Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Un homme du Liaoning à nouveau emprisonné pour sa croyance

Jeudi 8 avril 2021 |   Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Liaoning, Chine

(Minghui.org) Un homme de 66 ans de la ville de Jinzhou, dans la province du Liaoning, a été emmené à la prison de Panjin le 19 mars 2021 pour y purger une peine de six ans pour sa pratique du Falun Gong, une discipline spirituelle et méditative que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

M. Liu Wansheng a été arrêté le 23 avril 2020 pour avoir parlé du Falun Gong à des gens dans une gare routière. La police a saccagé son domicile et confisqué son lecteur MP3 et d'autres effets personnels.

Il a été jugé le 4 septembre par vidéoconférence par le tribunal de la ville de Linghai dans le centre de détention de la ville de Jinzhou, avant d'être condamné le 30 septembre 2020 à six ans de prison et à une amende de 10 000 yuans.

Un passé de persécution

M. Liu a commencé à pratiquer le Falun Gong en juillet 1996. Il attribue à cette pratique la guérison de ses maux de tête, de ses rhumatismes et de ses problèmes cardiaques. Avant sa dernière condamnation, il a été arrêté sept fois et condamné à une peine de camp de travail.

Arrestations et détention

M. Liu a été arrêté deux fois, en juillet et septembre 1999, respectivement, et détenu quinze jours à chaque fois.

Il a été arrêté à nouveau en 2001. Les policiers l'ont emmené dans une pièce vide, où ils lui ont tordu la main gauche derrière le dos et lui ont tiré la main droite par-dessus l'épaule droite (voir illustration ci-dessous) pour lui passer les menottes. Les policiers se sont assis à côté de lui et ont pris plaisir à regarder M. Liu transpirer abondamment dans d'atroces souffrances. La torture a duré une heure.

Illustration de torture : Menotté dans le dos

Après que M. Liu a été emmené au centre de détention local, les détenus l'ont souvent battu, lui donnant parfois des coups de coude dans le dos. En raison de la douleur aiguë, M. Liu s'effondrait sur le sol et se roulait sur lui-même. La police l'a maintenu en détention pendant quarante-trois jours et lui a extorqué 30 000 yuans.

Torturé dans le camp de travail

M. Liu a été arrêté pour la quatrième fois alors qu'il rentrait chez lui le soir du 15 avril 2004. La police a saccagé son domicile et l'a interrogé. Trois jours plus tard, il a été condamné à trois ans de prison dans le camp de travaux forcés de la ville de Jinzhou.

Dès qu'il a été admis dans le camp de travail, les gardiens l'ont enfermé puis immobilisé dans la position de l'aigle déployé, lui menottant les quatre membres aux quatre coins d'un lit. Il ne pouvait pas bouger du tout, et encore moins tourner son corps. Il est resté enfermé et attaché sur le lit pendant un mois.

Illustration de torture : Attaché sur un lit

Après la première torture, les gardiens ont chargé deux détenus de surveiller M. Liu et de l'empêcher de parler aux autres. Tous les jours, on l'obligeait à se lever à 5 heures du matin et à s'asseoir sur un petit tabouret de 10 cm de large, 12 cm de long et 15 cm de haut, jusqu'à 22 heures. La nuit, les détenus l'attachaient à son lit pendant son sommeil et la torture assise était répétée le lendemain. Chaque fois que M. Liu ne coopérait pas avec les détenus, ceux-ci le battaient et le réprimandaient.

Reconstitution de torture : Assis sans bouger sur un petit tabouret

Plus tard, lorsque M. Liu a fait une grève de la faim pour protester contre les persécutions, les gardiens l'ont nourri de force avec de la pâte de maïs fortement salée. Le chef de la clinique du camp de travail se tenait sur le côté et disait aux gardiens et aux détenus : « C'est très bien. Ça ne le tuera pas. »

Après une intensification des tortures pour forcer 

M. Liu à renoncer au Falun Gong, les gardiens lui ont attaché les jambes dans la position du double lotus et lui ont menotté les mains derrière le dos. Ils lui ont mis des écouteurs et ont passé à plein volume de la propagande diffamant le Falun Gong.

Les gardiens ont prolongé la durée de la torture chaque jour. Ils ont également fait en sorte qu'un détenu s'assoie à côté de lui et lui donne occasionnellement des coups de poing dans les jambes. Le temps de torture le plus long a été d'environ trois heures et demie, depuis le matin jusqu'à midi. Lorsque les gardiens l'ont relâché, il était incapable de bouger les jambes et a dû être traîné par les détenus jusqu'à sa cellule.

Une autre fois, M. Liu a été emmené dans le bureau des gardiens et frappé violemment à la tête. Il s'est effondré, s'est senti mal et était trempé de sueurs froides.

Trois nouvelles arrestations

M. Liu a été arrêté une fois de plus en novembre 2010 et détenu pendant quinze jours.

Sa sixième arrestation a eu lieu le 16 janvier 2019. Il a été libéré le jour même, car les gardiens du centre de détention de la ville de Jinzhou soupçonnaient qu'il avait la tuberculose.

Seulement quatre jours plus tard, le 20 janvier, la police l'a arrêté à nouveau et l'a détenu pendant quatorze jours.

Voir aussi :

Un homme du Liaoning condamné pour sa croyance malgré l'appel de son fils et de son père maintenant décédé pour qu'il soit libéré

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais