Falun Dafa Minghui.org www.minghui.org IMPRIMER

Fahui de Minghui | Valider Dafa partout où je suis

Mardi 7 décembre 2021 |   Écrit par une pratiquante de Falun Dafa dans la province du Guangdong, Chine

(Minghui.org)

Bonjour Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

Ayant pratiqué le Falun Dafa pendant vingt-deux ans, j’ai ressenti l’immense compassion de Maître Li (le fondateur du Falun Dafa) en me sauvant, en m’encourageant et en me protégeant dans mon parcours de cultivation.

Ma gratitude envers le Maître est au-delà des mots et je sais que je ne peux jamais rembourser sa compassion. Je ne peux que faire bien ce qui est demandé à un disciple de Dafa.

Depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Dafa en juillet 1999, j’ai travaillé dur pour faire savoir aux gens à quel point le PCC est vraiment affreux et à quel point il a menti et diffamé la pratique.

Distribuer les documents

Moins d’un an après que j’ai commencé la pratique du Falun Dafa, le dirigeant du PCC à l’époque, Jiang Zemin, a lancé une campagne nationale pour l’éradiquer en juillet 1999. D’autres pratiquants et moi avons distribué des documents d’information pour expliquer ce qu’est la pratique et pourquoi la persécution est illégale.

À part les banderoles et les amulettes, j’ai produit moi-même tous les autres documents clarifiant la vérité. D’habitude, je les préparais le soir, puis je les distribuais près de mon lieu de travail à midi le lendemain. À l’occasion, je suis allée ailleurs pour les distribuer après le travail au lieu de rentrer immédiatement chez moi. Les week-ends, je prenais le bus à destination d’autres endroits un peu plus loin pour distribuer des documents. Je n’avais qu’une pensée : distribuer plus de documents pour aider davantage de gens à comprendre les faits sur le Falun Dafa et à voir clair dans les mensonges du PCC sur la pratique.

Même si mon mari n’est pas un pratiquant, il soutient ma croyance et m’a souvent conduite dans des endroits éloignés pour distribuer des documents. Après avoir couvert chaque coin de notre ville, nous sommes passés à d’autres faubourgs et villes. Si un endroit était trop éloigné, nous passions même la nuit à l’hôtel et retournions chez nous le lendemain. Nous avons fait cela pendant plus de dix ans et tout s’est bien passé.

Même si c’était beaucoup de travail pendant l’intense persécution, ces années sont mémorables. Je pouvais sentir aussi l’aide compatissante du Maître. Par exemple, nous entendions parfois des annonces au sujet des embouteillages, mais quand nous arrivions sur place, la circulation était fluide. Mon mari demandait même si les stations de radio nous avaient mal informés. Je répondais : « Non, c’est le Maître qui nous aide. » Après que ce scénario s’est répété de nombreuses fois, mon mari a cru ce que je disais.

Pour des raisons de sécurité, nous prenions souvent des routes secondaires. Quand nous demandions le chemin aux habitants du secteur, je leur donnais des documents ou des DVD. Une fois pendant que je distribuais des documents dans un village, une femme a dit : « Je viens de regarder le DVD que vous m’avez donné – c’est super ! » Il s’est avéré que je lui avais donné des documents plus tôt lorsque je lui avais demandé le chemin à l’entrée du village.

Très souvent après avoir quitté un village d’une route secondaire, nous étions surpris de voir la route secondaire connectée à la route principale, qui menait peu après à l’autoroute. C’était incroyable. Parfois, il était encore tôt quand nous quittions un village, et nous pouvions voir le beau coucher du soleil à travers les champs dégagés. C’était une vue magnifique et j’étais reconnaissante de l’aide du Maître tout au long du chemin.

Valider le Fa au travail

Au début de la répression, je ne pratiquais que depuis quelques mois et je ne savais pas ce que je devais faire. Cependant, après avoir lu les livres de Falun Dafa, je me suis rendu compte que Dafa était juste et j’ai décidé que je continuerais à pratiquer ouvertement et avec dignité, peu importe ce qui se passerait. Avec cette pensée, j’ai senti une immense énergie et je savais qu’elle provenait du Maître. Une forte pensée droite a émergé de mon esprit et j’étais déterminée à valider le Fa dans n’importe quelle circonstance. Je suis arrivée à voir que ma mission consistait, en tant que disciple de Dafa, à valider la droiture de Dafa peu importe où j’étais.

Néanmoins, il y avait une pression considérable. Parfois, mes collègues me jetaient des regards étranges ou faisaient des remarques désobligeantes qui me blessaient. Ils m’ont même isolée. Une fois, il y avait beaucoup de travail à faire et tout le monde, sauf moi, a été appelé à faire des heures supplémentaires. En temps normal, j’aurais été heureuse de ne pas avoir à faire d’heures supplémentaires, mais cet incident m’a fait me sentir particulièrement isolée.

Le lundi suivant quand je suis retournée au travail, les gens agissaient comme si je n’existais pas et parlais de choses amusantes qui se sont passées lorsqu’ils faisaient des heures supplémentaires pendant le week-end. J’ai pensé que ce n’était pas simplement m’ignorer, que c’était plutôt une tentative de détruire ma volonté. En regardant en arrière, je me suis rendu compte que mes collègues n’ont probablement pas agi de cette façon délibérément mais, à l’époque, j’étais très blessée car je n’avais pas encore une compréhension profonde du Fa. Je me souviens que je ne voulais pas aller travailler pendant un certain temps.

Malgré mes luttes, j’ai heureusement gardé à l’esprit les enseignements du Maître et j’ai travaillé dur pour rester imperturbable. J’étudiais le Fa avant le travail afin de renforcer ma pensée droite. Quand j’ai lu « L’élévation du xinxing » dans la Quatrième Leçon du Zhuan Falun, je me suis rendu compte que je devais traiter tout ce qui arriverait au travail comme des occasions pour m’élever et montrer aux autres ce qu'est Dafa véritablement.

Après cela, j’ai regardé inconditionnellement à l’intérieur pour voir quels attachements j’avais encore. Dès que j’identifiais un attachement, je travaillais dur pour l’éliminer.

J’étais diligente dans mes tâches au travail et, quand je n’étais pas occupée, je mettais mes écouteurs et écoutais les conférences audio du Maître. Alors que j’abandonnais mes conceptions humaines, les choses sont devenues plus simples à gérer. Je me rendais compte que tout ce que je rencontrais était arrangé pour ma cultivation.

La situation a aussi commencé à changer. Mon responsable et la direction de la compagnie m'ont fait confiance et ont reconnu mon rendement au travail. En quelques mois, mon salaire a doublé et j’ai été promue chef d’équipe. C’est juste comme le Maître a dit :

« La cultivation dépend de soi, le gong dépend du maître. » (Première Leçon, Zhuan Falun)

Plus tard, j’ai commencé à parler du Falun Dafa à mes collègues. « Si tu dis que tu es une pratiquante de Falun Dafa, je sais que cette pratique doit être bonne », a dit l’un d’entre eux. J’étais très émue, comme si j’étais entourée d’une forte énergie. Je savais que le Maître m’encourageait de cette façon.

Une fois, un autre collègue a dit : « Tu es différente de ce que la télévision a dit [sur les pratiquants de Falun Dafa]. »

« Tu sais, ce sont tous des mensonges qui trompent les gens », ai-je répondu. Je me suis aussi rendu compte que nos propres paroles et actions sont la meilleure façon de montrer ce qu’est le Falun Dafa.

Valider le Fa chez moi

Même si mon mari n’était pas contre ma pratique, il a été trompé par la propagande de diffamation au début de la persécution. « Si je ne peux même pas aider mon mari à déceler la propagande de haine et à se rendre compte que le Falun Dafa est bon, qui pourrais-je persuader de me croire ? » ai-je pensé.

Parce que ma compréhension du Falun Dafa n’était pas profonde à l’époque, je finissais souvent par me disputer avec mon mari quand j’essayais de lui dire que la persécution était illégale. Lorsque j’ai compris plus de principes du Fa, je lui en ai parlé davantage, mais nous finissions quand même par des discussions.

Entretemps, j’ai commencé à regarder à l’intérieur pour m’élever afin d’avoir plus de compassion et de patience. Plus tard, j’ai compris que, même s’il discutait encore avec moi, il avait écouté ce que je lui avais dit plus tôt. Cependant, quand je lui expliquais de nouvelles compréhensions, il devenait encore confus et recommençait à se disputer avec moi. Je vois qu’il change alors que je continue de progresser dans ma cultivation. Aujourd’hui encore, nous discutons de temps en temps lorsque je partage avec lui de nouvelles compréhensions du Fa.

Par conséquent, mon environnement familial est généralement favorable à ma cultivation. Mon mari a même dit aux gens qu’il n’a vu en moi aucune des fausses affirmations du PCC sur Dafa. J’ai ainsi pu constater que mon mari était gentil, ce qui m’a fait réaliser à quel point clarifier la vérité est puissant. Je remercie aussi le Maître de m’encourager à clarifier la vérité à mon mari. Par la suite, mon mari m’a non seulement conduite dans des endroits éloignés pour distribuer des documents, mais il m’a également aidée partout où j’avais besoin de lui.

Un jour, un agent de police m’a appelée chez moi et j’ai été stressée pendant quelques jours. « Pas de soucis. Tu peux compter sur moi », a dit mon mari. Très souvent après de tels appels téléphoniques, la police ou les agents de la communauté locale se présentaient au domicile des pratiquants en prétendant vérifier les registres d’enregistrement des ménages ou les services publics. Mon mari gérait souvent de telles visites.

Une fois, plusieurs personnes du comité du voisinage sont venues vérifier les enregistrements des ménages et les pièces d’identité. Mon mari leur a donné l’information qu’elles ont demandée, mais elles sont revenues peu de temps après pour prendre une photo de moi. Mon mari a refusé de les autoriser à le faire.

« Si vous ne coopérez pas avec nous, la police va venir », a menacé l’un d’entre eux.

« Vous pouvez en parler à qui vous voulez », a répondu mon mari alors qu’il fermait la porte. « Je n’ai violé aucune loi et je n’ai pas le temps pour ça ! »

Je ne me suis pas laissé dissuader non plus. J’ai regardé à l’intérieur pour voir si j’avais des lacunes. Ces fonctionnaires ne sont jamais revenus. Cette expérience nous a donné, à mon mari et à moi, confiance en Dafa. Ma croyance dans le Maître et dans Dafa s’est même renforcée.

Une fois, un autre pratiquant et moi sommes allés enlever une affiche de diffamation, et mon mari nous a emmenés en voiture. Cependant, alors que nous enlevions l’affiche, quelqu’un nous a vus et nous a signalés à la police. Pendant que la police nous arrêtait, j’ai vu mon mari dans la foule qui me souriait comme s’il disait : « Pas de soucis. » J’ai été émue par son soutien.

Au poste de police, j’ai continué à émettre la pensée droite et je savais que je n’y étais pas à ma place. J’ai dit au Maître dans mon cœur : « Maître, je suis désolée. Je n’ai pas bien fait. Je rectifierai mes omissions dans le Fa, mais je ne reconnais aucune persécution utilisant mes omissions comme une excuse. Veuillez m’aider à sortir d’ici ! »

Le Maître a aidé l’autre pratiquant et moi à quitter le poste de police après une heure environ.

À l’extérieur du poste de police, j’ai vu mon mari, qui avait suivi la voiture de police et projetait de me secourir.

Surpris et content, il m’a demandé : « Comment es-tu sortie ? »

« Le Maître m’a aidée », ai-je répondu. J’ai vraiment ressenti la protection du Maître.

Après cet incident, mon mari ne m’a jamais critiquée ou rappelé d’être vigilante. Au lieu de mettre la pression sur moi, il a essayé de me rassurer : « Cet incident est terminé. S’il y a d’autres conséquences, je m’en occuperai. » J’étais très heureuse de son soutien et de sa compréhension de ce qui est bien.

Les cartes d’appel

Appeler les gens pour clarifier les faits est un autre moyen efficace pour clarifier la vérité. Cependant, pour des raisons de sécurité, nous devons changer les cartes d’appel de temps en temps. J’ai commencé à faire cela en 2013 et j’ai intensifié mes efforts depuis 2015.

Au début, plus de vingt personnes démissionnaient du PCC chaque mois après que je leur avais parlé au téléphone. Plus tard, le nombre a augmenté pour atteindre entre 120 et 200 démissions par mois. En 2017, cependant, les cartes d’appel étaient souvent bloquées. Je n’étais pas découragée et j’ai commencé à regarder à l’intérieur pour voir ce que je n’avais pas bien fait qui a pu causer le blocage des cartes d’appel.

En 2015 et 2016, les cartes d’appel ne coûtaient pas cher, de nombreux pratiquants ont commencé à participer au projet. Comme il n’était pas très avantageux de recharger une carte, nous la jetions souvent après l’avoir utilisée. Fin 2016, cependant, il était devenu difficile d’acheter des cartes. J’ai regardé à l’intérieur et je me suis rendu compte que je n’avais pas entièrement chéri les ressources fournies par les pratiquants quand je jetais les cartes et donc j’ai apporté une pression considérable au pratiquant qui me fournissait des cartes d’appel.

Fin 2017, un pratiquant m’a acheté quatre cartes d’appel. J’ai utilisé les cartes pour faire des appels sur deux téléphones portables pendant sept à dix heures environ par jour pendant presque deux ans, période durant laquelle j’ai aidé entre 90 et 150 personnes à démissionner du PCC chaque mois.

En décembre 2018, les quatre cartes ont cessé de fonctionner. Quand j’ai regardé à l’intérieur pour voir où je pouvais m’améliorer, je me suis rendu compte que j’avais de l’exaltation, de l’autosatisfaction et un attachement au confort. J’ai contacté ma sœur, qui est aussi une pratiquante, dans une autre ville. « Ils ont cessé de vendre les cartes ici, également », a-t-elle dit. « Tu devrais peut-être prendre une pause pour continuer à réfléchir sur ta cultivation. »

J’ai intensifié mon étude du Fa. Je suis arrivée à voir que je trouvais souvent des excuses pour couvrir mes attachements au nom de clarifier les faits et sauver les gens. Mais ce n’était pas ce qu’un pratiquant devrait faire, alors j’ai pris la décision d’abandonner toutes ces conceptions humaines.

Quelques jours plus tard, ma sœur m’a dit qu’elle avait acheté de nouvelles cartes pour moi. En fait, le vendeur lui a permis d’acheter ce dont elle avait besoin. Elle et moi étions toutes deux reconnaissantes envers le Maître pour sa compassion.

Le Maître a dit :

« C’est seulement si tu fais bien les trois choses qu’elles s’éliminent, qu’on peut changer toutes sortes de pensées de la culture du Parti, y compris l’attachement à la peur. » (« Enseignement de Fa à la Conférence de Fa de l’Ouest des États-Unis 2013 »)

Après que la pandémie a été déclarée, les gens ont été confinés à leur domicile et je pouvais sentir leur soulagement quand j’appelais et leur disais comment rester en sécurité et en santé. Souvent, je versais des larmes en pensant à l’immense compassion du Maître. J’ai également chéri la capacité que le Maître m’a conférée de pouvoir parler aux gens de manière efficace.

En plus d’étudier le Fa, de faire les exercices et d’émettre la pensée droite, j’ai passé le reste de mon temps à faire des appels téléphoniques, car j’ai vraiment senti l’urgence de sauver les gens. Parfois, j’ai fait des appels jusqu’à 22 h 30 parce que beaucoup de gens écoutaient. Entre février et août 2020, j’ai pu aider environ 150 personnes à démissionner des organisations du PCC chaque mois. Même ceux qui n’ont pas démissionné ont écouté entièrement l’appel téléphonique.

Il y avait aussi des occasions de m’améliorer. Une de mes cartes d’appel avait des problèmes en juillet 2020. J’y ai porté peu d’attention. Environ un mois plus tard, deux autres cartes ont cessé de fonctionner. Quand j’ai regardé à l’intérieur, j’ai trouvé que j’avais encore des attachements au confort et à l’ego. Mais d’une façon ou d’une autre, je sentais que j’avais encore des attachements plus profonds.

La plupart de mes appels téléphoniques ont été bloqués. Mon cœur était ému et j’étais submergée par des inquiétudes et d’autres pensées négatives. J’ai dû cesser de passer des appels, je m’étais habituée à les faire à certaines heures fixes chaque jour. Puis je me suis rendu compte que mon habitude de passer des appels était devenue un attachement. En fait, cette pensée a traversé mon esprit quand j’ai eu des problèmes avec la première carte téléphonique, mais je n’y ai pas pensé davantage. J’ai continué mes appels téléphoniques, mais d’autres cartes ont été bloquées. Je me suis rendu compte que mon insistance à suivre mon habitude à passer des appels sans identifier tout d’abord mes attachements a été exploitée par la perversité, qui m’a imposé plus de pensées négatives. J’ai eu l’impression d’être poussée dans une impasse et j’ai été très triste pendant plusieurs jours.

Puis je me suis souvenue de ce que le Maître a dit :

« En réalité tout ce que la perversité a fait, a commencé sans exception par votre attachement qui n’était pas encore abandonné et votre esprit de crainte, vous êtes les éveillés futurs se dirigeant vers le bouddha, le tao, la divinité, vous ne recherchez pas la perte et le gain dans ce monde, alors vous devez arriver à pouvoir tout abandonner. À ce moment-là, si vous n’avez pas le cœur attaché à atteindre la plénitude parfaite, la perversité n’aura plus de moyen de profiter de la dernière lacune. » (« Éliminer le dernier attachement », Points essentiels pour avancer avec diligencII)

J’ai eu la pensée que je devais renoncer à tous mes attachements et que je recommencerais à zéro, comme si j’étais une toute nouvelle pratiquante. J’ai continué à regarder à l’intérieur et je me suis rendu compte que j’avais un cœur à me détendre et à me relâcher. Ayant cultivé pendant de si nombreuses années, j’ai fait les trois choses sans problème parce que j’avais une croyance dans le Maître et dans Dafa. Alors qu’est-ce que j’ai mal fait qui a causé la situation actuelle dans laquelle mes cartes téléphoniques étaient bloquées ?

Un jour, alors que je cherchais minutieusement mes plus profonds attachements, le Maître m’a donné une indication quand je faisais les exercices. Je me suis rendu compte que j’avais été affectée par la prédiction « Le Ciel éliminera le PCC ». En fait, j’étais attirée par n’importe quelle nouvelle à ce sujet. Alors que je regardais et lisais des choses à ce propos, les conceptions humaines sont entrées dans mon esprit. En fait, je m’étais prévenue il y a des années de ne pas me laisser duper par les illusions du monde humain, mais je n’ai pas réussi à bien faire et je me suis quand même laissé emporter quand il s’est agi de cela.

J’étais triste d’avoir laissé tomber le Maître, mais j’étais aussi énormément reconnaissante envers le Maître. Cette expérience servira à me motiver à rectifier mes omissions, à renoncer à mes attachements qui restent et à m’efforcer d’avancer dans ma cultivation.

Actuellement, je suis arrivée à comprendre que, peu importe ce qui se passe dans ce monde, nous, les pratiquants, devons rester concentrés dans notre cultivation et nous élever. C’est parce que les occasions pour nous sont sans précédent et nous devons en faire une meilleure utilisation. Je suis extrêmement honorée d’être un disciple de Dafa dans la période de la rectification de Fa.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais