Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Fahui de Minghui : Suivre le Maître et propager le Fa dans les villages de montagne isolés

Samedi 21 novembre 2020 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa dans la province du Hebei, en Chine

(Minghui.org) Bonjour Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

Je suis née dans les montagnes, dans une famille de paysans très pauvres. La misère m'a suivie dès ma naissance. Une de mes sœurs aînées est morte. Ma grand-mère a cru qu'elle avait été enlevée par un fantôme. Pour s'assurer que je vive jusqu'à l'âge adulte, on m'a donné un nom affreux. J'ai survécu, mais j'ai été atteinte de bronchite, de méningite, d'hypotension, de maladie cardiaque, d'hémorroïdes, etc. Après le premier jour de chaque Nouvel An chinois, j'étais si malade que je ne pouvais pas sortir du lit.

Enfant, je voyais souvent des choses que les autres ne voyaient pas. Il y avait une photo d'une petite fille sur le mur. Chaque fois que j'étais très malade, elle descendait pour jouer avec moi. Quand j'avais cinq ans, j'étais très malade et je me suis vue sortir avec elle. Je me suis envolée à travers les nuages roses, à travers le ciel bleu, et je suis arrivée dans un immense jardin rempli de fleurs et d'arbres avec des fruits frais. J'ai dit : « Je ne les cueillerai pas. » Dès que j'ai dit cela, un homme âgé à la barbe blanche est apparu, tenant un plumeau taoïste. Au bout d'un moment, il m'a dit : « Tu dois rentrer. » Un phénix est venu et m'a ramenée. Quand je suis revenue, j'étais encore allongée sur le lit, souffrant.

Après mon mariage, quelqu'un a dit à mon mari qu'il avait épousé un « cadavre ». J'ai brûlé de l'encens, je me suis prosternée devant les dieux et j'ai prié Bouddha. Partout où il y avait une foire de temple, quelle que soit la distance, j'allais adorer ces « dieux » et ces « bouddhas ».

L'adoration ne guérissait pas mes maladies, mais je pouvais traiter les maladies des autres. J'ai « guéri » les maladies de beaucoup de gens. Je n'étais pas avide d'argent et je ne voulais rien. De plus en plus de gens venaient se faire soigner. Après le traitement, ils allaient bien, mais mes maladies continuaient à s'aggraver. J'étais malheureuse et je perdais souvent connaissance. Une fois, quand je me suis évanouie, ma famille a cru que j'étais vraiment morte et s'est préparée à mon enterrement. Une heure plus tard, je me suis réveillée. J'ai lutté pendant quarante-cinq ans.

J'ai eu tellement de chance d'apprendre le Falun Dafa.

Le Maître a dit :

« Mais je vous le dis, il vous a été très difficile d’obtenir le Fa, peut-être que les épreuves que vous avez endurées dans la première partie de votre vie n’avaient pour seul but que de vous permettre d’obtenir ce Fa, ça c’est ce que vous savez ; il y a encore ce que vous ne savez pas, peut-être que dans les quelques vies précédentes ou même dans des temps encore plus reculés, vous avez enduré des épreuves, vous avez souffert, tout ceci était dans le but d'obtenir ce Fa. Il y a encore des gens qui ont subi des souffrances encore plus grandes, c'est ce que vous ne savez pas. » (« Enseignement de Fa à la Conférence internationale d'échange d'expériences à Pékin », Enseignement du Fa dans les conférences I)

Les paroles du Maître me sont si chères. Elles m'ont éclairée sur un profond éveil spirituel. Chaque fois que je lis ce Fa, j'ai les larmes aux yeux.

Le Maître m'a sauvée de la mort

Le Falun Dafa a été introduit dans notre région dans les années 1990. Même les gens dans les montagnes en ont entendu parler. Quelqu'un m'a dit : « Le Falun Dafa est très bon. Beaucoup de gens ont vu leurs maladies résolues après l'avoir pratiqué. » Je n'y ai pas cru. J'ai pensé : « J'ai prié toutes sortes de divinités, et personne ne se soucie de moi. J'ai essayé toutes sortes de choses, aucune n'a marché. Je n'ai aucun espoir. Je suis déjà en train de mourir. » Mais c'était dur de mourir.

Le deuxième jour du Nouvel An chinois en 1999, un parent m'a encouragée à pratiquer. « Un cours de Falun Dafa a lieu au pied de la montagne. Beaucoup de gens y assistent et tous disent que c'est bien. Allez l'essayer. » Ma famille m'a également encouragée à essayer. Je me suis allongée sur le lit, en les regardant faiblement. En désespoir de cause, je leur ai promis d'essayer. Je pensais que j'allais mourir de toute façon, alors ça ne pouvait pas faire de mal.

Huit jours plus tard, accompagnée de ma famille, je suis descendue de la montagne pour apprendre le Falun Dafa. L'atelier avait déjà commencé ; il restait trois jours quand je suis arrivée. Dès que je suis entrée dans la salle, j'ai senti une force puissante qui me dynamisait. Je me suis sentie revitalisée.

Beaucoup de gens étaient assis partout dans la salle, écoutant l'enregistrement des conférences de Maître Li (le fondateur du Falun Dafa) à la ville de Jinan. Le coordinateur m'a demandé de m'asseoir et de croiser les jambes. Je n'ai eu aucun problème à croiser les jambes dans la position du lotus. Le Maître parlait des conséquences de tuer des vies. En écoutant, je me suis dit : « J'ai dû tuer beaucoup de vies auparavant. Ces êtres viennent-ils me voir pour être remboursés ? Est-ce que je paye ma dette avec toute cette maladie ? » Plus j'écoutais, plus je voulais entendre. J'ai tout oublié et j'étais complètement immergée dans l'enseignement du Maître.

Le coordinateur m'a demandé plus tard ce que je pensais. J'ai dit : « C'est génial ! Mais je suis arrivée trop tard ! » Il m'a dit qu'il y avait des livres et des cassettes, et que je pouvais apprendre à la maison. J'ai posé plusieurs questions et j'ai longuement discuté avec lui. Il m'a invitée à manger chez lui.

Ces trois jours ont été meilleurs que cent ans pour moi. J'étais comme une nouvelle personne ; je n'étais plus triste, faible, malade et désespérée. Je me sentais pleine d'énergie. Mon esprit et mon corps ont changé de façon spectaculaire et j'ai ressenti de la joie. J'ai acheté douze exemplaires du Zhuan Falun pour les ramener dans mon village afin de faire connaître le Falun Dafa à plus de gens.

Je n'ai jamais été à l'école et je ne pouvais pas lire un seul mot. J'ai apporté le livre à mon beau-frère et lui ai demandé de me le lire. Quand il a trouvé le mot Shakyamuni, il a dit : « Je ne connais pas ces mots. » J'ai dit : « Laisse-moi voir. » J'ai dit : « N'est-ce pas Shakyamuni ? » Mon beau-frère était stupéfait. Comment pouvais-je, en tant qu'illettrée, lire après avoir écouté l'enseignement du Maître pendant trois jours ! C'était un cadeau incroyable de la part du Maître !

Bientôt, toutes mes maladies ont disparu. Je savais que le Maître les avait emportées. J'étais si heureuse que le Maître m'ait sauvée de la mort. Je ne trouvais pas les mots pour exprimer ma joie.

Des choses étonnantes se produisent l'une après l'autre

J'ai appris les cinq exercices au domicile du coordinateur. Quand je suis rentrée chez moi, j'ai fait les exercices tous les jours. Une fois, alors que je commençais tout juste à méditer, j'ai lévité sur le sol. J'étais un peu heureuse et effrayée en même temps. J'ai fait l'expérience du phénomène dont le Maître a parlé : j'ai lévité pendant un moment, puis j'ai eu peur et je suis redescendue. Peu importe si j'étais occupée ou fatiguée, je faisais toujours les exercices. Même pendant les plus dures années de persécution, j'ai continué à pratiquer.

Tout le monde dans notre village savait à quel point j'étais malade. L'histoire de mon étonnant rétablissement s'est vite répandue. Je ne soignais plus les maladies des autres. Ceux qui venaient me voir pour leur maladie, je leur enseignais le Falun Dafa. Les montagnards sont curieux et sincères. Beaucoup de gens sont venus me voir.

Les routes de montagne zigzaguent, et les maisons sont construites le long des collines. Il faut un certain temps pour les visiter. Notre village est dispersé sur plusieurs collines. Malgré cela, plus de trente personnes de notre village sont venues me voir pour apprendre le Falun Dafa, et beaucoup d'autres des villages voisins sont également venus.

Je n'étais pas bien lotie financièrement, mais j'étais déterminée à parler du Falun Dafa à tout le monde. J'ai emprunté de l'argent et j'ai acheté un lecteur de cassettes. J'ai aussi transporté quelques livres de Dafa du bas de la montagne. Je ne craignais aucune difficulté, tant que je pouvais promouvoir cette pratique. De cette façon, le Falun Dafa s'est répandu comme une traînée de poudre dans notre village situé au plus profond de la montagne, et presque tout le monde le savait. Le nombre de pratiquants de Falun Dafa a augmenté de façon exponentielle chaque semaine. Cela ne leur coûtait pas un centime et ils se portaient bien. Qui ne voudrait pas pratiquer ?

Les montagnards sont pauvres et il est difficile d'obtenir des soins médicaux. Même si vous aviez l'argent, il n'est pas facile de quitter la montagne pour se faire soigner. Les gens ne pouvaient donc littéralement pas se permettre de tomber malades. Les gens venaient apprendre le Falun Dafa par deux ou trois, comme un ruisseau sans fin.

Après le début de la persécution du Falun Dafa, le 20 juillet 1999, mes compagnons de cultivation et moi-même sommes souvent sortis le soir pour distribuer des documents de clarification de la vérité sur le Falun Dafa. Une fois, nous sommes allés dans un autre village de montagne. Lorsque nous sommes revenus, il était déjà trois heures du matin. Alors que je marchais, un pratiquant n'arrivait pas à me rattraper. Il m'a dit : « Que se passe-t-il ? Comment se fait-il que je ne puisse pas te rattraper ? » Je marchais comme si je volais, personne ne pouvait me rattraper. Cette chose incroyable m'arrivait de temps en temps.

Sauver les gens, marcher sur le chemin divin

Jiang Zemin, l'ancien chef du PCC (Parti communiste chinois), a lancé une persécution brutale contre le Falun Dafa le 20 juillet 1999. Nous n'étions pas préparés mentalement à cette attaque soudaine et sanglante. Les sites d'entraînement ont été détruits, et les pratiquants ont été dispersés. La police s'est approchée de moi à plusieurs reprises, exigeant que je lui remette mes livres et mes documents de Dafa. J'ai refusé. J'ai dit : « C'est ma vie. Je ne vous la donnerai jamais ! » La police est restée chez moi pendant une semaine et n'a pas voulu me laisser sortir. Finalement, ils sont partis. J'ai continué à étudier le Fa et à pratiquer les exercices comme d'habitude.

J'ai eu les symptômes d'une bronchite en 2002. Je restais allongé dans mon lit jour et nuit, avec une forte respiration sifflante. Quand ils ont entendu cela, la police est venue. Ils voulaient utiliser ma « maladie » pour diffamer le Maître et discréditer Dafa. Douze d'entre eux se sont rassemblés autour de moi et ont essayé de me faire sortir. Je me suis immédiatement assise, j'ai levé ma paume et j'ai dit : « La main dressée ébranle l'univers » (« Le grand Éveillé », Hong Yin). Je voulais éradiquer les éléments maléfiques qui se trouvaient derrière eux. Ma paume droite a émis une intense lumière blanche et a frappé les facteurs maléfiques. La plupart des policiers se sont enfuis – seuls deux sont restés. Finalement, ils se sont également enfuis et la police n'est pas revenue.

Je descendais de temps en temps de la montagne pour obtenir des documents clarifiant la vérité. Les gens disaient que je marchais aussi légèrement que si j'avais vingt ans. J'étais en bonne santé, donc les gens savaient que je pratiquais toujours le Falun Dafa. C'était une condition favorable pour que je leur parle du Falun Dafa.

Le Maître a dit :

« Si chacun des disciples de Dafa peut y arriver, le monde entier sera changé, car chacun d’entre vous a pris en charge une importante sphère de ce monde, il représente les êtres d’un monde. » (« Enseignement de la Loi lors d'une réunion de The Epoch Times », Enseignement du Fa dans les conférences X)

J'ai réalisé que j'avais grandi dans cette région montagneuse et que ma mission était de sauver les gens qui s'y trouvaient. La région est si vaste et si dispersée, et les transports sont encore très peu développés. Ma mission est immense. Je dois terminer ma mission, quelle que soit la difficulté de la tâche. C'est le vœu que j'ai fait au Maître avant l'histoire.

Je sortais souvent dès qu'il faisait nuit. Je me remplissais les poches avec des documents clarifiant la vérité et j'allais dans chaque village pour les distribuer. Au début, je sortais seule. Plus tard, certains anciens pratiquants sont revenus pour pratiquer. Nous sommes sortis à deux pour les distribuer. Une seule personne à la fois peut marcher sur les chemins étroits des villages de montagne, et si vous ne faites pas attention, vous allez tomber dans un fossé.

Une fois, ma vache a sauté et a placé ses deux pattes avant sur mes épaules. Je n'étais pas préparée et j'ai été renversée. Les orteils de mon pied droit étaient tournés vers l'arrière. Il m'a fallu beaucoup de temps pour m'asseoir. J'ai réussi à ramener mes orteils dans une grande douleur, mais je n'ai pas pu les remettre en place. Je devais marcher sur mes talons. Même ainsi, cette nuit-là, j'ai suivi les autres pratiquants pour distribuer des documents comme d'habitude. Je boitais derrière eux sur un sentier de montagne accidenté. C'était presque l'aube lorsque nous avons fini de distribuer les dépliants. Après mon retour, je me suis souvenu de mon pied blessé. Il était tout à fait normal et sans douleur.

Au fur et à mesure que la rectification de Fa progressait, je suis passée de la distribution secrète de documents clarifiant la vérité à leur distribution publique, de la distribution de ces documents à la discussion face à face avec les gens sur le Falun Dafa. J'ai rencontré diverses personnes, y compris des gens instruits, des responsables de village et parfois des policiers. Je leur ai parlé en me basant sur leur capacité à accepter la vérité.

Lorsque je rencontrais les responsables du village, je leur racontais souvent une histoire : un secrétaire de village au pied de la montagne savait que tous les pratiquants de Falun Dafa étaient des gens bien. Dès que le bourg l'informait que des gens allaient venir harceler les pratiquants, il prévenait immédiatement les pratiquants : « Quelqu'un vient. Faites vos valises. » Un jour, le bourg ne l'a pas informé, ils sont venus et ont dit qu'ils voulaient aller voir une pratiquante qui s'appelait Xiangmei. Le secrétaire les a alors conduits chez Jiangmei (une autre personne). Puis il a dit qu'il devait utiliser les toilettes immédiatement. Il a appelé le mari de Xiangmei dans les toilettes. À son retour des toilettes, les gens du bourg lui ont dit que la personne qu'ils cherchaient s'appelait Xiangmei et non Jiangmei. Lorsqu'ils se sont rendus au domicile de Xiangmei, elle était déjà partie en toute sécurité.

Ce secrétaire mène maintenant une vie prospère. Parce qu'il protégeait les pratiquants, il a été béni.

Pendant la persécution, de nombreuses personnes enfreignaient la loi. Je leur ai parlé de l'article 39 de la Constitution et j'ai dit que de nombreux responsables de village violaient cette disposition, ce qui signifie qu'ils enfreignaient la loi. Si les citoyens (y compris les paysans) les poursuivaient en justice, ils risqueraient trois ans de prison. Si vous profitez de l'ignorance des paysans, profitez des lacunes et agissez illégalement, vous aurez de la malchance. Je leur ai dit que j'espérais qu'ils traitent bien les pratiquants et alors ils auraient un avenir radieux et toute leur famille serait bénie.

Le Maître a dit :

« Je ne peux pas laisser derrière un seul disciple de Dafa, chacun est de ma famille, alors comment pouvez-vous traiter les membres de ma famille de façon différente? » (« Enseignement de la Loi à la réunion avec les élèves de la région d’Asie-Pacifique », Enseignement du Fa dans les conférences VI)

J'ai recherché mes anciens compagnons de cultivation en priorité, car ils ont tous une affinité prédestinée avec Dafa. Au cours des dernières années, de plus en plus d'anciens pratiquants sont revenus à la pratique. Deux pratiquants de notre village ont commencé à pratiquer il y a quelques années, et nous avons formé un groupe d'étude du Fa et faisons les exercices ensemble tous les jours. Avec l'aide de nos compagnons de cultivation au pied de la montagne, nous avons installé New Tang Dynasty TV pour voir directement les programmes de clarification de la vérité et entendre les voix de la justice et de la bonté. Nous sommes particulièrement heureux de pouvoir regarder le spectacle de Shen Yun chaque année.

Ce qui nous a rendus encore plus heureux, c'est lorsque les pratiquants nous ont apporté des ordinateurs et des imprimantes et nous ont aidés à nous connecter à l'Internet. C'était formidable. Nous avons ensuite pu nous rendre sur le site web de Minghui. Nous avons produit des documents pour parler de Falun Dafa. Cela nous a permis d'économiser beaucoup de temps en déplacements pour aller chercher des documents au pied de la montagne.

Bénédictions familiales

La pratique du Falun Dafa a amélioré ma santé, et je n'ai pas pris une seule pilule depuis que j'ai commencé à pratiquer. Peu importe les efforts déployés par le Parti communiste chinois pour diffamer le Falun Dafa, toute ma famille croit en Dafa. Ils ont soutenu ma pratique et savent que le Falun Dafa est bon. J'ai une famille harmonieuse.

Mon mari ne pratique pas, mais il m'a accompagnée pour distribuer des documents clarifiant la vérité pendant les années les plus difficiles de la persécution. Un jour, alors que l'orateur du village calomniait Dafa, j'ai dit : « On devrait leur donner une copie des documents clarifiant la vérité. » Mon mari a dit : « Je vais leur en donner un. » Alors il est parti. Lorsque la persécution était grave, mon mari ne voulait pas me laisser sortir et il allait distribuer des informations pour moi.

Mes deux fils et belles-filles croient en Dafa. Ils travaillent tous bien et vivent en paix. Parfois, lorsque des compagnons de cultivation viennent et que je ne suis pas à la maison, mes belles-filles sont très accueillantes et font la cuisine pour eux. Mes quatre petits-enfants sont adorables, en bonne santé et ne tombent jamais malades. Ils savent tous que « Falun Dafa est bon ».

Le poème suivant résume mon parcours :

Après une demi-vie de souffrance et de maladie, j'ai prié Dieu et adoré le Bouddha.

Une fois que j'ai trouvé le Falun Dafa, le Maître m'a sauvé la vie.

Apprendre Dafa et cultiver mon cœur, ma vraie nature a fait surface.

Sauver les gens est ma mission, cultiver fermement et assister le Maître.

(Dix-septième conférence de partage d’expériences par Internet de Minghui pour les disciples de Dafa de Chine continentale 2020)

Traduit de l'anglais