Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Revenir à la bienveillance à l’aide de la cultivation

Dimanche 3 mars 2019 |   Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Chine

(Minghui.org) Avant que je commence à pratiquer le Falun Dafa, également connu sous le nom de Falun Gong, j’avais une entreprise en ligne de jeux de hasard et une autre de jeux de baccarat. J’avais un groupe stable d’agents et de membres, en plus d’une équipe financière pour le recouvrement des dettes et pour réaliser des prêts usuraires pour mon compte. Mon revenu mensuel était de l'ordre de centaines de milliers de yuans. Je socialisais beaucoup avec les gens, afin de me créer plus d’occasions d’affaires.

Délaisser tous les bénéfices de cette entreprise était inimaginable pour moi, étant donné que je ne bénéficiais d’aucun avantage social ni d’aucune autre sécurité financière. Toutefois, le Falun Dafa m’a fait réaliser que j’avais perdu ma vraie nature et ma conscience en prenant l’argent des autres. Personne n’en avait bénéficié, sauf les démons. C’est pourquoi j’ai fermé mon entreprise et j’ai arrêté de courir après les dettes qui m’étaient dues.

Violence familiale

J’ai grandi dans un mauvais environnement. Mon père me maltraitait depuis mon enfance. Il m’a appris à jurer contre ma mère et à utiliser un langage grossier peu après que j’ai commencé à parler. Il battait souvent ma mère et la maudissait. Ils se querellaient souvent l'un l'autre, ainsi qu’avec les autres membres de la famille. Ils se trahissaient l’un l’autre et se plaignaient tout le temps. Il n’y avait pas de paix à la maison.

Mon père me battait et me laissait couvert d’ecchymoses sur tout le corps. Mon cœur était empli de peur et de haine. À cette époque, la seule bonne chose que m’apportait la vie était de voir ma grand-mère. Je chérissais le temps passé à ses côtés.

À l’école primaire, même si je travaillais dur, mon père me punissait physiquement et me maltraitait sans raison. Alors j’ai commencé à détester l’école et à avoir de mauvaises notes. Mes enseignants n’étaient pas contents de moi et ont demandé à voir mon père. Ils ont encouragé d’autres élèves à dire du mal de moi devant mon père. Mon père m’a giflé devant toute la classe et m’a battu avec une chaise. Pour cette raison, mes camarades de classe riaient souvent de moi et m’insultaient.

J’étais à l’agonie et me sentais sans ressource. J’ai commencé à détester ma famille et mon école. Je ne voyais aucun espoir ni aucun sens à ma vie.

Corrompu par la société

Face à ces difficultés, je me suis souvent demandé d’où je venais, quel était le but de la vie et où j’irais. À l’âge de huit ans, j’ai posé ces questions à ma mère.

Elle m’a répondu qu’elle m’avait donné la vie, que j’allais vieillir, mourir et devenir de la cendre. J’étais déçu et me sentais perdu. C’était difficile de penser que ma mère m’avait donné naissance puis me laissait souffrir. Un jour, notre professeur nous a amenés au cinéma pour voir un film scientifique éducatif à propos de l’évolution des humains à partir des singes. J’ai alors commencé à accepter ce que ma mère m’avait dit.

D’après tout ce que j’avais entendu et selon l’endoctrinement du Parti communiste chinois (PCC), j’en ai conclu que dans ce monde, les gros poissons mangent les petits poissons et que les plus forts survivent. J’ai pensé que je devais devenir plus fort et plus méchant que les autres si je ne voulais pas me faire intimider ou opprimer.

Au secondaire, j’ai commencé à fumer et à boire et je ne rentrais pas le soir à la maison. Je me suis joint à un gang et je me battais. Je suis devenu un jeune à problèmes. Mais j’étais heureux, car on ne m’intimidait plus. Au contraire, ceux qui m’avaient intimidé et blessé ont commencé à me craindre et à me respecter. Pour la première fois, j’ai senti que j’avais réussi à m’implanter dans ce monde.

J’ai arrêté l’école après avoir terminé ma première année du secondaire. Ma devise dans la vie était : « Vis pour aujourd’hui, parce que la vie est courte et amère. » J’ai trouvé divers emplois dans différentes industries et me suis fait des amis de toutes sortes. Mais nous avions tous les mêmes valeurs, qui étaient de faire de l’argent et de faire plus d’argent.

À dix-huit ans, à Shanghai, j’ai commencé à consommer de la drogue, ce qui était populaire dans les boîtes de nuit. Je ne pensais pas que c’était mal. Je pensais plutôt que c’était à la mode et j’aimais cela. Ma vie a encore plus dégénéré.

Éveillé en lisant les Neuf commentaires

J’ai entendu parler du Falun Dafa en cliquant sur un lien qu’un ami m’avait envoyé par texto. J’ai été attiré par le contenu des Neuf Commentaires sur le Parti communiste et j’étais sous le choc après avoir lu le livre.

En surfant sur Internet, j’ai réalisé que les nouvelles dans les médias et sur les sites Web en Chine étaient manipulées, filtrées et bloquées. Cela prouvait que les personnes au pouvoir voulaient cacher la vérité au peuple chinois. Les gens ont été privés de leur droit d’accès à l’information afin de pouvoir juger par eux-mêmes des faits. Cependant, plus je lisais, plus je comprenais que ce que disait le livre Neuf commentaires sur le Parti communiste, était vrai.

J’avais été trompé depuis si longtemps. Le PCC est un régime pervers qui tue son propre peuple et qui a commis des crimes impardonnables. Depuis qu’il est arrivé au pouvoir, en 1949, il a lancé beaucoup de purges politiques et a massacré quatre-vingts millions de Chinois. Le mouvement de la réforme agraire voulait tuer les propriétaires fermiers. Le mouvement anti-droitiste voulait tuer les intellectuels. Le Grand Bond en avant a déclenché une grande famine et des milliers et des milliers de personnes sont mortes de faim.

La révolution culturelle a complètement endommagé la culture chinoise et a détruit les croyance et moralité traditionnelles. Le massacre de la place Tiananmen a tué des dizaines de milliers d’étudiants. Depuis 1999, les pratiquants de Falun Gong ont été brutalement persécutés et tués pour leurs organes.

J’utilisais un logiciel anti-censure pour pouvoir parcourir librement les nouvelles en ligne et j’ai partagé le logiciel avec d’autres dans l’espoir qu’ils puissent en apprendre davantage à propos de la cruauté et de la perversité du PCC. Je savais que le Falun Gong avait été lésé, mais je ne m’étais pas aventuré plus loin.

Me cultiver et m’élever dans le Falun Dafa

J’ai visionné deux programmes spéciaux : « Les Fleurs d’Udumbara » et « Légendes pour les gens du Futur », sur NTDTV. Les deux films ont mentionné la venue du roi sacré de la roue de la loi qui allait répandre le Fa. Je me suis demandé si c’était vrai. Je me suis senti touché et enthousiaste sans raison apparente. J’ai senti qu’il s’agissait d’un événement important pour moi. Ayant été éduqué dans un système scolaire qui enseignait l’athéisme et l’évolution, je croyais que les dieux et les bouddhas étaient de la superstition.

Par curiosité, j’ai téléchargé le livre Zhuan Falun. Des larmes coulaient sans arrêt sur mon visage peu après que j’ai commencé à le lire. Ce livre a touché mon cœur. Après avoir lu le paragraphe suivant, j’ai voulu cultiver :

« En effet, dès qu’une personne décide de prendre le chemin de la cultivation et de la pratique, dès que cette pensée apparaît, elle scintille comme de l’or et ébranle le Monde des Dix Directions — l’école de Bouddha conçoit l’univers selon la théorie du Monde des Dix Directions. » (Deuxième Leçon,Zhuan Falun)

Je savais que le Maître avait planté un Falun en moi après avoir lu « Ce que le Maître donne aux élèves » dans la Troisième Leçon, parce que j’ai senti quelque chose tourner dans mon abdomen.

Lorsque j’ai lu : « Déverser de l’énergie par le sommet de la tête », dans la Quatrième Leçon, le Maître a fait le guanding pour moi. J’ai senti un courant chaud venant du sommet de la tête jusqu’à la plante des pieds, tel que décrit dans le livre.

J’ai passé trois jours à lire le Zhuan Falun. Par la suite, ma perspective sur le monde avait changé. C’était la première fois que je trouvais ma vie belle et j’étais rempli d’espoir. J’ai appris les exercices de Falun Dafa en ligne et j’ai commencé à les pratiquer avec la musique des exercices.

Au début, j’étais très enthousiaste. Je pratiquais les exercices avec diligence et j’étudiais parfois le Fa. Je distribuais des documents d’information sur le Falun Dafa en ligne et je regardais à l’intérieur à la recherche de mes insuffisances lorsque je faisais face à des défis. Ma famille et mes amis riaient de moi lorsque je leur parlais des faits sur Dafa. Je me sentais seul à l’intérieur. J’avais encore des attachements forts aux intérêts personnels et aux désirs. J’étais encore ambitieux et je voulais faire mieux que les autres. Mon attachement m’a fait reculer et j’ai délaissé Dafa.

Toutefois, j’étais agité après cela, parce que la graine d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance avait été plantée dans mon cœur et était devenue mon critère pour juger entre le bien et le mal. Dafa est comme un miroir qui reflète le bien, le mal, le vrai, le faux, l’hypocrisie, etc. J’ai vu l’hypocrisie des hommes d’affaires qui flattent les gens en face. J’ai vu leur solitude et leur amertume même s’ils se comportaient comme s’ils étaient confiants, éloquents et capables.

En 2016, après avoir bien réfléchi, j’ai décidé de reprendre ma cultivation dans Dafa. J’étudiais le Fa, faisais les exercices et écoutais les podcasts des articles de partage d’expériences des pratiquants. J’ai été capable de trouver mes propres insuffisances et mes attachements que j’ai essayé d’éliminer pour m’élever. Avec le temps, j’ai compris de mieux en mieux à quel point Dafa est précieux.

Alors que je lisais la Troisième Leçon dans le Zhuan Falun, j’étais tellement en colère contre moi-même que j’ai pleuré. J’ai dit dans mon cœur : « Maître, vous nous avez donné un si bon Fa, mais je ne l’ai pas chéri. Je suis encore attaché aux choses ordinaires. Je suis tellement désolé Maître. » Après avoir dit cela, j’ai senti d’innombrables Falun tourner dans ma tête, sur mes bras et partout dans mon corps.

Dafa m’a fait délaisser les drogues, l’alcool et d’autres mauvaises habitudes. J’ai abandonné ma vie inutile. Lorsque je fais face à des conflits avec les autres, je regarde la situation d’après la perspective du Fa et j’essaie de comprendre la situation d’après la perspective de l’autre. Par conséquent, mon cœur et mon esprit se sont élargis.

Traduit de l’anglais au Canada