Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Le régime chinois étend sa surveillance du public et la collecte d'informations

Lundi 26 avril 2021 |   Écrit par Li Min

(Minghui.org) Selon un article publié sur le site web OneZero début mars 2021 intitulé « China's “Sharp Eyes” Program Aims to Surveil 100% of Public Space » (Le programme “regard aiguisé” a pour but de surveiller 100 % de l'espace public), le projet permet aux habitants locaux de regarder des vidéos de surveillance via des téléviseurs et des téléphones portables, puis d'appuyer sur un bouton pour signaler toute personne suspecte à la police.

« Le programme transforme les voisins en agents de surveillance de l'État », précise l'article. Dans le cadre du plan quinquennal du gouvernement communiste annoncé en 2015, le projet de surveillance « regard aiguisé » devait atteindre une surveillance de 100 % des espaces publics d'ici 2020.

Le gouvernement chinois a progressivement étendu la surveillance de ses citoyens, en commençant par le « Grand Pare-feu » à la fin des années 90 jusqu'aux dernières technologies de reconnaissance faciale et de la démarche. Pékin continue de surveiller étroitement, de contrôler et de recueillir des informations sur les gens avec ce que beaucoup considèrent comme un autoritarisme numérique.

Selon l'article, la surveillance moderne de la Chine a commencé en 2003 avec le projet Bouclier d'or, géré par le ministère de la Sécurité publique. Il a permis de créer des bases de données comprenant 96 % des citoyens chinois et des informations sur l'enregistrement de leur foyer, les archives de leurs déplacements et leurs antécédents criminels.

« Après le Bouclier d'or, la Chine a lancé deux autres projets de surveillance axés sur l'installation de caméras. Villes sécures, lancé en 2003, était axé sur les alertes aux catastrophes, la gestion du trafic et la sécurité publique. SkyNet s'est concentré sur l'installation de caméras connectées à des algorithmes de reconnaissance faciale », indique l'article. On estime à 200 millions le nombre de caméras de surveillance installées en Chine dans les espaces publics et privés.

Bien que le gouvernement chinois soit sévèrement critiqué à l'étranger pour son mépris total des droits de l'homme et de la vie privée, les Chinois n'ont guère le choix. De tels systèmes de surveillance ont été déployés dans les villes, grandes et petites, du pays. On rapporte que le coût de ces systèmes représente désormais une part importante des budgets des gouvernements centraux et locaux. Par exemple, dans la ville de Zhoukou, dans la province du Henan, en 2018 la ville a dépensé autant d'argent pour la surveillance que pour l'éducation et deux fois plus que pour les programmes de protection de l'environnement.

La demande de systèmes de surveillance a également donné naissance à de nombreuses entreprises vendant du matériel de caméra et des logiciels de gestion vidéo. Plusieurs entreprises chinoises comme Sensetime, Megvii, Hikvision et Dahua ont été sanctionnées par le gouvernement américain pour leur implication dans la persécution de la minorité ethnique ouïgoure au Xinjiang.

En décembre 2020, l'Institut Lowy d'Australie a publié un rapport intitulé « Digital Authoritarianism, China and COVID » (Autoritarisme numérique, La Chine et la COVID), dans lequel il révèle que la pandémie a enhardi le Parti communiste chinois (PCC) à étendre son utilisation des technologies numériques au nom de la santé et de la sécurité publiques. « L'autoritarisme numérique du PCC étant en plein essor dans le pays, les systèmes de surveillance et de suivi numériques conçus par la Chine sont désormais exportés dans le monde entier, conformément à la stratégie de superpuissance cybernétique de la Chine », indique le rapport.

Le rapport identifie la Chine comme l'un des principaux pratiquants de l'autoritarisme numérique. « L'autoritarisme numérique implique bien plus que la censure dans l'espace en ligne. Il comprend la surveillance individuelle et de masse par l'utilisation de caméras, la reconnaissance faciale, les drones, le suivi GPS et d'autres technologies numériques à l'appui d'une gouvernance autoritaire », indique le rapport. Le rapport indique également que la Chine a intensifié sa « diplomatie du guerrier loup » et ses campagnes de désinformation.

Le PCC fournit 17 milliards de dollars américains de prêts et d'investissements dans les réseaux de télécommunications, les systèmes de paiement mobile et des projets tels que les villes intelligentes, l'administration en ligne, l'éducation intelligente, la santé numérique et d'autres initiatives de big data à travers le monde en voie de développement. « Au moins 80 pays d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie ont adopté les solutions Villes sécures de Huawei ou d'autres plateformes technologiques chinoises de surveillance et de sécurité », selon le rapport.

Une menace pour le monde libre

Le PCC est de plus en plus reconnu comme une menace pour le monde libre. Freedom House a noté dans son rapport annuel « Freedom on the Net » (Liberté sur l'Internet) du 14 octobre 2020 que « pour la sixième année consécutive, la Chine s'est avérée avoir les pires conditions en matière de liberté sur Internet ». Le rapport précise : « Avec l'apparition de la COVID-19, tous les composants de l'appareil de contrôle de l'Internet du régime – y compris la censure automatisée, la surveillance de haute technologie et les arrestations à grande échelle – ont été activés pour enrayer la propagation non seulement du virus, mais aussi des informations non officielles et des critiques du gouvernement. »

Dans un discours prononcé le 23 octobre 2020, l'ancien conseiller adjoint à la Sécurité nationale Mattew Pottinger a déclaré à propos du régime communiste chinois : « L'assemblage de dossiers a toujours été une caractéristique des régimes léninistes. Ce matériel est utilisé aujourd'hui, comme auparavant, pour influencer et intimider, récompenser et faire chanter, flatter et humilier, diviser et conquérir », faisant référence à une base de données chinoise ayant fait l'objet d'une fuite et contenant au moins 2,4 millions de personnes dans le monde, dont des hommes politiques, des membres de familles royales, des célébrités et des personnalités militaires de divers pays.

En juillet 2020, la ville de Taichung, à Taïwan, a remplacé les caméras de surveillance dans les passages souterrains après que certains habitants ont remarqué que les caméras étaient fabriquées en Chine. Les caméras qui avaient été installées à Taichung étaient fabriquées par Hikvision, une entreprise d'État chinoise qui fournit des équipements de vidéosurveillance à des fins civiles et militaires. Il a été rapporté que l'armée sud-coréenne a arrêté l'installation de 215 caméras de sécurité fabriquées par une société chinoise après la découverte d'un code malveillant dans son logiciel de gestion des appareils.

Non seulement le PCC a utilisé des moyens scientifiques et technologiques pour renforcer le système autoritaire et restreindre la liberté de son propre peuple, mais il utilise désormais le centre géospatial et le centre de recherche sur le big data de l'ONU pour étendre sa censure et sa surveillance du public à l'étranger. Beaucoup craignent que le PCC ne censure et ne surveille les gens de tous les pays et pas seulement de la Chine.

Dans un article publié dans le Wall Street Journal le 7 octobre 2020, intitulé « China Uses the U.N. To Expand Its Surveillance Reach » (La Chine utilise l'ONU pour étendre la portée de sa surveillance), l'auteure Claudia Rosett a écrit : « Les avancées en matière géospatiale et de big data promises par M. Xi à l'ONU et à la Chine permettraient de cartographier en détail tout ce qui va de la topographie et de l'infrastructure au comportement humain, à travers le temps et le monde. La Chine, sous sa propre impulsion, accumule déjà et, dans certains cas, pille des masses d'informations dans le monde entier. Cependant, l'insigne de légitimité de l’ONU simplifierait la tâche de Pékin, qui pourrait enregistrer les flux d'informations provenant des États membres, affecter les exigences et les normes de l'ONU pour ce type d'assortiments d'informations, formuler les résultats, les introduire dans le système de l'ONU et projeter la techno-tyrannie de la cause communiste chinoise dans le monde entier. »

Pour contrer les ambitions mondiales de la Chine, le gouvernement américain mène un effort pour faire face à la menace du PCC dans le cyberespace. L'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo a annoncé le 10 novembre 2020 que près de 50 pays (dont 27 alliés de l'OTAN et représentant près des deux tiers du PIB mondial) et 170 entreprises de télécommunications avaient rejoint le Clean Network, un groupe qui s'est engagé à n'utiliser que des fournisseurs de confiance dans leurs réseaux 5G.

En décembre 2020, la Commission fédérale des communications (FCC) des États-Unis a officiellement engagé des procédures visant à révoquer et à mettre fin à l'autorisation préalable de China Telecom (Americas) Corporation d'opérer aux États-Unis. Plus récemment, la FCC a commencé à prendre des mesures pour révoquer l'autorisation de trois autres sociétés de télécommunications chinoises à opérer aux États-Unis, en invoquant des problèmes de sécurité nationale. James Andrew Lewis, premier vice-président et directeur du Strategic Technologies Program au Center for Strategic and International Studies, a déclaré que les États-Unis ne font pas confiance à la Chine parce que le PCC est un État de surveillance qui fait de l'espionnage en utilisant des méthodes de haute technologie et ne respecte pas la loi.

Alors que les gouvernements renforcent la sécurité de l'information pour empêcher l'infiltration du PCC, il est suggéré que le grand public augmente également sa vigilance et sa sensibilisation à la sécurité de l'information. Les gens devraient se prémunir contre les efforts du PCC pour recueillir des données personnelles afin d'éviter de s'exposer à des violations potentielles de la vie privée.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais