Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

[Célébrer la Journée mondiale du Falun Dafa] Ma grande famille (1re partie)

Mercredi 25 mai 2022 |   Écrit par Jing Shui, une pratiquante de Falun Dafa dans la province du Jilin, Chine

(Minghui.org) Comme le dit le proverbe : « Un léopard ne peut pas changer ses taches. » Il est très difficile de changer le caractère d’une personne, même si celle-ci fait de gros efforts. Je voudrais raconter comment le Falun Dafa m’a fait passer du statut de fille rebelle et d’épouse acariâtre à celui d’une personne toujours prévenante envers les autres.

Un garçon manqué qui se battait tout le temps

Je suis née en 1969. Mes parents s’attendaient à ce que moi, leur fille aînée, je sois une bonne fille. Ils ont donc été assez surpris de constater que j’étais très rebelle et que je ne me souciais pas du tout des autres. Je ne savais pas non plus pourquoi j’étais comme ça.

Dès l’école primaire, je me battais tout le temps. Avec mes cheveux courts, j’étais un vrai garçon manqué, même si, pour mon âge, j’étais petite et maigre. Mais je n’ai jamais eu peur de me battre. Tout ce qui me tombait sous la main, que ce soit des briques, des pierres ou des bâtons, je l’utilisais. Je frappais les autres enfants et je les insultais. Mes parents me grondaient et me battaient, mais je ne pleurais jamais et ne demandais pas grâce. Dans mon esprit, cependant, je ne reprochais pas à mes parents de me donner une fessée, car je savais que j’avais tort.

Au collège, je suis devenue encore plus violente. Parfois, je me battais même contre plusieurs enfants à la fois. Leurs parents se présentaient souvent chez moi pour se plaindre à mes parents. Juste après leur départ, mes parents me battaient, en espérant que je changerais. Mais cela ne s’est pas produit.

Malgré mon côté agressif, j’ai lu beaucoup de livres, notamment des classiques comme Le voyage vers l’Ouest, Le rêve dans le pavillon rouge, Les trois royaumes et L’investiture des dieux. En fait, j’avais beaucoup de questions depuis mon enfance, comme : « Pourquoi les gens meurent-ils ? Où allons-nous après la mort ? Renaîtrons-nous après la mort ? Y a-t-il un moyen pour nous de vivre éternellement ? »

Mais personne n’était en mesure de répondre à mes questions. Ma mère s’exclamait : « Pourquoi perds-tu ton temps à penser à de telles sottises ? Nous sommes heureux si tu es bien nourrie, rien d’autre. » Néanmoins, j’aimais lire les contes de fées et les légendes d’immortels. Quand quelqu’un du village mourait, je pleurais sur la brièveté de la vie des êtres humains.

Un mariage difficile

À la campagne, les filles se marient généralement vers l’âge de 20 ans. Après avoir échoué à l’examen d’entrée à l’université, je suis restée à la maison et je n’ai pas trouvé de mari avant l’âge de 24 ans. Ma mère me grondait souvent parce que j’étais trop difficile. J’étais contrariée et je lui ai dit : « Très bien alors, s’il te plaît, arrête de me crier dessus. J’épouserai le prochain prétendant, à condition qu’il ne soit ni boiteux ni aveugle. »

En 1993, quelqu’un m’a mis en contact avec Lei, un ancien combattant de 1,80 m. Cependant, il n’était pas très instruit, n’avait pas d’emploi stable après avoir pris sa retraite de l’armée, et sa famille était pauvre. Pour cette raison, ma mère s’opposait fortement à ce que je sorte avec lui. La mère de Lei n’aimait pas non plus mon franc-parler. Malgré leurs oppositions, Lei et moi nous sommes quand même mariés trois mois plus tard, et je n’ai pas demandé de dot.

Après notre mariage, j’ai appris que Lei n’avait en fait pas de travail du tout. Tout ce qu’il faisait, c’était jouer et se battre toute la journée. Ses deux frères aînés et sa sœur aînée étaient déjà mariés, et sa jeune sœur, toujours célibataire, vivait avec ses parents dans un bungalow de deux pièces. Nous avons donc emménagé chez son frère aîné, car nous n’avions pas les moyens de louer ou d’acheter notre propre maison.

Lei n’a pas changé d’habitudes : il a continué à jouer. Ma mère m’avait donné 400 yuans avant mon mariage, mais le lendemain de notre mariage, Lei me les a pris et les a perdus au jeu. S’il gagnait, il achetait de la nourriture, sinon, il rentrait à la maison les mains vides.

À la maison, c’est à peine si Lei me parlait et il ne répondait pas à mes questions. Il se mettait en colère si je lui disais quelques mots. Parfois, il ne rentrait pas le soir et se mettait en colère si je lui demandais où il était. Chaque jour, après être rentré à la maison, il buvait de l’alcool et ne me demandait jamais comment j’allais.

Ma belle-mère avait la réputation d’être gentille et bavarde. Elle était toujours souriante et prête à aider ses voisins. Mais dès qu’elle me voyait, son visage se figeait. Mon beau-père, en revanche, était gentil avec moi. Pour aggraver les choses, ma belle-mère disait souvent du mal de moi devant Lei, qui à son tour se disputait avec moi de temps en temps. Cela me contrariait et j’ai cessé de rendre visite à ma belle-mère.

Je suis rapidement tombée enceinte. J’avais des envies de fruits, mais Lei ne voulait pas m’en acheter, car il n’aimait pas les fruits. Pensant que c’était sans espoir, j’ai arrêté d’essayer de réparer notre relation. Après tout, nous ne nous connaissions pas bien au départ. Maintenant, nous étions comme des ennemis. Chaque fois que nous nous voyions, nous nous disputions. Nous avons accepté de divorcer après la naissance du bébé. Si c’était un garçon, il aurait la garde ; l’enfant serait à moi si c’était une fille.

Nous vivions à environ 65 km de mes parents, et ma mère venait me rendre visite de temps en temps. Mais je ne pouvais pas me plaindre à elle de la façon dont je souffrais. Après tout, c’était ma décision de l’avoir épousé. Comme mes parents étaient déjà âgés, je ne voulais pas non plus qu’ils continuent de s’inquiéter à mon sujet. Comme je n’avais pratiquement personne à qui parler, j’étais très déprimée et je comptais les jours jusqu’à ce que nous divorcions.

Lorsqu’en 1995, ma fille a eu un an, Lei et moi avons décidé de demander le divorce le lendemain. Mais le lendemain matin, un voisin avait du mal à respirer à cause d’un mal de dos. Lorsque Lei l’a emmené passer une radiographie à l’hôpital, il a également passé une radio – c’était gratuit puisque son parent travaillait là. Le voisin allait bien, mais Lei a reçu un diagnostic de tuberculose. Le médecin a dit qu’il l’avait depuis un certain temps déjà.

En rentrant de l’hôpital, Lei était malheureux, car il ne pouvait ni fumer, ni boire, ni se mettre en colère, ni faire de gros travaux. De plus, il devait bien manger. Voyant sa situation, j’ai décidé de l’aider d’abord et nous divorcerions plus tard.

Les personnes atteintes de tuberculose doivent prendre des médicaments quotidiennement, ce qui endommage le foie et les reins. Pour contrer les effets secondaires, mon mari devait bien manger, mais nous n’avions pas beaucoup d’argent. J’ai décidé de trouver un emploi. J’ai demandé à ma belle-mère de m’aider en s’occupant de ma fille pendant que j’étais au travail, mais elle a refusé. Je n’avais pas d’autre choix que d’envoyer ma petite fille vivre chez mes parents. Comme ils étaient très éloignés, je ne pouvais voir ma fille que pendant les vacances ou les jours où je n’étais pas au travail. Ma fille a vécu avec mes parents jusqu’à l’âge de sept ans. J’en voulais beaucoup à ma belle-mère : « Comment peux-tu jouer au Mahjong tous les jours et ne pas aider ta petite-fille ? »

Avec l’aide d’un voisin, j’ai trouvé un emploi de vendeuse de chaussures chez un grossiste. C’était dans les années 1990 et les gens en général n’étaient pas bien payés. Je gagnais 600 yuans par mois et je devais acheter mon déjeuner sur place. Je travaillais 11 heures par jour, de 6 h 30 à 17 h 30, et c’était très dur. Pour économiser de l’argent, j’utilisais un vieux vélo que Lei m’avait trouvé au lieu de prendre le bus. Je roulais très vite et je pouvais parcourir ces 8 km en une demi-heure.

C’était des années où il a beaucoup plu en été. Même avec un imperméable, j’étais toujours mouillée, j’avais donc froid et faim. En hiver, la route était gelée et glissante. Je tombais souvent et j’avais des bleus. Pour économiser de l’argent, j’achetais des brioches à la vapeur à un yuan et un cornichon à 50 centimes. De cette façon, j’ai sauvegardé 100 yuans par mois pour le déjeuner et je donnais le reste de mes 500 yuans de gains à Lei pour qu’il puisse s’acheter de la bonne nourriture qu’il aimait. Lei était très ému, et en trois ans, il s’était complètement remis.

J’ai rencontré beaucoup de gens au travail. Petit à petit, je suis devenue plus ouverte d’esprit. Mais insulter les clients était une affaire courante pour moi, et il m’arrivait de me battre avec eux.

Devenir une pratiquante de Falun Gong

Un matin de 1997, en finissant de nettoyer les chaussures dans mon stand, j’ai vu Zhu, une autre vendeuse, en train de lire un livre. Comme j’aimais lire depuis que j’étais enfant, je lui ai demandé si je pouvais emprunter le livre.

Elle a dit en secouant la tête : « Désolée, mais ce livre n’est pas pour toi. C’est une cultivation et une pratique de l’école de Bouddha. Mais tu as mauvais caractère et tu insultes souvent les gens. Ça ne marchera pas. »

À nouveau, j’ai demandé : « Allez, tout le monde dans ma famille croit en Bouddha. Puis-je le lire ? »

Mais Zhu a de nouveau secoué la tête et je n’ai rien dit.

Le lendemain matin, après avoir nettoyé mes chaussures, je me suis lavé les mains et suis allée au stand de Zhu pour prendre le livre.

J’ai dit : « S’il te plaît, prête-moi le livre. Si tu ne le fais pas, ne pense même pas à le lire. »

Elle a dit : « OK. Voilà. Tu peux le lire. Mais si tu n’y crois pas, s’il te plaît ne dit rien de mal à son sujet – ce ne serait pas bon pour toi. »

J’ai répondu : « Merci. Je ne le ferai pas. »

Le livre s’intitulait Falun Gong. Il n’était pas épais et je n’avais pas beaucoup de clients ce matin-là, j’ai donc fini de le lire avant midi.

Je lui ai dit en le rendant : « Ce livre est très bon. Je veux apprendre le Falun Gong, moi aussi. »

Zhu m’a demandé : « Tu insultes toujours les gens. Comment pourrais-tu le pratiquer ? »

J’ai répondu : « Je vais changer. Fais-moi confiance. »

Tous les jours, pendant neuf jours d’affilée, je me suis rendue chez Zhu après le travail afin de pouvoir regarder les neuf jours de conférences vidéo de Maître Li, le fondateur du Falun Gong. J’ai appris les cinq exercices et j’ai obtenu mon propre exemplaire de Falun Gong.

Selon les enseignements, j’ai appris que la vertu est importante, car nous en avons besoin pour cultiver. Surtout si l’on travaille dans le secteur des services comme moi, on perd de la vertu en insultant, en se battant, et même en jetant un mauvais regard à quelqu’un. Je devais donc corriger tous ces comportements. Les enseignements du Falun Gong interdisent également de tuer, alors à partir de ce moment-là, j’ai cessé de manger du poisson vivant et je n’ai acheté que du poisson congelé.

Maître Li a aussi dit qu’une femme doit être douce et prendre soin de son mari. En fait, en tant que pratiquante, je dois être gentille avec tout le monde. Même si quelqu’un me traite mal, cela peut être une dette karmique du passé. En gardant cela à l’esprit, j’ai regretté la façon dont je m’étais comportée avec mon mari dans le passé.

Dans les enseignements, le Maître a également mentionné que des personnes de tous horizons pouvaient pratiquer. J’ai compris que cela signifie que nous devons être responsables de notre famille, travailler assidûment à notre travail, ne pas entrer en compétition avec les autres et ne pas profiter des autres dans les affaires. En y réfléchissant davantage, j’ai réalisé que cette pratique est en effet formidable. Elle aide les fonctionnaires et les gens ordinaires à s’améliorer. Elle est gratuite et pratique pour tous, quels que soient la race, l’âge ou la situation financière. De plus, tant que l’on fait des efforts et que l’on se cultive sincèrement, on peut atteindre la plénitude parfaite. C’est vraiment incroyable !

Au fil du temps, j’ai compris de plus en plus de choses. Par exemple, se cultiver signifie se défaire des attachements et des conceptions humaines. La maladie, quant à elle, est causée par son propre karma. Les questions que je me posais depuis l’enfance ont trouvé des réponses. Tant que je me cultiverai selon le Falun Gong, le Maître s’occupera de tout.

Avec le recul, je me suis même surprise moi-même. Au fil des ans, mes parents m’ont grondée et battue d’innombrables fois, mais n’ont pas réussi à me changer. Cependant, après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, je souriais tout le temps et traitais les autres correctement. De plus, j’étais pleine d’énergie et de bonne humeur. Mon attitude envers Lei et ma belle-mère s’est améliorée de façon spectaculaire. Tout mon ressentiment avait disparu.

Lorsque j’ai rendu visite à mes parents pour le Nouvel An chinois, j’ai fait écouter les sessions de neuf jours de conférences du Maître à des parents et des voisins. Mon père et ma deuxième jeune sœur ont commencé à pratiquer, ainsi que certains parents. Lorsque certains villageois ont été surpris par mon changement, je leur ai dit : « C’est le Falun Gong qui m’aide à être une bonne personne. »

Élever ma moralité

Peu de temps après avoir commencé à pratiquer, j’ai été confronté à des tests pour élever mon xinxing.

Un jour, juste après avoir nettoyé les chaussures, un client est venu et a essayé une paire de chaussures après l’autre – presque toutes les chaussures pour hommes que j’avais. J’étais occupée à lui trouver des chaussures et à vérifier si elles étaient confortables pour lui. À la fin, il est parti sans en acheter aucune.

Les autres vendeurs ont fait des commentaires à ce sujet. L’un d’eux a dit : « Regardez ce type. Je ne pense pas qu’il soit venu pour acheter des chaussures au premier endroit. » En regardant les chaussures et les boîtes étalées un peu partout, je n’étais pas du tout contrariée et je les ai simplement rangées. En fait, moi aussi, j’ai été surprise de voir à quel point je pouvais rester si calme. Si cela s’était produit dans le passé, je l’aurais insulté et probablement même battu. Mais toutes ces impulsions avaient disparu. Certains des vendeurs du marché attendaient que je déclenche une grosse bagarre, mais rien ne s’est produit.

J’étais heureuse tous les jours. Quand il n’y avait personne autour de moi, il m’arrivait même de sauter de joie. Le matin, j’allais au travail après les exercices collectifs et je rentrais à la maison après l’étude collective du Fa.

À mesure que mon état d’esprit s’élevait, l’environnement autour de moi changeait. Lei était complètement guéri et il est devenu électricien. Il se souciait de la famille et nous achetait des ustensiles de temps en temps. Ma belle-mère n’était toujours pas gentille avec moi, mais je ne me suis pas laissée abattre et je l’ai bien traitée. Je lui apportais des fruits et je cuisinais pour elle de temps en temps. Mon beau-père me remerciait à chaque fois. Au fil du temps, ma belle-mère a également retrouvé le sourire. La jeune sœur de mon mari a aussi commencé à m’apprécier et me donnait parfois de petits cadeaux, comme des vêtements.

Lorsqu’il rencontrait ses camarades anciens combattants, Lei leur disait souvent : « Demandez à vos femmes d’apprendre de la mienne. Une fois qu’elles auront appris le Falun Gong, elles ne se battront plus avec vous et vous n’aurez pas à vous inquiéter qu’elles aient des liaisons non plus. »

Un voisin m’a dit : « Ta belle-mère a dit que tu es maintenant une bien meilleure personne et que tu gagnes de l’argent pour soutenir la famille. »

J’ai répondu : « Nous devons tous remercier le Falun Gong. »

Lorsque nous nous croisions dans la rue, ma belle-mère me saluait maintenant, alors qu’auparavant elle m’ignorait tout simplement. Elle disait souvent aux autres : « Si tout le monde pratique le Falun Gong, le monde sera bien meilleur. Nous n’aurions même pas besoin de la police puisque tout le monde serait si gentil. »

À cette époque, améliorer son caractère était relativement facile. Mais faire la méditation assise en position du lotus était difficile pour moi. Mes jambes étaient raides et j’ai dû travailler dur pour ça. Il m’a fallu un an pour arriver à croiser les jambes l’une sur l’autre dans cette position.

Au travail, j’étais heureuse toute la journée. Je ne me disputais plus et ne me battais plus avec personne. Je ne me souvenais même plus des mauvaises paroles que j’avais prononcées dans le passé. En me voyant sourire tout le temps, certaines vendeuses m’ont demandé pourquoi. J’ai répondu : « Eh bien, je suis une pratiquante de Falun Gong maintenant, et grâce à la pratique je suis en bonne santé et heureuse. Pourquoi ne serais-je pas joyeuse ? »

Avec l’étude continue des enseignements du Falun Gong, j’ai complètement changé et je suis devenue plus prévenante envers Lei. Il a également changé. Chez nous, il nettoyait la maison, faisait la lessive, nettoyait le sol, faisait les courses et la cuisine. Il m’a aussi beaucoup soutenue dans ma pratique, ce qui m’a rendue très heureuse.

Mais ce n’était pas toujours aussi facile. Une fois, alors que nous mangions ensemble, Lei m’a soudain giflée deux fois. Je ne savais pas pourquoi et je suis sortie en pleurant. De l’enfance à l’âge adulte, c’est moi qui avais donné les coups. Mais après avoir commencé à pratiquer, les autres me frappaient maintenant. Mais j’ai aussi compris l’importance de la tolérance, même si c’est difficile. J’ai donc essuyé mes larmes et suis rentrée à l’intérieur pour nettoyer la table.

Plus tard, Lei a dit qu’il ne savait pas pourquoi il m’avait frappé. En fait, il ne savait même pas ce qui s’était passé. J’ai réalisé que c’était le Maître qui me testait et m’aidait à m’élever à travers Lei.

À une certaine époque, je préparais le petit-déjeuner de mes beaux-parents tous les jours avant de partir pour le travail. La sœur de ma belle-mère était heureuse de notre relation harmonieuse et a utilisé son propre argent pour construire une maison de trois pièces sur le même terrain que la maison de deux pièces de mes beaux-parents. Ma belle-tante voulait que sa sœur et son beau-frère passent leurs dernières années avec nous. Lei m’a demandé si j’étais d’accord avec cet arrangement et j’ai répondu par l’affirmative. Mes beaux-parents, leur fille cadette et un petit-fils ont donc partagé la maison nouvellement construite, tandis que mon mari et moi avons vécu dans l’ancienne maison de ses parents. Notre famille élargie prenait tous les repas ensemble.

Un jour, ma belle-mère a dit qu’elle pouvait préparer le petit-déjeuner puisqu’elle se levait plus tôt. J’étais très reconnaissante et le lendemain matin, je ne me suis pas levée comme d’habitude. À ma grande surprise, je l’ai entendue se plaindre à Lei dans la pièce voisine lorsque je me suis levée : « Ta femme est tellement paresseuse. Elle n’avait pas à se lever pour préparer le petit-déjeuner, mais maintenant elle dort quand je prépare le petit-déjeuner. » Je ne me suis pas défendue et j’ai simplement continué à préparer le petit-déjeuner pour la famille. Ma belle-mère a fini par cesser de se plaindre. Lei aussi s’est amélioré – peu importe ce que sa mère disait de moi, il ne se disputait plus avec moi.

La personne qui a été mon plus grand défi en ce qui concerne mon xinxing était Liang, le deuxième frère aîné de Lei. Il avait un tricycle taxi et gagnait de l’argent. Mais il ne dépensait pas un centime pour la nourriture. Il venait prendre le petit-déjeuner tous les jours, mais ne participait jamais aux frais, même après que ma belle-mère lui a demandé de contribuer à hauteur de 30 yuans par mois. Il se plaignait aussi beaucoup à moi : « Le plat d’aujourd’hui est trop fade. Ce plat est trop salé ou trop épicé. Le riz est trop mou, la soupe trop fade, les légumes mal coupés, etc. » Lorsque ma belle-mère lui demandait pourquoi il ne mangeait pas chez lui, il répondait que la nourriture chez nous était meilleure.

Depuis que j’ai épousé son frère, Liang disait du mal de moi chaque fois qu’on se rencontrait. Parfois, il disait que j’étais trop bête et que même un enfant de trois ans était plus intelligent que moi. Après que j’ai commencé à pratiquer le Falun Gong, il a dit que j’étais idiote. Cela a duré pendant vingt ans. Je pensais que j’avais dû lui faire beaucoup de mal dans une vie antérieure.

Ma belle-mère avait un jardin potager d’environ un tiers d’acre. Elle avait prévu de nous le donner pour que nous puissions y construire une maison. Mais Liang a vendu sa maison et, tous les jours, il demandait à avoir le terrain. Finalement, il l’a obtenu. Il a ensuite prévu de construire d’autres maisons sur le terrain, pensant obtenir une plus grande compensation de la part du gouvernement lorsqu’il a décidé de s’approprier des terrains privés pour le développement urbain. Comme il n’avait pas d’argent, il a dit aux autres villageois que celui qui investirait dans la construction des maisons recevrait plus tard 50 % de la compensation. Mais personne ne l’a pris au mot. Pour éviter que Liang ne perde la face, Lei et moi avons retiré toutes nos économies et les avons données à Liang. Il a construit une maison, un garage, et une unité de stockage. Lui et sa femme ont promis de nous donner la moitié de la compensation du gouvernement plus tard.

Lei et moi étions également heureux, car nous pensions que nous allions recevoir beaucoup d’argent. Nous rêvions d’utiliser cet argent pour acheter un grand appartement et une voiture pour notre fille. Mais lorsque le gouvernement a effectivement repris le terrain et a indemnisé Liang et sa femme, ils ont signé tous les papiers sans que nous le sachions. Ils ont pris l’argent et ont rapidement déménagé.

Lei et moi étions en colère, car nous n’avions même pas reçu un centime. À l’époque, de nombreuses familles se battaient entre elles pour des questions concernant les compensations gouvernementales. Je savais qu’être une pratiquante signifiait se détacher des attachements à la renommée et aux intérêts matériels. Mais, s’agissant d’une somme aussi importante (près d’un million de yuans), il était vraiment difficile de s’en remettre. En attendant, j’ai dû persuader Lei : « Ne t’inquiète pas. Nous ne voulons pas de cet argent. Tout ira bien tant que nous serons tous en sécurité. » Je n’étais pas comme ça dans le passé. Je me serais battue pour l’argent même au prix de ma propre vie.

Lan, la jeune sœur de Lei, m’a aussi beaucoup testée. Ce n’est pas une mauvaise personne, mais elle avait un tempérament explosif. Son attitude pouvait changer instantanément, plus vite que les pages d’un livre qui se tournent. Tous les parents et les voisins avaient peur d’elle.

Si je n’avais pas pratiqué le Falun Gong, je n’aurais pas survécu un seul jour dans cette famille. Personne dans la famille n’osait faire de commentaires sur Lan. Elle jetait aussi des objets : ciseaux, couteaux de cuisine, tout ce qu’elle voyait. Quand elle se sentait mal, elle cherchait quelqu’un à qui s’en prendre. Elle ne s’arrêtait que lorsqu’elle était fatiguée. J’étais souvent sa cible.

Une fois, alors que j’étais en congé, je discutais avec ma belle-mère. Lan nous a entendues et a insisté sur le fait que je disais du mal d’elle alors qu’en fait je ne l’avais pas du tout mentionnée. Elle m’a suivie et m’a insultée en me demandant si j’avais dit du mal d’elle. J’ai répondu par la négative. Elle ne m’a pas crue et a continué à m’insulter, allant jusqu’à dire du mal de mes parents et d’autres personnes que je connaissais. Elle a évoqué des choses qui s’étaient passées des années auparavant. Ma belle-mère ne pouvait plus le tolérer et a témoigné que je n’avais pas dit de mal d’elle. Mais Lan n’a pas renoncé, affirmant que sa mère avait un parti pris contre elle.

Elle a dit : « Tu es une pratiquante de Falun Gong qui suit le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Si tu ne peux pas être patiente, tu es une fausse pratiquante. »

Quand Lei est rentré ce soir-là, Lan lui a parlé, lui demandant de « me corriger ».

Lei a dit avec un sourire : « Pas nécessaire. Je crois que vous pouvez tout régler. »

Après avoir tempêté pendant un long moment, Lan s’est finalement fatiguée et m’a demandé : « Dis-moi, as-tu été traitée injustement ? »

En souriant, j’ai dit : « Non, je ne l’étais pas, je n’aurais pas dû dire des choses dans le dos des autres. » Sa colère n’a pas disparu pour autant.

Lan a vécu avec nous pendant vingt ans. Quand je faisais des erreurs, elle me le faisait remarquer immédiatement. Quand je faisais bien, elle faisait l’éloge du Falun Gong. Lorsque j’étais harcelée pour ma croyance, elle se levait et faisait de son mieux pour me protéger. Lorsque j’ai été obligée de rester loin de la maison, elle s’est occupée de notre grande famille.

(À suivre)

Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de lauteur. Tous les contenus publiés sur ce site sont protégés par les droits dauteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais