Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Des miracles me ramènent à Dafa

Mercredi 6 octobre 2021 |   Écrit par une disciple de Dafa en Chine

(Minghui.org) J'ai grandi dans une petite ville, dans une famille ordinaire. Mes parents disaient souvent que j'étais comme Lin Daiyu dans le roman classique Rêve de la chambre rouge : calme, solennelle, noble, mais étroite d'esprit et facilement contrariée par des questions insignifiantes.

J'étais troublée par des questions telles que : pourquoi les gens vivent-ils ? Pourquoi est-ce que je vis ?

J'ai eu une maladie très grave à l'âge de 18 ans. Mes parents avaient perdu tout espoir, mais à leur grande surprise, j'ai survécu.

Quand les gens de la ville m'ont vue, ils ont dit : « On est promis à la chance après avoir survécu à une grande calamité. » Je sais maintenant que la plus grande bénédiction que Dieu m'a accordée est d'avoir trouvé le Falun Dafa !

J'ai déménagé pour aller à l'université à l'âge de 20 ans, puis je me suis mariée et j'ai eu des enfants. Lorsque je suis arrivée dans cette ville étrangère, j'ai dû repartir de zéro.

La famille de mon mari m'a traitée comme son plus jeune enfant et m'a laissée terminer mes études. J'ai la chance qu'ils soient érudits, très faciles à vivre, en paroles comme en actes et qu'ils prennent soin de moi de toutes les manières possibles.

Lorsque ma belle-mère m'a parlé du Falun Dafa, j'y ai été réceptive. Cependant, comme j'avais grandi dans une famille athée, je prenais ce qu'elle disait pour des histoires.

Après avoir donné naissance à mon enfant, elle s'est occupée de mon bébé et de moi pendant mon congé de maternité et a lu le livre Zhuan Falun avec moi. Mais j'avais du mal à comprendre ce dont parlait le livre.

Lorsque mon enfant a eu trois ans, ma belle-mère m'a invitée à joindre un groupe pour faire les exercices. Je me suis jointe à eux par courtoisie.

Je me sentais fatiguée en faisant les exercices, surtout le deuxième. J'étais tellement épuisée après avoir tenu les bras en l'air pendant un certain temps que j'avais envie de m'en aller.

Bien sûr, je ne savais pas pourquoi je devais lever les bras comme ça. J'ai abandonné la pratique après quelques jours en raison de mon travail et d'autres obligations.

Cependant, tous les jours en allant au travail, j'aimais réciter « Falun Dafa est bon, Zhen-Shan-Ren est bon ! » J'écoutais aussi la musique de Dafa « Pudu » et « Jishi » sur le chemin du retour à la maison parce que cela sonnait si bien !

Une nuit, j'ai rêvé que j'étais assise dans un bus à toit ouvert. En passant dans une rue animée, il y avait de nombreuses fées volantes dans le ciel juste devant moi. C'était si réel et j'étais si emballée que la scène est restée clairement gravée dans mon esprit. Mais comme c'était un rêve, il s'est effacé avec le temps.

Une tribulation après l'autre, cependant, m'a ramenée à Dafa. Un jour, je n'ai soudain plus pu bouger le cou. Un autre jour, j'ai trébuché sans raison et je suis passée à travers une porte en verre, me coupant le visage. Je ne voulais plus rencontrer de gens à cause de tous les points de suture que j'ai eus.

Mais cela ne m'a pourtant pas réveillée et j'ai continué à m'immerger dans les affaires banales des gens ordinaires.

Ce genre de choses a continué à se produire jusqu'en 2017, lorsque ma fille a eu une forte fièvre qui ne voulait pas disparaître. Le plus grand hôpital de la province était impuissant à faire quoi que ce soit. Ils nous ont dit qu'il n'y avait pas de traitement connu pour son état et qu'elle devait donc l'endurer toute seule.

Je courais tous les jours pour accompagner ma fille à l'hôpital et en revenir et je pleurais chaque fois que nous recevions les résultats des tests. En la voyant endurer une telle torture, la seule chose que je pouvais faire était de souffrir dans mon cœur.

Lorsque ma belle-mère a appris l'état de ma fille, elle nous a invitées à nous joindre à elle pour lire le Zhuan Falun et faire les exercices. J'ai suivi son conseil, car il n'y avait vraiment pas d'autre issue.

En voyant ma fille s'améliorer progressivement, j'ai cru que c'était le résultat de la consultation d'un médecin de médecine chinoise. Mais ma fille a de nouveau fait de la fièvre et je l'ai ramenée chez ce médecin.

À mi-chemin, je me suis souvenue que le médecin ne travaillait pas ce jour-là. Soudain, une idée m'est venue à l'esprit : rentrer à la maison et étudier le Fa !

J'ai immédiatement commencé à lire le Zhuan Falun en rentrant à la maison et dès que j'ai eu terminé, la fièvre de ma fille avait disparu. Quel miracle !

Par la suite, chaque fois qu'elle avait de la fièvre, elle me demandait de lire le livre, au lieu d'aller chez le médecin ou à l'hôpital. Et à chaque fois, elle se rétablissait.

Ce qui s'est passé nous a permis d'être témoins de miracles à maintes reprises, ce qui nous a conduits à nous rapprocher de Dafa étape par étape. Bien qu'au début, je ne comprenais pas complètement la signification de ce dont parlait le livre, je continuais à lire le Zhuan Falun en rentrant chez moi tous les jours.

Peut-être que Maître Li a vu que j'étais sincère, alors il m'a permis de comprendre Dafa davantage, petit à petit. J'ai eu envie de lire tous les jours et j'ai compris un peu plus le contenu profond de ce livre.

Je sentais qu'il y avait un bouddha, un taoïste et une divinité derrière chaque mot du livre.

Quand ma fille est allée en pension pour le lycée, j'ai passé beaucoup de temps à écouter les conférences du Maître chaque jour. Plus j'écoutais, plus j'aimais cela.

Pendant ce temps, mon unité de travail a été fusionnée, et mon nouveau travail consistait à répondre au téléphone au service à la clientèle. Chaque jour, je recevais des appels de personnes différentes. Lorsque je recevais des appels de personnes impolies et déraisonnables, le Maître mettait le mot « compassion » dans mon esprit, afin de ne pas me mettre en colère ni me disputer avec elles.

J'ai d'abord été étonnée de constater que je n'étais pas du tout en colère. En plus de cela, j'étais capable de résoudre les problèmes des clients avec patience et sincérité, et de les amener à se calmer.

Auparavant, je me laissais facilement entraîner par tout ton inamical et je faisais des remarques impertinentes en retour. Je réalise maintenant que tout ce que je rencontre est une bonne chose ; c'est pour m'aider à élever mon xinxing.

Avec cet état d'esprit, peu importe la grossièreté des personnes que je rencontrais, c'était comme si rien n'arrivait.

Je me rendais souvent sur le site de Radio Minghui pour écouter des articles de partage sur la façon de sortir et de parler aux gens des bienfaits de Dafa. J'avais du mal à accepter le fait que je ne savais pas comment le faire.

Une pensée m'est alors venue à l'esprit : mon travail actuel, qui consiste à répondre à des appels téléphoniques, n'est-il pas une occasion de répandre la vertu d'Authenticité-Bienveillance-Tolérance aux autres ? Le Maître a arrangé cela pour moi afin de transmettre la beauté de Dafa. Merci beaucoup, Maître !

J'ai ensuite émis une pensée : je suis déterminée à cultiver Dafa et à retourner à la maison avec le Maître. En fait, à cette époque, je n'avais pas une compréhension claire de la véritable signification de « retourner à sa nature originelle et véritable » et de la raison pour laquelle je devais faire les trois choses demandées aux pratiquants. Je savais simplement que c'était ce que je devais faire.

J'ai écouté les enseignements du Maître d'innombrables fois, mais je n'ai jamais ressenti de crispation du front lorsque le Maître parlait d'ouvrir l'œil céleste (troisième œil). Peu de temps après, cependant, lorsque j'ai écouté à nouveau ce sujet, j'ai senti un léger inconfort sur le front. Je l'ai touché deux fois, mais je n'ai rien trouvé d'anormal.

Pendant ma pause déjeuner, j'ai voulu me reposer. Mais en fermant les yeux, j'ai vu devant moi un bel œil large avec de longs cils.

Lorsque j'étais sur le point de regarder de plus près, il a disparu. C'était vraiment comme ce que le Maître avait décrit dans les enseignements du Fa. J'étais tellement enthousiaste. Le Maître avait ouvert mon œil céleste simplement parce que j'aimais écouter ses enseignements !

Un week-end, j'étais trop endormie pour me lever et lire. Dans un rêve, j'ai vu le Maître assis en méditation, mais les yeux fermés.

Ma première réaction a été : « Le Maître m'a demandé de me lever et je devrais me lever pour lire et faire les exercices. » Mais je ne pouvais pas me réveiller et je me suis rendormie. J'ai vu à nouveau le Maître en méditation assise à l'image de Bouddha, mais avec les yeux fermés. J'ai alors dit : « Maître, je vais me lever tout de suite ! »

Après une lutte acharnée, je me suis réveillée en sachant que c'était la façon dont le Maître m'encourageait à faire le meilleur usage de mon temps pour une cultivation authentique !

Les membres de ma famille me disent que je suis devenue plus gaie et très énergique. Mes amis d'enfance, qui ne m'ont pas vue depuis longtemps, disent aussi que je suis devenue quelqu'un d'amusant et que je ne suis plus celle que j'étais.

Les gens font parfois remarquer que je dois avoir une vie très heureuse, car je suis pleine de sourires et de rires. Mais ils ne savent pas que c'est Dafa qui m'a changée !

J'ai dit à ma mère : « Maintenant, je sais pourquoi je suis venue dans ce monde... pour obtenir Dafa. » Elle a acquiescé en hochant la tête.

Merci Maître, de m'avoir donné ce grand Dafa ! Je dois être plus diligente, bien étudier le Fa, me cultiver sérieusement et retourner à la maison avec vous !

Traduit de l'anglais