas tenues responsables. Par conséquent, de telles collaborations et interactions avec la Chine devraient cesser.

Parmi les autres mesures que peuvent prendre les professionnels de la transplantation d'organes, citons l'information des patients sur le danger d'utiliser des organes prélevés sur des prisonniers d'opinion en Chine. En outre, les professionnels de la santé pourraient plaider pour que leurs gouvernements approuvent et mettent en œuvre des législations telles que la « Convention du Conseil de l'Europe contre le trafic d'organes humains ».

Outre l'éducation du grand public, les sociétés professionnelles et leurs membres disposent généralement de nombreuses relations qui pourraient être utilisées pour contrôler la recherche et l'éducation liées à la Chine. Les revues spécialisées dans la transplantation d'organes pourraient interdire les publications des chercheurs chinois ou les exclure des comités de rédaction. Les lecteurs pourraient être informés des raisons pour lesquelles de telles mesures sont prises.

En commençant par les organisations professionnelles et les particuliers spécialisés dans la transplantation d'organes, davantage de personnes pourraient s'opposer au crime que constitue les prélèvements d'organes et demander des comptes aux personnes impliquées.

Le forum du 24 février a réuni des participants de 117 organisations de 25 pays répartis sur 10 fuseaux horaires. Parmi les participants figuraient également 12 universités, 7 médias d'information et plus de 40 responsables gouvernementaux.

« Le passage de Mme Rogers du statut d'universitaire à celui de militante a commencé lors d'une conférence de 2015 qui a projeté un documentaire, Hard to Believe, discutant des dons d'organes forcés de prisonniers politiques. Mme Rogers avait étudié le système de transplantation australien et était choquée par ce qui se passait en Chine », écrit l'article précité de Nature. « En 2016, elle est devenue la présidente non rémunérée du comité consultatif international de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de transplantation en Chine (ETAC), un groupe de défense à but non lucratif à Sydney. »

À la suite d'une piste anonyme, Mme Rogers a enquêté sur un article paru en 2016 dans Liver International, dans lequel elle a constaté l'absence de documentation sur les donneurs ; l'article a été rétracté en 2017. Par la suite, d'autres articles ont été rétractés en raison de l'utilisation de données citant des sources d'organes peu claires.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais